Sign in to follow this  
g.dup

refracteur Meade 152ED : qu'en pensez-vous ???

Recommended Posts

Quelques petites remarques:

quote:

je dirais que lors d'une visite chez Galiléo à Morges , Bastien C..
(qui maîtrise bien son art) m'a tout simplement dit que la 152 ED Meade était de la m....
on ne peut faire une Apo avec un doublet en verre ED, seul la fluorite est capable de cette performance.

Je ne sais pas si toutes les 152 ED Meade sont de la m...., mais en revanche je sais qu'il est tout à fait possible de faire un doublet APO excellent en utilisant un excellent verre ED. Et curieusement, un doublet fluorite ne fera pas mieux. Voir cet excellent site (en anglais malheureusement), qui démythifie -ça ne fera jamais de mal- les performances des lunettes pour qui connait un peu l'optique. http://alice.as.arizona.edu/~rogerc/


quote:

4. oui il y a plus de contraste mais pour qui sait y voir il y a plus de detail dans un 200.

Ce qui suit doit être pris en absence de turbulence et pour du visuel.
Oui il y a plus de détails pour ce qui est des forts contrastes. Pour les faibles contrastes, ce n'est pas toujours vrai. A qualité optique identique, cela va beaucoup dépendre de l'obstruction centrale. Demandez à David Vernet ce qu'il en pense. (Exceptionnel Newton 200/800 avec 37% d'obstruction contre AP 155 = Match nul sur Juju, donc sur un objet au contraste intrinsèque bien en dessous de 100%.) Je peux sans trop me mouiller dire qu'un exceptionnel C8 fera à peine moins bien que l'AP 155. Par contre je peux aussi dire sans trop me mouiller qu'un C8 à L/4 risque de ne pas faire mieux qu'une bonne APO de 100mm sur le même type d'objet aux détails de faibles contrastes intrinsèques (voir le site de Laurent http://astrosurf.com/laurent/magnitude.htm ) , et si la turbulence s'en mêle...

Share this post


Link to post
Share on other sites
Publicité
En vous inscrivant sur Astrosurf,
ce type d'annonce ne sera plus affiché.
Astronomie solaire : la bible est arrivée !
400 pages, plus de 800 illustrations !
Les commandes sont ouvertes sur www.astronomiesolaire.com
Salut à tous

Le but de la question n'est pas de savoir, pour ma part, qui à raison ou qui a tort (on peut tout dire et son contraire en fonction des conditions d'observation...)
Mais c'est bien que chacun illustre son propos afin que moi-même ou d'autres que cela intéresse, puissent se faire une idée à partir des diverse expériences...

Mes souvenirs de soirée où des 200 faisaient bien mieux que des 400 sont légions... Facile à trouver ! Pa contre, lorsque "ça marche"... Il n'y a plus grand monde derrière les 200... Et c'est la surpopulations à l'approche des escabeaux !..

En ce qui me concerne : ça me fait ch... de mettre autant de pognon dans un instrument si "petit" !

Mais s'il fonctionne quasiment en toutes circonstances, qu'en plus il fait de l'imagerie correctement à grand champ, qu'on le sort et qu'il est "à point" immédiatement, qu'il permet l'observation en ville, qu'il reste assez facilement transportable pour un diamètre quand même pas trop rikiki ...

Il peut être réflecteur ou réfracteur... Je m'en tape le coquillard, mais je prendrais celui-ci :
ce sera le complément idéal à ce que j'utilise déjà... Et me permettra de sortir vraiment souvent ! Ce qui n'est guère mon cas actuellement, et finit par devenir frustrant.

Merci encore pour vos commentaires.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Hélàs les C8 à L/4 ça doit se rencontrer plus souvent que ceux qui sont à L/10.

Voir taquiner les C8 avec une fluo de 100 on est trop nombruex à l'avoir vu...
Je parle uniquement sur Jupiter ou Mars pas sur le Deep sky (tout de même)
Sinon ne me prenez pas pour un pro lunette (mais
un amoureux de la qualité)
Perso, j'ai acheté à Gérard T. un M603 du feu de dieu.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Laurent,

Salut et merci pour ta réponse. En ce qui me concerne, je ne suis pas pour les doublets ou triplets "oil spaced" because :dégrabilité avec le temps!!!
Le meilleur élément connu pour la transmission de lumière où l'isolation phonique et thermique,est bel est bien l'air sec immobile.Je suis trop bête pour avoir trouvécela tout seul.
Pour en revenir à TEC, les prix sont effectivement attractifs, mais reste à savoir à quels tarifs ce matériel sera vendu dans notre cher pays( o`l'on atteint les sommets de l'arnaque)sans parler du SAV.
Je ne suis pas actionnaire chez Taka, mais à mon humble avis, c'est pour moi la marque la + sérieuse au niveau qualité et SAV.j'élimine volontairement A.P. vu les délais de livraison.
Salut à toi
DOLGER

------------------

Share this post


Link to post
Share on other sites
"oui il y a plus de contraste dans la lunette mais pour qui sait y voir il y a plus de detail dans un 200."

"Et même si le manque de contrase du SC fait que ce ca ne saute pas au premier coup d'oeil..."

Tu vois Pierre, JLD il t'explique qu'un télescope fait beaucoup mieux qu'une apo, mais que c'est très difficile à voir

Je suis sûr qu'au Pic du midi, le diamètre fait la différence, je l'ai constaté souvent dans de très bons sites. Je possède une apo et un mewlon et je les compare souvent, les mêmes soirs, aux mêmes endroits. Evidemment, je collimate mon mewlon à chaque fois que nécessaire et je le stocke à température externe. Mon constat est que dans des sites moyens (les plus nombreux), il est rare qu'un Mew de 250 donne une image "meilleure" en visuel planétaire, qu'une apo de 150.
Maintenant, le débat est sans fin, car les apophiles et les téléphiles ne recherchent pas les mêmes stimulations, les mêmes qualités et les mêmes plaisirs.
L'apophile recherche l'esthétique au sens du beau, du fin, de l'accompli. C'est un peu un artiste l'apophile. Il cherche à satisfaire l'hémisphère droit de son cerveau (le global, le sensible, l'intuitif, l'artistique), car c'est dans sa sensibilité naturelle.
Le téléphile recherche le détail, même si l'image est moins facile d'abord. Il va au-delà des apparences (cela ressort parfaitement du discours de JLD que je comprends et respecte). Le téléphile fait une analyse de l'image avec la partie gauche de son cerveau (rationel, analytique, logique, structurant).
Aussi, voila 2 mondes qui ont du mal à se comprendre, car ils ne parle pas du même endroit et n'ont pas les mêmes critères d'analyse et de plaisir.
Et comme les lois de l'optique donnent raison au téléphile (et ça c'est incontestable), l'apophile devient un incompris puis une victime, ce qui est injuste, car sa perception est aussi valable et aussi vraie que celle des autres...
Apophiles de tous pays, rebellez vous contre ce monde rationnel et contre cette tyranie qui veut vous imposer des critères de beauté qui ne vous conviennent pas du tout.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Pas mal, pas mal comme analyse.

La mienne, je l'avoue, est plus terre à terre:

j'ai pas les moyens d'être apophile!!!!!!!!!!!

Share this post


Link to post
Share on other sites
ARRRGHH ! :-)

Excellent JD !

J'ai une soudaine sensation de retrouver le monde de la HiFi...

Ce que j'apprécie, c'est ton aptitude à prendre le recul nécessaire et le résultat : analyser globalement, objectivement à mon sens ces pratiques en opposition de l'astro amateur...

Perso... Je crois que j'hésite encore entre les 2 camps que tu décris si bien...

C'est tout le problème !


...Tiens Maître David qui êtes dans les parages :
L'avis d'un grodobsophile ?

Share this post


Link to post
Share on other sites
Ben pour ce que je fais comme type d'astro, je mettrais pas les sommes qu'il faut mettre dans une bonne apo, c'est clair, c'est trop radin du photon à mon gout...
Pour le transportable, je préfère un petit dob léger.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Bien vu JD!! Je pige tout (enfin je crois!!!) C'est vrai qu'on se croirait dans la Hifi comme dirait g.dup ... ça me rappelle pas mal de conversation dans ce domaine

Share this post


Link to post
Share on other sites
JD : très intéressante réflexion ! Comme je sais que je suis un gauchiste pur et dur (et en effet je préfère regarder une Jupiter moche et tremblotante qui montrera plus d'information qu'une belle petite Jupiter fine et stable) j'en déduis que je ne vous comprendrai jamais.

Sinon je vais quand même apporter un petit témoignage sur les lunettes Meade ED, parce que bon, visiblement vous parlez plus de "on dit que" et de "on murmure que". Un membre de mon club astro possède une Meade 178 ED et j'ai déjà eu l'occasion de regarder dedans.

Eh bien c'est pas mal du tout ! Il est vrai que je n'ai pas de repère, n'ayant jamais regardé dans une AstroPhysics 180 ou une Takahashi de diamètre équivalent. Cela dit, la Meade est nettement moins chère donc ne prétend sûrement pas atteindre à la perfection d'AstroPhysics ou Takahashi, et à mon avis c'est là qu'est le malentendu (que Meade entretient).

Je me souviens qu'à l'été 2002 HaleBopp nous avait expliqué qu'il voyait la magnitude 13 et quelques avec sa lunette 128 mm et on avait un peu réfléchi à ce sujet. Quelqu'un avait fourni une carte de magnitude limite centrée sur M57. Eh bien à partir de cette carte, j'avais constaté lors d'une observation de club que mon Kepler 200 avait une magnitude limite nettement inférieure à la lunette Meade 178. Même un Starfinder 250 était devancé en magnitude limite par cette lunette. J'en avais parlé à l'époque car cela illustrait le gain de magnitude apporté par la finesse des images.

Je me souviens aussi d'Epsilon de la Lyre dans la lunette. Au Kepler 200, c'était deux taches floues plus ou moins ronde bien séparées pour le premier couple, et idem pour le second couple. À la lunette, c'était deux fois deux disques parfaits, bien ronds, bien découpés, et stables. Plus rien à voir avec le télescope, pourtant posé à seulement quelques mètres. Par contre, et même si je finasse, je ne peux pas passer sous silence la présence d'une fine couronne violette autour des quatre étoiles, faiblement visible mais bien réelle. Les étoiles avaient la même taille dans la lunette et le télescope, et on peut dire que le pouvoir séparateur était identique, mais la qualité de l'image était largement en faveur de la lunette.

J'ai vu de très belle images de Mars l'été dernier prises avec cette lunette, ce qui confirme la qualité optique.

Il faut maintenant être sûr que toutes les lunettes soient de bonne qualité vu le prix...

Mais bon, mon cerveau gauche s'étonne qu'on puisse acheter de tels engins (et mon cerveau droit n'a rien à dire à ce sujet)...

Share this post


Link to post
Share on other sites
Précision: je n'ai jamais parlé de finesse d'images mais de patate , le rapport signal/bruit en somme avec cette TOA130. J'ai en ce moment un Mewlon (qui se régle sur une tache d'Airy mais vue la turbulence, on se contentera de la zone d'obstruction et il est évident que la surface collectrice est bien plus grande que celle de cette lunette...

Alors Mac-Intosh ou Mark Levinson?

[Ce message a été modifié par Pierre (Édité le 10-05-2004).]

Share this post


Link to post
Share on other sites
Pierre,
Ni Mac-Intosh ni Mark Levinson, que du fait maison! En hifi aussi!

Share this post


Link to post
Share on other sites
David, est-ce le texte que tu as publié dans astrosurf mag ou est-ce un nouvel écrit ?

Share this post


Link to post
Share on other sites
Trés interessant à lire et incontestable...

Maintenant on est parti d'un postulat que le telescope avait la même qualité optique que le réfracteur.

Il est à ce qu'il parait difficile de faire une bonne optique pour un réfracteur. (je pense au nombre de surface air verre qui peut aller jusqu'à 6)

Sinon quelles sont les équivalences en terme de précision de surface entre un réflecteur et un réfracteur?

Share this post


Link to post
Share on other sites
JD: C'est le même.

"Sinon quelles sont les équivalences en terme de précision de surface entre un réflecteur et un réfracteur?"

Même chose sur l'onde. par contre pour la même précision sur l'onde, les tolérances sont 4 fois plus élevés sur un miroir, donc plus difficile à obtenir, surtout quand il s'agit de surfaces déformés...

Share this post


Link to post
Share on other sites
Quand on parle des critères de Françon (notamment L/16) c'est donc pour les telescopes?

Un objectif à L/4 est-donc équivalent à un miroir L/16?

En tout cas trés pédagogique ton lien David sur les effets de la turbulence et sur le diamétre de l'instrument.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Le L/16 du critère de Françon est donné sur l'onde, donc valable aussi bien pour les lunettes que les télescopes. C'est un critère valable quelque soit le type d'instrument, idem pour les autres critères de qualité. C'est seulement à la fabrication que la précision sur les surfaces changent par rapport à la précision sur l'onde.
Par contre sur l’axe, la qualité optique du télescope ne dépendra que de la qualité de réalisation de ses miroirs, alors que pour une lunette, outre la qualité de réalisation des lentilles, il faut rajouter la correction chromatique déterminé par le type de verre employé, le calcul et la précision de réalisation des courbures, et très rares sont les lunettes dont le strehl polychromatique est à la hauteur de celui d’un bon newton.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Le strehl polychromatique...

Souvent on a un rapport de strehl sur les lunettes Apo.
Ce chiffre qui peut approcher 0.99 pour les meilleurs réfracteurs tient compte de quoi?

En fait je pense à TEC qui donne ce chiffre sur leur site!

La question que je me pose : est-il possible que ce chiffre soit donné pour une longueur d'onde et donc forcément on est tenté de choisir ce qui est le plus favorable...
Quand tu parles de polychromatisme c'est sur plusieurs longueur d'onde ou quoi?
Merci beaucoup...
Pierre-Jean

Share this post


Link to post
Share on other sites
Oui, un Strehl polychromatique est un Strehl qui tient compte de l'ensemble des longueurs d'onde, par exemple dans le visible, entre 400 et 800 nm, éventuellement plus pour des utilisations en CCD.
C'est le genre de chose que tu dois pouvoir trouver chez les fabricants haute gamme je pense. Ils doivent te donner pour quelle tranche de longueur d'onde ce Strehl a été calculé ou mieux, mesuré.
0.99, c’est une valeur en polychromatique que j’ai vu passer pour les meilleures Astrophysic, mais bonjour le prix… Mieux vaut un bon Newton qui fera aussi bien pour beaucoup moins cher
Ce type de lunettes se justifient surtout comme astrographes.

[Ce message a été modifié par David Vernet (Édité le 10-05-2004).]

Share this post


Link to post
Share on other sites
Enfin pour la planéité de champ entre un réfracteur et un Newton c'est comparable pour un même F/D?
Merci et
Bonne nuit...

Share this post


Link to post
Share on other sites
C'est ce que j'ai dit, les lunettes sont avant tout intéressantes comme astrographes, parce qu'elles ont du champs. Jamais un newton de 200 pourra couvrir le champs d'un 6*7, même avec un correcteur.
Par contre avec du 24*36 ou plus petit avec les capteurs numériques, un newton de 200 a F/4 + un correcteur s’en sort très bien.
Je crois que ceux qui craquent pour de très bonnes lunettes, le font beaucoup pour le plaisir du bel objet.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Bien vu, David, quand j'avais emmené une Zeiss 130 en Atacama, je passais autant de temps à la regarder qu'à regarder dedans ! Mais bon dieu que c'était beau... Jamais un réflecteur ne m'a donné cette impression de beauté d'image, jamais...
C'était parfait, petit mais parfait...

Avant, bien avant que ne commence la mode heureuse des apos, les gens de chez Médas - et je pense qu'ils ont vu passer pas mal d'instruments, et probablement, aussi, que certains d'entre eux savent les régler me serinaient avec l'image offertes par de bons réfracteurs... Après l'expérience avec la Zeiss, j'ai compris pourquoi...

S

Share this post


Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
Sign in to follow this