Sign in to follow this  
dwouisdan

peu de pub dans le mag !

Recommended Posts

Hello !
Une des surprises les plus agréables d'astrosurf magazine a été pour moi la quasi-absence de pubs envahissantes. La lecture est tout de suite plus agréable, et le magazine fait plus "sérieux".
Ma question est tout de même la suivante : l'insertion par exemple d'une double page de pub au milieu du magazine permetrait-elle d'augmenter le nombre total de pages, le nombre de pages en couleur etc ?
je ne dis pas que je demande plus de pub, mais il serait intéressant de savoir dans quelle mesure son augmentation affecterait la qualité (et même l'indépendance) du magazine.
Ceci bien sûr de pouvoir argumenter un débat au sein de ce forum :p
voulez vous plus ou moins de pub dans votre magazine ?

------------------
Hop !
++

Share this post


Link to post
Share on other sites
Publicité
En vous inscrivant sur Astrosurf,
ce type d'annonce ne sera plus affiché.
Photographier la Lune
Guide complet pour la photographier de la Lune.
Information et commande sur www.photographierlalune.com
Effectivement, il n'y a pas trop de pages de pub dans le magazine, et c'est délibéré : nous avons fixé à 6 le nombre pages réservées aux annonceurs (3 pages de couverture et 3 pages intérieures).

La principale raison de cette limitation du nombre de pages est de maintenir une grande indépendance vis à vis des annonceurs. En effet, aujourd'hui, dans les revues traditionnelles distribuées en kiosque, les revenus des annonceurs représente une part importante dans l'équilibre financier et si des annonceurs importants décident de s'en aller (par exemple à cause du test d'un instrument qui leur a paru défavorable), cela représente une perte importante.
Pour Astrosurf-Magazine, rien de tel : si un annonceur s'en va, cela n'a pas de conséquence dramatique, car il sera remplacé par un autre puisqu'il y a plus de demande de pages d'annonce que de place disponible

En résumé : une revue ne peux pas être crédible quand elle fait des tests de matériel qui sont distribués par des annonceurs dont elle ne peut pas se passer !

Mais d'un autre coté, il est certain qu'en ayant plus de pages d'annonceurs, nous pourrions mettre plus de pages en couleur ... mais tout bien réfléchi, la couleur c'est utile pour publier des photos astro en couleur, mais de nombreux articles, comportant des textes et des schémas, passent très bien en noir et blanc

Tout cela est donc une question de compromis !

Et je rappele que nous lancerons un sondage sur la revue, son contenu, ses orientations, etc, sans doute dans le numéro 4 ou 5 (histoire d'avoir le recul de 4 ou 5 numéros).


------------------
Jean-Phlippe CAZARD
webmaster@astrosurf.com


[Ce message a été modifié par administrateur (Édité le 09-04-2003).]

Share this post


Link to post
Share on other sites
Petite remarque (de rédac-chef à rédac-chef) à Mr Cazard à propos de la phrase: "dans les revues traditionnelles distribuées en kiosque, les revenus des annonceurs représente une part importante dans l'équilibre financier et si des annonceurs importants décident de s'en aller (par exemple à cause du test d'un instrument qui leur a paru défavorable), cela représente une perte importante."


Je me place ici au-delà de la précison du "test d'un instrument". L'affirmation à laquelle vous procédez, dans son sens général, est en effet une attaque envers toute la presse et plus particulièrement celles que vous appelez les "revues traditionnelles distribuées en kiosque".

Sachez donc, Mr Cazard, que les professionnels de la presse exercent leur activité en toute indépendance des annonceurs. Celà s'appelle l'éthique. Prétendre que tel est le contraire pour d'autres que soi est (au choix):
-Une attaque gratuite qui s'apparente à de la diffamation envers les métiers de la presse (les différents syndicats de la presse apprécieront).
-Un argument "publicitaire" douteux.
-Une méconnaissance du métier.
-Les 3 précédents en même temps.

En effet, un magazine est avant tout le magazine de ses lecteurs avant d'être celui des annonceurs. Une publication qui ferait de la complaisance se tirerait une balle dans le pied car les lecteurs ne sont pas stupides et partiraient peu à peu.
Les annonceurs savent qu'un mag complaisant n'a aucune crédibilité et qu'en conséquence leurs éventuelles publicité ne serviront à rien.

Bien entendu, il peut exister des manquements à l'éthique. Mais à ce moment-là, on produit des preuves irréfutables (au passage ça s'appelle du journalisme d'investigation) et non un blabla généraliste bourré d'idées démagogiques.

La liberté de la presse est une cause noble, défendez-là par votre action quotidienne et la qualité de votre publication et non en lançant des calomnies sur toute une profession.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Ce n'est pas comme ça que j'avais compris la phrase !

J'avais compris que, si jamais un test dans une revue désobligeait le magasin, celui-ci pouvait alors décider de ne plus passer de publicité dans la revue. Et si cette publicité fournit une part importante du financement, la revue est en danger. Je ne vois pas où est l'attaque envers la presse !!!!

Share this post


Link to post
Share on other sites
Désolé, mais la "démonstration" de Mr Cazard est claire et il suffit de lire l'intégralité de son post.
Je n'ai cité qu'une phrase pour mettre en lumière le "moment fort" du "raisonnement".

L'idée exprimée est que les revues en kiosque (elles sont expressement désignées par Mr Cazard) sont trop liées à leurs annonceurs pour être indépendantes. Une fois de plus, je précise sortir du petit monde de l'astro et je me place dans le contexte de la presse.
Ce genre de raisonnement est une calomnie, hélas battue et rebattue.
On remarquera qu'est créé une différence artificielle entre "revues kiosques" accusée de manque d'indépendance et de revues qui ne sont pas en kiosque. Et comme par hasard Astrosurf Magazine n'est pas en kiosque! Le raisonnement est donc de parti-pris.

Si Mr Cazard n'a pas voulu tenir ce raisonnement, il peut tout simplement écrire un post et affirmer qu'il ne prétend pas que les revues en kiosque manquent d'indépendance par principe parce qu'elles ont de la pub. C'est aussi simple que çà.

Et puis l'éthique journalistique veut qu'on n'attaque pas les confrères, même de façon générale, sans preuves.


[Ce message a été modifié par Olivier SANGUY (Édité le 09-04-2003).]

[Ce message a été modifié par Olivier SANGUY (Édité le 09-04-2003).]

Share this post


Link to post
Share on other sites
Et bien je ne pensais pas que ma réponse à dwouisdan allait générer une polémique !

En tout cas, je maintiens clairement mon point de vue.

Je n'ai qu'une petite précision à apporter pour éviter toute confusion : en parlant de "la presse traditionnelle distribuée en kiosque", je faisais bien entendu référence à la presse en général (et pas à l'astronomie en particulier).

Je confirme donc, qu'à MON avis, une revue qui teste du matériel n'est pas vraiment crédible, si dans le même temps elle a un lien financier avec le vendeur du produit testé (par exemple par la vente d'espace de pub). Ce n'est pas de la calomnie, c'est simplement mon point de vue (et je le partage ).

Ce point de vue consitue d'ailleurs l'argument "poids lourd" de revues comme 60 millions de consommateurs, dont la grande crédibilité repose sur l'absence totale de publicité dans ses pages !
Si ce point de vue était de la diffamation, alors il y a longtemps que des revues comme 60 millions de consommateurs auraient disparues sous le poids des procès en diffamation !

Enfin, je fais effectivement une distinction, entre les revues distribuées en kiosque, et celles distribuées par abonnement :
- les revues distribuées par abonnement ne sont (sauf exceptions) pas "vitalement" liées à leurs annonceurs : la plupart d'entre elles pourraient très bien continuer à vivre sans publicité
- par contre, les revues distribuées en kiosque, sont (à de rares exceptions près) "vitalement" dépendantes de leurs annonceurs et ne pourraient pas survivre sans publicité.
Je ne dis pas pour autant que les revues distribuées en kiosque ne sont pas impartiales dans leurs tests, je dis simplement qu'à mon avis elles sont moins crédibles que si elles n'étaient pas vitalement dépendantes de leurs annonceurs.

En résumé, je n'attaque personne, je ne diffame personne, je donne juste mon point de vue que j'illustre à nouveau de la façon suivante : prenons 4 cas de figure imaginaires de revues A, B, C et D qui publient le compte-rendu du test d'un matériel X :

Cas 1. La revue A ne fait aucune publicité dans ses pages.

Cas 2. Dans ses pages, la revue B (vendu par abonnement) fait de la publicité pour la société qui vend le produit X

Cas 3. Dans ses pages, la revue C (qui est distribuée en kiosque) fait de la publicité pour la société qui vend le produit X

Cas 4. Dans ses pages, la revue D fait de la publicité pour la société qui vend produit X et en plus, l'auteur du test est un des vendeurs de la société qui vend le produit X.

Et bien je n'attaque aucune des 4 revues, mais simplement, de mon point de vue, je considère que la revue A est plus crédible que la revue B, qui est plus crédible que la revue C, qui est plus crédible que la revue D ...
Et si je classe B avant C, c'est en sachant que B souffrira moins que C, dans l'hypothèse ou l'annonceur déciderait de ne plus passer de pub dans la revue concernée.

En résumé, je n'accuse personne, je n'attaque personne, je dis simplement que lorsqu'une revue fait un compte-rendu de test d'un produit, elle est plus crédible si elle ne fait pas de pub pour le vendeur du produit, que si elle fait de la pub pour le vendeur du produit ...
Cela me paraît même tellement évident que je suis surpris que cela ait pu générer des vagues !


------------------
Jean-Phlippe CAZARD
webmaster@astrosurf.com


[Ce message a été modifié par administrateur (Édité le 09-04-2003).]

[Ce message a été modifié par administrateur (Édité le 09-04-2003).]

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a aussi le cas de la revue qui publie de la publicité pour X et fait des tests défavorables à X. N'est-elle pas crédible, celle-là ?

Share this post


Link to post
Share on other sites
En toute honetteté ce n'est pas souvent arrivé ce genre de chose. Par exemple pour le LXD55 : tous les tests sont archi-favorable alors qu'en realité cet instrument est une arnaque.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Pierre-Marie : c'est presque vrai ... je dis presque, parce qu'il y a quand même aussi le cas (imaginaire) suivant : la revue qui fait de la pub pour X et fait un test défavorable pour un produit de X ... mais finalement on se rend compte quelques temps plus tard que contrairement aux dires de la revue, le produit X était en fait un bon produit

------------------
Jean-Phlippe CAZARD
webmaster@astrosurf.com


[Ce message a été modifié par administrateur (Édité le 10-04-2003).]

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il n'y a plus qu'à faire de la pub pour des choses sans rapport avec celles que traite la revue. Le nouveau pèle-patates de chez Rotaflex dans Astrosurf-Magazine.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Pierre-Marie : je te rassure, nous ne testerons pas de pèles patates ou de générateurs de polémique (quoique ... en matière de générateurs de polémiques, nous avons plusieurs modèles performants en promo en ce moment sur le forum Astronomie Pratique )

Nous allons par exemple faire, prochainement, une séance de test multi-instruments au cours de laquelle seront alignés en un même lieu et sur plusieurs jours, des instruments aussi divers que des lunettes APO et non APO, des télescopes Meade, Celestron, Takahashi, et des dobsons jusqu'à 800mm de diamètre ...


------------------
Jean-Phlippe CAZARD
webmaster@astrosurf.com


[Ce message a été modifié par administrateur (Édité le 10-04-2003).]

Share this post


Link to post
Share on other sites
c4est effectivement comme Bruno que j'entendais le message . A savoir , un montage financier constitué principalement d'abonnements et dépendant faiblement des recettes publicitaires limitera ses risques dans les conjonctures difficiles ou les annonceurs réduisent les budgets pub . Il est évident qu'en limitant la part des recettes publicitaires au superflu , le magazine limitera également ses risques à voir un annonceur chagriné lui claquer la porte au nez , ce qui ne veut pas dire non plus qu'un magazine s'appuyant s'appuyant pour une large part sur les recettes publicitaires sera nécessairement lié ( surtout si le nombre d'annonceurs est conséquent ) .
L'objectivité en matière de tests étant par ailleurs sujet à débat hors de toute pesanteur économique ; partant du principe que le testeur travaille en toute indépendance , c'est bien davantage sa compétence et les méthodes expérimentales mises en oeuvre qui détermineront la qualité des tests .

Share this post


Link to post
Share on other sites
Je vais rajouter de l'huile sur le feu, mais une reaction aussi vive (il y a quand meme des termes comme "diffamation") me laisse penser que quand on touche une corde sensible, il y a souvent un declic pour dire "c'est pas moi, c'est pas vrai". L'idee de revues complaisantes envers ces annonceurs n'est pas nouvelle et que ce soit dans l'automobile, l'astronomie et l'informatique (la c'est le summum), mon avis personnel est que c'est flagrant et decredibilise l'ensemble de la revue, et pas que sur un seul numero.

Et la reaction "epidermique" a l'explication du choix de l'independance publicitaire d'Astrosurf Magazine ne fait que renforcer mon impression.

------------------
-> Mewlon 180/ EM10b , debutant (09/2002), preference pour le visuel en ciel profond <-

Share this post


Link to post
Share on other sites
Mezzo : tu résumes assez bien la situation et pour moi, on est dans le domaine des lapalissades : une revue n'est réellement totalement indépendante que si elle n'est pas ... dépendante de ses annonceurs !!!

Maintenant, j'admet qu'une revue peut être dépendante de ses annonceurs tout en travaillant sérieusement lorsqu'elle fait des tests de produits, mais on ne me fera pas changer d'avis : elle sera moins crédible qu'une revue totalement indépendante de ses annonceurs.

------------------
Jean-Phlippe CAZARD
webmaster@astrosurf.com


Share this post


Link to post
Share on other sites
Mr Cazard a écrit : "en parlant de "la presse traditionnelle distribuée en kiosque", je faisais bien entendu référence à la presse en général (et pas à l'astronomie en particulier)."

Et c'est bien pour cette raison que je réagissais (lire correctement mon post, svp).

Un "Mr peugeot" (exemple) qui dirait que tous les constructeurs d'automobiles sont des incompétents sauf lui aurait-il une quelconque crédibilité ? Non.

Or, quand Mr Cazard intervient sur ce forum il le fait en tant que rédacteur en chef d'Astrosurf Magazine et son discours est tout simplement du même acabit.

Que des lecteurs se posent des questions sur l'indépendance de leur revue est légitime.
En revanche, qu'un rédacteur en chef utilise un média qu'il controle (et dont il est d'ailleurs pénalement et civilement responsable du contenu) pour jeter des doutes sur la crédibilité et l'indépendance d'autres revues que la sienne et de la presse en général est tout simplement un procédé hautement regrettable.

Mr Cazard réplique n'attaquer personne.
Pourtant il écrit : "je dis simplement que lorsqu'une revue fait un compte-rendu de test d'un produit, elle est plus crédible si elle ne fait pas de pub pour le vendeur du produit, que si elle fait de la pub pour le vendeur du produit ..."
C'est tout simplement accuser des confrères de manquement à l'éthique du journalisme (pour moi c'est une calomnie). Puisque cette éthique commande qu'un journaliste ne doit pas se laisser influencer dans son travail par les annonceurs. CQFD.

Quant à la comparaison avec 60 millions de consommateurs, restons sérieux. Malgré toutes ses qualités Astrosurf Magazine n'est pas 60 millions de consommateurs. Lorsque cette revue pointe des failles d'indépendance elle le fait après un sérieux travail de journalisme d'investigation et non avec des propos facilement démagogiques.

Aussi, si vous connaissez un ou des journalistes qui n'ont pas respecté l'éthique, je vous conseille tout simplement d'en référer auprès des instances compétentes de notre profession. A ce moment-là, et à ce moment-là seulement, vous rendrez service à notre profession.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Jean Philippe ,
Le mot crédible n'est peut être pas tout à fait adapté ; je dirais que les risques de subjectivité(même inconscients ) sont plus importants ....

Share this post


Link to post
Share on other sites
Mezzo a raison!
Le mot crédible était inadapté.
Quand on est rédacteur en chef, on a des responsabilités. On fait donc attention à ce qu'on écrit.
J'espère sincèrement que Mr Cazard affirmera sa solidarité professionnelle avec les métiers de la presse.
Une revue qui héberge de la pub ne doit pas être accusée de manque de crédibilité par principe.
Dans ce pays on est innocent jusqu'à preuve (le mot preuve est utilisé dans son sens juridique) du contraire.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il convient de prendre en considération le fait que dans un post d'astrosurf ou l'on échange entre copains chaque mot n'est pas pesé au milligramme ..... Et c'est tant mieux , mon Dieu , quel ennui se serait !

Share this post


Link to post
Share on other sites
Mezzo a écrit : "chaque mot n'est pas pesé au milligramme"

Oui, mais pour un rédacteur en chef qui émet des doutes sur ses confrères, c'est une toute autre histoire...

Je tiens à préciser que ma réaction n'est pas "épidermique" comme cela a été dit.
Je défends ma profession injustement salie en bloc. C'est le "en bloc" qui est critiquable. Je répète, si Mr Cazard a des preuves, qu'il dépose plainte auprès des institutions compétentes.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Olivier Sanguy, je trouve que tu en fais trop. Ta réaction est disproportionnée et tu vas probablement grossir, dans certains esprits dont le mien, les rangs des polémiqueurs vains.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Olivier : je pense que tu fais vraiment exprès de ne pas vouloir comprendre ce que je dis. En particulier je n'ai jamais voulu comparer Astrosurf-Magazine à 60 millions de consommateur : non seulement les deux revues ne jouent pas dans la même catégorie, mais l'une a des annonceurs et l'autre non !

L'exemple du "Mr Peugeot" n'a pas de sens. Je n'ai jamais prétendu que les autres étaient incompétents et pas moi !

Dire que je jete des doutes sur la crédibilité des autres revues que la mienne, c'est également pour le moins injustifié. En particulier je pense que pour les tests qu'elle publiera , Astrosurf-Magazine sera :

- à priori moins crédible que les revues qui ne font pas du tout de pub
- à priori aussi crédible que les revues qui font un peu de pub mais qui pourraient continuer à vivre sans publicité
- à priori plus crédible que les revues qui ne survivraient pas à la disparition de leurs annonceurs

Astrosurf-Magazine se trouve donc "à priori" au milieu du peleton.

Dans toutes les phrases ci-dessus, je dis "a priori", car bien entendu, la crédibilité n'est pas uniquement liée à la dépendance ou non des annonceurs. Après quelques années d'existence, certaines revues ont fait leurs preuves et ont gagné une image de crédibilité beaucoup plus grande que d'autres, qui ont au contraire perdu en crédibilité. De ce coté, MacMad a bien raison en faisant allusion à la presse informatique, où on trouve de tout et n'importe quoi en matière de test de produits.

Pour moi, plus une revue est indépendante financièrement des annonceurs, plus elle est crédible lorsqu'elle fait le test d'un produit vendu par un de ses annonceurs. Et cas, je n'en démordrais pas

J'aurai plus tendance à croire le compte-rendu d'un test du produit X, publié dans 60 millions de consommateurs, que le compte-rendu d'un test du même produit publié dans une revue dont je sais qu'elle est financièrement dépendante du vendeur du produit X. C'est mon point de vue. Ce n'est pas une accusation envers la revue qui fait de la pub.

Et pour en revenir au message initial de Dwouisdan, si un jour Astrosurf-Magazine devient dépendant des annonceurs au point de ne pas pouvoir vivre sans ses annonceurs, alors il n'y aura pas de tests de matériel dans Astrosurf-Magazine. C'est pourquoi je me félicite de voir qu'aujourd'hui, le nombre d'abonnés permettrait de ne pas avoir d'annonceurs. Dans la situation actuelle, les annonceurs sont un "plus", qui permet par exemple d'avoir plus de pages par numéro ou plus de pages en couleur.

------------------
Jean-Phlippe CAZARD
webmaster@astrosurf.com


Share this post


Link to post
Share on other sites
bonjour a tous,

Bon bein moi je propose à n'importe quelle revue qui le decide un test d'une monture takahashi EM 200 avec preuve à l'appui que certain modeles (je precise plus comercialisé) ont un défaut de conception regrettable qui est forcement connue de takahashi et de leur importateur...

et que l'on ne me parle pas de règlage de vis tangente ou d'usure mècanique des pieces
c'est belle et bien une mauvaise gestion des moteurs pas a pas qui les faits vibrer.

qui veux le test?

:-)

Erick Bondoux
possesseur d'une EM200 vibrante


[Ce message a été modifié par ebondoux (Édité le 10-04-2003).]

Share this post


Link to post
Share on other sites
Ca c'est intéressant !!!
Des détails STP, justement je recherche ce type de monture et j'ai pas envie de me faire enfler.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
Sign in to follow this