Sign in to follow this  
celestron20

Dobson Meade Lightbridge 400mm

Recommended Posts

Publicité
En vous inscrivant sur Astrosurf,
ce type d'annonce ne sera plus affiché.
Astronomie solaire : la bible est arrivée !
400 pages, plus de 800 illustrations !
Les commandes sont ouvertes sur www.astronomiesolaire.com
"suis un brelos en math mais quelque soit le F/D un miroir primaire seul collecte tant de lumière relativement à sa surface et c'est tout !"

Bah oui mais non, justement pas. Tu oublie qu'un miroir de télescope n'est pas une surface plane.

Share this post


Link to post
Share on other sites
"Pour une caméra CCD donnée, un pixel reçoit la même quantité de lumière quel que soit le diamètre, si le F/D est identique."

C'est une réponse que j'attendais depuis longtemps! Donc un pixel recoit la même quantité de lumière d'une lunette de 60mm f/6 qu'un Newton de 300mm f/6.... mais alors pour quelle raison tant d'astrophotographes cherchent à avoir le plus grand diamètre possible? Pas pour faire du visuel ou obtenir plus de focale. C'est bien pour réduire le rapport signal/bruit... et donc augmenter le signal (qui dépend bien de la quantité de lumière et donc du diamètre??)

Merci d'éclairer ma lanterne je suis perdu

Mart

Share this post


Link to post
Share on other sites
Oui si on augment le diametre et qu'on reduit le f/d.
Dans ce cas tu augmente le flux lumineux sur chaque pixel et tu ameliore ton s/b.

Et aussi pour avoir plus de focale si on souhaite se cogner des objet plus petits.

Une lunette de 60 a f/6 'imprimera' un objet aussi vite qu'une grosse bertha de 200 a meme f/d sauf que le champ sera plus grand et les objets beaucoup plus petits avec la lulu de 60. Pour avoir des details plus fin sur des petits objets faut monter en diametre.

[Ce message a été modifié par cedric (Édité le 29-09-2006).]

Share this post


Link to post
Share on other sites
"Bah oui mais non, justement pas. Tu oublie qu'un miroir de télescope n'est pas une surface plane."

MDR ben tiens

Share this post


Link to post
Share on other sites
Bah tu peut avoir 2 miroirs de même diamètre mais ayant une superficie différente ( rapport FD différent ), hé ^^. Pourtant, les 2 collectent bien la même quantité de lumière, non ? C'est le diamètre ou la surface qui compte ?

[Ce message a été modifié par Shishigashira (Édité le 29-09-2006).]

Share this post


Link to post
Share on other sites
on se demande pourquoi des bandes de nazes s'emmerdent à faire des téléscope de 10 metres et plus...
et d'autres encore plus nazes que les premiers les achètent plusieur million de $..
si une bonne lulu D60 f/d 40 donne le meme résultat!
ptete que personne leur a dit!
hé hoooo, y'a quelqu'un?

Share this post


Link to post
Share on other sites
c'est la surface frontale, ou projeté du miroir et non pas la superficie de la partie alluminée, sinon, on ferait des miroirs avec plein de cratères pour augmenter la surface

wololo

[Ce message a été modifié par L'étoile-mystérieuse (Édité le 30-09-2006).]

Share this post


Link to post
Share on other sites
Je vais essayer de répondre à Mart...

Dans tout ce qui suit, le F/D est constant, et on garde la même taille de pixels. J'appelle "taille du pixel" sa taille réelle (en µm), et "pixel sur le ciel" la zone du ciel qui correspond à un pixel donné. Sa taille dépend de la focale du télescope et de la taille du pixel.

1) Comment ça se passe en l'absence d'atmosphère ?

Une étoile a comme taille le disque d'Airy. Son diamètre décroît proportionnellement avec le diamètre du télescope. Comme le F/D est constant, le "pixel sur le ciel" aussi décroît proportionnellement avec le diamètre du télescope (un télescope deux fois plus gros a une focale deux fois plus grosse, donc un pixel sur le ciel deux fois plus petit - comme le disque d'Airy).

Si, pour un certain diamètre (de télescope), le pixel sur le ciel est plus grand que le disque d'Airy, alors il le sera pour tous les diamètres (rappel : F/D constant, même taille de pixel). Il s'agit d'une situation de sous-échantillonage : toute la lumière de l'étoile reste concentrée à l'intérieur du même pixel (Je néglige dans toute mon analyse le fait que la lumière d'une étoile, si elle épouse une gaussienne, s'étend en réalité à l'infini - jamais atteint bien sûr du fait que, très vite, le signal est trop faible pour émerger du fond du ciel. En effet, ça complique tout et ne change rien au raisonnement.)

Si toute la lumière reste concentrée à l'intérieur d'un même pixel, quel que soit le diamètre du télescope, alors le pixel recevra d'autant plus de lumière que le diamètre est plus grand. Par rapport à un 200 mm, un télescope de 400 mm capte 4 fois plus de lumière en provenance d'une étoile donnée, donc le pixel aussi.

2) Comment ça se passe en cas de sous-échantillonage ?

C'est similaire. Tant que la source de lumière est contenue dans le pixel, alors le pixel capte plus de lumière lorsque le diamètre du télescope augmente. Mais si cette source de lumière est un astre de taille constante sur le ciel, comme une étoile en cas de turbulence (il n'y a plus de disque d'Airy, mais un disque dont le diamètre dépend de la turbulence et pas du diamètre du télescope), elle finira par déborder du pixel lorsqu'on augmente le diamètre, et le raisonnement n'est plus valable : pour une turbulence donné, il y a un diamètre maximal au-delà duquel on ne gagne plus toute la lumière.

3) Comment ça se passe en cas de sur-échatillonage ?

Si la lumière d'une étoile s'étale sur plusieurs pixels, c'est plus compliqué. Voyons d'abord le cas d'une source uniforme (magnitude de surface constante).

4) Comment ça se passe pour une source uniforme ?

Comparons une lunette de 60 mm à F/6 et un télescope de 300 mm à F/6. Le télescope capte 25 fois plus de lumière (diamètre 5 fois plus grand), mais sa focale est 5 fois plus longue, donc le "pixel sur le ciel" a un côté 5 fois plus petit : il a une surface 25 fois plus petite. En fait, c'est comme si la lumière s'étalait sur 25 fois plus de pixels : du coup, chaque pixel reçoit exactement la même quantité de lumière que ceux de la petite lunette : ça se compense. L'intensité lumineuse correspondant à chaque pixel est constante, quel que soit le diamètre. On doit pouvoir vérifier ça avec la luminosité du fond du ciel (le fond du ciel est le type même de la source uniforme !)

Une étoile se comporte comme une source uniforme si on suréchantilonne, c'est-à-dire si les "pixels sur le ciel" sont nettement plus petits que le disque de l'étoile (celui qui dépend de la turbulence). Sauf qu'une étoile n'est jamais vraiment uniforme : il y a un pic de luminosité. Une nébuleuse ou une galaxie, par contre, c'est quasiment uniforme sur plusieurs pixels.

5) Comment ça se passe en cas de sur-échatillonage ? (re)

Si les étoiles sont suréchatillonées, elles vont donc se comporter de plus en plus comme des nébuleuses : elles envoient la même quantité de lumière dans chaque pixel, parce que les pixels rapetissent à mesure que le diamètre du télescope augmente, ce qui compense le gain en lumière.

6) Comment un télescope de grand diamètre peut-il faire mieux ?

a/ En diminuant le F/D. Ainsi, la diminution des "pixels sur le ciel" est moindre, et chaque pixel pourra capter plus de lumière.

b/ En étant placé sous un ciel plus transparent. C'est évident.

c/ En utilisant une caméra CCD moins bruitée, ou avec une meilleure sensibilité. C'est évident aussi.

d/ En utilisant une caméra CCD avec de plus gros pixels. Comme le a, cette solution permet de ne pas trop diminuer la taille des "pixels sur le ciel".

e/ En regroupant les pixels (binning). Par exemple, si un télescope est 3 fois plus gros (en diamètre) et qu'on regroupe les pixels 3x3, alors chaque pixel capte 9 fois plus de lumière que le petit télescope, et ce avec la même résolution (les pixels regroupés font, sur le ciel, la même taille que ceux du petit télescope). Pour faire du binning, il faut une caméra qui a beaucoup de pixels, sinon l'image va être petite... Donc un caméra haut de gamme.

f/ En étant placé sous un ciel plus stable. Un meilleur seeing permet de diminuer la tache de l'étoile, et donc on ne suréchantillonne plus en augmentant le diamètre (là je parle des étoiles, car pour les nébuleuses ça ne change pas grand chose en terme de lumière).

g/ En augmentant le temps de pose. Bien sûr.

Si on ne fait rien de tout ça, alors on ne gagnera rien en terme de lumière. Par contre, il est possible que la résolution sur l'image soit meilleure (plus de détails dans les bras spiraux des galaxies par exemple).

À noter que les professionnels tiennent compte de tous ces détails : transparence exceptionnelle, seeing parfait, caméras CCD avec gros pixels (de l'ordre de 25 µm), binning courant, bruit extrêmement réduit... Il est donc normal que les télescopes des professionnels soient plus performants que les notres !

Quelles sont les images amateurs prises avec des gros diamètres qui sont clairement plus "lumineuses" que celles prises avec des diamètres moyens ? Peut-être les images provenant des grands Ritchey-Chretien américains (RCOS, Optical Guidance) ? Je dirais plutôt qu'elles sont plus belles : meilleure réslution. Plus "lumineuses" ? Je veux bien le croire. Mais regardez avec quoi elles ont été prises : des caméras CCD haut de gamme, donc beaucoup de pixels (==> binning possible (e)) et de très bonnes performances (c). De plus, les temps de pose sont souvent énormes (g). En fait, ces gros télescopes là, avec leur F/D important, sont faits pour obtenir des images du ciel profond à haute résolution. Et c'est pour ça qu'elles sont si belles.

Je me souviens qu'on en avait déjà discuté par ici : la M51 de Gendler montre nettement moins de galaxies lointaines que certaines images prises avec des diamètres un peu plus petits mais en noir et blanc.

Moralité (pour conclure) : si on veut faire de l'imagerie CCD avec un gros diamètre, et si on veut gagner en lumière par rapport à un diamètre moyen, il faut une caméra CCD haut de gamme (c, d, e) et un F/D plutôt petit (a). Idéalement, il faudrait pouvoir le placer dans un très bon site (b, f). Sans cela, on sera obligé de poser des heures (g). Si on garde l'ancienne caméra CCD et un F/D identique, on gagnera quand même un peu car les étoiles, même avec un suréchantillonage, ne sont pas des sources uniformes, et puis il y aura de temps en temps des nuits avec un bon seeing. Et quand bien même on ne gagnera pas en lumière, on gagnera en résolution, puisque l'échantillonnage est plus petit. Du moins si la monture est à la hauteur de l'échantillonage.

Voilà, j'arrête là, tout ça est théorique mais correspond à ce que je crois avoir compris, et il me semble que la pratique ne contredit pas mes conclusion (ou pas trop ? )

[Ce message a été modifié par Bruno Salque (Édité le 30-09-2006).]

Share this post


Link to post
Share on other sites
@étoile mystérieuse

Bah, c'est bien ce que je dis, c'est le diamètre qui compte, pas la superficie à proprement parler. Peut importe, j'avais juste envie de te titillier sur ce coup là, parce que j'avais trouvé que ta façon de répondre à Astroliv témoignait sinon d'un certain manque de respect au moins d'un manque total de pédagogie.

Share this post


Link to post
Share on other sites
ah dur dur internet ! IL manquera toujours l'ntonation de la voix ...

Avec Astroliv, on se connais, on est du meme bled à peu de chose près ( Montpellier ), quand on se lit on doit ariver à se "décoder" et à s'imaginer l'autre en train de dire en live ce qui est ecrit sur le forum 9A change pas mal la perception des propos !

Hey AStroliv' t'est pas véner, hein ? Sinon, tu me met la tete au carré ( de la surface du diamtre du rayon de Pi XXII) à la prochaine sortie

Au fait mon lifting du 300 avance bien

[Ce message a été modifié par L'étoile-mystérieuse (Édité le 30-09-2006).]

Share this post


Link to post
Share on other sites
Hmmm... Me parait intéressant ce ptit 400 meade !
Je vais surement attendre le permis et les job d'été pour m'acheter un ptit joujou de ce style alors....

B.

Share this post


Link to post
Share on other sites
300 retouché JML + alluminure haute reflectivité, ou 400 chinois brut ? D

ca fait reflechir, à :prix egal

[Ce message a été modifié par L'étoile-mystérieuse (Édité le 02-10-2006).]

Share this post


Link to post
Share on other sites
1500 euros en FRANCE ? C'est SUR ? Ce sera son prix réel ? Ou bien c'est une simple translation US dollars/euros au prix du marché US ?

Etoile -Mystérieuse : pas vu du tout d'animosité dans ta réponse. On se refait une sortie bientôt ? (Sans lune ni temps pourri)

A+

Share this post


Link to post
Share on other sites
pour sur AstroVil !

j'arrive au bout du chantier d'allegement de mon dob-troteur, j'en ai fait du gruyère label rouge

je vais commencer la remise en peinture de tout ça, il devrait être opérationnel d'ici 1semaine /10 jours et en avant pour des sacrées soirée

Share this post


Link to post
Share on other sites
Le 12" deluxe est à 1049$ pour 1189€ chez nous. Le 16 et à 2000$ ( en promo au lieu de 3000 ! ) Ce qui veut dire qu'il sera au moins à 2000€ chez nous voir 3000€.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Quel miroir est dans le lightbridge 400 de Meade? Pyrex? Suprax?
....mais je crois, pour moi c'est plus important de tester s'il n'est pas trop lourd.
Sabine la Bavaroise

Share this post


Link to post
Share on other sites
nanar58 je ne comprends pas ta question?,que ce soit un miroir de 400mm,500mm,ou 1 métres il peut etre en pyrex,je ne vois pas ou est le probléme?

Share this post


Link to post
Share on other sites
Ben le prix ?!!!! une galette de 16 " de pyrex brut c'est pratiquement la moitié du prix du dob, à moins que les mecs qui grattent le verre bossent gratos ???

Share this post


Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
Sign in to follow this