Sign in to follow this  
michel06330

F/D en astrophoto

Recommended Posts

Bruno,

Un grand merci pour tes explications et ton assiduité dans les réponses. Une question que je me pose: est-ce le caractère "discret" des matrices CCD qui occasionne ces considérations d'échantillonnage et de taille de pixels dans les raisonnements? En argentique, on peut (pouvait) aussi trouver des différences de grosseurs de grain entre certains films (ex TP2415 et d'autres émulsions plus grossières), bien que leur disposition soit aléatoire. Est-ce que l'échantillonnage interviendrait également de façon similaire si on voulait être rigoureux?

Share this post


Link to post
Share on other sites
Advertising
By registering on Astrosurf,
this type of ad will no longer be displayed.
Planetary Astronomy
Observing, imaging and studying the planets
A comprehensive book about observing, imaging, and studying planets. It has been written by seven authors, all being skillful amateur observers in their respective domains.
More information on www.planetary-astronomy.com

Moi , je ne suis spécialiste en rien ... C'est le mérite principal des officiers polyvalents ... D'ailleurs les vieux capitaines au long cours et autres officiers mécaniciens de l'ancienne génération résumaient notre polyvalence d'une manière assez lapidaire :"Bons à rien , mauvais à tout !"

Nous allons laisser les choses infuser doucement , certains feront des recherches dans gogol ... Je doute fort hélas que pendant les longues nuits d'introspection , les heures de recherche , nous trouvions le chemin de ce Saint Graal qu'est le rapport FD ....

Et à ce titre , Thierry , si tu avais pu dessiller nos yeux miteux afin qu’un peu de lumière y pénètre et que nos entendements respectifs puissent enfin appréhender ( même de loin ) les arcanes du rapport FD , ben j’serais ben content !
Si ça trouve , demain je fais un AVC ou un truc dans le genre qui me laisse sur le carreau définitivement … Tu penses bien que c’est le genre de truc qui finalement me titille l’existentiel …

Share this post


Link to post
Share on other sites
Ben il faut le comprendre le Thierry. Au début, on veut bien prendre le temps d'expliquer. Puis après on se lasse, surtout si on a fait un site web qui évite toutes ces répétitions. Bruno est admirable d'abnégation: vouloir expliquer tout cela sans parler de monsieur Nyquist et autres joyeusetés mathématiques... Votre prochaine mission sera d'expliquer avec les mains comment les traitements anti-reflets monocouches augmentent la transmission: équations de Maxwell et vecteur de Poynting interdits.

Share this post


Link to post
Share on other sites
"Bruno est admirable d'abnégation"
Absolument! Parce que ce n'était pas une sinécure!

[Ce message a été modifié par astrovicking (Édité le 10-03-2008).]

Share this post


Link to post
Share on other sites
Michel : « Bruno > Peux-tu faire le même dessin pour un tube newton ? »

Non, c'est exactement pareil (avec un miroir au lieu d'une lentille) sauf que c'est plus difficile à dessiner. Essaie de comprendre le dessin avec les lunettes puis refais-le avec un télescope (par exemple en reprenant mon dessin, en gommant la lentille et en dessinant un miroir - cette fois la lumière vient d'en bas à gauche).

scc : je n'ai pas vraiment de réponse pour ce qui se passe en argentique. À mon avis c'est un peu la même chose, sauf que la résolution est liée au grain et non aux pixels. Je me souviens par exemple d'un article de P. Martinez dans un vieux Ciel et Espace des années 1980 : il décrivait les avantages du TP 2415, mais aussi ses contraintes : comme le grain est plus fin (c'est la première pellicule qui était à la fois sensible et à grain fin - sensible à condition de l'hypersensibiliser) il faudra poser plus longtemps, et il insistait sur la nécessité d'avoir un suivi très efficace. D'ailleurs il remarquait qu'il n'était pas bête d'avoir une lunette-guide de focale double du télescope. Le fait de poser plus longtemps parce que le grain est plus fin rejoint ce qui se passe avec des pixels plus petits.

La différence entre l'argentique et le numérique, il me semble aussi que c'est la chose suivante : en argentique on est limité par la montée du fond du ciel, de sorte qu'augmenter la focale permet d'augmenter le temps de pose (le fond du ciel monte moins vite) et donc d'avoir la possibilité d'une meilleure magnitude limite. C'est pour ça que S. Brunier, dans "Nebuleuses et galaxies", insiste sur la focale plus que sur le diamètre. Et G. Thérin avait montré en pratique l'intérêt de cette remarque : il réalisait d'extraordinaires photos (argentiques) du ciel profond à F/10, mais avec des temps de pose très très longs.

Alors qu'en numérique, on n'est pas limité par le fond du ciel (on peut le soustraire) mais par son bruit. Comme le rapport signal/bruit du fond du ciel augmente avec le temps de pose (c'est le rapport signal/fond du ciel qui est fixe), rien ne limite en numérique le temps de pose total produit par l'accumulation de poses individuelles.

Vincent, Astrociking : personnellement, je trouve intéressant d'essayer de bien clarifier tout ça parce qu'il me semble que c'est bien moins simple qu'on pourrait le croire, je n'ai donc probablement pas perdu mon temps (et si j'ai dit n'importe quoi, je sais qu'on pourra me montrer où). Mais le week-end est terminé et à partir d'aujourd'hui je me contente de distribuer des exercices (comme à Michel)...

Share this post


Link to post
Share on other sites
Oui, j'entends bien Bruno, mais je t'avoue que je n'aurai eu ni le courage,ni la patience, ni probablement même la capacité d'exposer clairement le problème...
Alors chapeau!

Share this post


Link to post
Share on other sites
Grand merci Bruno, j'ai parfaitement assimilé tout ce que tu as exprimé en ce qui concerne l'influence du F/D sur la durée d'acquisition en astrophoto.

Je garde tes messages qui contiennent des réponses à des questions... que je ne me suis pas encore posées .

Merci aussi à tous les intervenants de ces 3 pages d'échanges courtois: ce forum est top !!

Le plus étrange est que je n'envisage absolument pas de faire vraiment de l'astrophotographie et ne me sens pas attiré par toute cette technique et ces fils électriques . Je n'ai qu'un Dobson sur table EQ et un 350D qui me donnent grand bonheur.

Je vais trouver par ailleurs la solution à mes autres interrogations.
Je vois à peu près où se situe la confusion.

Michel

Share this post


Link to post
Share on other sites
Je le remonte car trop interessant.
Cela permettra à d'autres de s'y attarder.
Merci à vous pour vos sagaces voires pertinentes remarques.
Alphonse

Share this post


Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
Sign in to follow this