Sign in to follow this  
yapo

croa d'une nuit d'été

Recommended Posts

Un long croa que je vous propose et que j'ai réalisé autant pour les autres (s'ils prennent plaisir à le lire) que pour moi même (pour dans dix ans m'entendre dire "tiens j'observais comme çà en 2005!")...

enjoy, yann.

PS: en annexe, les échelles de notation de Ciel Extrême pour aider à comprendre certaines abbréviations utilisées.


********************************************************************
********************************************************************

AVERTISSEMENT : A ne lire que si vous avez un peu de temps devant vous et si le ciel profond vous intéresse. Il s’agit d’un compte-rendu exhaustif décrivant les objets étudiés cette nuit là, mais présentant également l’instrumentation et les méthodes d’observation ainsi que les anecdotes de terrain

Il est 20h30TU ce dimanche 07 AOUT 2005 et bien que la température soit fraîche pour une nuit d’été, inférieure à 10°C, elle est parfaitement normale pour un site alpin situé à 1650m d’altitude en cette saison. La Clapière est un hameau d’une douzaine de chalets dont un tiers environ occupés par des habitants à l’année et le reste par des touristes saisonniers. Comme Ceillac (http://www.ceillac.com), le village proche (300 habitants), La Clapière est éclairée à cette heure tardive par une demi-douzaine de lampadaires “lanternes” jaunes qui dispensent leurs rayons dans quasiment toutes les directions. Cela provoque une pollution lumineuse locale notable mais pas encore catastrophique.

Le seul avantage des lampadaires est qu’ils fournissent un éclairage permettant d’installer le matériel sans lampe frontale... Le télescope, un Dobson de ø445mm à F/4.5 Coulter d’origine américaine, est en place depuis le début du séjour estival et protégé des intempéries par des baches en plastique. Ses 85 kilos au total (tube plein en Sonotube® et rocker en aggloméré) en font un instrument tout juste déplaçable avec un solide diable, mais c’est une gymnastique que je ne m’autorise pas chaque soir et chaque matin !


Le télescope avec vue sur l’Ouest.

Il me faut tout de même trois ou quatre voyages pour apporter depuis les dépendances du chalet le reste du matériel : escabeau aluminium 6 marches, table de camping, tabouret règlable, alimentation électrique (rallonge jusqu’au secteur, le chalet est à 20 mètres) et lampe abat-jour rouge, valise à oculaires, atlas Uranometria, planche à dessin et le portable Mac (Ibook G4, VirtualPC & Guide8). Une fois tout installé, je commence toujours par vérifier la collimation en utilisant le Cheshire. Bien qu’habillé légèrement, les va-et-vient m’ont réchauffé suffisamment pour effectuer la collimation sans habillage supplémentaire. L’instrument restant en plein air, la mise à température se fait naturellement et seules de mineures corrections sont nécessaires chaque soir pour retrouver un règlage correct.

Heureusement (et à dessein), le télescope est placé dans l’ombre du chalet et de ce fait protégé des éclairages directs. Il est temps de s’habiller chaudement.

L’habillage se fait en fin d’installation pour éviter de transpirer dans les vêtements d’observation et de se refroidir trop vite ensuite avec l’humidité ainsi acquise. Comme je suis frileux et que je vais rester assez immobile pendant quelques heures, c’est deux ou trois pantalons et autant de pulls fins que j’enfile avec pour terminer l’isolation thermique une combinaison de ski.

De retour au télescope (21h00TU), je commence à m’habituer à l’obscurité ambiante (pas totale à cause de la pollution lumineuse estimée à 2 sur 5, voir les annexes) et le ciel m’apparaît superbe. Il faut règler le chercheur (un 12x50 bricolé à partir d’une vieille paire de jumelles) et je pointe Arcturus pour ce faire, je la trouve à 80x dans les 50’ du champ, caractéristique par sa couleur orangée, et j’affine les réglages du chercheur. Ensuite, un rapide pointage vers Jupiter, bien basse sur l’horizon, me confirme que ce n’est pas une cible valable à cette heure et son gros disque bouillonnant est déformé par la turbulence normale qui règne à une dizaine de degré au-dessus de l’horizon.

Pour meubler la solitude de l’observateur, Led Zeppelin suivis de quelques autres chansons mp3 seront jouées par le portable. Je trouve que c’est plus relaxant d’observer en musique, sans pour autant se couper de l’ambiance nocturne, elle-aussi appréciable.
http://www.pbase.com/phb/image/47981771
Une vue (un peu éxagérée par rapport au visuel) de la Voie Lactée d’été.

Pas un seul nuage, la Voie Lactée est bien dessinée et la transparence m’a l’air très bonne pour le site (transparence de 0 sur 5, voir annexe). Je consulte ma liste d’objets intéressants “à observer” et constate qu’un petit groupe de galaxies d’Hickson dans le Dragon est passé bien au delà du transit (passage au plus haut dans le ciel). Il faudrait tenter de l’observer avant qu’il ne plonge derrière les montagnes. Eh oui, mon site d’observation est située en fond de vallée alpine et donc les horizons sont quasiment tous plus ou moins occultés : obstruction de 20 à 30° au Sud, 0° à l’Ouest, 30 à 45° au Nord, 45° à l’Est (à cause du chalet). Donc, en route sans plus tarder pour Hickson 80, un groupe compact de 4 galaxies de magnitudes bleues comprises entre 15 et 17.

Le Coulter est totalement azimutal, sans système de coordonnées ni encodeurs, donc c’est par cheminement stellaire que s’effectuent toutes les repérages d’objets. Ma liste m’indique la carte 28 de l’Uranometria (1ère génération, celle des années 1990) et l’index des cartes la montre située dans le creux de la queue du Dragon vers la Petite Casserole. Gamma UMi est l’étoile la plus brillante de la carte 28 d’après l’index alors je la pointe au chercheur et je partirai de là. Je repère les quelques étoiles faibles autour de Gamma dans le chercheur et descends de l’escabeau pour trouver dans l’atlas l’orientation du champ. Une fois celle-ci déterminée, je dois aller vers le Sud à la recherche d’un couple stellaire et ensuite tourner vers l’Est pour dénicher un losange écrasé d’étoiles. Je retourne au chercheur pour effectuer ce trajet et je reviens à l’atlas pour la suite : un triangle d’étoiles écrasé en continuant presque dans la même direction et en tournant vers le Sud un dernier assemblage typique d’étoiles au-dessus duquel se trouve l’objet de convoitise.


Cheminement stellaire pour trouver HCG 80.


Ca y est, j’ai centré dans le chercheur les deux étoiles de l’Uranometria qui forment un ergot avec deux autres plus faibles au Sud, et c’est maintenant Guide8 qui va m’aider à localiser la zone exacte, car ce faible groupe exigera une localisation parfaite. Guide montre qu’il suffit de prolonger la longueur preque exacte de l’ergot vers le N pour trouver la zone contenant Hickson 80. A l’oculaire et 25x (antares W70 25mm), l’ergot rentre dans le champ et je prolonge vers le N, mais dans la zone où les galaxies devraient apparaître, rien n’est visible. Qu’à celà ne tienne, grossissons ! A 125x (nagler II 16mm), je commence à discerner deux galaxies très faibles l’une au dessus de l’autre. Bien, ça commence à venir, continuons... A 211x (meade plössl 9.5mm), les deux autres galaxies sur la droite sont soupçonnées mais c’est à 280x (antares speers-waler) qu’elles sont le mieux mises en évidence, malgré leur extrême faiblesse. Cet amas de galaxie à la répartition très géométrique rappelle l’amas de la “boite” (NGC 4169-4173-4174-4175 dans Com) en plus faible et plus petit : il conviendrait donc de baptiser Hickson 80, l’amas de la “petite boite”. La “boite” nous fuit à la vitesse de 4000 km/s alors que la “petite boite” s’échappe à 9000 km/s : voilà la raison de cette faiblesse.

Après ce petit quart d’heure d’essai des grossissements, il convient de dessiner le groupe pour l’immortaliser et cela va prendre une quinzaine de minutes également. Pas toujours évident, debout sur l’escabeau, de pousser le Dobson pour qu’il suive le champ, la planchette dans une main et le crayon dans l’autre...


TN ø445mm, F/4.5, 280-400x; T=1, S=2.5, P=2, Q=1, H=54° (78%); La Clapière (05), alt.1650m; 07/08/05, 22h05TU; dans le sens des aiguilles d’une montre en partant du haut à gauche, PGC 56588, PGC 56572, PGC 56577 & PGC 56590.
Descriptions= à 280 & 400x, petit groupe de 4 galaxies concentrées sur une aire de moins de 2’ de ø en forme de rectangle assez régulier; PGC 56588 est une petite galaxie, très faible, ovale à effilée aux bords flous, assez homogène en brillance de surface; environ 33”x10” ENE-OSO; elle est vue VI2* (* signifie voir annexe) de 125 à 400x; PGC 56590 est très petite, très très faible, circulaire aux bords flous, à la brillance homogène, d’environ 15” de ø, vue VI3* (voir annexe) de 125 à 400x; PGC 56572 est très petite, extrêmement faible, circulaire aux bords flous, d’environ 15” de ø; elle a un centre stellaire de m=14-15 et la couronne est homogène; vue VI5* de 211 à 400x; PGC 56577 est très petite, extrêmement faible, ronde aux bords flous, de brillance homogène; vue VI5+* de 211 à 400x.

Après s’être régalé sur ce petit amas un peu délaissé, il est temps d’étalonner la nuit. Une séquence de magnitude limite autour de la polaire m’aide dans cette tâche (http://www.astrosurf.com/cielextreme/page184F.html) et je repère l’étoile de mv=6.31 dont j’ai l’habitude entre la Polaire et la première étoile du “manche” de la petite casserole. Ce soir je parviens à la “voir” en vision indirecte presque 75% du temps, ce qui est très bien car, d’habitude, ça tourne plutôt autour de 30 à 50%. Cela laisse augurer d’une magnitude zénithale dépassant mv=7.0 et donc d’une transparence de l’atmosphère très favorable. Au niveau de la turbulence, je lui donne entre 2 et 3 sur 5, car les étoiles restent ponctuelles jusqu’à 250x (au dessus de 45° de hauteur), pour autant qu’elles puissent l’être dans un instrument souffrant d’astigmatisme, de défaut de sphéricité et d’un primaire un peu contraint ! Pour finir cette évaluation de qualité nocturne, il n’y a aucune humidité, le vent est moyen mais constant, et pas un nuage ne sera décelé pendant la nuit.

Allez, cible suivante. Tiens, dans la même constellation, un couple qui devrait être intéressant : NGC 6434 et RXSJ17366+7205, l’association d’une galaxie et d’un quasar, chère à Halton ARP. Le repérage de la galaxie est aisé car elle est située juste au N d’une étoile de m=7 facile à trouver au chercheur non loin de psi du Dragon. [Comme j’ai bien détaillé la recherche du premier objet de la soirée, je ne me sens pas le droit de vous assommer avec les autres recherches par cheminement, très variées au demeurant, mais pas très suprenantes en fin de compte et surtout alourdissant le texte].

J’avais déjà obervé la galaxie dans un 200mm, mais jamais le quasar. Guide 8 le montre sur le côté de l’extension O et c’est la que je cherche, mais (surprise !) ce que je trouve est assez loin de l’éclat catalogué (V=14.3) : une “quasi-étoile” très faible, vraiment limite pour l’instrument, de mv>16 pour sûr. Quasar variable ou magnitude visuelle mal évaluée ? Bien sûr, l’association n’est qu’apparente (ou peut-être pas Mr ARP ?) puisque la galaxie a un décalage vers le rouge (z) de 0.0083 et le quasar de 0.0940... soit 1.3 milliards d’années-lumière quand même ! (en distance radiale comobile et postulant un univers plat, et [URL=http://www.astro.ucla.edu/~wright/CosmoCalc.html)]http://www.astro.ucla.edu/~wright/CosmoCalc.html)


TN ø445mm, F/4.5, 211-400x; T=1, S=2.5, P=2, Q=1, H=55° (87%); La Clapière (05), alt.1650m; 07/08/05, 23h15TU; le quasar est la première “étoile” parmi les deux se situant immédiatement à droite de la galaxie.
Description NGC 6434= à 211, 280 & 400x, galaxie moyenne en taille, faible en éclat, ovale; d’environ 1.2’x0.4’ axée E-O, ses bords sont très flous et son centre une peu plus brillant; vue VI1* de 80 à 400x; étoile de m=8 à 2’S.
Description RXSJ17366+7205= à 280 & 400x, stellaire, très difficile, m=16.5, extrêmement faible, vue VI5++; placé à 48”OOON du centre de NGC 6434, à 16” du bord de l’extension O de la galaxie.

Je termine le dessin à 23h15TU... déjà 01h du matin, la nuit avance vite. Je prends quelques minutes quand même pour m’asseoir sur le tabouret et tout simplement admirer le ciel en remettant les lunettes (myopie de 2 à 3 dioptries). Le ciel est vraiment magnifique, il faudrait que je dessine un objet esthétique un peu plus proche de chez nous et pas à des mégaparsecs de distance pour, en quelque sorte, rendre hommage à cette magnifique transparence des éthers... Qu’est-ce que je pourrais pêcher dans ma feuille excel comme cible répondant à ces critères ? Tiens, pourquoi pas NGC 7023, la nébuleuse de l’Iris ? Voyons voir ce que ça donne dans le Coulter même si mes souvenirs issus d’observation avec 200mm de diamètre ne sont pas étourdissants.

Elle est facile à trouver et même à voir, et d’ailleurs, c’est très beau puisque l’on distingue les arcs nébuleux faibles qui lui donnent son aspect photographique familier (plutôt une araignée qu’un iris à mon goût). L’étoile centrale est très brillante mais ne gène pas l’observation, et les filtres n’apportent aucun aide (l’UHC et le wratten 65A ne la dégradent pas trop quand même) puisqu’il s’agit d’une nébuleuse purement par réflection. La délicatesse de cette nébuleuse rend son dessin compliqué, mais ses volutes gazeuses brillantes et sombres réjouissent la rétine et je ne me lasse pas de l’admirer.


TN ø445mm, F/4.5, 80-280x; T=1, S=2.5, P=2, Q=1, H=66° (99%); La Clapière (05), alt.1650m; 08/08/05, 00h15TU. Description= de 80 à 280x, grande nébuleuse, de forme irrégulière aux bords indélimitables, assez brillante; d’environ 6.8’ de ø total, centre plus brillant avec des renforcements; centrale de m=7; UHC=Wr65A=épargnent la nébuleuse, OIII=Hß=affaiblissent la nébuleuse, type R; vue V2 de 80 à 280x; partie centrale brillante grossièrement triangulaire de 2’ de grand axe (coins vers le N, le SE et le SO) contenant l’étoile centrale sur sa base S; à 1’ au S de l’étoile centrale se trouve un autre renforcement triangulaire plus évasé, d’environ 1.8’x1.0’ avec la même orientation générale et la base face au S également; un 3ème renforcement se trouve encore plus bas au S, à 2.4’ de la centrale, oval E-O de 1.0’x0.5’; deux arcs presque rectilignes très faibles (VI5) sont plaçés de part et d’autre à l’E et à l’O, parallèles à l’axe N-S constitué par les renforcements centraux précédemment cités, comme des ailes de papillon, connectés à l’axe central par des liaisons extrêmement ténues au N et au S; l’arc O est plus court, 3.6’x0.8’ et l’arc E un peu plus long 4.8’x0.8’; ces dernier donnent à l’ensemble l’aspect d’un “Tie-Fighter” issus de “Star Wars”; entre l’arc O et le centre, l’obscurcissement est encore plus net que de l’autre côté et une véritable indentation sombre se situe entre la zone centrale brillante autour de l’étoile de m=7 et celle juste au S; de plus, au SSO de la nébuleuse, le bord est plus net sans doute à cause d’un nuage obscur qui se superpose; 3 étoiles de m=15 et une de m=12 se trouvent sur la nébuleuse en plus de la centrale.

Il est 00h15TU quand j’en termine avec NGC 7023 et je réfléchis déjà à la cible suivante (faut pas mollir !). J’ai toute une liste de galaxies torturées par des intéractions gravitationneles dans laquelle je pioche NGC 7250 assez proche du méridien dans le Lézard. Voyons ce que donne cette galaxie qui semble “croissantée” et chaotique sur le DSS... Le repérage n’est pas évident car le Lézard n’est pas une constellation aux étoiles brillantes et à l’assemblage caractéristique.

Lors d’un va-et-vient entre l’oculaire et l’atlas, mon oeil est attiré en une fraction de seconde par un bolide très brillant (2-3 fois Jupiter) dans une trajectoire presque Nord-Surd (perséide), de couleur jaune-verte qui laisse derrière lui une trainée persistante de plusieurs secondes. Magnifique et suprenant interlude que cette apparition fugace à 00h28TU. Le nombre de bolide comme celui-là que l’on rate pendant que l’oeil est scotché à l’oculaire... regrettable !

Revenons à NGC 7250 : elle est passée inaperçue lors de sa recherche à 80x sans doute à cause de sa taille chétive, mais elle a été bien repérée à 125x et au delà. C’est une petite tache diffuse très allongée dont on aperçoit par moment la dualité des parties centrales, surtout vers 280x. Collision entre deux galaxies, double-noyau, flambée d’étoiles ou région HII géante ? Guide8 indique une galaxie du catalogue LEDA million galaxies (21816) comme une entité à part constituée sur le noyau N, mais le “NASA/IPAC Extragalactic Database” ne mentionne que NGC 7250. Les références laissent penser à une flambée d’étoiles (NGC 7250 est mentionnée dans “Starbursts in barred spiral galaxies (2004A&A...416..515D)”. C’est toujours intéressant de se plonger dans la petite histoire des objets que l’on convoite, il y a souvent des choses intéressantes à découvrir et cela pimente encore plus l’observation de terrain !


TN ø445mm, F/4.5, 280x; T=1, S=2.5, P=2, Q=1, H=80° (93%); La Clapière (05), alt.1650m; 08/08/05, 01h35TU. Description= à 280x, petite à moyenne galaxie, assez faible en éclat, vue VI1 de 125 à 400x; très allongée 1.00’x0.25’ NNO-SSE aux bords assez nets; centre un peu plus brillant “décentré” vers le S, avec un renforcement conséquent vers le N (séparation entre les deux de 22” environ), comme un double-noyau.

A près de 01h30TU, dernier dilemme de la soirée, il faut terminer cette nuit fructueuse par un feu d’artifice, des paillettes éparpillées partout... un amas de galaxies ! Les champs de galaxies de l’automne se profilent vers le transit et c’est dans Andromède que se situe l’amas Abell 71 (30 galaxies dans un ø de 1°, z=0.0724, distance radiale comobile de 1 milliards d’années-lumière), mon choix de ce soir... enfin, ce matin.

Non loin de delta AND, l’amas est localisé sans problème grâce aux trois “brillantes” galaxies du NGC (mph=13.5 à 15.5 quand même) qui servent de jalons (NGC 181, 183 & 184). Sept galaxies sont visibles dans un champ somme toute relativement restreint (15’). A priori, la plus faible galaxie détectée est 2MASX J00383950+2931584 (ouf !) à la magnitude bleue de 17.55, ce qui grosso-modo doit faire aux alentours de 16.5 en magnitude visuelle. Bon ce n’est pas un feu d’artifice du 14 juillet cet amas, mais tout de même une observation très sympa dominée par le trio du NGC et avec quelques faibles galaxies satellites en prime.


TN ø445mm, F/4.5, 280x; T=1, S=2.5, P=2, Q=1, H=74° (99%); La Clapière (05), alt.1650m; 08/08/05, 02h40TU; de haut en bas et de gauche à droite, PGC 2294 (CGCG 500-058), 2MASX J00384058+2935114 (PGC 1871091), 2MASX J00383950+2931584 (PGC 1869310), CGCG 500-061 (PGC 2320), NGC 183, NGC 181 et NGC 184.
Description NGC 181= à 280x, petite galaxie, faible, très allongée 45”x10” NO-SE, homogène. Description NGC 183= à 280x, petite à moyenne galaxie, faible, allongée 45”x25” NO-SE, homogène. Description NGC 184= à 280x, très petite galaxie, faible, allongée 19”x12” pratiquement N-S, homogène. Description PGC 2294= à 280x, petite galaxie, extrêmement faible, allongée 38”x14” NE-SO, homogène. Description PGC 1871091= à 280x, petite galaxie, extrêmement faible vue VI5++, effilée 48”x10” N-S, homogène. Description PGC 1869310= à 280x, très petite galaxie, extrêmement faible vue VI5++, informe d’environ 10” de ø, homogène; étoile de m=15 à 7” du bord NE. Description PGC 2320= à 280x, très petite galaxie, faible, ronde d’environ 15” de ø, homogène; étoile de m=15 à 9” du bord SO.

Je termine ce dernier dessin vers 02h40TU alors que “l’aube” astronomique ne va pas tarder à ternir ce ciel qui s’est avéré magnifique. Il est temps de plier bagage, de fermer les atlas, éteindre le micro, ranger les oculaires, bâcher le télescope et ramener tout le reste à l’intérieur du chalet. J’ai eu quelques coups de fatigue en cours de nuit, mais vu que je n’exploite ce site qu’en temps de vacances, il faut en profiter au maximum et parfois se faire un peu violence pour ne rien regretter. C’est -presque- en pleine forme que je me déshabille et prépare un léger petit-déjeuner pour ne pas se coucher le ventre vide. Je le déguste sur la terrasse du chalet, face à l’Est, tout en regardant le ciel s’éclairer peu à peu, avec Mars plein Sud et Orion qui se lève tout juste. Bientôt le ciel d’hiver...

******************************************************************
******************************************************************
ANNEXES
ECHELLES CIEL EXTREME

***************
VISION

V1= brillant, évident dans le champ au premier coup d'oeil

V2= lumineux, facile à détailler après une adaptation suffisante

V3= difficile, limite en vision directe, on a immédiatement tendance à observer en vision indirecte

VI1= objet vu 100% du temps, sans interruption et facilement

VI2= objet vue 75% du temps, presque continuellement

VI3= objet vue 50% du temps, disparaît aussi fréquemment qu'il apparaît, au cours de périodes de plusieurs secondes en moyenne

VI4= objet vu 25% du temps, n'est vu qu'à l'occasion de glimpses courts et espacés irrégulièrement

VI5= objet vu 10% du temps, 5 glimpses de 1 seconde par minute d'observation, la majorité d'entre eux appuyés

VI5++= objet vu 5% du temps, 2 à 3 glimpses (en moyenne < 1sec.)

VI5++= objet vu 1 à 2% du temps, 1 à 2 glimpses par minute, chacun d’une fraction de seconde

VI5+++= objet vu moins de 1% du temps, soit plus de 2 glimpses pour une observation prolongée (personnellement, je ne qualifie de sûre une observation que si j’ai perçu plus de 2 glimpses, dont au moins 2 sûrs; une observation prolongée peut durer de 10 à 30 minutes, parfois plus, mais en plusieurs tranches pour reposer l’oeil)

VI5ns= 1 ou plusieurs glimpses pour une observation prolongée, dont aucun n’est sûr (personnellement, je n’ai jamais été confronté à une observation VI5ns composé d’un seul glimpse sûr et d’autres non sûrs)

***************
TRANSPARENCE

T=0 __ excellente
montagne et site préservé
mvlonZ > 6.5
mvlonUMi > 6.25

T=1 __ très bonne
montagne ou campagne exceptionnelle
6.25 < mvlonZ < 6.5
6.00 < mvlonUMi < 6.25

T=2 __ bonne
pleine campagne
6.00 < mvlonZ < 6.25
5.75 < mvlonUMi < 6.00

T=3 __ moyenne
village ou banlieue éloigné
5 < mvlonUMi/Z < 6

T=4 __ assez mauvaise
banlieue ou petite ville
3 < mvlonUMi/Z < 5

T=5 __ médiocre
pleine ville
2 < mvlonUMi/Z < 4

***************
POLLUTION

P=1 aucune pollution ou suffisamment faible pour n'avoir aucune incidence sur l'observation (équivalence naturelle: ciel sans lune)

P=2 le ou les haloes à l'horizon ne dépassent pas H=15° (équivalence naturelle: lune < 3 jours)

P=3 le ou les haloes montent à plus de 45° (équivalence naturelle: lune ? 5 jours)

P=4 ciel de banlieue, aucune partie du ciel n'est épargnée ((équivalence naturelle: pleine lune)

P=5 ciel de centre ville (>100 000 habitants)

[Ce message a été modifié par yapo (Édité le 10-10-2005).]

[Ce message a été modifié par yapo (Édité le 11-10-2005).]

[Ce message a été modifié par yapo (Édité le 11-10-2005).]

Share this post


Link to post
Share on other sites
Advertising
By registering on Astrosurf,
this type of ad will no longer be displayed.
Planetary Astronomy
Observing, imaging and studying the planets
A comprehensive book about observing, imaging, and studying planets. It has been written by seven authors, all being skillful amateur observers in their respective domains.
More information on www.planetary-astronomy.com

Magnifique CROA, équilibre entre descriptions, dessins, données théoriques, agrémenté du juste zeste d'impressions circonstanciées qui fait de la recette une réussite!
Yann, quand tu veux pour d'autres nuits en ta compagnie!

Share this post


Link to post
Share on other sites
Piouff ! ça c'est CROA exhaustif ou je m'y trompe ! On reconnaît bien là un Extrémiste... du ciel. Bravo pour la persévérance dans l'originalité des observations, ça donne des idées !
Pour les dessins (j'aime bien NGC 7023 et Abell 71), est-ce que le Nord est en haut ?
Il manque quand même dans l'annexe la signification des paramètres « S » (seeing j'imagine, mais à quels critères correspond la notation ?) et « Q ». Je me souviens avoir vu ces définitions dans un numéro de CE, mais je ne me rappelle plus de la signification exacte.
Autre chose : la première image ne s'affiche pas.

Autres petites questions subsidiaires : est-ce que l'émulation PC marche bien sur les I-book et est-ce qu'un I-book c'est solide (= encaisse bien l'humidité de la nuit) ? Il faut reconnaître qu'ils ont une autonomie impressionnante (et ils sont design, ce qui ne gâche rien), mais je ne suis pas équipé Mac...
Encore une après je te laisse tranquille : est-ce que le fichier Excel de sélection dont tu parles est confidentiel ou est-ce que tu peux le mettre à la disposition de celui qui en fait la demande (en l'occurrence moi ) ? Dans la positive, est-ce que tu peux me l'envoyer par mail à matp (at) wanadoo (point) fr ?

Merci d'avance et bons ciels bien cléments.

[Ce message a été modifié par MatP (Édité le 09-10-2005).]

Share this post


Link to post
Share on other sites
A y est, j'ai tout lu ! Quelques idées d'observations pour quand j'aurais un plus gros télescope (parce que bon, les galaxies de magnitude 16, mon 300 mm n'en veut pas). J'aime beaucoup le dessin de NGC 7023, qui m'avait déçu lors d'une observation depuis le ciel de la Lozère. C'est ce que j'aurais espéré voir mais n'ai pas vu. Ah, il m'en faut un plus gros. Donc merci de nous faire partager tes observations, c'est justement ça qui donne envie de progresser, d'autant qu'on voit peu de CROAs de gros diamètres (forcément, il y en a peu).

Share this post


Link to post
Share on other sites
merci maïcé, MatP et Bruno pour vos appréciations.

maïcé> tu parles d'autres croas ou d'observations en commun ?

MatP> c'est vrai, j'ai oublié l'échelle de seeing (qui a été sujette à débat); en vrac, c'est comme l'échelle de Pickering donc dépendante de l'instrument utilisé et du coin de ciel visé. Personnellement, je vais de 1 à 5 avec des étoiles ponctuelles à 400x pour S=1 et des étoiles floues dès 80x pour S=5 (et j'étalonne à 125, 211 et 312x pour S=4, 3 & 2).
Q (pour "qualité"), c'est une combinaison complètement subjective de tous les facteurs pour dire en rapport avec le site utilisé si c'était une nuit plus ou moins bonne (dès que Q=1, c'est que la nuit est bonne par rapport aux moyennes du site).
J'ai corrigé pour la 1ère image qui est sur le site d'un pote, il faut aller voir directement j'arrive pas à lier l'image...
Oui, l'émulation marche sans problème (enfin avec windows98SE, avec XP j'ai pas essayé), bien sûr c'est pas très rapide mais ça permet d'utiliser la "puissance" de Guide8 sur mac. Pour l'humidité, je "l'enrobe" toujours d'une caisse cartonnée pour protéger des retombées directes (qui sont rares dans les alpes mais ça arrive parfois) et pour l'instant, j'ai pas eu de problème mais l'ibook n'a pas tant de nuit que ça passées dehors (une quinzaine à tout casser).
Pour le fichier excel, pas de pb je te l'envoie, mais d'une part n'y figurent pas tous les objets intéressants déjà observés avant son établissement (2004) et d'autre part, j'en rajoute régulièrement. Attention également, ce sont des cibles supposées montrer des détails avec un 45cm mais sans garantie.

Bruno> c'est vrai que les croas de grands diamètres manquent, c'est pourtant ce qui me motivait quand je n'observais qu'au 115... Eh bien , j'espère à mon tour motiver quelques observateurs momentanément moins bien équipés (au rythme où vont les chinois...). Mais les croas de "petits" diamètres sont également diablement intéressants (pourvus qu'ils sortent du sentier battu des objets de Messier).

a+, yann

PS: ah, et oui, le Nord est en haut et l'Ouest à droite dans tous mes dessins (vieille habitude d'observateur boréal sans doute..)

[Ce message a été modifié par yapo (Édité le 10-10-2005).]

Share this post


Link to post
Share on other sites
Merci Yann pour toutes ces précisions.
Et merci pour le fichier, je te prie de croire je vais massivement m'en inspirer quand les conditions seront idéales !

Share this post


Link to post
Share on other sites
Merci Yann pour ce superbe CROA. Il m'a rappelé quelques souvenirs d'observations en Lozère, lorsque nous étions avec Fred, Vincent et Gilles et que nous tentions quelques performances comme Frosty Leo dans le 400mm ;o)

Sur tes dessins, je ne comprends pas les annotations du type H=54° (78%). Peux-tu m'expliquer ?

Christophe

Share this post


Link to post
Share on other sites
christophe> que de souvenirs, les "ancêtres" des RAP en 1996 !
H (pour hauteur) il s'agit de la hauteur de l'objet sur l'horizon en degré et entre parenthèse, c'est le pourcentage par rapport à sa hauteur maximale lors du passage au méridien pour le site utilisé (il faudrait peut-être que je parle en masse d'air, ce qui serait plus parlant sans doute...)
il s'agit juste d'indiquer si l'objet était "haut" dans le ciel ou bien vers l'horizon et donc sujet à l'absorption
(christophe, je n'oublie pas que je te dois qq photocopies, ça va viendre... )

Share this post


Link to post
Share on other sites
Magnifique CROA, agrémentés de jolis dessins. Ca donne envie d'avoir un gros diamètre et de ce lancer dans des cibles très faibles... ( quand j'arrive à mag=11 dans mon mak je suis déjà content, alors mag 16.5... ).
Ca m'a pris du temps de tout lire, mais ça passe très vite tellement on a envie de continuer.
Juste quelques questions techniques :
- tu dessinnes sur l'escabot, c'est à dire debout? position accrobatique, non?
- Les gens du quartier de gueulent pas que tu éteignes leur précieu lampadaires?

Astroamicalement

Boris

Ps=>vivement les prochains CROAs...

Share this post


Link to post
Share on other sites
> que de souvenirs, les "ancêtres" des RAP en 1996 !

En effet Yann, je me souviens que c'était après une de ces nuits d'observations, autour d'un petit déjeuner, que nous avions rêvé de ce projet de "star party"... ça nous rajeunit pas tout ça ;o)

Excellente idée le pourcentage de référence par rapport à la hauteur maximale, je trouve que c'est plus significatif que les masses d'air.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Boris> oui, je dessine debout sur l'escabeau (parfois assis sur la plateforme si la hauteur de l'oculaire s'y prète); c'est souvent bancal car (on le devine un peu sur la photo) le terrain est en pente et si l'axe du telescope n'est pas perpendiculaire ou parallèle, il faut trouver des compromis pour l'escabeau... mais bon, l'herbe amortirait en cas de chute sans parler de la neige l'hiver (mais ça ne m'est jamais arrivé). Je me suis souvent rattrapé directement au... télescope (moi=77kg contre le coulter=85kg), c'est l'avantage d'un instrument lourd
Pour les lampadaires, je suis idiot mais c'est la partie auto-censurée que je ne souhaitais pas voir apparaître sur le forum mais bon j'ai oublié de couper le texte (c'est maintenant fait) justement pour ne pas trop faire de publicité à ces extinctions certainement illégales (mais j'assume).
En fait, les voisins les plus proches sont au courant (ils peuvent venir voir dans le télescope quand ils veulent (c'est plutôt rare), le reste du hameau non (enfin, s'ils lisent astrosurf maintenant oui ).
Dans tous les cas, c'est seulement une vingtaine de nuits pas an, alors ils ne doivent même pas remarquer, tout juste qu'une fois de temps en temps certains lampadaires ne fonctionnent pas...
Enfin, ils ont -généralement- des lumières sous leurs porches et des feux à leurs voitures, alors...

Share this post


Link to post
Share on other sites
Donc, pas très confortable pour dessiner...
Sinon, l'un des meilleurs CROA que j'ai lue ( je me lasse pas de le relire )

Vivement les prochains CROA !

B.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Tout à fait splendide ce CROA! Un vrai régal qui entraîne le lecteur dans les détails du ciel profond comme s'il était lui-même à l'oculaire. J'ai bien aimé l'avertissement préalable qui effraie par sa solennité! Merci pour tous les dessins et les renseignements techniques à foison! C'est vraiment le CROA à classer pour le relire ultérieurement.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Merci pour vos commentaires, j'avais un peu peur a posteriori d'avoir pondu un CROA un peu trop "spartiate".
Je ne suis pas trop poète dans l'âme, alors mes comptes-rendus sont souvent assez secs et réduits au maximum.
Bon j'en enverrai d'autres, mais ce ne sera jamais du "live" parce que ça me prends toujours du temps pour exploiter dessins et notes de terrain...

Share this post


Link to post
Share on other sites
Bonne résolution d'en faire d'autre , et aussi, pense à en envoyer à Ciel extrême, ça me fera des CROAS papiers que je peut garder

Astroamicalement...

Boris

Share this post


Link to post
Share on other sites
Merci Yann; je prends enfin le temps de lire ce magnifique compte rendu; j'apprécie particulièrement les ref. astrophysiques et les descriptions d'ambiance ...

Jean-Raphaël

Share this post


Link to post
Share on other sites
Bravo Yann,
Tu as raison, s'informer auparavant de ce que l'on va observer est utile et je vais dès que possible tenter ces observations avec mon 312 (le 560 est en attente de sous pour financer l'aluminure actuellement à 30% reflection.
Au début du post je me demandai ce qui te prenais d'observer à proximité de lampadaires et je me suis douté que tu avais une astuce (je viens juste de le lire) N'ai pas de scrupules j'ai pour ma part observé en ville au début des années 80 à coté d'une place ou un superbe éclairage venait d'être installé. La première nuit j'ai pesté maudit le conseil municipal et les habitants.
la deuxième je suis allé ouvrir le petit boitier situé dans un coin que j'avais repéré de jour.
Deux ou trois heures de coupures à partir de 23h et ce deux ou trois fois par mois durant deux ou trois ans sans problème,(règle des deux trois modèle déposé ;-) je n'en ai jamais entendu parlé dans le voisinage.

Bonnes observations à tous

Share this post


Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
Sign in to follow this