Sign in to follow this  
Hyperfocale

Télescope à liquide, réfracteur à air

Recommended Posts

Bonsoir,

Des amateurs ont-ils déjà utilisé la technique du télescope à miroir liquide, dont la mise en rotation lui donne une courbure de parabole, au niveau de l'interface liquide/air.

Même question pour le télescope à air chaud (courbure des rayons lumineux, par effet de modification de l'indice de réfraction par variation du gradient thermique.

Cordialement.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Publicité
En vous inscrivant sur Astrosurf,
ce type d'annonce ne sera plus affiché.
Astronomie solaire : la bible est arrivée !
400 pages, plus de 800 illustrations !
Les commandes sont ouvertes sur www.astronomiesolaire.com
C'est vrai que si c'était au point, les miroirs tournants en mercure nous permettraient, à nous amateurs, d'avoir des sacrés diamètres à relativement peu de frais... le rêve quoi...

et jamais d'aluminures à refaire, pas de problèmes de rayures, longueur focale variable, nettoyage facile avec une épuisette, etc., etc....

[Ce message a été modifié par baroche (Édité le 27-12-2008).]

Share this post


Link to post
Share on other sites
Non jamais essayé,par contre le nouveau Dobson gonflable avec son miroir pliable de chez April pisces ça c'est l'avenir!

Share this post


Link to post
Share on other sites
Et oui et pourquoi pas une lentille gravitationnelle avec un petit trou noir à la place du secondaire. Comme ça, même plus d'optique à nettoyer !

Share this post


Link to post
Share on other sites
bonjour.
j'ai meme vu dans le temps qu'on a fait des miroirs au mercure en faisant tourner le primaire on obtenait la forme voulue :-)
mais dans ce cas là on n'observe qu'au Zenith !!!

Catena

Share this post


Link to post
Share on other sites
Avec le froid actuel, on aurait une sorbetière à miroir liquide :

La forme est obtenue avec la rotation. Elle est figée avec le froid, donc on arrête la rotation.

J'ai bon?

Non?

Je sors?

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a même des miroirs pro de plus de 150 cm en mercure. Pas plus sauf erreur...
Mais c'est encore étudié pour les observatoires lunaires.

Et on observe dans une bande de +/- 15 ° du zénith ce qui n'est pas si mal. Les problèmes: les règles de protection de l'environnement, la pollution du mercure par les poussières et l'eau et les vibrations dans le liquide qu'il faut maitriser aux petits oignons.

La question de base est intéressante: les trucs pas possibles... J'en ai plein dans mon ScrapBook depuis les miroirs gonflables en passant par des miroirs de 150cm en verre de 3 mm... si si.

Alors c'est quoi le April Pisces? On peut avoir une adresse?
Pierre


Share this post


Link to post
Share on other sites
Salut à tous,

le problème de la pollution est inexistant tant qu'on ne renverse pas le miroir de mercure. D'autre part pas de risque de s'intoxiquer avec des vapeurs, la pression de vapeur saturante est trop faible... par ailleurs une fine couche d'oxyde de mercure I et II se forme sur la pellicule au contact de l'air, si la rotation est stable, la fine pellicule ne se désagrège pas, et empêche alors totalement les éventuelles vapeurs de passer.

Pour la mise en pratique, se procurer de quoi faire un miroir au mercure est difficile pour un particulier. Par contre, remplacer le Hg par de l'huile de vidange est envisageable, c'est réfléchissant, hélas pas assez...

Donc le télescope liquide n'est pas un poisson d'avril, et comme Strock Pierre j'ai aussi un petit tas de feuilles avec des idées de science-fiction pour des télescopes hors-normes , reste à voir si je peux bricoler tout ce bazar un jour....

Share this post


Link to post
Share on other sites
Bonsoir,

Le système du réfracteur à air chaud existe bel et bien, comme dispositif optique expérimental, ayant donné lieu à un article détaillé dans la revue Science & Vie (pas le numéro d'avril), d'il y a quelques années...

Pour le télescope à miroir liquide, on pourrait envisager un fluide de forte densité, de viscosité assez élevée (mais pas trop), et sur lequel surnagerait une poudre métallique colloïdale...

Autre possibilité : un produit chimique passant de l'état pâteux à l'état solide, soit par variation de température, soit par un autre procédé (champ électrique, par exemple).

Avant d'observer, on met en rotation à l'état pâteux, et une fois la forme parabolique prise, on passe en phase solide pour observer.

Cordialement.

[Ce message a été modifié par Hyperfocale (Édité le 27-12-2008).]

[Ce message a été modifié par Hyperfocale (Édité le 27-12-2008).]

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a depuis 2004 le LZT Canadien, Large Zenith Telescope avec un diamètre de 6m le lien wiki découvert et vu en rotation dans un "C' est pas sorcier" me semble t il.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Non seulement les miroirs liquides ne sont pas des poissons d'avril, mais on peut même faire des images qui tiennent assez bien la route avec...

Share this post


Link to post
Share on other sites
Pierre,

Tu trouveras April pisces dans les numéros d'Avril 2008 des magazines astronomiques.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Toutiet, pour regarder Mercure, il y a fort à parier que le miroir se vide sous nos latitudes...

Share this post


Link to post
Share on other sites
Bonsoir,

Mon idée de télescope à miroir liquide n'était pas si loufoque que cela, puisqu'un court article, publié dans un des derniers (quelques numéros en arrière) exemplaires de S&T, annonce que des astronomes indiens travaillent sur une version exploitant les propriétés des nanoparticules à la surface d'un liquide conducteur (de mémoire...).

Pour tous les détails, que j'ai commencé à oublier, reportez-vous à vos archives de S&T...

Bien entendu, l'exploration du ciel se limite à la bande de latitude céleste correspondant à la latitude d'implantation de l'engin, et l'observation d'un objet particulier dure le temps du passage dans le champ de l'oculaire, du fait du mouvement apparent...

Sauf, si la mise en rotation autorise quelques degrés d'inclinaison, en plus de la stricte verticalité...

D'un autre côté, coût minimal, mobilité facile, fabrication rapide, entretien quasi nul, etc., plus une focale variable (en fonction de la vitesse de rotation : plus on tourne vite, plus la focale est courte, je suppose...).

Cordialement.

[Ce message a été modifié par Hyperfocale (Édité le 29-03-2009).]

Share this post


Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
Sign in to follow this