Sign in to follow this  
Jean-Philippe Cazard

Que voit-on dans une grande APO ... suite

Recommended Posts

>Ben si! on devine des bandes, surtout visibles en haut, position 0h30/6h30.

Pas cohérent avec l'orientation nord/sud à l'horizontal, et surtout, non prouvé sur les données pro donc fiabilité très faible... l'hypothèse de l'artefact est bien plus certaine.
Sur un objet comme Uranus, la crédibilité des observations doit être solidement travaillée...

>Et j'en ai aussi deviné sur une autre image de ce post, perdue dans les 14 pages qui précèdent. Vérification faite il devait s'agir des images de 2007 du HST.

Là oui. Par contre vu qu'elle n'est pas visible en-dehors d'un traitement poussé, peut-on oser penser qu'on la verrait depuis la Terre, en visuel, avec des instruments infiniment moins puissants que le HST, hmm ?

Stanislas : tu dis pas surpris que des SC ne montrent rien... sauf que les SC en question montrent des détails aussi fins, voire plus, sur des planètes de même nature qu'Uranus (cf les Jupiter de Peach...). Et il n'y a pas que les SC : Grenoblois utilisent un mewlon 250, instrument dont la qualité optique est hors de doute.


[Ce message a été modifié par Christophe Pellier (Édité le 04-01-2010).]

Share this post


Link to post
Share on other sites
Advertising
By registering on Astrosurf,
this type of ad will no longer be displayed.
Planetary Astronomy
Observing, imaging and studying the planets
A comprehensive book about observing, imaging, and studying planets. It has been written by seven authors, all being skillful amateur observers in their respective domains.
More information on www.planetary-astronomy.com

Uranus opposition de 2006 par Detelv Niechoy avec un C8.

Qui veut faire la liste de ceux qui voient quelque chose sur Uranus.
Cette fois ci c'est fait avec un C8 ... surprenant non.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Ah...

Ah ben du coup, Stanislas avec son 150 est un piètre observateur, comparativement...

Quant aux David, aux Bernard et consort et leurs soit-disant observations à 3000 x au 600 mm à lambda sur 100, c'est juste des guignols...


S

Share this post


Link to post
Share on other sites
"Pas cohérent avec l'orientation nord/sud à l'horizontal, et surtout, non prouvé sur les données pro donc fiabilité très faible... l'hypothèse de l'artefact est bien plus certaine"

Ben, si la région polaire est à gauche, les bandes devinées presque verticales sont cohérentes, non?

Après, que ça puisse être un artefact...c'est bien possible

[Ce message a été modifié par Claude PEGUET (Édité le 04-01-2010).]

Share this post


Link to post
Share on other sites
>Cette fois ci c'est fait avec un C8 ... surprenant non.

Oui, je te confirme : qu'un observateur visuel voie les mêmes détails que ceux qui apparaissent sur une image CCD prise dans... l'infrarouge, c'est effectivement épatant...

[Ce message a été modifié par Christophe Pellier (Édité le 04-01-2010).]

Share this post


Link to post
Share on other sites
>les bandes devinées presque verticales sont cohérentes, non?

Je n'en vois pas vraiment... et si elles ne sont que "devinées", sur un objet comme celui-ci, la raison commande de les considérer comme irréelles.
Non, le seul détail crédbile sur cette image c'est la région polaire sud.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Vénus et Mercure c'est différent : là on est certain que des détails existent, et qu'ils sont accessibles à l'oeil humain... de plus ce sont des objets très brillants.
Neptune... encore un peu plus subtil, vu qu'il y a plus de détails que sur Uranus, en dépit des conditions d'observations encore plus dures que sur Uranus
par contre les dessins de Mars sont bien déçevants en comparaison, s'il n'en voit pas plus sur une planète aussi "facile", que penser de Neptune ?

Share this post


Link to post
Share on other sites
C'est assez incroyable pour Uranus, on a l'impression de voir des photos prises dans le proche infrarouge.
Est-ce qu'il y a une explication ?

Share this post


Link to post
Share on other sites
Des exemples d'observations visuelles d'Uranus avec un filtre orange 570 nm ou mieux un filtre rouge 610 nm ?

[Ce message a été modifié par ms (Édité le 04-01-2010).]

Share this post


Link to post
Share on other sites

?

Est ce que c'est le même gugusse qui suréchantillonnait 100x ses satellites de Jupiter à la web cam, puis les déconvoluait 100 fois, ou les "ondelettaient" je sais pu, 100 x, jusqu'à ce qu'apparaissent des détails de 0.1'' dans ces énormes pâtés de 2'' ?

S

Share this post


Link to post
Share on other sites
>Des exemples d'observations visuelles d'Uranus avec un filtre orange 570 nm ou mieux un filtre rouge 610 nm ?

Pas à ma connaissance. En théorie c'est clairement une bonne idée, mais la chute de lumière sera un peu handicapante...

[Ce message a été modifié par Christophe Pellier (Édité le 04-01-2010).]

Share this post


Link to post
Share on other sites

C'est malin...

Cette discussion sur les lunettes m'a fait fouiller dans mon grenier à la recherche de vieux trucs
J'ai retrouvé des notes d'observation, en particulier la fameuse nuit à la 130 mm...


Nostalgie...

Je sais pas dessiner, mais j'avais fait un "croquis" des anneaux, je vous le scanne et vous montre tout à l'heure, c'est pas du Serge Vieillard ou du Nicolas Biver, mais c'est vrai que c'est sympa, le dessin, çà m'a remis en mémoire cette image de Saturne...

Soupir...

S

Share this post


Link to post
Share on other sites
Les filtres avec une lunette de 150mm c'est pas le top en visuel mais avec un télescope de 250mm ou plus ça doit être plus intéressant.
Ce type d'observation dans un gros télescope pourrait venir compléter la vision sans filtre dans une lunette de 150mm.

Share this post


Link to post
Share on other sites
516 réponses !! je suis récent sur le site. Le record est à combien pour une question ?
Est-ce que quelqu'un va voir quelque chose dans une grande Apo en 2010 ? car en fait, c'est ça la question....
Bonne année à tous

Share this post


Link to post
Share on other sites


Voilà, je l'ai retrouvé, ce dessin - fait au pinceau à sec - de Saturne à la 130 à Paranal il y a une quinzaine d'années... Me vannez pas, comme j'ai dit, n'est pas Serge ou Nicolas qui veut...

Voilà ce que j'avais noté à l'époque :

"Lunette de 130 Zeiss, Paranal. Température - 3°C, difficile de dessiner sans les gants. A l'oculaire Abbé, l'image est fabuleuse, rigoureusement fixe. Je commence à 200 x, puis pousse à 400 x, l'image est parfaite. Je mets la barlow, interloqué : à 800 x, puis 1600 x (deux barlows) l'image est à couper au cutter. Comment rendre une telle image ? Comme je tremble en dessinant, impossible de fixer Encke sur le dessin. Je la vois parfaitement aux anses, très bien devant le globe, un peu moins bien derrière le globe. Cassini, à 800 x, est énorme, d'un noir d'ébène, avec quelques faibles étoiles visibles par endroits à l'intérieur. Je n'ai jamais vu une image pareille."

S

[Ce message a été modifié par Superfulgur (Édité le 04-01-2010).]

Share this post


Link to post
Share on other sites
Bonne année à Tous !!
CPe : de tout coeur avec Toi sont long à te croire les gars ... sûrement l'effet after réveillon, hein

Bon Allez je vais de ce pas inaugurer mon nouveau dob :p la 180 va rester dans sa boite pour ce soir ...

A+ Yohan

Share this post


Link to post
Share on other sites
Pour ms: les tests à grande distance et prenez le forum sur l'obs visuelle thème "uranus". Il y a quelques explications la-dessus.
1 km de distance ce n'est pas mal déja, cela introduit de la turbulence qui est mesurable. La cible diamètre 17mm à 1 km (3.5" de disque); vous pouvez reprendre votre dessin et le placer soit en positif (fond noir) et en négatif (fond blanc pour le ciel). Vous démarrez en plein jour et terminez sous une lune brilliante. Il faut de la patience, qui beaucoup ici, dans l'immédiat tjs.

Alors le scope cassegrain de 150mm pour la peite histoire a une optique spéculaire (demandez à Pierre Stock de quoi il retourne). Elle a un strehl de 80% (au théorique!), pas commercial.
La lunette de 152 fait mieux avec son strehl réel de 98%, pas commercial.

Pour ceux que cela interresse sur le site de l'alpo japonaise il y a une vue d'un amateur italien qui montre des différences de tonnalités avec un 200MM, pas de spots pas de filaments comme DPE qui montre callisto comme un test optique d'un scope moyen.

Au BAA, pour cette anecdote il y a quantité de documents notamment avec C14, dont une qui est remarquable montrant le passage de Thétis sur le disque de saturne! 0.17" de disque avec un scope de pouvoir de résolution de 0.34". Pas de contestation concernant ce data, mais ce qui gêne hautement c'est la figure: une ombre NOIRE et d'un diamètre bien doublé, bord taillé au couteau.
La diffraction montre que cela doit être GRIS et diffus.
Pour dire que la ccd donne bien des choses souvent "gonflées", ou crées, ou absentes aussi comme ces bandes d'uranus.
De plus IL N'Y A PRESQUE JAMAIS DE COTATION de TURBULENCE FOURNI (95% des cas) avec ce qui n'a aucun sens quand les contrastes sont faibles et marginaux, ni de qualité réelle des scopes mis en jeu (JAMAIS vu qu'il est forcément bon).
Désolé mais vos assessments n'ont pas de valeur en soi.
Dans ces cas précis il faut de la rigueur, et pas des vues placées parce qu'on a de l'expérience qui évacue de fait le facteur instrumental (la turbulence en fait partie).

Les plansisphères des satelites galiléens: je vous trouve un peu léger pour comparer aussi directement ces planisphères avec des vues de sondes.
Déja pour dire qu'ayant eu 2 C8, ils avaient un facteur de polarisation. De ce fait compte tenu des moyens de l'époque (avec une 38cm qui était excellente au dire des utilisateurs qui savaient l'estimer autrement que qualitativement), il reste cet aspect que depuis le sol il y aurait certains facteurs qui influencerait l'albédo des marques de ces satelites.
Il suffit déja d'observer, pas une heure et puis on se couche, mars ou venus pendant une grande période pour y noter une variation d'intensité d'albédo selon la postion des marques par rapport au méridien central du disque. Si vous n'admettez pas ce fait il est inutile de poursuivre ces échanges.
Je reste toujours surpris par une quantité importante de cddistes qui montrent trop souvent des contrastes raides qui sont souvent très diffus.

Sur vénus le site de l'alpo japonaise, vous pourrez comparer bien des dessins avec des ccdistes dit reconnus qui sont si similaires.
Quant à revenir sur cet amateur allemand avec la publication Delphinus, pour en avoir consulté un numéro, cela ne me parait pas idiot, plutot pertinent dans les dessins fournis. Il n'y a que ceux qui ne voit pas avec une pratique bien établie et testée, qui objectent, déja sur mars.

La ccd formidable, mais faudrait aussi en assurer son auto-contrôle, si vous voyez ce qu'il en ait. Les anciens des années 40-50 le faisaient dans un tunnel de tests au Labo d'optique, au niveau visuel.
Qu'en penses-tu Serge (voir les vieux numéros de l'astronomie, celui de la SAF)?
Une bonne lecture, à défaut de celles des anglo-saxons, celle de D. Levasseur.
Encore le facteur instrumental bien vite évacué ici.
Stanislas

Share this post


Link to post
Share on other sites
Pour ms: les tests à grande distance et prenez le forum sur l'obs visuelle thème "uranus". Il y a quelques explications la-dessus.
1 km de distance ce n'est pas mal déja, cela introduit de la turbulence qui est mesurable. La cible diamètre 17mm à 1 km (3.5" de disque); vous pouvez reprendre votre dessin et le placer soit en positif (fond noir) et en négatif (fond blanc pour le ciel). Vous démarrez en plein jour et terminez sous une lune brilliante. Il faut de la patience, qui beaucoup ici, dans l'immédiat tjs.

Alors le scope cassegrain de 150mm pour la peite histoire a une optique spéculaire (demandez à Pierre Stock de quoi il retourne). Elle a un strehl de 80% (au théorique!), pas commercial.
La lunette de 152 fait mieux avec son strehl réel de 98%, pas commercial.

Pour ceux que cela interresse sur le site de l'alpo japonaise il y a une vue d'un amateur italien qui montre des différences de tonnalités avec un 200MM, pas de spots pas de filaments comme DPE qui montre callisto comme un test optique d'un scope moyen.

Au BAA, pour cette anecdote il y a quantité de documents notamment avec C14, dont une qui est remarquable montrant le passage de Thétis sur le disque de saturne! 0.17" de disque avec un scope de pouvoir de résolution de 0.34". Pas de contestation concernant ce data, mais ce qui gêne hautement c'est la figure: une ombre NOIRE et d'un diamètre bien doublé, bord taillé au couteau.
La diffraction montre que cela doit être GRIS et diffus.
Pour dire que la ccd donne bien des choses souvent "gonflées", ou crées, ou absentes aussi comme ces bandes d'uranus.
De plus IL N'Y A PRESQUE JAMAIS DE COTATION de TURBULENCE FOURNI (95% des cas) avec ce qui n'a aucun sens quand les contrastes sont faibles et marginaux, ni de qualité réelle des scopes mis en jeu (JAMAIS vu qu'il est forcément bon).
Désolé mais vos assessments n'ont pas de valeur en soi.
Dans ces cas précis il faut de la rigueur, et pas des vues placées parce qu'on a de l'expérience qui évacue de fait le facteur instrumental (la turbulence en fait partie).

Les plansisphères des satelites galiléens: je vous trouve un peu léger pour comparer aussi directement ces planisphères avec des vues de sondes.
Déja pour dire qu'ayant eu 2 C8, ils avaient un facteur de polarisation. De ce fait compte tenu des moyens de l'époque (avec une 38cm qui était excellente au dire des utilisateurs qui savaient l'estimer autrement que qualitativement), il reste cet aspect que depuis le sol il y aurait certains facteurs qui influencerait l'albédo des marques de ces satelites.
Il suffit déja d'observer, pas une heure et puis on se couche, mars ou venus pendant une grande période pour y noter une variation d'intensité d'albédo selon la postion des marques par rapport au méridien central du disque. Si vous n'admettez pas ce fait il est inutile de poursuivre ces échanges.
Je reste toujours surpris par une quantité importante de cddistes qui montrent trop souvent des contrastes raides qui sont souvent très diffus.

Sur vénus le site de l'alpo japonaise, vous pourrez comparer bien des dessins avec des ccdistes dit reconnus qui sont si similaires.
Quant à revenir sur cet amateur allemand avec la publication Delphinus, pour en avoir consulté un numéro, cela ne me parait pas idiot, plutot pertinent dans les dessins fournis. Il n'y a que ceux qui ne voit pas avec une pratique bien établie et testée, qui objectent, déja sur mars.

La ccd formidable, mais faudrait aussi en assurer son auto-contrôle, si vous voyez ce qu'il en ait. Les anciens des années 40-50 le faisaient dans un tunnel de tests au Labo d'optique, au niveau visuel.
Qu'en penses-tu Serge (voir les vieux numéros de l'astronomie, celui de la SAF)?
Une bonne lecture, à défaut de celles des anglo-saxons, celle de D. Levasseur.
Encore le facteur instrumental bien vite évacué ici.
Stanislas

Share this post


Link to post
Share on other sites
Pour ms: les tests à grande distance et prenez le forum sur l'obs visuelle thème "uranus". Il y a quelques explications la-dessus.
1 km de distance ce n'est pas mal déja, cela introduit de la turbulence qui est mesurable. La cible diamètre 17mm à 1 km (3.5" de disque); vous pouvez reprendre votre dessin et le placer soit en positif (fond noir) et en négatif (fond blanc pour le ciel). Vous démarrez en plein jour et terminez sous une lune brilliante. Il faut de la patience, qui beaucoup ici, dans l'immédiat tjs.

Alors le scope cassegrain de 150mm pour la peite histoire a une optique spéculaire (demandez à Pierre Stock de quoi il retourne). Elle a un strehl de 80% (au théorique!), pas commercial.
La lunette de 152 fait mieux avec son strehl réel de 98%, pas commercial.

Pour ceux que cela interresse sur le site de l'alpo japonaise il y a une vue d'un amateur italien qui montre des différences de tonnalités avec un 200MM, pas de spots pas de filaments comme DPE qui montre callisto comme un test optique d'un scope moyen.

Au BAA, pour cette anecdote il y a quantité de documents notamment avec C14, dont une qui est remarquable montrant le passage de Thétis sur le disque de saturne! 0.17" de disque avec un scope de pouvoir de résolution de 0.34". Pas de contestation concernant ce data, mais ce qui gêne hautement c'est la figure: une ombre NOIRE et d'un diamètre bien doublé, bord taillé au couteau.
La diffraction montre que cela doit être GRIS et diffus.
Pour dire que la ccd donne bien des choses souvent "gonflées", ou crées, ou absentes aussi comme ces bandes d'uranus.
De plus IL N'Y A PRESQUE JAMAIS DE COTATION de TURBULENCE FOURNI (95% des cas) avec ce qui n'a aucun sens quand les contrastes sont faibles et marginaux, ni de qualité réelle des scopes mis en jeu (JAMAIS vu qu'il est forcément bon).
Désolé mais vos assessments n'ont pas de valeur en soi.
Dans ces cas précis il faut de la rigueur, et pas des vues placées parce qu'on a de l'expérience qui évacue de fait le facteur instrumental (la turbulence en fait partie).

Les plansisphères des satelites galiléens: je vous trouve un peu léger pour comparer aussi directement ces planisphères avec des vues de sondes.
Déja pour dire qu'ayant eu 2 C8, ils avaient un facteur de polarisation. De ce fait compte tenu des moyens de l'époque (avec une 38cm qui était excellente au dire des utilisateurs qui savaient l'estimer autrement que qualitativement), il reste cet aspect que depuis le sol il y aurait certains facteurs qui influencerait l'albédo des marques de ces satelites.
Il suffit déja d'observer, pas une heure et puis on se couche, mars ou venus pendant une grande période pour y noter une variation d'intensité d'albédo selon la postion des marques par rapport au méridien central du disque. Si vous n'admettez pas ce fait il est inutile de poursuivre ces échanges.
Je reste toujours surpris par une quantité importante de cddistes qui montrent trop souvent des contrastes raides qui sont souvent très diffus.

Sur vénus le site de l'alpo japonaise, vous pourrez comparer bien des dessins avec des ccdistes dit reconnus qui sont si similaires.
Quant à revenir sur cet amateur allemand avec la publication Delphinus, pour en avoir consulté un numéro, cela ne me parait pas idiot, plutot pertinent dans les dessins fournis. Il n'y a que ceux qui ne voit pas avec une pratique bien établie et testée, qui objectent, déja sur mars.

La ccd formidable, mais faudrait aussi en assurer son auto-contrôle, si vous voyez ce qu'il en ait. Les anciens des années 40-50 le faisaient dans un tunnel de tests au Labo d'optique, au niveau visuel.
Qu'en penses-tu Serge (voir les vieux numéros de l'astronomie, celui de la SAF)?
Une bonne lecture, à défaut de celles des anglo-saxons, celle de D. Levasseur.
Encore le facteur instrumental bien vite évacué ici.
Stanislas

Share this post


Link to post
Share on other sites
Pour ms: les tests à grande distance et prenez le forum sur l'obs visuelle thème "uranus". Il y a quelques explications la-dessus.
1 km de distance ce n'est pas mal déja, cela introduit de la turbulence qui est mesurable. La cible diamètre 17mm à 1 km (3.5" de disque); vous pouvez reprendre votre dessin et le placer soit en positif (fond noir) et en négatif (fond blanc pour le ciel). Vous démarrez en plein jour et terminez sous une lune brilliante. Il faut de la patience, qui beaucoup ici, dans l'immédiat tjs.

Alors le scope cassegrain de 150mm pour la peite histoire a une optique spéculaire (demandez à Pierre Stock de quoi il retourne). Elle a un strehl de 80% (au théorique!), pas commercial.
La lunette de 152 fait mieux avec son strehl réel de 98%, pas commercial.

Pour ceux que cela interresse sur le site de l'alpo japonaise il y a une vue d'un amateur italien qui montre des différences de tonnalités avec un 200MM, pas de spots pas de filaments comme DPE qui montre callisto comme un test optique d'un scope moyen.

Au BAA, pour cette anecdote il y a quantité de documents notamment avec C14, dont une qui est remarquable montrant le passage de Thétis sur le disque de saturne! 0.17" de disque avec un scope de pouvoir de résolution de 0.34". Pas de contestation concernant ce data, mais ce qui gêne hautement c'est la figure: une ombre NOIRE et d'un diamètre bien doublé, bord taillé au couteau.
La diffraction montre que cela doit être GRIS et diffus.
Pour dire que la ccd donne bien des choses souvent "gonflées", ou crées, ou absentes aussi comme ces bandes d'uranus.
De plus IL N'Y A PRESQUE JAMAIS DE COTATION de TURBULENCE FOURNI (95% des cas) avec ce qui n'a aucun sens quand les contrastes sont faibles et marginaux, ni de qualité réelle des scopes mis en jeu (JAMAIS vu qu'il est forcément bon).
Désolé mais vos assessments n'ont pas de valeur en soi.
Dans ces cas précis il faut de la rigueur, et pas des vues placées parce qu'on a de l'expérience qui évacue de fait le facteur instrumental (la turbulence en fait partie).

Les plansisphères des satelites galiléens: je vous trouve un peu léger pour comparer aussi directement ces planisphères avec des vues de sondes.
Déja pour dire qu'ayant eu 2 C8, ils avaient un facteur de polarisation. De ce fait compte tenu des moyens de l'époque (avec une 38cm qui était excellente au dire des utilisateurs qui savaient l'estimer autrement que qualitativement), il reste cet aspect que depuis le sol il y aurait certains facteurs qui influencerait l'albédo des marques de ces satelites.
Il suffit déja d'observer, pas une heure et puis on se couche, mars ou venus pendant une grande période pour y noter une variation d'intensité d'albédo selon la postion des marques par rapport au méridien central du disque. Si vous n'admettez pas ce fait il est inutile de poursuivre ces échanges.
Je reste toujours surpris par une quantité importante de cddistes qui montrent trop souvent des contrastes raides qui sont souvent très diffus.

Sur vénus le site de l'alpo japonaise, vous pourrez comparer bien des dessins avec des ccdistes dit reconnus qui sont si similaires.
Quant à revenir sur cet amateur allemand avec la publication Delphinus, pour en avoir consulté un numéro, cela ne me parait pas idiot, plutot pertinent dans les dessins fournis. Il n'y a que ceux qui ne voit pas avec une pratique bien établie et testée, qui objectent, déja sur mars.

La ccd formidable, mais faudrait aussi en assurer son auto-contrôle, si vous voyez ce qu'il en ait. Les anciens des années 40-50 le faisaient dans un tunnel de tests au Labo d'optique, au niveau visuel.
Qu'en penses-tu Serge (voir les vieux numéros de l'astronomie, celui de la SAF)?
Une bonne lecture, à défaut de celles des anglo-saxons, celle de D. Levasseur.
Encore le facteur instrumental bien vite évacué ici.
Stanislas

Share this post


Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
Sign in to follow this