Sign in to follow this  
kitt

Où trouver un concepteur de télescope ?

Recommended Posts

jmr, tout à fait agréable de te lire, je ne dis que ça... Pour le projet, un grand nombre de dessins techniques est indispensable avec toutes les spécifications et c'est sacré boulot ! il va de soit qu'être un bon concepteur dessinateur n'est pas suffisant, il faut avoir à son actif plusieurs réalisations pafaitement fonctionnels, connaitre les points délicats de l'affaire, ect. Perso, j'aime bien tout faire de A à Z, donc un partenariat ne me convient pas, justement parce que dans ce cas, je me retrouverai avec un gros tas de papier à gratter et c'est pas exactement ma tasse de thé...Parfois, je peux donner un avis, voila tout.Bon courage.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Publicité
En vous inscrivant sur Astrosurf,
ce type d'annonce ne sera plus affiché.
Photographier la Lune
Guide complet pour la photographier de la Lune.
Information et commande sur www.photographierlalune.com
"je fais des efforts en essayant d'intégrer toutes les subtilités du livre de Charles Rydel"

...Je ne pense pas que Charles Rydel m'en veuille, le "livre de Charles Rydel" a tout de même une vingtaine de coauteurs...Et même plus en fait car certains auteurs sont les interprètes de groupes entier, par exemple certains articles sont le fruit d'années de travail au sein de clubs (même s'il n'ont qu'un seul signataire sur le livre): http://www.astrosurf.com/gap47/T400/Machine/accueil-machines.htm
...ces pages sont en ligne depuis 2009...
D'autres co-auteurs ont eux-mêmes auparavant écris des ouvrages qui ne sont pas passé inaperçus sur la construction de télescopes amateurs...

Si Charles Rydel est bien à l'origine de ce remarquable ouvrage, il n'en demeure pas moins vrai que c'est un ouvrage collectif...

Share this post


Link to post
Share on other sites
Oui oui Astroviking, c'est effectivement le cas : "sous la direction de Charles Rydel".

kitt

Share this post


Link to post
Share on other sites
Je vais tempérer certains propos: certes, construire un tube de gros diamètre, cela demande un certain savoir-faire, un peu de réflexion, mais ce n'est quand même pas un Airbus...

On peut le laisser croire, et certains fabriquants ne s'en privent pas, cela flatte l'ego de leurs acheteurs, mais bon, en réalité, cela ne demande pas 50 000 heures de réflexions...


TRASSUD faisait de beau télescopes et montures de grand diamètre tout métal. La boite a fermé (pour raisons de santé), mais peut-être pourrais-tu contacter Mr DUSSART. Il serait peut-être prêt à te passer une partie de son savoir-faire?

Share this post


Link to post
Share on other sites
quote:
On peut le laisser croire, et certains fabriquants ne s'en privent pas, cela flatte l'ego de leurs acheteurs, mais bon, en réalité, cela ne demande pas 50 000 heures de réflexions...

Je ne partage pas ton avis. Si tu reprends un design connu, en effet, ça ne demande pas des milliers d'heures d'étude. Mais si tu veux construire un télescope qui réponde exactement à ton cahier des charges, il va falloir intégrer les solutions retenues pour chaque impératif, et là, ce n'est pas aussi trivial. Rajouter des trucs après coup parce qu'on n'a pas pensé à les intégrer au départ va nuire à la cohérence de l'instrument, voire l'empêcher de fonctionner correctement... Le rajout de renforts, de contrepoids, d'axes pour des roues, une motorisation... Bien des éléments qui rendent un télescope mal foutu si on n'a pas étudié l'intégration des solutions au départ.

D'autre part, Kitt veut faire un RC, donc un miroir percé, pour le soutien je ne sais pas si beaucoup d'amateurs ont l'expérience d'un barillet de RC de 600, parce que je pense que Kitt veut tirer la quintessence de son instrument et pas seulement faire des images à la hauteur d'un newton de 300 (sinon, pas la peine de dépenser autant.)
Et les supports latéraux des grands miroirs équatoriaux, ce n'est pas non plus aussi facile que les solutions qu'on commence à bien connaître pour les dobson.

De toute façon, soit Kitt a des moyens et il aurait tout intérêt à faire construire son instrument par une société qui a l'expérience de ce type d'instrument, soit il n'en a pas les moyens, et le conseil qu'on pourrait lui donner serait de se contruire un newton plus à la portée des amateurs, tant pour la conception que la fabrication.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Ben bien sur qu'il faut réfléchir un minimum... Mais encore une fois, pour la réalisation du tube, ce n'est pas un avion... Il y a quelqus choix techniques à faire, mais ce n'est quand même pas 10 000 paramètres à intégrer ensemble... Et faut pas non plus essayer de réinventer l'eau chaude...

Par contre, je suis d'accord, un newton, c'est quand même plus facile, autant pour la construction que pour les réglages et l'utilisation.

Pour la monture, c'est autre chose. On est là à la fois dans la mécanique de structure, et dans l'horlogerie de précision...

Share this post


Link to post
Share on other sites
quote:
Mais encore une fois, pour la réalisation du tube, ce n'est pas un avion... Il y a quelqus choix techniques à faire, mais ce n'est quand même pas 10 000 paramètres à intégrer ensemble...

Inutile de dénigrer les réflexions des autres en étant outrancier. Non, ce n'est pas un avion, relis-moi, j'ai été très mesurée dans mes propos.
Quant aux paramètres à intégrer, il suffit d'un seul pour avoir un télescope mal conçu et c'est justement ce que Kitt veut éviter.
Par exemple, si on n'a pas prévu le bafflage suffisant au départ, c'est une galère à gérer par la suite. Et ce n'est qu'un aspect pris au hasard.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Je vais tempérer certains propos: certes, construire un tube de gros diamètre, cela demande un certain savoir-faire, un peu de réflexion, mais ce n'est quand même pas un Airbus...
On peut le laisser croire, et certains fabriquants ne s'en privent pas

Bonjour à tous, Pierre comme à ton habitude tu trouve toujours des raccourcis pour critiquer le travail des autres et surtout les techniques que tu ne métrise pas. La nous ne somme pas dans la conception d’un Dobson de 300mm mais d’un RC de 600mm, autre chose en calcul de déformation que la réalisation d’une structure en bois et alu assemblé avec des rivets pop, pas 5000H de développement mais facilement 200H entre le calcul du barillet et de la structure, plus la réalisation du prototype pour la validation de l’étude. Rien à voir bien entendu avec la réalisation d’un airbus A320.
Thierry Ruiz Skyvision Dev


[Ce message a été modifié par thrruiz (Édité le 25-11-2012).]

Share this post


Link to post
Share on other sites
quote:
@kitt d'autant que faire l'étude soit même ne s'improvise pas, qu'il faut en avoir la capacité et que cela plaise. Moi, cela ne me passionne pas du tout.

Donc pour résumer tu ne veux pas, du moins au départ, t'engager/t’intéresser toi même dans la conception d'un tel instrument et tu ne semble pas n'ont plus avoir déjà eu une expérience significative sur la réalisation pratique au moins d'un instrument plus modeste (ou bien je me trompe ?).

Certain ici ont déjà eu l’expérience d'instrument de ce calibre réalisé par des sociétés qui disposait à la fois des plans mais aussi des moyens de production, je pense à felopaul en particulier. Pourtant malgré les compétences d’ingénierie et de production de la société dans ce domaine il y a eu de la casse et des malfaçons qu'il a fallu revoir bien après et je ne parle pas des tensions qui ont pu en résulter entre la société et son client vu le montant de la facture et les enjeux.

Je crois que ce type de projet dans ces conditions ce ne sera pas gagné d'avance surtout si tu souhaite t’affranchir de la conception ou en faire à minima car au final même avec l'aide de volontaires compétents, ton projet te coûtera bien plus cher (en temps et argent surtout) que si tu l'achetait clé en main auprès d'un constructeur reconnu et ce avec une garantie constructeur à la clé. On ne s'improvise pas constructeur de télescope et les plus grands instruments astrographes amateurs en France ont fait intervenir (parfois bénévolement) les meilleurs spécialistes de la question et cela a donc toujours été une oeuvre collégiale au final.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Ouh la la, Thierry, tout à fait désolé, je ne pensais pas du tout à toi... Mais quel chatouilleux tu es...

En tout cas, je m'excuse moi-même bien bas d'avoir osé dire que ce n'est pas si compliqué que cela... Ce n'est d'ailleurs pas non plus mon intérêt, je ne devrais pas...

Mais pour revenir à la question initiale, je ne crois pas qu'un tel projet puisse se faire sous la forme d'un cahier des charges ultra-précis défini par un client, avec quelqu'un en face qui renverra des plans définitifs avec garantie de bonne fin à la clé... Ce sera un travail coopératif, itératif, incluant de nombreux aller-retours. En tout cas, tel que c'est présenté, cela ne peut qu'effrayer les fabricants sollicités.

Share this post


Link to post
Share on other sites

"Mais pour revenir à la question initiale, je ne crois pas qu'un tel projet puisse se faire sous la forme d'un cahier des charges ultra-précis défini par un client, avec quelqu'un en face qui renverra des plans définitifs avec garantie de bonne fin à la clé... Ce sera un travail coopératif, itératif, incluant de nombreux aller-retours. En tout cas, tel que c'est présenté, cela ne peut qu'effrayer les fabricants sollicités."

exactement, surtout à cause de :

@kitt "d'autant que faire l'étude soit même ne s'improvise pas, qu'il faut en avoir la capacité et que cela plaise. Moi, cela ne me passionne pas du tout."

un telescope nouvellement conçu marche pas ou rarement du premier coup, y a tjs qq surprises et imprévues, certains défauts peuvent être longs et difficile à identifier, et là, il faut avoir du gout et une persévérence à toute épreuve.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Ouaip,

Comme Pierre et Phil, et d'autres.

A mon sens pour un engin pareil il y a de façon général deux choix:

1 - se rapprocher d'un concepteur/constructeur genre Emmanuel Mallard d'Axis ou Thierry Ruiz de Skyvision ou d'autres spécialistes moins connus de la chose, tu passes des heures à discuter de tes souhaits, il réalise l'étude et te fait le bousin de A à Z.

2 - Tu conçois tout toi même et tu réalises l'ensemble ou tu fais réaliser par une boite qui n'y connait rien à l'astro.


A noter que dans les deux cas il va falloir sérieusement s'investir, c'est une entreprise qui prend du temps.

Dans ton cas, je comprends que la solution 2 n'est pas possible, donc à mon avis tu ne pourras pas faire ce que tu souhaites, sauf à casquer pour un ensemble complet.

C'est un peu rude comme réponse mais ça me semble pas loin de la vérité.

Ensuite le seeing, ben c'est une super question... ça devrait même être le commencement du raisonnement. Trouver du 0.8" autrement qu'une fois par an en France métropolitaine c'est pas gagné, ou il va falloir monter un peu...et encore.

Un bon gros Newton, voilà ce qu'il te faut .

JMarc

Share this post


Link to post
Share on other sites
"Ensuite le seeing, ben c'est une super question... ça devrait même être le commencement du raisonnement"

tout à fait JM, bon, moi j'ai une excuse, je croyais que l'argentique allait durer eternellement

Share this post


Link to post
Share on other sites
quote:
Il y a quelqus choix techniques à faire, mais ce n'est quand même pas 10 000 paramètres à intégrer ensemble... Et faut pas non plus essayer de réinventer l'eau chaude...

Comme souligné plus haut ce n'est pas simple, notamment les touches latérales en équatorial. Sur les miroirs minces, je ne suis même pas sûr que quelqu'un ait trouvé LA solution, celle qui fait que tout roule tout le temps sans difficulté avec un parfait maintien de l'alignement optique quelque soit la direction visée.

Et ce n'est qu'un problème parmi tant d'autres. Alors même sans réinventer l'eau chaude, ce serait une erreur de laisser penser que ce n'est pas si compliqué, surtout en sortant franchement des sentiers battus (gros RC).
Il suffit de voir le prix pratiqués par les fabricants de gros RC pour comprendre que tout ça n'est très simple. Je pense que ce savoir faire là ne court pas les rues en France. Tant que l'on se cantonne de reprendre ce qui a été inventé et expérimenté par beaucoup de personnes c'est facile de faire un bon télescope, mais dès que l'on dévie de ça, c'est vraiment la porte ouverte aux difficultés, ça devient vraiment du travail d'ingénieur.

Dans ce diamètre là, même en Newton, je n'ai jamais vu un seul instrument qui n'ait pas ses petits caprices.
Sans doute qu'il en existe tout de même.
"Il y a aussi des poissons volants, mais ils ne constituent pas la majorité du genre" (M. Audiard).

[Ce message a été modifié par jldauvergne (Édité le 28-11-2012).]

Share this post


Link to post
Share on other sites
HS: Excellent emploi de cette citation Jean-Luc , tu regardes de bons films ...

[Ce message a été modifié par astrovicking (Édité le 28-11-2012).]

Share this post


Link to post
Share on other sites
Bonsoir à tous
Que de passion dans les échanges ! Bon, mea culpa, ce n'était surtout pas dans mes intentions de faire monter la pression.
Bref, c'est soldé, c'est parfait car la vie est bien trop courte pour se prendre la tête sur des projets non professionnels : nos entreprises respectives s'en chargent et c'est bien suffisant.
Quoi qu'il en soit, je vous écris un GRAND GRAND merci à tous pour vos diverses interventions pleines de bon sens et de réalisme.
je vais donc travailler dans mon coin (à la lumière de vos réactions)à la rédaction d'un document qui mettra à plat mes souhaits et mon contexte (matériels de fabrication à dispo, ce que je veux faire avec,finances, temps, etc.) en tenant compte que ce projet est étalé sur une longue période et donc que les matériels annexes (capteurs and Co) vont d'évoluer ... ben oui ... dans 10 ans, un capteur CCD de 10 cm de diag au prix d'une ST d'occas ... pourquoi pas ?!
Très bonne soirée
kitt

Share this post


Link to post
Share on other sites
Je ne sais pas si c'est bien d'étaler un projet comme ça sur une longue période car il faut penser à l'usure du temps, l'usure de la motivation...

Personnellement, je suis parti sur un projet plus modeste (télescope à fourche de 40cm du commerce) qui me permet d'observer déjà immédiatement, de noter et d'analyser les déficiences, puis de réfléchir sur ce que je vais pouvoir améliorer au fil du temps, au fil des expériences. Bon maintenant, c'est vrai certaines marques n'ont pas besoin d'être améliorées par contre pour d'autres ce n'est pas le cas ... il suffit de choisir les bonnes marques

Share this post


Link to post
Share on other sites
Oui est ce qu'il vaut mieux avoir un T400 Newton pour dans un ou deux ans car c'est "relativement" facile comme projet, ou bien un improbable RC de 600 qui verra peut être le jour, un jour.
En attendant, des T60 ouverts aux amateurs dans des grands sites il y en a au pic du midi, à st Veran. Il y a Buthiers aussi mais le site est plus standard. Ou si tu veux un RC haut de gamme, pourquoi pas prendre du temps sur le 800 des Baronnies. C'est une F1. Elle revient un peu chère de l'heure, mais tu peux jouer à faire le compte de ce qu'il te faudrait dépenser sur 10 ans pour avoir un T60 qui fonctionnera bien peut être, (... ou peut être pas), et voir combien d'heure d'observation ça te ferait sur ce télescope haut de gamme. A priori beaucoup. Accessoirement on peut prendre la main à distance sur ce télescope.

Après chez certain la finalité c'est de monter un projet d'observatoire, pas tant que d'observer avec. Dans ce cas il n'y a guère d'autre solution que de foncer. C'est rarement formalisé comme ça dans l'esprit, mais parfois c'est ce que l'on voit. Des fanas de construction qui finalement n'observent pas tant que ça et ne font rien d'extraordinaire avec leur télescope on en connait tous. Point de jugement de valeur à dire ça. Ils se font plaisir à leur façon, et c'est très bien.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Jean-Luc il y a un temps pour tout. Un temps pour le plaisir de la construction, un temps pour le plaisir de l'observation. Il m'arrive de ne pas toucher un seul outil pendant des mois voire des années... Mais pour l'heure, je suis sévèrement dans la phase de construction d'un T600 en dosbon. Mon garage a été reconfiguré pour sa construction! En RC je n'en parle même pas! trop lourd, encombrant, pas transportable, et surtout pas à ma portée ou alors il faudrait que je m'équipe d'un tour/fraiseuse à commandes numériques, intéressant, mais là je prends un nouveau métier et j'ai aussi d'autres choses à faire qui ne concerne pas forcément que l'astronomie...
Pour le T600 en dobson il y a aussi une question de prix, du moins si on veut des spécifications qui ne sont pas complètement classiques... Car si on veut faire faire selon ses idées, les prix montent très vite... Sous-traiter la conception c'est précisément ce que je n'ai pas envie de faire... Il y a aussi les délais... Je n'ai aucune envie de me mettre sur la liste des 2 principaux fabricants français , car quand je commence en principe je ne m'arrête pas... et moi je suis certains d'être dans mes délais :peut-être une huitaine de mois... Et ensuite ce sera une nouvelle amélioration du T300 de voyage, puis une table équatoriale, autant dire que raccrocher les outils, ce n'est pas pour demain mais si je fais un 600 c'est bien pour observer avec! Je construis pour observer CQFD
Quand à observer observer à distance via une interface web... euh les occasions de faire du virtuels sont déjà QUE trop nombreuses en ce bas monde! Ce post en fait partie. Si en plus je devais faire comme ça en astronomie!!!??? Et payer pour ça en plus? Mesdames, Messieurs, je balaye ça d'un revers de main! Mais ou va-t-on chers amis ? Entendre la chouette hulotte en regardant NGC2903 l'oeil à l'oculaire, et pourquoi pas expérimenter du CCD sur le terrain en même temps font aussi partie du plaisir.

[Ce message a été modifié par maire (Édité le 04-12-2012).]

Share this post


Link to post
Share on other sites
La preuve qu'il faut de tout pour faire un monde. Observer en remote certains y trouvent leur compte et une grande source de satisfaction. Je pense à Claudine Rinner avec son télescope au Maroc, ou encore JC Merlin qui a trouvé de nombreux astéroïdes avec Tenagra. Dans la façon de pratiquer son loisir, pour moi tout se vaut du moment que les gens se font plaisir. Le but c'est bien ça.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Oui je suis bien d'accord Jean-Luc, le but est un peu... de se faire plaisir... mais quand on commence à chercher des astéroïdes, on est dans la frontière ténue entre la coopération amateurs-professionnels, ce qui est du reste très enthousiasmant mais la finalité de goûter en pratique les objets célestes en ayant le sens des "belles choses" n'est pas la même. Je me suis posé un temps la question aussi... J'ai notamment participé discrètement à l'Ecole d'Oléron - 6 - 11mai 2003 "Une coopération entre astronomes professionnels et amateurs autour des outils de l'astrophysique"... Très intéressant, enthousiasmant, j'ai failli craquer ...mais bon comment dire, pour que cette coopération soit vraiment "efficace, utile et valorisante" il faut s'engager soit dans la spectroscopie soit dans une moindre mesure l'astrométrie; la recherche d’astéroïdes, d'éléments orbitaux de comètes n'étant qu'une petite partie de cette niche. Attention je ne critique pas, au contraire, je tire plutôt mon chapeau bas à ceux qui font cela mais cela suppose un tel investissement matériel, un tel engagement financier et surtout un engagement scientifique particulièrement chronophage - que je pratique déjà par ailleurs dans d'autres circonstances - que je n'ai pas envie de cela. C'est aussi pour cela que la notion même de "loisir" pour tout ce qui concerne l’astronomie en amateur est complètement inadapté. Pour moi le mot "loisir" est totalement absent de mon vocabulaire, sauf quand je vais à la plage en famille . Tout au plus, il y a des façons de vivre (voire ce qui nous entoure via l'astronomie en est une parmi tant d'autres...) qui permettent de se faire plaisir et qui servent de soupape aux difficultés de la vie... L'astronomie en amateur doit s'appréhender du point de vue d'une approche psychologique... La raison en est simple, l’astronomie est une approche globale du monde... (donc multi-trans-pluri-disciplinaires). Et si je puis me permettre un raisonnement à l'emporte pièce, comprendre qui on est, d'où on vient et où va-t-on; l'astronomie, et donc son pendant de la pratique en amateur n'est pas un loisir mais une quasi une nécessité. Cela concerne aussi bien le débutant qui observe avec un 115/900, le/la! spectrographe, que celui qui fait des images haute résolution avec un Ritchey Chretien ou le concepteur d'un télescope de 1 mètre transportable. Ceci étant, je comprends qu'on puisse avoir besoin un jour de temps d'observatoire via une interface web ou non. Mais l'interface web et les télescopes en "Remote" ne sont pas forcément une fin en soi pour celui qui débute ou pratique l’astronomie en amateur depuis fort longtemps. Mais ne peut-on pas observer que c'est une fin en soi pour leurs "géniteurs" qui leur permet en partie d'autofinancer des investissements très lourds et qui se font plaisir à concevoir et construire de telles installations?...
Désolé je m'écarte du sujet, quoique.

[Ce message a été modifié par maire (Édité le 05-12-2012).]

Share this post


Link to post
Share on other sites
ah mais j'y étais aussi en 2003, on s'est croisé en vrai alors il y a longtemps
Pour les collaborations pro-am je pense que ça s'est vraiment ouvert depuis 2003. Regarde les découvreurs de nébuleuse planétaires. On est plusieurs ici aussi à figurer dans des publi scientifiques simplement pour avoir partagé des observations des planètes. La liste des possible est vraiment longue aujourd'hui, on est vraiment dans l'ère des sciences participatives.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
Sign in to follow this