Sign in to follow this  
micheldelmas

spectro

Recommended Posts

Bonjour,
question aux spectroscopistes.
je viens de finir la lecture de « un stage de spectrographie astronomique » de Christian Buil.
J'ai le sentiment d'avoir bien compris cependant :
Lors de la construction du flat-field, on apprend qu'il faut utiliser le flat-field « normalisé » issu du flat-field moyen.
Au départ cela me semble parfait , les explications sont très convaincantes .
La question :
Pourquoi faire cette opération alors qu'ensuite, au moment de l'étalonnage en flux avec visualSpec, grâce à une étoile « standard », on modèle de toute façon, le profil de notre spectre ?

Share this post


Link to post
Share on other sites
Advertising
By registering on Astrosurf,
this type of ad will no longer be displayed.
Planetary Astronomy
Observing, imaging and studying the planets
A comprehensive book about observing, imaging, and studying planets. It has been written by seven authors, all being skillful amateur observers in their respective domains.
More information on www.planetary-astronomy.com

Entre le flat et la réponse instrumentale, on n'intervient pas sur les mêmes données :

- Le flat va intervenir sur l'image brut du spectre pixel par pixel comme en imagerie traditionnelle.

- La correction de la réponse instrumentale via une étoile de référence est calculée sur la courbe du spectre; On compare dans ce cas 2 courbes et non pas 2 images.

Entre les données brut d'un spectre et la courbe, en simplifiant, il y a un "binning" qui est réalisé par le soft de traitement qui additionne sur une certaine hauteur les pixels de la même colonne pour obtenir la courbe spectrale.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Bonjour,

ce n'est pas tout à fait vrai. En spectro pro, il y a deux écoles, ceux qui prennent le flat normalisé, puis qui corrigent avec les courbes de spectres de références, ou alors ceux (comme moi), qui divisent directement l'objet par le flat moyenné (ayant au préalable soustrait un bias moyenné des deux). Je pratique depuis 25 ans la spectro haute résolution échelle en tant que pro, et j'ai toujours pratiqué l'opération (*-biais)/(flat-bias). Encore une fois, il y a diverses écoles et diverses méthodes. De toute facon, on travaille toujours sur des spectres normalisés (le continu = 1), et dans tous les cas il faudra passer par une procédure de normalisation. Si ca vous intéresse, contactez moi.

bonne soirée
Torsten

PS/ je ne pratique jamais le binning. Je travaille à R = 70000 et plus, souvent en spectropolarimétrie, le binning n'existe pas.

Share this post


Link to post
Share on other sites
-------------------------------------------------------------------------
PS/ je ne pratique jamais le binning. Je travaille à R = 70000 et plus, souvent en spectropolarimétrie, le binning n'existe pas.
--------------------------------------------------------------------------

A cette résolution, je suppose que le télescope utilisé n'a rien à voir avec un SCT de 11 ou 14 pouces par exemple et donc qu'il y a du flux derrière, ce qui n'est pas le cas avec des moyens amateurs....

Hors avec des spectros "amateurs" on travaille plutôt avec des résolutions de l'ordre de 12000 à 16000 et en étant limité a des magnitudes de l'ordre de 10 (16-17 avec un LISA basse résolution), d'ou l'intéret de binner verticalement le signal sur quelques pixels de haut, pour augmenter le rapport S/B.

Donc dans ce que tu indiques, tu ne prend qu'une ligne du spectre pour en réaliser la courbe hors le spectre est sans doute dispersé sur plusieurs pixels en hauteur ? Pourquoi se priver de la possibilité d'augmenter le rapport s/b du spectre ?

Y a t'il une raison majeur à ne pas binner le spectre sur une certaine hauteur ? (en ayant bien sur au préalable corrigé le tilt et l'angle de slant du spectre.)

Share this post


Link to post
Share on other sites
"A cette résolution, je suppose que le télescope utilisé n'a rien à voir avec un SCT de 11 ou 14 pouces par exemple et donc qu'il y a du flux derrière, ce qui n'est pas le cas avec des moyens amateurs...."

-> bien sur tu as raison

"Hors avec des spectros "amateurs" on travaille plutôt avec des résolutions de l'ordre de 12000 à 16000 et en étant limité a des magnitudes de l'ordre de 10 (16-17 avec un LISA basse résolution), d'où l'intérêt de binner verticalement le signal sur quelques pixels de haut, pour augmenter le rapport S/B."

-> tout dépend de ce que tu appelles binning. Nous, on ne pratique jamais un binning "hard" au niveau de la lecture CCD, par contre on intègre après déflatfieldage (??) tous les pixels perpendiculaires à l'ordre (ou en suivant l'inclinaison de la réponse instrumentale du spectro). Dans notre cas on a assez de flux par pixel (ou alors on ne fait pas le programme), l'information de chaque pixel jusqu'au dernier moment de la réduction est par contre crucial, car sinon on ne pourrait pas faire des manips style "optimal extraction".

"Donc dans ce que tu indiques, tu ne prend qu'une ligne du spectre pour en réaliser la courbe hors le spectre est sans doute dispersé sur plusieurs pixels en hauteur ? Pourquoi se priver de la possibilité d'augmenter le rapport s/b du spectre ?"
-> voir ma réponse ci-dessus; le mot binning est associé (en tout cas chez nous) à la lecture du CCD même, après avoir lu un CCD en binning, l'information de chaque pixel est perdu, et il ne reste que des superpixel. Ce qui ne nous arrange pas.
Il est par contre évident qu'après toute réduction de données, et lors de l'extraction du spectre, on additionne les pixels correspondants à la même longueur d'onde..

bonne journée
Torsten

Share this post


Link to post
Share on other sites
------------------------------------------------------------------
Il est par contre évident qu'après toute réduction de données, et lors de l'extraction du spectre, on additionne les pixels correspondants à la même longueur d'onde..
------------------------------------------------------------------

C'est peut être un problème de vocabulaire au niveau du mot "binning" mais c'est exactement ce que l'on fait au niveau soft : on additionne sur une certaine hauteur tout les pixels ayant la même longueur d'onde.

Pour le binning "hard" au niveau des acquisitions celà va dépendre de la taille du pixel de la CCD et du spectro utilisé.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Humm .....Je reviens à la charge.
Si je traite mon spectre avec le flat moyen, j'efface les poussières (pour faire court) mais j'ai un flux qui est fonction de la lampe a incandescence qui me sert pour le flat.
Le spectre 1D est cependant « propre » utilisable tel quel (exempt de fausses raies par exemple) .
Est ce que c'est gênant et/ou pénalisant de faire l'opération d'étalonnage du flux avec une étoile standard sur un spectre traité sans flat normalisé ?
J e ne vois pas ou est l'avantage du flat normalisé. Quelque chose doit m’échapper.....

Share this post


Link to post
Share on other sites
Je viens de relire la partie concerant le flat normalisé. C'est bien cette page ? http://www.astrosurf.com/buil/us/stage/session2/course3.htm

Christian fait une normalisation car le temps d'illumination du capteur n'est pas tout a fait le meme sur toutes les poses de sa série.
Il les normalise pour ne pas fausser le résultat du flat maitre qui sera une médianne des poses de la série.

Le flat est une chose, la RI en est une autre. En spectro amateur, la courbe de la RI est lissée, elle ne 'supprimera' pas les éventuelles poussières qui couvrent deux, trois pix. Le flat, oui.

De plus, avec le Lhires par exemple, le specte ne se forme pas forcément sur les memes lignes du capteur entre l'étoile de référence et l'étoile étudiée. Cela peut être dû à la possition de l'étoile guide dans la fente, les contraintes mécaniques et thermiques, la modificaition de la position du doublet interne lors de la mise au point, ...

La RI d'une ligne à l'autre du capteur ne devrait pas être très différente. Le flat d'une ligne à l'autre peut l'être.

Donc pour moi, correction de l'étoile de référence par un flat, correction de l'étoile (ou autre) étudiée par un flat et la RI.

Franck

[Ce message a été modifié par franck M57 (Édité le 04-12-2012).]

Share this post


Link to post
Share on other sites
Je me suis arreté à la première normalisation (flat1). Je n'avais pas vu la seconde pour flat2.

Je comprends mieux la question. Est ce que cette normalisation ne serait pas pour "compenser" la différence d'intensité, entre le rouge et le bleu, de la lampe utilisée pour faire le flat ? Dans ce tuto, il s'agit de spectre basse résolution.


Franck

Share this post


Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
Sign in to follow this