Sign in to follow this  
Olili

Observatoire "fait maison"

Recommended Posts

merci Jean Christophe et Bernard pour vos réponses a propos de rails /rail+chemin de roulement.
sur la construction de JF, je serais aussi d'avis de mettre des contrefiches (a 45°) sur la structure qui porte le toit quand il est ouvert: en conception on soumet le modèle a 80cm de neige et 130km/h de vent (ou +). je dis ca, évidement dans ces conditions on observe pas et le toit est ferme...
je vois aussi que les assemblages semblent assez simples, elements l'un contre l'autre et fixation par plaque? en menuiserie et charpente, je prefere les tenons/mortaises, avec éventuellement un gros boulon de 16 qui traverse l'assemblage.
c'est sympa de suivre toutes les réalisations sur ce fil...
a+
L

[Ce message a été modifié par Luc Arnold (Édité le 16-07-2014).]

Share this post


Link to post
Share on other sites
Advertising
By registering on Astrosurf,
this type of ad will no longer be displayed.
Planetary Astronomy
Observing, imaging and studying the planets
A comprehensive book about observing, imaging, and studying planets. It has been written by seven authors, all being skillful amateur observers in their respective domains.
More information on www.planetary-astronomy.com

JF, pour protéger tes poutres horizontales, tu peux mettre une couvertine en acier zingue et fixer le rail par-dessus, non ?
(je vois que ms propose la meme chose)

j'ai du bardage meleze sur ma maison depuis 7ans, il est tout gris voire noir au nord, mais on s'y fait. un coup de brosse a chaussure dessus et tu revois le bois jaune a peine 1mm en dessous. un saturateur va te conserver le couleur bois 2 ans a peine. Donc a moins que tu veuilles faire le tour de bâtiment tous les 2 ans...

[Ce message a été modifié par Luc Arnold (Édité le 16-07-2014).]

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il existe une technique permettant de faire griser les bardages mélèze ou douglas naturellement. C'est un peu stupide de vouloir les saturer de produits chimiques anti-UV coûteux alors que ces bois sont déjà difficilement imprégnables.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Ms, tu peux développer ?

Parce que j’ai lasuré deux couches mon abri à sa construction et ces jours , soit 6 ans après. Il est fait en pin autoclavé. Du coup c’est idiot ? Et j’ai passé en intérieur une préparation anti moisissure et insecticide.

Qu’en penses-tu ?

Share this post


Link to post
Share on other sites
Je ne m'appelle pas Joseph et ne suis donc pas charpentier, mais à mon sens, sur la construction de Lamatrosse, je mettrais quand même un peu de triangulation latérale (en longitudinal, la structure s'appuie sur le batiment en dur, donc, c'est moins dramatique). Il suffirait d'ailleurs d'une croix en cables métalliques tendus . Cela éviterait que la structure ne balance latéralement.

D'autre part, les longues poutres qui supportent les rails sont en deux parties, reliées par des plaques métal. L'ai peur qu'il n'y ait la une faiblesse. La jonction avec la plaque métal va supporter une bonne partie du toit quand il est ouvert, et tout va reposer sur les trous et les boulons dans cette plaque. A la longue, les trous vont légèrement s'ovaliser et les bouts des poutres vont glisser l'un contre l'autre. Pas beaucoup, mais suffisamment pour que cela se déforme au niveau des rails. A moins qu'il n'y ait eu une découpe sur les poutres, une moité de la poutre reposant sur l'autre moitié de l'autre poutre (pour soulager les plaques métalliques et les boulons).

Personnellement, je n'aime pas beaucoup ces techniques modernes de jonctions de poutre avec des plaques métal, sabots, boulons, etc... Il y a 30 ou 40 ans, on faisait encore de vraies charpentes, avec des tenons, des mortaises. C'était pas plus compliqué en fait, et au moins, on avait des trucs qui tenaient plusieurs générations... Il est vrai que maintenant, vu le bois que l'on utilise, poussé à la va-vite, à peine coupé et séché en 3 minutes, pas la peine de soigner les jonctions, de toute façon, ça tiendra pas longtemps...

Share this post


Link to post
Share on other sites
Bonjour Kentaro,

Je suis d'accord au sujet des jonctions. Je ne suis pas non plus un grand fan des plaques métalliques. Pour ma construction, j'en ai un peu utilisées quand même, mais j'ai fait le maximum en découpant les poutres pour qu'elles s'emboitent les unes dans les autres.

Après, je pense que tu exagères un peu quand même, en disant que ce na va pas durer longtemps. Entre un observatoire construit avec des bonnes poutres (même mal coupées, mal séchées et avec des jonctions métalliques) et un abri de jardin modifié genre casto,... il n'y a pas photo. J'en ai construit un l'année dernière pour mettre mon matériel de jardin, alors même que j'avais pris de la bonne qualité (pas la daube casto à 700€), c'est vraiment de la belle merde quand même.

Jean-Christophe

Share this post


Link to post
Share on other sites
quote:
Parce que j’ai lasuré deux couches mon abri à sa construction et ces jours , soit 6 ans après. Il est fait en pin autoclavé. Du coup c’est idiot ? Et j’ai passé en intérieur une préparation anti moisissure et insecticide.

Le pin sylvestre (contrairement au douglas et au mélèze) peut être imprégné à cœur (traitement chimique autoclave classe 4, c'est pas très écolo).
Le douglas et le mélèze purgés de leur aubier et correctement séchés peuvent être utilisés en structure comme en bardage sans traitement particulier (essences naturellement classe 3, c'est plutôt écolo).
Après se pose le problème du bois qui va griser.
Certains utilisent des retardateurs chimiques anti-UV, c'est pas très écolo.
D'autres utilisent des mixtures à base d'huile de lin et d'essence de térébenthine, c'est moins agressif mais c'est loin d'être naturel.
Il existe une troisième voie qui consiste à trancher ses bardeaux (épicéa, douglas, mélèze, châtaignier, chêne, ...) dans le fil du bois pour obtenir des éléments de couverture et de bardage 100% naturel et de très grande durée de vie (une couverture en bardeau de châtaignier comme au Mont Saint Michel, c'est 350 ans).

Enfin, ce qui est idiot c'est de ne pas utiliser le bois dans son environnement naturel comme par exemple le mélèze en montagne ou le châtaigner en plaine.

Share this post


Link to post
Share on other sites
quote:
Personnellement, je n'aime pas beaucoup ces techniques modernes de jonctions de poutre avec des plaques métal, sabots, boulons, etc... Il y a 30 ou 40 ans, on faisait encore de vraies charpentes, avec des tenons, des mortaises. C'était pas plus compliqué en fait, et au moins, on avait des trucs qui tenaient plusieurs générations... Il est vrai que maintenant, vu le bois que l'on utilise, poussé à la va-vite, à peine coupé et séché en 3 minutes, pas la peine de soigner les jonctions, de toute façon, ça tiendra pas longtemps...

Pour le bois de structure : http://www.kvh.eu/fr/bois-de-construction-massif-kvh/

Pour les assemblages : http://www.sfsintec.biz/internet/sfsmedien.nsf/7A27BDE7F7AC56EFC125797C002CD971/$FILE/WT_01_EC5_fr_FR_Val_1.03_general.pdf

Moi, je serais plutôt tenté de dire :
Il y a 30 ou 40 ans, on faisait de la charpente traditionnelle, avec des tenons, des mortaises et un bois à plus de 40% d'humidité. C'était pas plus compliqué en fait parce que le bois finissait de sécher une fois posé.

Share this post


Link to post
Share on other sites
J'ai du bois qui sèche depuis 1969 (sous hangar en bois, fermé, charpente avec tenons, mortaises et chevilles, toit en tuiles traditionnellles ). D'après toi, ce bois est-il plus ou moins humide que les bois actuels, séchés artificiellement ? bougera t'il plus ou moins ?

Share this post


Link to post
Share on other sites
Le bois séché sur dosse permet d'atteindre 13 à 15% d'humidité environ après plusieurs mois ... pour certaines applications (lamellé-collé, parquet) c'est insuffisant ... pour d'autres (structure bois massif) c'est tout à fait correct.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Hello à tous!

Ca fait un moment que ça me travaille... Alors sur une base graphique de wordpress, j'ai développé mon futur site internet qui me permettra de présenter mes setups, mes séances de travails, mes clichés, etc...

Pour le moment, je rétrodocumente la construction de mon observatoire.
Pour ceux que ça intéresse : www.remote-signals.com

Tout n'est pas terminé loin de la, mais ça me permet déjà d'écrire des posts sereinement... c'est un bon début

Bonne fin de semaine à tous
PA

Share this post


Link to post
Share on other sites
Bonsoir à tous,

Ca y est ! Pour le lendemain de la nuit des étoiles, j'ai enfin pu monter tout mon matériel astro dans l'observatoire et faire le cablage. Après de nombreuses années d'attente, de nombreuses semaines de travaux, mon observatoire est enfin opérationnel.
C'est un véritable bonheur de pouvoir contempler son instrument à sa place .

Voici quelques images.

La matériel est installé mais pas encore réglé. Il faut maintenant que j'attende une belle nuit pour faire la mise en station et régler tout ce petit monde pour enfin l'exploiter au maximum.

Bon, certes, l'observatoire n'est par contre pas encore fini. J'ai posé le pare pluie et les tasseaux ce week end. Il me reste le bardage bois qui ne sera posé que fin août à cause d'un problème avec le fournisseur.

Voici une petite photo le l'état actuel de l'observatoire à l'extérieur.

Bon, je tiens quand même le bon bout là. Ca sent la fin des travaux.

Jean-Christophe

[Ce message a été modifié par Jean-Christophe Dalouzy (Édité le 03-08-2014).]

Share this post


Link to post
Share on other sites
Bon ben t'es passé devant moi en tous cas!

Vacances dans 1 semaine... J'espère bien y consacrer qq dizaines d'heures et publier de nouvelles photos sur mon blog

Joli boulot en tous cas, très propre! tu as un fan inconditionnel !

Share this post


Link to post
Share on other sites
Bonjour,

Merci :-).
Coté opérationnel c'est sûr mais pour la finalisation de la construction, rien n'est moins sûr car la livraison du bardage est prévue pour fin août, donc, je vais finir l'extérieur pour début Septembre.

Quant aux finitions, c'est bien connu, un observatoire est fait pour évoluer :-) et j'ai d'ailleurs plein de projets d'évolutions en tête.

Au fait, est-ce que tu seras au RCE cette année ?

Jean-Christophe

Share this post


Link to post
Share on other sites
Ah ben faut qu'on parle de tes projets d'évolution, et des miens... ça peut nous donner des idées

mon mail si ça te tente : pierre alexandre 77 AT gmail POINT com

pas de RCE pour moi cette année.... vacances comprimées, je vais tenter de faire avancer l'observatoire

Share this post


Link to post
Share on other sites
Bonsoir,

Je fais remonter ce post pour vous donner quelques nouvelles. Suite aux photos que je vous ai présentées dans ce fil et à l'article qui est paru dans l'avant dernier astrosurf magazine, j'ai un peu changé de setup.

En effet, la EM200 a laissé place à une GM1000HPS sur laquelle j'ai remonté la FSQ106. Voici quelques photos de l'installation actuelle.



Il faut maintenant que je fasse la mise en station de la bête et surtout que j’apprenne à la dompter.

Quant à la EM200, elle devrait normalement servir pour accueillir mon vieux SC200 (ou mon télescope solaire quand ce dernier sera finalisé mécaniquement) pour faire du visuel.

Jean-Christophe

Share this post


Link to post
Share on other sites
Qu'elle est belle cette italienne !
Si tu as besoins de conseils quand au domptage,
n’hésites pas, je commence a bien connaitre la belle...

francois

Share this post


Link to post
Share on other sites
Salut Jean-Christophe,

Magnifique installation. De mon côté, je n'ai pas encore commencé la réalisation de mon observatoire. Cependant, je réfléchis de plus en plus à sa conception.

Dans cet esprit, je pensais faire comme toi, à savoir réaliser des parois en OSB. Toutefois, je me demandais si il était judicieux ou non de faire une double-parois avec de l'isolant (fibre de verre, fibre de roche,...) entre les deux parois afin d'éviter des fluctuations trop importantes de la température à l'intérieur de l'abri.

Aussi, je voudrais suivre les conseils de Jean Dragesco qui recommande de faire un toit "double-parois" également afin de permettre à l'air de circuler sous la paroi exposée au soleil et d'éviter ainsi que l'intérieur de l'abri ne devienne un four lorsque le soleil frappe en été.

As-tu des conseils ou des recommandations à me donner, des choses que tu changerais si tu devais refaire ton observatoire?

Olivier

Share this post


Link to post
Share on other sites
Pour répondre à la dernière question, le système "double paroi" est extremement efficace mais peut eventuellement être simplifié.
Dans mon cas, dans les bouches du rhone, ça cogne fort l'été. Malgré tout, il m'arrive de m'y réfugier pour y faire la sieste! C'est exactement à la température qu'il fait dehors à l'ombre, et en plus je suis dans une relative obscurité.
Mon abris est fait de mur en parpaings, et d'un toit roulant sur glissière pour porte de garage. le toit est en tole beigne clair et juste en dessous j'ai doublé avec du simple polystyrène de 30mm, le tout dans une charpente en chevron de 35x50mm.
Point de détail, l'observatoire n'est pas hermetiquement clos, l'air peut circuler entre le sommet du rail et le dessous du toit, en chicane.
Avantage, c'est plus simple, moins lourd qu'un double toit.
Inconvenient, en plein mistral, ça prend un peu la poussière, mais guère pire que si j'avais laissé des grilles d'aération dans la maçonnerie.

Share this post


Link to post
Share on other sites
"Aussi, je voudrais suivre les conseils de Jean Dragesco qui recommande de faire un toit "double-parois" également afin de permettre à l'air de circuler sous la paroi exposée au soleil et d'éviter ainsi que l'intérieur de l'abri ne devienne un four lorsque le soleil frappe en été."

Il faut voir quand il préconisait ceci:

Je me souvient avoir vu ça il y a bien longtemps, quand j'étais encore enfant, comme aujourd'hui je fête mes 52 ans , ça commence à faire quelques années, époque ou on n'était pas très au fait des problèmes d'isolation...

Pour isoler il faut justement emprisonner l'air (dans des fibres le plus souvent),et éviter qu'il ne circule et qu' en circulant il entretienne les échanges thermiques, en 2015, il est bien plus efficace d'isoler le toit!


[Ce message a été modifié par astrovicking (Édité le 27-05-2015).]

Share this post


Link to post
Share on other sites
Putain, on est d'accord avec le viking!!!

sur mon abris, toit en tole, et juste dessous, une couche isolante en polystyrène pour casser le gradient de température.
Abris ventilé, pour éviter la condensation et humidité (j'habite au bord de l'étang de berre, rarement vu un coin aussi humide...) et le tour est joué.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Je renchéris.

Maitre mot: Ventilation. Dans mon abri, bois autoclavé, charpente bois, couverture Bardoline noire,aucune isolation, l'air circule grâce à deux chatières installées à la base des deux pignons. Les chatières assurent l’étanchéité du toit en position fermée car elle sont "à clin" sur le chaînage des murs. Ouvertes, elles sont bien dans l'axe des brises locales.

De même l’étanchéité toute relative au dessus des chemins de roulement est assurée grâce à des peignes bas de porte de garage qui bloquent la poussière et permettent une circulation d'air, même chatières fermées.

Selon la saison j'ouvre plus ou moins.

Pour la poussière et les pollens, je recouvre l'instrument avec une fine housse de couette.

Et bien sur le piège électrique anti insectes

Share this post


Link to post
Share on other sites
Dans ma région, je n'ai pas trop de problème de chaleur. Au maximum il fait 27/28° en plein été et encore ça ce sont pour les quelques journées chaudes qui n'arrivent pas chaque année.
J'ai quand même agrafé de l'isolant mince sur le toit pour limiter l'échauffement et avec la ventilation naturelle par les ouverture du toit et forcée via un extracteur, il ne fait jamais chaud dans l'observatoire.

En ce qui concerne l'humidité (mon plus gros ennemie), je confirme ce qui a été dit, il n'y a qu'une chose qui compte : c'est la ventilation. La ventilation naturelle sans vent n'étant pas suffisante, j'ai ajouté un extracteur et un ventilateur à l'intérieur qui se déclenchent 10 minutes toutes les heures.

Enfin pour répondre à la question si j'avais une chose à refaire qu'est ce que je changerai. Honnêtement pas grand chose, simplement la position de la porte. Je l'ai positionnée pour l’esthétisme et la disposition intérieure, mais elle est orientée vers la pluie et le vent dominant, du coup elle souffre et est un peu fuyarde quand il y a de fortes précipitations.

Jean-Christophe

Share this post


Link to post
Share on other sites
Quelqu'un a-t-il déjà envisagé de mettre un groupe d'air conditionné dans son observatoire pour garder le télescope à une température proche de celle de la nuit? Au final, un petit groupe d'air conditionné n'est pas hors de prix et peut résoudre bien des problèmes.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
Sign in to follow this