Sign in to follow this  
Désopilant ancistrus

Est ce vraiment la fin ?

Recommended Posts

Bonsoir,

Peut on considérer qu’aujourd’hui l'argentique est définitivement dépassé par le numérique ?
(je ne parle pas forcément pour l'astrophoto et encore moins du planétaire évidement)

Cette question peut sembler très vague et pourtant il est nécessaire de prendre cela avec beaucoup de recul, de mon point de vu et avec mes connaissances je ne vois actuellement rien que le numérique ne puisse pas faire.

C'est pourquoi je sollicite vos avis.


Share this post


Link to post
Share on other sites
Publicité
En vous inscrivant sur Astrosurf,
ce type d'annonce ne sera plus affiché.
Astronomie solaire : la bible est arrivée !
400 pages, plus de 800 illustrations !
Les commandes sont ouvertes sur www.astronomiesolaire.com

Bah tout depend du format...
pour du moyen format ou grand format, l'argentique reste plus abordable...

Share this post


Link to post
Share on other sites

la semaine dernière, je suis passé chez mon dentiste préféré (!!!!), avec une (trouille bleue...) et ma belle panoramique numérique sous le bras, faite la semaine d'avant chez un radiologue.
Résultat des courses: le dentiste a du me refaire des radio " à l'ancienne", pour y voir quelque chose...

la pano était "surtraitée", avec des artéfacts noirs autour des caries soignées (qui apparaissent en blanc éclatant) qui faisaient penser à de nouveaux foyers infectieux.
Il m'a montré la comparaison avec les bouts de film, développé en moins de 5 minutes: rien! nickel, transition nette entre la dent et les différents ciments et amalgames.je suis reparti avec les félicitations du jury...

comme quoi...

Share this post


Link to post
Share on other sites

aujourd'hui ? franchement ça fait belle lurette que l'argentique est dépassé, en tout cas en astro j'espère qu'il n'y a plus débat ou alors faudra me prouver le contraire
@+, Thierry

Share this post


Link to post
Share on other sites

Tout dépend du photographe!

Pour un gland comme moi a qui il faut 100 photos pour en avoir une de bonne
c'est le numérique.

Un maitre comme Depardon ne retrouvera jamais le grain et les couleurs de
l'argentique de ses chambres même avec des dos avec 80 mégapixels et des capteurs
sensibles à 100 000 iso, c'est pour ça qu'il n'est jamais passé au numérique.

Il y a des millions de gens qui photographient les paysages du Yosemite Park avec
des appareils de la mort qui tue, il y en a sûrement aucune photo
qui rivalisera avec une faite par Ansel Adams il y a 80 ans.

La photo c'est des émotions pas de la technologie.

Pour la photo "technique" comme l'astrophotographie c'est différent mais c'est
pas de l'art. (ça ne m'empêche pas de tomber sur le cul quand je vois les
images de folie que sortent les fusés de l'astrophoto sur ce forum).

Evidement, du point de vue pratique y a pas photo! (je sais, j'ai honte!)

[Ce message a été modifié par michelR (Édité le 09-02-2014).]

Share this post


Link to post
Share on other sites

Pour ce qui est de l'astro, il n'y a que les gens qui n'ont pas connu les deux mondes (argentique et numérique) qui peuvent se poser cette question.

Pour ce qui est de la photo non astro...question à poser sur un forum photo, pas sur un forum astro

Share this post


Link to post
Share on other sites
quote:
Pour ce qui est de l'astro, il n'y a que les gens qui n'ont pas connu les deux mondes (argentique et numérique) qui peuvent se poser cette question.

Ce qui est mon cas, mais je cherche plus un cas particulier ou il y aurait encore un quelconque avantage.

Le cas du dentiste est intéressant mais n'est ce pas plutôt le traitement qui n'est pas au point ?
L'appareil est sans doute plus performant que le "vieux" mais moins optimisé car moins manipulé.

quote:
Un maitre comme Depardon ne retrouvera jamais le grain et les couleurs de l'argentique de ses chambres

Et pourquoi donc ?

Share this post


Link to post
Share on other sites

parce que artefactum
disons que ce qui plaisait au type c’était les défauts inhérents à l'argentique qu'il ne retrouve pas sur le numérique (le numérique a d'autres défauts)
Ceci dit je suis absolument convaincu qu'en se donnant un peu de mal il doit être possible de "saboter" une image numérique pour retrouver le grain en question...

Quant à la remarque sur le Yellowstone, j'ai été voir les images en question...
Je ne le trouve pas unique dans le sens ou on sera incapable de les refaire aujourd'hui. Un bon photographe talentueux et patient ferait la même chose aujourd'hui. Je vois que les Photos ont été truquées a la prise de vue (utilisation de filtre zonal, développement différentiel et sectoriel, finalement il faisait déjà ce que nous faisons aujourd'hui avec ses moyens
Mais refaire ce qui a déjà été fait... ben bof quoi..

pour moi l'argentique , pour un photographe moderne n'a plus bcp d'intérêt
à une exception le grand format, mais lui aussi un jour ou l'autre sera dépassé à n'en pas douter
En revanche la valeur pédagogique de l'argentique, du développement "manuel" est non seulement très intéressant, mais a une valeur pédagogique énorme.

[Ce message a été modifié par frédogoto (Édité le 10-02-2014).]

Share this post


Link to post
Share on other sites

Je trouve la question curieuse! Il suffit qu'il reste au moins 1 zinzin qui en fasse un peu, pour que çà ne soit pas mort! Chaque photographe doit employer la technique qui lui plait le mieux, tout en étant conscient des limites. Continuer de faire de l'argentique parce-qu'on a déjà le matériel et une certaine expérience, on est encore quelques uns à le faire. Mais débuter l'astrophotographie argentique, il faut vraiment s'accrocher car il faut bouffer pas mal de pellicule et apprendre de ses erreurs avant de sortir de belles images, vu le coût des pellicules et du développement, çà peut faire mal!

C'est clair qu'en terme de performance pure, le numérique a dépassé l'argentique depuis une dizaine d'années environ. Et ce d'autant plus que la fabrication de bons films pour l'astrophotographie se réduit chaque année. Cà a commencé par le célèbre TP2415, çà a continué avec le Kodak Ektachrome, et le dernier en date, la Fuji Provia 400! Désormais il ne reste plus que les faibles sensibilités en diapositive couleur. Le hic c'est que c'est justement là que réside encore l'intérêt de l'argentique pour celui qui peut récupérer du vieux matériel : le ciel profond à (très) grand champ! Mais il me semble que la peu connue Agfa Precisa 100 peut donner quelque chose d'intéressant, je vais tester prochainement.
Ce qui est magique avec la diapositive, c'est la projection. Un ciel étoilé ou une éclipse de Lune, çà rends vraiment bien. Mais ces images, lorsqu'elles existent, sont souvent très peu diffusées car il faut un (très) bon scanner pour ne pas bousiller le rendu.

[Ce message a été modifié par bruno thien (Édité le 10-02-2014).]

Share this post


Link to post
Share on other sites

Oui Fredo le grand format. A Valdrôme il y avait un gars qui prenait des photos en grand format, une super démarche!

Share this post


Link to post
Share on other sites

Ce que je voulais dire c'est que des photos c'est des émotions.

Je lisais je ne sais plus où un article d'un photographe pro qui organisait des
stages photos, à la vue d'un portfolio d'un élève, les images étaient parfaites, mais pour lui les ciels étaient trop bleu, les ombres trop impeccables,
le cadrage trop top, pour lui ces images ne valaient rien, nibe, zéro,
aucune émotion ne s'en dégageait, c'était juste une démonstration technique,
rien d'autre.

Evidement sur le plan technique, finesse des détails, iso, côté pratique,
possibilité d'amélioration de l'image ( celui qui a fait du masquage flou sous
agrandisseur me comprendra) le numérique c'est un autre monde.

De ce point de vu l'argentique c'est fini effectivement.

[Ce message a été modifié par michelR (Édité le 10-02-2014).]

Share this post


Link to post
Share on other sites

Michel,

Le "génie", "l'âme" du photographe, ce que tu veux, n'a pas à voir avec le fait qu'il photographie en argentique ou en numérique...

Si Depardon continue l'argentique, c'est, à mon avis juste parce qu'il est vieux, et que sa carrière c'est faite sur l'argentique. Une forme de snobisme, en fait, comme ses jeunes qui utilisent des boîtiers reflex des années 70 pour se donner l'air d'avoir quelque chose à dire, ou à montrer...

Un photographe plus jeune que Depardon aurait essayé le numérique au moins pour explorer...

Share this post


Link to post
Share on other sites

Comme tous les astrams, je suis passé au numérique depuis longtemps ; mais il reste que, pour les évènements familiaux, je "double" au Leica avec de l'Ilford. Le tirage baryté traverse les ans. Il ne craint ni les virus, ni les pannes de DD (Raid 5 ou pas) ni les formats obsolètes (qui peut encore lire des disquettes 5"1/4, oui les vieilles molles 175 ko !)
Bien sûr, pour nos traitement astro, le numérique est incontounable. Pour le reste c'est une autre histoire.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Je suis aussi bien capable de sortir de grosses bouses avec mon numérique Canon qu'avec mon vieux Blad et ma chambre Sinar... Comme quoi...

Share this post


Link to post
Share on other sites

Vaste débat que celui de l'analogique contre le digital (car c'est en définitive de cela qu'il s'agit) : avantage évident au digital en audio, la digitalisation filtrant certaines informations, certaines nuances; c'est moins évident en photographie couleur, mais par contre, en noir et blanc, il y a quelque chose qui passe dans les pellicules qui n'est absolument pas rendu par les appareils numériques exactement de la même façon que la qualité d'un cd ne peut rivaliser avec celle d'un vinyle (abrité de la poussière bien sûr) : peut-être un jour pourrons-nous synthétiser ce quelque chose, pour l'instant ce n'est pas le cas...

Share this post


Link to post
Share on other sites

Comment traite t-on les images en argentique?
On met le chimique de côté pour repasser par l'électronique d'un scanner?

Il y a là un antagonisme qui m'échappe.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Non, on fait du masquage sous l'agrandisseur (avec l'outil approprié en fonction de la taille: la main, la boule de coton au bout d'un fil de fer, le coton tige etc)
Notamment sur le terminateur des photos lunaires pour éviter la surexpo.
Pour la netteté, on fait un tirage flou sur du film et on bricole ensuite notamment pour accentuer les détails en planétaire.
La technique du masque flou pour accentuer les détails est issue de l'argentique.
Ensuite, ou il y a toutes les techniques de filtrage avec des filtres spéciaux, les techniques de révélation etc.
Sauf la retouche qui elle se faisait à la main.
Tout un art et toute une époque
Bonne journée,
AG

[Ce message a été modifié par AG (Édité le 13-02-2014).]

Share this post


Link to post
Share on other sites

Bonsoir,

Je ne vois pas trop l'intérêt d'un tel débat, j'ai commencé la photo dont l'astrophoto en argentique puisque le numérique n'existait pas à l'époque; à présent j'ai un APN (même plusieurs) puisque les progrès techniques -incontestables- font que cela existe et que donc les possibilités techniques sont incontestablement supérieures.

Cependant quand la photo n'existait pas, le dessin existait et existe toujours...

Je suis persuadé que tant que le matériel argentique existera encore, il subsistera des photographes "argentiques".

Il y a peut-être un domaine pour lequel le numérique aura du mal à concurrencer l'argentique: c'est celui de la stéréoscopie, comprenez la photo en relief.

J'avais fait pas mal de diapo stéréoscopiques à l'époque, y compris de paysages lointains, en écartant parfois de plusieurs dizaines de mètres les lieux de prises de vue G et D, à l'aide de mon LEICA M6, qui dort actuellement dans un placard...

Maintenant je suis passé à autre chose parce que simplement j'ai suivi peut-être la mode et plus sûrement la technique.

C'est comme çà, sans aucune nostalgie ni moindre trace de mépris pour ceux qui s'accrocheraient encore, bien au contraire.

Si quelqu'un est intéressé par des boitiers argentiques, LEICA M6, OLYMPUS OM1 OM10, VIXEN 100% mécaniques, j'en ai toute une collection...

Merci,
Philippe.

Share this post


Link to post
Share on other sites

... comme je vois qu'il y a encore des intéressés, et en guise de réponse à la question posée, j'en profite :

A VENDRE : 2 bobines de TP2415 de 30 mètres de long, conservées depuis 25 ans au congélateur + quelques appareils OM1 et OM2 et Miranda Laborec, un agrandisseur durst avec une tête NB et une tête couleur + accessoires ...

Stéphane

Share this post


Link to post
Share on other sites

J'ai fait pas mal de photo argentiques avec labo et tout. Ça m'a fortement aidé dans mon métier de médecin isolé quand il a fallu maitriser les tirages argentiques en radiographie. Mais ça, c’était avant

Là aussi, bien heureusement, nous sommes passés au numérique.

C'est un gain (!) extraordinaire. Et pour l'histoire du dentiste citée précédemment, Sébastien, je pense qu'il ne maitrisait pas bien l'outil numérique. Un Depardon du chicot en somme .

A contrario, la pratique de la photo astro CCD et APN m'a aidé à traiter mes clichés radio.

Propose à ton dentiste de faire un stage de photo astro

Par contre, mes trois boitiers Nikon FE, mon agrandisseur Durst M301 et mes cuves je me les garde dans mon musée perso à coté des mémoires du grand père...

Ah oui, Ératosthène, numérique... pas digital

Stéphane, on cherche du TP 2415 pour faire des lames de contraste de phase vers l'OCA...

[Ce message a été modifié par Bernard Augier (Édité le 14-02-2014).]

Share this post


Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
Sign in to follow this