Sign in to follow this  
Benj Poup

[CROA] Les nuits blanches de la reine Cassiopée

Recommended Posts

Cela fait déjà plusieurs semaines que je me lamente sur mon manque de courage, mais rien à faire : tout au long des 5 ou 6 semaines qui encadrent le solstice d'été, ciel richement étoilé ou non, je n'arrive pas à trouver la volonté nécessaire pour mettre le nez dehors. Il faut dire que trouver un ciel richement étoilé au début de l'été suppose une bonne dose de patience; particulièrement au nord de la Loire. Au coucher de Soleil tardif succède un interminable crépuscule. A 23h, quelques rares étoiles commencent seulement à faire leur apparition.

Ce qui correspond à peu près au moment où la volonté m'échappe, et où le bon sens vient me rappeler à quelle heure je dois me lever le lendemain...

C'est donc à la faveur d'un week-end prolongé que je me décide enfin à mettre un œil dehors et paresser sous les étoiles. Simplement armé d'une paire de jumelles et d'une feuille de papier. Pas de carte mobile, pas d'atlas : aujourd'hui, c'est moi qui fait l'atlas. Au sens propre !

Sur l'horizon ouest une belle lumière orange se mélange au bleu d'un ciel fraichement repeint : pas la moindre trace de nuage ! Mais malgré l'heure tardive - déjà 22h30 - pas la moindre étoile non plus. Seule Vénus, quand même un peu aidée par son fabuleux éclat, se distingue. En levant la tête vers le sud, je retrouve la brillante Arcturus; et un peu plus vers l'est, Véga marque le premier coin du triangle d'été. Deneb est encore un peu faible; Altaïr est cachée par les arbres.

En repartant vers l'ouest, je m'appuie sur Saturne et Régulus - tout juste visible - pour tracer un écliptique imaginaire. Repérée aux jumelles, Mars y trouve naturellement sa place. Je prolonge l'alignement vers le Sud, en direction d'Antarès et du Scorpion, Un peu plus haut, je repère Yed Prior, dans Ophiuchus, qui, dans quelques jours, nous offrira le spectacle d'une disparition fugitive.

De retour vers Arcturus, je chemine en direction de la Grande Ourse. A l'aide de Merak, Dubhe et de mon pouce, je trace la route vers l'étoiles polaire (1,2,3,4,5...) comme je l'enseigne au planétarium. Bonne nouvelle : ça marche ! Je poursuis ma route vers le W de Cassiopée, qui, à cet instant, se résume encore à un V.

C'est pourtant aux étoiles de Cassiopée que je vais consacrer le restant de ma soirée, en essayant d'en dresser un portrait ... à l'oeil nu et au crayon. Un projet raisonnablement ambitieux, mais un peu compliqué par cet interminable crépuscule : à 23h, on ne voit encore que les 5 étoiles du W. Je m'aide donc de la vision aux jumelles pour préciser la position des étoiles qui devraient apparaître au fur et à mesure.

C'est le moment que choisie une chouette effraie pour me rejoindre; et son cri, toujours aussi impressionnant !

Je place mes étoiles, à mesure que le ciel s'assombrit. La Voie lactée apparaît, et je profite de la présence du Sagittaire pour me livrer à une rapide reconnaissance. Aux jumelles, M 22 et la Lagune sont parfaitement visible. De même que M7, en dépit de sa faible hauteur. M 16 et M 18 apparaissent comme des taches floues, de même que M 11, un peu plus haut.

Cassiopée continue de se réveiller : 8, puis 12, puis 14 étoiles ... Mais le froid m'engourdit et finit par m'endormir. Je plante mes dernières étoiles, histoire de terminer mon dessin :

Si j'avais pu m'attarder davantage, j'aurais pu poser quelques étoiles supplémentaires, mais pour ma part, la soirée s'achève. Alors que pour Cassiopée, la nuit ne fait que commencer !

Benjamin Poupard - Le (nouveau) blog du Voyageur immobile

Share this post


Link to post
Share on other sites
Publicité
En vous inscrivant sur Astrosurf,
ce type d'annonce ne sera plus affiché.
Astronomie solaire : la bible est arrivée !
400 pages, plus de 800 illustrations !
Les commandes sont ouvertes sur www.astronomiesolaire.com
Salut Benjamin,

Je te rejoins, en cette saison, il faut être motivé pour faire un peu de CP. le ciel commence à être correct vers minuit et demi / une heure du mat et après une journée de travail, la fatigue arrive vite.

Beau portrait de Cassiopé, cependant. Il y a quelques jours, je m'était fait aussi violence pour observer la région du Sagittaire.

Cricri

Share this post


Link to post
Share on other sites
Joli croa Benjamin !
C'est sûr que le ciel d'été est toujours un peu blanchâtre, mais il sait quand même être généreux parfois ...
(je posterai peut-être un croa sur ma soirée/nuitée de samedi)

Share this post


Link to post
Share on other sites
Oups, et j'oubliais : très joli dessin. Très ressemblant !

Share this post


Link to post
Share on other sites
Pour la petite histoire, il est plus facile de dessiner le ciel à l'œil nu qu'à l'oculaire - en tous cas, il est plus facile d'apprécier les distances et les angles entre étoiles ... et donc de faire un dessin correct.

Benjamin

Share this post


Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
Sign in to follow this