Sign in to follow this  
Dabrand

Dobson 400 léger et compact

Recommended Posts

Publicité
En vous inscrivant sur Astrosurf,
ce type d'annonce ne sera plus affiché.
Photographier la Lune
Guide complet pour la photographier de la Lune.
Information et commande sur www.photographierlalune.com
Et bien David, bravo! comme le dit Eric, superbe idée et mise en oeuvre à partir d'impression 3D = super rendu. On veut la suite! Et peux tu nous en dire plus sur l'oxydation de l'ABS? j'ai chercher sur net (pas longtemps) et je n'ai trouvé que l'acide chromique avant métallisation...?
Christophe

Share this post


Link to post
Share on other sites
Ah... je n'avais pas vu ce fil!! Vraiment félicitation pour cet instrument qui pour le coup correspond très bien à ce qu'on peut faire de mieux en terme de cahier des charges pour une fabrication en amateur notamment surtout à cause de:

- araignée pyramidale et cage secondaire très aboutie
- léger et compatible PO 2 pouces
- caisse taille basse autorigide (donc pas de flexrocker!) avec liaisons des tubes sur la caisse et vissées!

Et ici l'impression 3D n'est utilisé que pour une pièce stratégique (ce qui fait que la structure reste fine) car à mon sens le tout 3D ce n'est pas utile pour nos réalisation.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Eric, José, merci
Si ça peut servir à d'autres c'est tant mieux, mais il y a sûrement d'autres manières d'aborder la chose, expérimenter pour trouver sa solution je crois que c'est le meilleur en fait (à part d'observer avec à la fin, bien entendu

Cédric, ben plus gros c'est pas vraiment le but en fait, enfin pas tout de suite. Pour l'instant je pense plus à un scope "sac à dos" qui m'accompagnera en rando. Du coup probablement moins que 400, car déjà un primaire de 12kg sur le dos..

Christophe, alors pour le traitement de l'abs on peut aussi faire sans mais c'est un pari risqué (décollement à cause de chocs thermiques répétés). Pour une bonne cohésion avec l'époxy je commence par lisser les pièces aux vapeurs d'acétone pour bien fermer les pores de l'impression, puis poncage (du 180 au 400 en fonction des pièces) et enfin oxydation à la flamme par des passages rapides au chalumeau (gare aux cloisons ABS fines . Un ABS blanc aide à voir ce que l'on fait. Attention aussi aux compositions des filaments, c'est un peu la jungle, il y a souvent des mélanges avec un peu de polycarbonate, parfois du nylon.. qui ne font pas bon ménage avec l'époxy. Certains polymères réagissent très mal et sont fragilisés rapidement. Par contre les "mauvaises" propriétés de certains plastiques peuvent être mises à profit pour réaliser des moules faciles à retirer sur des formes complexes..

Merci Maire, vos réalisations au look steampunk - si je peux me permettre - valent le détour
J'avoue avoir utilisé l'impression 3d pour d'autres petites choses sur le bas, je file traiter les photos pour vous montrer tout ça.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Est ce que tu as des photos du montage à blanc de ta cage secondaire avec les différentes pièces imprimées et également de ton montage pour tenir la cage pdt la stratification sous vide ?

je me souviens que ça avait été coton de faire la stratification de toute la cage secondaire de mon T400 pour couvrir toutes les faces dans le même bain de colle, pour avoir un maximum de rigidité.

le partage des expériences ratées ou des difficultés rencontrées est souvent très formateur ;-) !!!


Yannick

[Ce message a été modifié par yp (Édité le 10-12-2016).]

[Ce message a été modifié par yp (Édité le 10-12-2016).]

Share this post


Link to post
Share on other sites
Yannick,
Non désolé je n'ai pas pris d'images de ces étapes. Pour le maintien des pièces il a fallu construire un moule en bois qui enveloppe à peu près les 2/3 de la hauteur de la couronne pour empêcher le retrait. J'ai recouvert l'intérieur de tissu d'arrachage (mais pas du peel ply comme toi si je vois bien sur ton image, sinon il aurait été impossible de décoller la pièce). Puis j'ai posé les peaux en laissant de quoi recouvrir le dernier tiers hors moule avant d'insérer la couronne 3d. Si c'était à refaire je ferai un moule directement en fibre de verre, en 2 pièces pour presser la strat et éviter une grosse partie du poncage fastidieux après démoulage.
C'est quoi ta bâche à vide jaune, une réutilisable ?

[Ce message a été modifié par Dabrand (Édité le 10-12-2016).]

Share this post


Link to post
Share on other sites
Voilà donc la suite

Les tubes : carbone pultrudé de 18mm de section, inserts alu noyés dans l'époxy pour éviter le phénomène de corrosion galvanique au contact du carbone.
L'alu est un 6061 choisi pour sa bonne résistance à la corrosion. Les sections de revêtement noir visibles en haut et en bas sont en vinyle thermoformable.


La pièce bleue permet de relier le tout pour le transport. L'ensemble pèse moins de 2kg.


Le bas des tubes se glisse dans des presses en alu et vient taper sur une pièce en pomC, pour éviter d'abimer les embouts.
Les découpes qui accueillent les embouts ont été usinées par électro-érosion, l'extérieur est réalisé par usinage classique.


Les fixations des tubes sont reliées au cadre du barillet par dessous, mais aussi sur l'intérieur de la caisse du primaire (4 vis à chaque angle). Les parois de cette caisse reprennent les efforts exercés sur la structure, formant une ceinture autour du barillet. Cette pièce se devait d'être costaud pour garantir la rigidité du bas : elle est en balsa + multiplis marine pour les angles, le tout est stratifié de 4 plis de 400g sur chaque face + renforts aux 8 angles de liaison. Les tranches ont été évidées sur tout le tour, en haut et en bas, sur 5mm d'épaisseur puis remplies de choucroute époxy+fibres carbone mixées.


Le barillet reprend le système présenté sur Magnitude78 et expliqué par Serge Vieillard. J'ai ajouté une barre (qui forme le carré) qui permet de soutenir les efforts appliqués sur les supports latéraux. Les carrés d'alu font 20mm de section pour 2mm d'épaisseur (alu 6061, renforts collés/rivetés en 7075 et rivets inox à tête large, ma riveteuse est pas près de l'oublier !). Les triangles de flottaison sont en balsa/carbone (2x4 couches croisées) et reposent sur des rotules en alu anodisé. Points d'appuis du miroir en téflon. Les bascules de chaque paire de triangles sont montées sur des axes en laiton.


Les supports latéraux sont usinés dans une plaque de carbone de 5mm d'épaisseur, assemblés à l'époxy.
Le miroir repose sur des patins téflon enchassés dans des boules réglables pour assurer le centrage du primaire sur ses 18 points.

La collimation se fait donc par le haut, l'oeil à l'oculaire, via 2 tiges carbone qui s'emboitent dans les petites pièces blanches (guides pour faciliter l'assemblage).
La mise en place des tiges ne nécessite pas d'outil (aucun n'est d'ailleurs nécessaire pour le montage, démontage ou réglage de l'engin).


Le fond de la caisse s'enlève via une seule vis, il est en polystyrène extrudé recouvert de 2 couches de carbone et 1 de fibre de verre et accueille un ventilo silencieux alimenté par une pile rechargeable de 9V.
Les angles de ce fond de caisse ont été évidés puis renforcés à la choucroute carbone afin d'y fixer des patins d'appui. Ces patins supportent le poids de la caisse lorsqu'elle repose dans la base (lors du rangement).
Les poignées alcôves sont imprimées en PETG et fixées à la ceinture par des rivets. Poids de la caisse primaire avec fond et couvercle, sans le miroir : 6kg500g. Le miroir pèse 10,7kg.


Le couvercle est également en poly extrudé, 2 couches de verre et 4 de carbone pour être bien rigide (car le miroir n'est pas loin en dessous).
On voit aussi les inserts qui reçoivent les tiges/boutons inox de ø10mm permettant la fixation des tourillons. Ces inserts sont fixés dans le cadre du barillet et prennent les parois de la caisse en sandwich.
Hauteur totale de la caisse : 12cm.


Les tourillons sont surdimensionnés pour assurer un bon équilibrage lors du passage de l'observation mono à bino sans ajout de contrepoids.
Des accroches ont toutefois été prévues dans la structure de la caisse (masquées sous des caches amovibles) au cas où je me serai planté dans le calcul du centre de gravité.
Je n'ai pas eu à m'en servir : en mono avec paracorr et un oculaire léger en 31,75 ca ne bascule pas vers l'arrière, en bino + 2 pano 24 ca ne bascule pas vers l'avant. Ouf !
Il y a encore de la marge pour ajouter un viseur digne de ce nom car le point rouge actuel est une grosse daube
Les tourillons font 26mm d'épaisseur et sont composés de poly et de 14 couches de composites par unité pour un poids de 440g chacun.
Un des deux a des butées imprimées en PETG pour bloquer le mouvement (j'ai laissé quelques degrés de liberté pour le pointage au zénith).


Le rocker, toujours la même recette, poly + couches carbone et verre + carbone pour le dessous.


Les glissements se font sur patins téflons, une protection vinyle est découpée pour protéger les zones qui peuvent frotter avec la caisse primaire une fois celle-ci posée à l'intérieur.


La base est en multiplis marine recouverte d'un gel coat maison, puis peinture et vernis. La rotation se fait sur patins téflons/ebony star autour d'un axe en cuivre équipé de rondelles téflon.
La tension est réglable via une vis pour assurer des mouvements doux. Les 3 patins qui reposent au sol sont en époxy lourdement chargé de 3 ou 4mm d'épaisseur (à mon avis, inusables).
L'ensemble pèse 3kg800, avec le recul j'aurai pu gagner au moins 1kg sur la base.


Vue de dos, la plaque arrière se retire grâce au bouton situé sous le ventilo.


N'ayant pas constaté de flexions, je n'ai pas ajouté de triangulation pour relier l'extrémité des tourillons à la caisse primaire.

Pour finir, une petite animation du montage, qui prend moins de 5 min.

Je me rend compte que j'ai oublié de monter la jupe basse pour les photos, bon c'est une jupe quoi

Bye, et bon ciel !

[Ce message a été modifié par Dabrand (Édité le 20-12-2016).]

Share this post


Link to post
Share on other sites
Reoulala, le bas déchire grave aussi cela fait une demi-heure que je me repasse les photos en boucle et je ne m'en lasse pas.

Juste deux questions, pourquoi du vinyle thermoformable et pi à ce niveau de qualité de réalisation et vu les procédés employés on est assez loin du travail d'amateur, me trompe-je?

Peu importe c'est un magnifique télescope à la réalisation hors normes.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Les baches à vide sont en général toujours réutilisables, il faut juste laisser le mastic sur la bache et la décoller doucement (le fait de mettre tous les tissus techniques doit aider, il semble que tu ais fait des impasses ;-)). Pour les pièces en volume il faut une bache très élastique ici 800% (elastibag de chez diatex).

vraiment très propre la finition, très pro, rien à dire.

Sur la caisse primaire, tes compas sont encastrés en bas mais tu ne peux normalement pas les emboiter si tu ne défais pas les compas ou si tu ne démontes pas en partie tes fixations basses , ou alors y a un truc qui m’échappe !!

Yannick

[Ce message a été modifié par yp (Édité le 10-12-2016).]

[Ce message a été modifié par yp (Édité le 11-12-2016).]

Share this post


Link to post
Share on other sites
Merci pour ces nouvelles photos et les explications qui vont avec. Le bas est aussi bien fait que le haut. Mais comme Yannick, je me pose la question sur le montage des tubes par paires. Comment fait-on pour les emboiter en bas ?

Eric

Share this post


Link to post
Share on other sites
Eh bien les fentes à 90° dans la pièce de fixation sont taillées droites, alors que les tubes qui la traversent forment un angle correspondant à l'ouverture des compas : donc le passage inférieur beaucoup plus large que le supérieur (seule la face supérieure est ici visible sur la photo) et permet selon toute vraisemblance un dégagement complet du tube : tandis qu'en haut il est emprisonné sur 3/4 de tour, en bas je gage qu'il ne l'est que sur 1/2 tour seulement par la partie mobile de blocage, permettant d'insérer aisément le tube
C'est très astucieux, et ça fait visiblement jaser dans les chaumières
J'ai bon ?
En tout cas j'admire cette réalisation, la technicité derrière l'apparente simplicité, et la matière grise qui se cache manifestement sous cette matière noire habilement travaillée
Un grand coup de chapeau !

Share this post


Link to post
Share on other sites
C'est vrai que ça à l'air de travail de pro, c'est propre et bien fini.

Nul doute que si le confort d'utilisation est à la hauteur de la qualité que dégage au moins visuellement cet engin, le plaisir sera au bout du chemin ! Reste à confirmer sur le ciel et à régler les inévitable petites dernières choses.

Par contre déjà évoquer une revente pour un 600 me semble pour le moins étonnant. Mais les amateurs ne devraient pas manquer...

Jean-Marc

Share this post


Link to post
Share on other sites
J'ai beau chercher car je suis toujours là pour faire le casse-c... de service et bien je ne trouve rien! Nichts, nada Je trouve ce télescope très proche de la perfection: la collimation par le haut, pas de compromis permettant l'usage d'une bino, etc. Le viseur point rouge peut être avantageusement remplacer par un Quick Finder qui reste très léger tout en ayant une visée de type Telrad. Encore félicitations

Share this post


Link to post
Share on other sites
Salut

jmpg86, le vinyle thermo sur le rocker, c'est pour protéger la peinture des frottements lorsque la caisse primaire est posée dedans. Sur les tubes c'est idem, pour éviter les rayures, surtout en bas car pour enlever le couvercle il n'y a pas beaucoup de marge entre les tubes.
Sinon effectivement j'ai un peu l'expérience des composites mais c'est pas mon job. Le truc c'est que tout a été modélisé en 3d avant de débuter la construction, ça a permis d'optimiser et beaucoup aidé pour la réalisation des pièces.

Yannick, oui tu as raison elles sont toutes réutilisables (comme toi j'utilise du feutre de drainage et autres , le hic c'est les trous des connecteurs pour le passage des tubes reliés à la pompe, en fonction des pièces je ne les mets pas aux mêmes endroits (ça limite l'emploi du tube spirale). Elle est pas donnée la diatex, perso je prend une 1000% d'élongation pour les pièces complexes, meilleur marché mais elle n'aime pas trop les infusions à répétition..
Il est fini ton 400 ? Si oui et que tu veux bien mettre ici quelques images ça pourrait être sympa de voir nos différentes techniques, y'a tellement de possibilités avec les composites

Toutiet, j'ai aussi un 250 avec des lattes à la place des tubes, mais des lattes en carbone )

Et alors pour les fixes basses des tubes, et ben bravo Alain Moreau, dans le mille !

Ca ne se voit pas mais il y a des rondelles ressorts qui écartent la partie mobile quand on desserre, je jeu étant juste suffisant pour le passage des tubes. La difficulté de ces pièces a surtout été l'usinage de l'intérieur avec le respect de l'angle, d'où la technique employée.

JMBeraud, bah il y a des trucs ici ou là qui auraient pu être améliorés, mais je ne suis pas un pro, juste un passionné. Les "inévitables petites choses" ont été réglées avant les finitions, ça fait déjà un moment que j'observe avec ce scope. Par exemple lors des premiers test sur le ciel, le primaire subissait un pincement dû aux supports latéraux, pas mal d'essais et de modifs ont été nécessaires sur ce point avant de trouver une solution adéquate. Le seul truc qui reste à faire c'est un protège secondaire facile à mettre et à retirer, dès que c'est fait, zou, dans les PA car j'ai d'autres idées d'engin à concrétiser (mais pas un 600, je sais pas où tu as vu ça).

Maire, c'est trop d'éloges, je n'ai pas trouvé le smiley qui rougit..

Share this post


Link to post
Share on other sites
quote:
....perso je prend une 1000% d'élongation pour les pièces complexes, meilleur marché mais elle n'aime pas trop les infusions à répétition..

Tu as fait tes pièces en infusion, pas en barbouille?

quote:
...dès que c'est fait, zou, dans les PA car j'ai d'autres idées d'engin à concrétiser (mais pas un 600, je sais pas où tu as vu ça).

Oui tu as raison désolé j'ai révé ! En tout cas je suis étonné que tu revendes ton bel engin, après y avoir passé à priori pas mal d'heures, mais ça se respecte surtout si tu dois financer un autre projet et que tu en as déjà bien profité. Pour être passé par là je ne vendrai jamais le mien, même pour passer sur autre chose, mais je dois être trop sentimental .

JMarc

Share this post


Link to post
Share on other sites
Non, mon T400 n'est pas terminé , je l'ai mis en attente pour finir le T600 du club (qui consomme tout mon temps dédié astro), ça serait bien de sortir les 2 instruments en 2017.

Le mode d'accrochage par encastrement est certainement le meilleur. J'ai pas mal creusé le sujet mais je ne voyais pas comment gérer le chgt d'angle lié à l'ouverture des compas entre la position juste engagé dans les trous et calé au fond ; sans doute parce que je prenais trop de longueur encastrée. Tes tubes sont encastrés sur 60mm-70mm ?

Yannick

Share this post


Link to post
Share on other sites
"accrochage par encastrement"

Je dois avouer ne pas bien comprendre comment cela se présente (ou fonctionne) réellement. Les extrémités des tiges sont-elles coniques?

amicalement rolf

[Ce message a été modifié par rolf (Édité le 13-12-2016).]

Share this post


Link to post
Share on other sites
JMarc,

oui en barbouille pour ces pièces, pas en infusion (je voulais parler de cuisson). D'ailleurs l'infusion aurait sûrement été la meilleure solution rapport au poids, mais bonjour le travail de préparation pour un seul exemplaire.

Concernant la séparation douloureuse c'est la condition qui fera qu'il y en aura un autre, bon ca va quand même me faire tout drôle si il part En fait j'y pense depuis la fin de la tête secondaire de ce 400, qui a ouvert pas mal de possibilités pour cet autre projet que je pensais hors de portée.
J'ai vu tes posts et ton tube en nida, superbe ! Pas le droit à l'erreur avec des longueurs de tissus pareils.. J'ai pas trouvé dans ton post, tu as fait un gel-coat après coup, en finition ?

Yannick,

ah t'es aussi sur un 600 ! Bon courage pour la suite alors, j'espère que ca va marcher au poil et que l'on pourra admirer les 2 bêtes bientôt.
Pour la profondeur d'encastrement c'est exactement ca : 60mm. C'est suffisant vu la longueur et la section de mes tubes. Surtout, l'angle imposé par le V inversé les maintiens en place sans avoir besoin de serrer fort.

Rolf, Non les extrémités ne sont pas coniques, elles s'emboitent jusqu'au bout puis sont pressées sur toute leur longueur - et leur circonférence - par la petite pièce. Leurs angles par paire font qu'elles ne peuvent plus se déplacer vers le haut (en emboitant un seul tube et en serrant normalement il ne bouge déjà plus, mais il n'est retenu que par la force de serrage, alors qu'avec les 2 emboités c'est du béton : pas de jeu et mécaniquement impossible pour les tubes de bouger vers le haut). Je ne sais pas si tu vois le truc ?

Share this post


Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
Sign in to follow this