Sign in to follow this  
Fredo

Séjour à Stellarzac - CROA synthétique (et néanmoins long...)

Recommended Posts

Bonour,

Comment résumer en quelques lignes la semaine que je viens de passer à Stellarzac ?
Comment rendre compte avec des mots les sensations visuelles que j'ai eu durant ces 4 nuits d'observation ?
L'exercice est difficile, et je sais déjà que ce qui suit est perfectible et très largement incomplet. Je ne peux cependant pas ne pas vous faire partager ces grands moments de ciel profond

C'est en famille que je viens de passer une semaine "là-haut". Le gîte permettant de loger tout ce petit monde (3 enfants) et la région offrant de belles promesses de visites, toute la famille a ainsi été pleinement satisfaite ! L'accueil et la disponibilité de Frédéric n'est pas qu'une légende, que ce soit pour la partie "gîte" ou la partie "astronomique" du séjour.

Je ne vais pas faire un compte-rendu détaillé de l'ensemble de ce que l'on a pu observer. La liste serait longue et un peu ennuyante à la lecture...
Je ne retiens donc que les observations majeures, celles qui m'ont marqué, ou les objets originaux qui présentent des caractéristiques particulières.

Sur les 4 nuits d'observation, le SQM a systématiquement atteint 21,5. Nous sommes même montés à 21,6 la troisième nuit.
Le seing (fondamental dans un gros diamètre, comme j'ai pu le constaté) était exceptionnel au court de la deuxième nuit (celle du 11 au 12 aout) plus standard les autres nuits (et même plutôt mauvais au cours de la troisième nuit, pourtant la plus transparente).

Que retenir donc ?

Évidemment, les "grands classiques" (Messiers et NGC majeurs) justifient à eux seuls un séjour avec le 1m
Les globulaires sont absolument indescriptibles en fourmillement d'étoiles (incroyablement fines quand le seeing y met du sien). Leur vision à la bino m'a littéralement scotché, et ce sont ces images que je retiens : une vue 3D indiscutable, les amas sont alors des boules contenant des centaines d'étoiles sur fond clair.
M13, M15 et M5 tiennent évidemment le haut du pavé, mais M92, souvent délaissé au profit de son célébrissime voisin était réellement magnifique !

Les NP (approfondies lors de la nuit au seeing remarquablement bon) ont également été de la fête. Elles sont aussi nombreuses que variées dans leur forme et leur structure.
La centrale de M57 était visible en permanence lors de cette deuxième nuit. La seconde étoile dans l'anneau était également perçue par intermittence, mais c'était nettement plus délicat. La petite IC a proximité était bien entendu visible (et même en vision directe lors de la dernière nuit), mais j'ai compris à quel point elle pouvait constituer un beau challenge pour des diamètres plus petit, car elle ne crève tout de même pas l'oculaire...
M27 était également grandiose, extrêmement brillante et large. Un bout de l'enveloppe externe était visible.
NGC7008 est une NP que j'adore (elle me plait déjà dans un 200mm) : elle est riche, complexe, grande et se laisse facilement détaillée. Nous y sommes revenus plusieurs fois également, tant la vision était intéressante et belle.
Parmi toutes les autres NP du ciel d'été, évidemment très nombreuses, je retiens finalement celles qui sont quasiment sur l'automne : Saturn Nebula (NGC7009) offre une vision étonnante à faible grossissement en proposant un ensemble de couleur bleu/vert que je ne peux retranscrire. À plus fort grossisement, les extensions latérales étaient alors parfaitement visibles, de même que la structure interne, très riche, donc difficile à interpréter pour ma part (les dessinateurs du forum auraient pu s'en donner à cœur-joie ).
Blue Snowball (NGC7662) était également assez incroyable et présentait une vision bleu-cyan avec des détails dans sa partie centrale.

En ce qui concerne les nébuleuses diffuses, même si les principaux Messiers sont impressionnants (avec la douceur et les détails de la Lagune, les veines sombres de Trifide, les détails extrêmement contrastés de M17, les doigts de la création dans M16), les dentelles du cygne sont tout simplement inoubliables... J'en ai la chaire de poule en écrivant ces lignes ! Bien entendu, le champ du 1m ne les montre que par petit bout, d'autant plus que le grossissement idéal pour les détailler sans les éteindre se situe aux alentours de 300x, mais se balader d'une partie à l'autre, se perdre sur des filaments inconnus à plusieurs champ des grandes dentelles, prendre le triangle de Pickering pour les petites dentelles que l'on cherche si loin, si loin...et les découvrir enfin (les petites dentelles) d'une finesse à pleurer constitue une expérience unique et assez indescriptible. Qu'est ce que ce fut bon !

Enfin, pour ce qui est des galaxies, on a vu un bestiaire plus que varié. Je ne pouvais pas ne pas rendre visite à M51. Même si Fred a insisté sur le fait que la vision était loin de ce que l'on peut voir lorsqu'elle est au zénith, ce fut tout de même un grand moment pour moi. Les bras, très fins, se parcourent et se détaillent sur toute leur longueur. Le compagnon présente également sa structure en 2 parties.
M101, NGC6946 et NGC7479 nous ont également dévoilées leur bras, mais ce fut M33 qui m'a le plus marqué. Elle est immense, quasi photographique, les bras baignant dans un environnement lumineux. De très nombreuses zones HII et associations sont visibles un peu partout, certaines zones se situant très loin de la galaxie. NGC604 se détaille en différents grumeaux lorsque l'on pousse le grossissement.
NGC253 (la galaxie du sculpteur) est immense, et bien que basse, laisse entrevoir de nombreux détails de structure. On voit facilement sont cœur tourmenté.
Au 1m, NGC7331 prend de réelles allures de M31. Son noyau stellaire est très brillant, la galaxie s'allonge et s'épaissit tout à la fois. Une bande sombre est repérée et ses compagnons facilement repérables donnent une vision extrêmement esthétique de l'ensemble.
A une encablure de ce merveilleux champ, le quintet de Stéphan s'observe et se détaille sans difficultés. Les 5 membres sont individualisés et un sixième (NGC7320C) vient même se joindre au célèbre groupe. C'est aussi facile à observer que beau (et vice-versa )
NGC891 fut également fantastique. Cette galaxie, pourtant connue, m'a souvent déçu. Mais sous le ciel du Larzac et au 1m, la vision est réellement exceptionnelle et difficilement descriptible. La bande d'absorption est très nette, avec quelques irrégularités. L'aspect général est troublant : la galaxie est à la fois brillante et diaphane, quelque peu "transparente" et l'ensemble est d'un esthétisme à tomber par terre.
Je parle d'esthétisme ? Alors, il faut mentionner NGC404 "Le fantôme de Mirach" ! Lors de la nuit avec très peu de turbulence, le spectacle de la galaxie dans le même champ que Mirach était absolument de toute beauté, hypnotisant. Mirach est nécessairement très brillante, de couleur jaune/orange et dans le même champ, NGC404 se montrait sans aucun effort, assez large mais sans détails. Cette image restera longtemps gravée dans ma tête.

Le chapitre "galaxie" est le plus long finalement...et ce n'est pas étonnant : je les adore et ai finalement du mal à choisir celle que j'ai préférée.
L'exercice de "sélection" est encore plus délicat sur les groupes et amas. Nous avons en effet visité de nombreux groupes de galaxies : celui de NGC128, groupe autour de NGC474, chaine de galaxie avec NGC383 pour centre, groupe autour de NGC70... Et encore bien d'autres !, sans oublier quelques Hickson (5 et 88) et des Abell.
Il n'est pas possible de retranscrire par du texte les impressions ressenties sur chaque amas, mais chacun a sa particularité.
Abell2151 (Hercule) est extrêmement riche, large. Les principales galaxies ont leur propre personnalité (vue par la tranche, noyau brillant...).
Abell262 (Andromède, autour de NGC708 et 753) est également riche et les principaux membres sont brillants.
Abell426 (Persée, autour du groupe NGC1275) étant proche de la voie lactée, présente en plus de nombreuses étoiles au milieu des galaxies (ou le contraire ), rendant l'ensemble encore plus esthétique.
Abell347 (Andromède, autour de NGC910) est tout proche de NGC891, monstrueuse en comparaison. C'est un grand plaisir que de passer de l'un à l'autre.
Abell76 (Poissons, autour de IC1565) accompagne, lui, Hickson 5. L'ensemble est faible, mais néanmoins bien présent.

Voilà pour l'essentiel des observations.

J'ai quitté Stellarzac pleinement satisfait, avec un réel sentiment de satiété (et, il faut le reconnaître, un peu de fatigue ).
J'ignore quand j'aurai l'occasion d'y revenir, mais il ne fait aucun doute que je reviendrai !

A+
Fredo

[Ce message a été modifié par Fredo (Édité le 21-08-2013).]

Share this post


Link to post
Share on other sites
Publicité
En vous inscrivant sur Astrosurf,
ce type d'annonce ne sera plus affiché.
Photographier la Lune
Guide complet pour la photographier de la Lune.
Information et commande sur www.photographierlalune.com
La galaxie du Sculpteur au T1000, c'est clair... ça fait envie

Share this post


Link to post
Share on other sites
Éric,

Oui, elle est pas mal du tout dans un 1000mm
Mais vois-tu, j'ai failli ne pas l'inclure dans ma sélection, tant M33 et NGC891 étaient fantastique !
Avec ce type d'instrument, et pour peu que l'on y consacre un peu de temps, le nombre de galaxies présentant des détails monte en flèche.
Nul doute qu'avec ton 600 tout neuf, il en sera de même.

A+
Fredo

Share this post


Link to post
Share on other sites
C'est un truc assez frappant quand on passe de 600 mm à 1m, on a facile 3 à 4 fois plus de galaxies qui montrent des détails.
On peut s'amuser à pointer à peu près n'importe quelle galaxie qui est faite en imagerie, même des trucs faibles et on y découvre des trucs intéressant en visuel au 1m. C'est comme ca qu'il est par exemple amusant de pointer en visuel des petites galaxies exotiques de mag 13 imagé par christian_d et s’apercevoir qu'en visuel c’est loin d’être ridicule, comme par exemple UGC 7321 ou UGC 3697, la galaxie de l'intégrale dont on perçoit bien la forme en visuel.

L'autre truc frappant, c'est pas mal de NP dont on voit très bien les détails à l'intérieur, sans pour autant pousser les grossissements comme sur un 600, du coup ca donne des images très esthétiques, avec du champs et de la couleur, bref de l'image qui claque, avec seulement 300x de grossissement.
Après évidement si on grossit on en voit encore plus
Mais disons que ce qu'on perçois pas toujours facilement à 1000 ou 2000x dans un 600, on le voit facile à 300x dans un 1m, c'est vraiment frappant sur l’œil de chat ou la saturn nébula.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Super CROA qui donne vraiment super envie de se rendre chez Fred au plus vite ...
Vivement que je puisse réaliser cette expérience !
A+ Yohan

Share this post


Link to post
Share on other sites
Yohann,

Merci.
Pour un séjour à Stellarzac, j'étais un peu comme toi (depuis l'ouverture du gîte) : vivement que je puisse y aller un fois (au moins ).
C'est désormais chose faite en ce qui me concerne et je te souhaite réellement de pouvoir faire de même !

David,

UGC3697 figure dans ma "do-list" au 300. Inutile d'y chercher la forme avec ce diamètre, c'est juste histoire de la détecter.
J'avoue ne pas y avoir penser lorsque j'étais à Stellarzac. De toute manière, elle n'est pas vraiment de saison....et l'on avait déjà tellement à faire avec du NGC et de l'IC

A+
Fredo

Share this post


Link to post
Share on other sites
Bonjour à toutes et tous,

Beau CROA, et superbe installation que j'ai découverte en passant il y a peu (en présence de Maicé et Diabolo que je salue!)

En vacances après 5 mois de boulot intense, je vais pouvoir observer à nouveau (d'autant que les 3 premiers mois de l'année la météo fut...)
David à dit:
""On peut s'amuser à pointer à peu près n'importe quelle galaxie qui est faite en imagerie, même des trucs faibles et on y découvre des trucs intéressant en visuel au 1m.""

Cela ne me surprend pas ! je me suis déjà fait cette réflexion en 2006
En 88 lorsque j'ai commencé sérieusement le ciel profond et les dessins au T206mm (après 11 ans de tentative de photo mais sans résultats par manque de rigueur et de moyens) il m'a fallu 2 ans pour faire le tour de la question des détails que l'on pouvait voir sur les neb et gal (sans filtres il est vrai)
je suis passé au 321mm en 90 et en 2006 au 560mm , déja je m'était fais la remarque que je n'avait pas tiré tout le potentiel du 312mm (il est vrai que de 93 à 98 je n'ai pas beaucoup observé me consacrant beaucoup au travail... quel con! j'aurais mieux fait d'observer et de plus profiter de mes gamins)
Bref désormais j'ai conscience que je vais passer du temps à exploiter le 560mm même si un jour j'irai observer à Stellarzac (à 2h30 de chez moi)
De lundi soir à jeudi soir j'allie tourisme et observation au col de Beal dans le Forez .
Bonnes observations à vous
Manu dans le tarn profond
SITE WEB http://planetarn.pagesperso-orange.fr/manu/MANU.htm
Astronomie: comptes rendus d'observations
Météo: bulletin non conventionnel à 15 jours
Vidéos de Manu http://www.youtube.com/user/manutarn

Share this post


Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
Sign in to follow this