Sign in to follow this  
cbuil

Un point à 12 milliards d'année lumière

Recommended Posts

Cela ressemble à une étoile, mais pourtant, en pointant
le télescope dessus, les photons que vous recevez ont
mis 12 milliards d'année pour parvenir sur votre miroir.
C'est le quasar APM 08279+5255, de magnitude visuelle 15,
qui est l'objet le plus lumineux de l'univers (mais
dont l'éclat intrinséque est amplifié par effet de lentille
gravitationnelle).

En voici le spectre, fait tout récemment en ville :

C'est toujours démant de penser que les photons ont voyagé
durant 12 milliard d'années pour finir par croiser le brouillard
toulousain qui les bloques à quelques dizaines de metres seulement
du télescope (ce qui m'est arrivé en fin d'observation).

Pas trop facile de saisir le spectre de cet objet de magnitude 15
en ville. Le red-shift est si fort que la raie Lyman Alpha de
l'hydrogène, normalement dans l'ultra-violet lointain, ce retrouve
dans le orange du spectre !

C'est un objet record assez émouvant et facile en photo (coordonnées
indiquées).

Christian B

Share this post


Link to post
Share on other sites
Advertising
By registering on Astrosurf,
this type of ad will no longer be displayed.
Planetary Astronomy
Observing, imaging and studying the planets
A comprehensive book about observing, imaging, and studying planets. It has been written by seven authors, all being skillful amateur observers in their respective domains.
More information on www.planetary-astronomy.com


bravo christian pour ta mesure spectrale de ce quasar!
tes explications sont intéressantes : une question ,sur le spectre du télescope de 2,5m il y a deux mesures de redshift (mgII :1.18 et 1.81)
il y a deux mesures d'objets différents ?
polo

Share this post


Link to post
Share on other sites
Alors ça, ça me sidère, si j'interprète bien ton plot, tu as un gain deux fois plus important aujourd'hui avec un C11 et un spectro amateur qu'un instru de 2.5 lors d'observations en 1998 (bon leur image est moins bruitée mais je suppose que le capteur y est pour quelque chose...).


Simon

Share this post


Link to post
Share on other sites
Un maître en spectrographie tout proche de chez moi.
Quelle maitrise dans cette discipline.
Le comparatif avec un instrument professionnel est très intéressant.
Bravo.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Oui, moi aussi ça ma bluffé !

ça fait un sacré décalage!


[Ce message a été modifié par jpfar (Édité le 24-11-2011).]

Share this post


Link to post
Share on other sites
Qui aurait dit il y a quelques annees qu'un amateur peut mesurer le redshift d'un quasar aux confins de l'univers sur son balcon en ville, quasiment!
C'est un peu bleufant!

Pour les redshifts de MgII sur le spectre Isaac Newton, ce sont les raies d'absorption des nuages intergalactiques en avant plan... mais deja sacrement loin!

Nicolas

Share this post


Link to post
Share on other sites
Merci à vous.

Pour l'image du champ, j'ose à peine vous montrer l'image de guidage du
spectro, mais aussi de pointage - faut être soigneux. Le fond de ciel
est un vrai ennemi lorsqu'on arrive à ces objets là. Il est bien
plus brillant que le quasar. Voyez comment la fente est visible,
alors que sous un ciel bien noir elle ne devrait pas être perceptible, ou quasi.
Le champ est éclairé par la lumière des lampadaires. A gauche une image
du Palomar, à droite l'image guide :

Le quasar est a peine perceptible. Noter qu'il semble baisser d'éclat,
faudrait faire de la photométrie dessus.

polo0258, tu a bien vu qu'il y avait des valeurs de redshift inferieures
à celui du quasar. Ca vient du fait que j'ai coupé la figure originale,
que voici :

Le quasar est si loin que sa lumière est parfois absorbée par des
objets
situés entre nous et lui, donc à des z plus faibles.
On voit aussi la "foret Lyman halpha" à gauche de la position théorique,
là encore des absorptions de nuages de matière entre nous et lui.

Attention à la comparaison avec la performance d'un télescope pro.
Le 2,5 mètres peu m'écraser s'il le veux. Disons qu'ils ont posés surement
le juste le nécessaire. Mais justement, ce nécessaire devient
accessible à des instruments d'amateurs.

En spectrographie c'est comme en photographie, on note des progrès considérables depuis
quelques années (voir la profondeur des images, la résolution
en planétaire... c'est exceptionnel).

Christian B

[Ce message a été modifié par cbuil (Édité le 24-11-2011).]

Share this post


Link to post
Share on other sites
Bravo Christian, encore un record amateur !

Ca me donne envie de prendre un petit cliché de ce phare, pour le vertige...

Merci,
Stef

[Ce message a été modifié par Stephane Zoll (Édité le 24-11-2011).]

Share this post


Link to post
Share on other sites
Bonjour Christian,

très intéressant!

Une question de néophyte: comment reconnaitre la raie en question, vu le décalage, faut y penser...
Pour un néophyte comme moi, on peut confondre avec une raie Ha un poil décalée...

Share this post


Link to post
Share on other sites
a la vache ! c'est rigolo : ta manipe est - esthétiquement- hyper pas bandante (c'est vrai c'est super moche meme) mais ça ça procurer une emotion de vertige
bravo c'est incroyable
PIS ça CHANGE DES AUT' PLOUCs QUI FONT QUE DU JUPITER

Share this post


Link to post
Share on other sites
Si petit, si loin et pourtant si puissant...
Bravo pour la prise.
Bon à quand la première exoplanète Buil01?? ;-)
jérôme

Share this post


Link to post
Share on other sites
Encore une pétouille perdue au fin fond de l'univers à 12 miLLIARds d'AL : Pfouffff...ça fait loin ça....
Encore une belle prouesse

Nicolas Outters

Share this post


Link to post
Share on other sites
olivdeso, la reconnaissance des raies est un travail difficile
effectivement, un vrai jeu de piste, digne d'une nouvelle policière.
Il faut du métier et c'est un vrai travail de pro. Disons que
les pros en questions ont vu passer beaucoup de spectres devant eux,
et qu'ils ont des modèles qu'ils comparent à l'observation.

Dans le cas présent, le spectre est assez typé : le grosse baisse
de
lumière sur la gauche est bien caractéristique de la région du
spectre dite "limite de Lyman".

C'est comme quant vous reconnaissez la nébuleuse d'Orion du premier coup d'oil, une
sorte de reflexe. Même chose en spectro. Mais ici il
faut aussi se battre avec le bruit, qui n'arrange pas.

Personnellement, je n'aurais pas reconnu les raies au z intermediaire
(z = 1.2). Pour la petite histoire, ces raies appartiennent à la galaxie
qui est dans l'axe de visée du quasar, et qui fait office de lentille
gravitationnelle (et qui nous permet de voir ce quasar si lointain -
songez que la Terre n'existait pas lorsque les photons enregistré dans
ce spectre sont partie de l'objet !).

fredogoto, ta reflexion indique que tu commence à percevoir pourquoi
on fait de la spectro. Pas beau a priori dans le standard habituel, mais
en vérité, extrémement beau quant on comprend ce que cette façon
d'observer le ciel révèle. C'est le moteur et c'est
souvent très exitant (et quant on est tombé dedans,
il est pas facile de revenir en arrière - même si j'ai pris
un bon plaisir à faire qq images du ciel recemment pour une construire
des cartes de champs spectro - ca rappelle le bon vieux temps - presque
une récréation).

Christian

[Ce message a été modifié par cbuil (Édité le 26-11-2011).]

Share this post


Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
Sign in to follow this