a) Rayonnement de Hawking :  
     
 
En physique quantique, selon le principe d' incertitude, il peut naître (même dans le vide) une paire virtuelle de particules (car non détectables avec les détecteurs de particules), formée d' une particule et de son antiparticule qui s' annihilent peu après.
 
     
 
Ainsi, en admettant qu' un trou noir ait une température finie différente du zéro absolu, et que cette température soit inversement proportionnelle à la masse du trou noir, on s' aperçoit qu' il existe un paradoxe, car le trou noir ne peut avoir de rayonnement thermique à cause de son attraction gravitationnelle selon les concepts classiques.
 
     
 
Stephen Hawking a ainsi imaginé qu' au niveau de l' horizon des événements, il peut naître une paire de particules et que l' une des deux particules pourrait tomber dans le trou noir alors que l' autre pourrait s' échapper de celui-ci.
 
     
 
Le trou noir pourrait donc émettre des particules. Cependant, cette émission est quasi négligeable pour les trous noirs de type stellaire. Mais en ce qui concerne les trous noirs primordiaux ces émissions ne doivent pas être négligées car plus la masse du trou noir est petite et plus la probabilité qu' une particule tombe dans le trou noir et que l' autre lui échappe est importante. Ainsi, plus le trou noir est petit et plus il émet de particules. De cette façon, un trou noir primordial de la taille d' un proton aurait une température de 120 milliards de kelvins et une énergie de 10 millions d' électronvolts. Il mettrait environ 10 milliard d' années pour s' évaporer.
 
       
 
 
Voir la vidéo : Rayonnement.avi (28,3 Mo, format divx, mp3, faîtes, clic droit, enregistrer la cible sous pour le télécharger).