Le catalogue Messier
Le marathon Messier

M20Le but de cette page est pour l'instant plus de présenter le marathon Messier que le catalogue proprement dit (cela viendra). Pour résumer, et quand même planter un peu le décors, sachez que le catalogue Messier, mis en place par Charles Messier, astronome français, au XVIIIe siècle, regroupe 109 objets du ciel profond. On y trouve répertoriés des galaxies, nébuleuses et nébuleuses planétaires, amas planétaires et amas globulaires. Pourquoi seulement 109 objets sur les millions qui existent ?

Petit retour en arrière de 250 ans :
Charles Messier était d'abord un chasseur de comètes. En 50 ans, dans la deuxième moitié du XVIIIe siècle, il en a découvert ou co-découvert 19 ! C'est le 12 septembre 1758, alors qu'il était à la poursuite d'une comète dans la constellation du taureau, qu'il remarqua une petite tache diffuse très semblable et très proche de la comète qu'il recherchait. Afin de ne pas les confondre, il décrivit cette nébulosité précisémment dans un carnet. Le premier objet du catalogue Messier venait d'apparaitre et n'était autre que la nébuleuse du crabe. Au fil des ans, il compléta sa liste en s'arrêtant de préférence sur ceux pouvant être confondus avec des noyaux de comète. Ceci est bien sûr à ramener à la puissance des instruments de l'époque. Il édita son premier catalogue de 45 objets en 1771. 10 ans plus tard, le deuxième catalogue en contenait 103, en grande partie découverts par Pierre Méchain, ami et collaborateur de Charles Messier. Finalement, ce sont 110 objets qui figureront au catalogue final, toujours grâce à Pierre Méchain (en fait 109 car il semblerait que les objets 101 et 102 concernent tous les deux la galaxie de la Grande Ourse).
Tous ces objets sont relativement faciles à trouver puisqu'ils ont été découverts avec des instruments allant de la lunette de 90 mm au télescope de 200 mm, avec des miroirs métalliques de qualité bien médiocre, comparée à celle des instruments dont on dispose maintenant (Messier et Méchain observaient à partir d'une coupole située sur le toit de l'actuel musée de Cluny, en plein centre de Paris).

Mais revenons à ce qui nous interresse : le marathon Messier.

M13L'idée est née dans les années 70 en remarquant qu'il n'y avait quasiment pas d'objets Messier dans la région entourant l'écliptique dans les Poissons. Le Soleil ne gène donc pas l'observation losqu'il est dans cette région du ciel. De plus, on peut remarquer que tous les objets sont situés en-deça de 35° de déclinaison sud. Des observateurs ont prouvé que l'on pouvait observer tous les objets du catalogue Messier dans la même nuit sur une période d'environ 20 jours centrée sur l'équinoxe de printemps, à condition de se situer entre 20° et 45° de latitude nord. Les autres conditions à réunir sont une nuit sans Lune, ou juste un fin croissant de deux ou trois jours (pour ne pas être gêné par l'éclat de la Lune), un site d'observation parfaitement dégagé vers l'ouest, le sud et l'est, et bien sûr avec une pollution lumineuse minimum...Il faut également disposer au minimum d'une lunette de 60 mm. Maintenant, parlons plus précisemment de la date. Elle est conditionnée par l'équinoxe de printemps et la nouvelle Lune. En fait, l'idéal est la nuit de nouvelle Lune la plus proche de l'équinoxe de printemps.

Pour plus d'informations, vous pouvez consulter le numéro 358 de la revue Ciel & Espace (mars 2000), dont sont tirées les informations ci-dessus. Il contient de plus une superbe carte et les photos des 109 objets, qui sera bien pratique pour cette nuit-marathon.

Bonne chasse !!!

Stéphane CHOTARD