sh2-101 - La nébuleuse de la Tulipe
Constellation du Cygne

 
Carte


Tulipe
Cliquez sur l'image pour une meilleure résolution

La nébuleuse de la Tulipe, qui est aussi connue sous sh2-101 du catalogue Sharpless est une nébuleuse brillante de la consellation du Cygne. La partie la plus brillante de la nébuleuse ressemble grossièrement à une tulipe d'ou son nom. La nébuleuse est situé à environ 2300 AL de nous dans une région très dense de la Voie lactée.

Image composite Ha+R, G, B présentée ci-dessus est produite à partir des données combinant un  total de 7 heures et 25 minutes d'exposition. Les données ont été traitées avec PixInsight, Straton et Photoshop CS5.

Toutes les images présentées sur cette page ont été acquises par Paul Paradis (alias Sir Paul) lors de son séjour au Nouveau Mexique en octobre-novembre 2017.
.
Les images ont été acquises avec une lunette FSQ-106 de 530 mm de longueur focale sur une monture AP Mach1 GTO . La caméra utilisée est une QSI683 wgs refroidie à -15C utilisant des filtres R (1h40m), G (1h45m), B (1h), Ha (3h), Oiii (2h20m) et Sii (4h15m).


À moins d'indication contraire, les images présentées sur cette page sont le produit de mon traitement effectué lors de notre atelier PixInsight du 4 janvier 2018




  Bande étroite
 Cliquez sur l'image pour une meilleure résolution

La même région mais imagée en bande étroite avec la palette de Hubble Sii-Ha-Oiii.
Cette image a été acquise et traitée par Paul.
Annot
  Cliquez sur l'image pour une meilleure résolution

Annotations par PixInsight.
Notez que l'objet Cygnus X-1 est dans le champ de cette image (plus bas que le centre) et qu'un objet non identifié (une nébuleuse planétaire ?) est encerclé à l'extrême gauche du centre.

Cygnus x-1
Cliquez sur l'image pour une meilleure résolution

Cygnus X-1 / HDE 226868 est une étoile binaire qui fut remarquée dès les années 1960 comme étant une très importante source de rayons X dans la Voie lactée.  On a ici une supergéante bleue (HDE 226868) et un petit objet très massif qui fut par la suite identifié comme étant le premier candidat de trou noir de notre galaxie. L'objet très compact à une masse d'environ 14,8 fois la masse de notre Soleil et on évalue le rayon de l'horizon d'événement à seulement 44 km ! Le seul objet possible ayant cette masse et cette taille est un trou noir. Cet objet est situé à 6 070 années lumière de nous.
.
L'étoile compagne du trou noir est une étoile variable supergéante bleue, faisant au moins 25 fois la masse de notre Soleil qui orbite à seulement 0,2 UA du trou noir avec une période orbitale de 5,6 jours (voir le modèle à échelle ci-dessous). La surface de la supergéante est tellement chaude qu'elle propulse continuellement du plasma stellaire dans l'espace. Ce plasma est aspiré sur le disque d'accrétion du trou noir, est chauffé à des millions de degrés ce qui génère les rayons X que l'on observe.

 Cyg x1 NASA

 Modele Astronomy (août 2018)
 



    Front-a  Front-b 
    SiiHaOiii PP

Cliquez sur l'image pour une meilleure résolution

On peut observer le phénomène avec un certain succès sur l'image Oiii de P.P. (les deux images à gauche). On voit ici, souligné en bleu, le front d'onde de choc produit par le jet de particules éjecté à très haute vitesse (en fait presqu'à la vitesse de la lumière !) du disque d'accrétion du trou noir (voir l'image ci-dessus et ci-dessous). Lorsque la matière éjectée à vitesse relativiste frappe les gaz environnements, ceux-ci sont ionisés et émettent de la lumière qu'on observe ici sous la forme d'un arc.
.
La dernière image présente l'image Sii-Ha-Oiii traitée par P.P. sur laquelle on voit bien l'onde de choc en teinte bleutée.
.
Un site intéressant qui explique le phénomène observé ici.

Front       Site web d'Ivan Éder




Planetaire

Lors du traitement, nous avons observé une petite tache rouge arrondie en bordure de l'image qui ne ressemble pas à une étoile et qui apparaît sur les images faites avec les filtres rouge et H-alpha. C'est peut-être une nébuleuse planétaire peu connue qui n'est pas dans nos catalogues électroniques ?
.
Mystère résolu. Après vérification dans l'atlas interactif Aladin du Centre de données astronomiques de Strasbourg, il s'agit de la nébuleuse planétaire PN G070.9_02.4

Aladin

Retour