Ce site a été mis à jour le 17 mai 2020.

Il présente l'association sous ses principaux aspects, en particulier ses activités, son fonctionnement, ses réalisations et ses projets. Tout commentaire à propos de ce site peut être transmis par message électronique. Un contact avec les responsables de l'association peut également être établi par ce moyen.

ASSOCIATION RECONNUE D’INTÉRÊT GÉNÉRAL

Bienvenue

sur le site Internet de la SAML  

 

La Société Astronomique de la Montagne de Lure (SAML) soutient l’action de l’Association Nationale pour la Protection du Ciel et de l’Environnement Nocturnes (ANPCEN).



Le 23 février 2020,
Bruno et Patrick, nos deux membres du bureau actifs dans le domaine "participation à des projets scientifiques", ont réalisé pour la première fois à l'OMB une mesure de transit d'exoplanète. Il s’est agi de l'exoplanète HAT P 36 B, découverte en 2012.

Les éphémérides ont permis à nos deux observateurs de vérifier, à +/-2 minutes, le début et la fin du transit, ainsi que la "profondeur» de ce transit  : 0,0196 magnitude, conforme à la prévision de 0,02 magnitude.

Cette observation a permis également de confirmer que les conditions d'observation à l'OMB sont excellentes et le résultat obtenu montre qu'il sera possible de mesurer des transits d'exoplanète présentant une baissse de luminosté de l'ordre de 0,01 magnitude.

Pour ceux d'entre vous qui sont intéressés, vous trouverez ci-après le lien de cette publication sur le site de l'ETD (Exoplanet Transit Data Base) :

http://var2.astro.cz/tresca/transit-detail.php?id=1584106027&lang=en





 

  EXOPLANÈTES



Confinement oblige, c’est depuis les combles de son appartement que notre astrophotographe de l’Isère, Marc Khatchadourian, a photographié le coucher du Soleil le 9 avril dernier vers 20 heures sur le sommet du Moucherotte (massif du Vercors, altitude 1916 mètres).

Marc a utilisé sa lunette TMB 92 et son boîtier numérique Canon 6D Mark II à 800 ISO, avec un temps de pose de 1/2000e de seconde.


 

  COUCHER DE SOLEIL


Comment faire de l’astronomie du ciel profond lorsque l’on est confiné en pleine ville ? Eh bien... en traitant de vieilles images, des «fonds de tiroir» : voilà ce à quoi l’un de nos astrophotographes, Stéphane, en a été réduit à faire fin avril, depuis son appartement d’Aix-en-Provence.

Dans la nuit du 1er au 2 août 2019, à l’occasion de son séjour de vacances d’une semaine à la Montagne de Lure, il avait en effet complété son exploration des nébuleuses grand champ du ciel profond d’été au moyen du télescope Newton 400 de l’association, depuis la coupole de l’Observatoire Marc Bianchi, avec une image de la nébuleuse en émission Sharpless 115 (SH2-115) et de sa voisine la discrète nébuleuse planétaire  PK 85+4.1, alias Abell 71, située dans la constellation du Cygne.

Il avait utilisé son boîtier photo Canon EOS 6D « défiltré », réglé sur une sensibilité de 5000 ISO, le télescope C14 de la SAML étant lis en œuvre, en parallèle, en tant qu’instrument d’autoguidage muni d’une caméra CCD. La transparence était bonne et le vent quasi nul.

L'image ci-dessous, traitée avec retard fin avril 2020, résulte du compositage de 123 clichés de chacun 2 minutes d’exposition, soit au total 4 heures et 6 minutes de pose : cela peut paraître beaucoup, mais il faut bien cela pour ces nébuleuses faibles.




Cette image est accessible en plus haute définition en cliquant
ici ou sur l’image elle-même.

 

  NÉBULEUSES SH2-115 ET ABELL 71


En début de printemps, la Lune est très haute dans le ciel aux alentours du Premier Quartier, ce qui laisse présager d’une turbulence faible.

Le soir du 2 avril 2020, le seeing était effectivement au rendez-vous ! Philippe en a profité, depuis son jardin à Manosque, pour photographier notre satellite avec son C9.25 Edge HD muni d’une barlow 2x et de sa caméra vidéo monochrome ZWO ASI 174MM.

La première image montre les cratères Tycho et Clavius, ainsi que tout à droite le pôle sud de notre satellite (le nord se trouve, ici, vers le bas).




La seconde image montre la Mer des Pluies, avec notamment les cratères Archimède, Aristillus et Cassini, ainsi que la célèbre Vallée des Alpes dont on voit bien la rainure intérieure.





Ces deux images sont accessibles dans une plus grande définition, en cliquant sur les images elles-mêmes.


 

  LUNE EN PREMIER QUARTIER DEPUIS MANOSQUE


Vénus brille de mille feux le soir, cette année de janvier à mai, après être passée très haut dans le ciel en milieu d’après-midi.

Visuellement, la planète ne montre rien d’autre que l’évolution de sa phase, de gibbeuse à un fin croissant, parallèlement à une augmentation de son diamètre à mesure qu’elle se rapproche de la Terre. Cependant, la structure nuageuse des couches supérieures de son épaisse atmosphère se révèle en lumière ultraviolette. De janvier à avril, Philippe a photographié Vénus au moyen de sa caméra vidéo monochrome ZWO ASI 174MM munie d’un filtre UV, avec le télescope C14 de la SAML (images de janvier et février) puis avec son propre télescope C9.25. La légende indique les heures ainsi que le diamètre apparent de la planète.





 

  VÉNUS EN ULTRAVIOLET



En raison de l’épidémie COVID-19, les activités de la SAML ont été suspendues pendant toute la durée de la période de confinement, du 17 mars au 10 mai. Cela a concerné, bien sûr, non seulement les activités publiques de l’association, mais aussi les observations — y compris individuelles — sur le site de notre observatoire à la Montagne de Lure.


Avec le début de la levée des contraintes de confinement à partir du 11 mai, notre association entame une reprise progressive et prudente de ses activités, dans le respect des mesures barrières et de l’ensemble des préconisations gouvernementales.


Ainsi, la soirée publique d’observation prévue le samedi soir 16 mai a été annulée mais la suivante, programmée le samedi soir 13 juin, devrait a priori être maintenue (la décision sera évidemment prise ultérieurement, au regard de l’évolution, d’ici là, de la situation sanitaire). Les observations individuelles sont, en revanche, de nouveau possibles.


La date de l'assemblée générale ordinaire 2020 de la SAML, qui avait été programmée le samedi 28 mars 2020 à la Médiathèque de Saint-Étienne-les-Orgues et avait dû être reportée, n’a pas encore été fixée mais devrait l’être prochainement.


Des informations complémentaires concernant la reprise des activités de la SAML seront communiquées sur ce site, à mesure qu’elles seront disponibles.


En attendant, merci à notre talentueux astrophotographe isérois, Marc Khatchadourian, de nous avoir proposé sa vision très personnelle du déconfinement en cours dans la galaxie de la cocote-minute...





 

  ACTIVITÉS DE LA SAML


Il restait à Stéphane à traiter ses images d’un objet de ciel profond parmi ceux qu’il avait photographiés l’été dernier, lors de sa semaine de vacances à la Montagne de Lure.

Voici donc son image de la galaxie NGC 6946, une galaxie spirale vue de face et assez faible, située à la limite entre les constellations du Cygne et de Céphée, photographiée depuis la coupole de l’Observatoire Marc Bianchi avec le télescope Newton 400 de l’association.

Stéphane a utilisé son boîtier photo Canon EOS 6D « défiltré », réglé cette fois sur une sensibilité de 8000 ISO. Le télescope C14 de la SAML a été utilisé, en parallèle, comme instrument d’autoguidage en étant muni d’une caméra CCD. Les conditions ont été assez difficiles car le vent était assez fort et la turbulence a varié de moyenne à assez forte, en outre la séance a été contrariée par plusieurs passages de voiles de nuages élevés qui ont sensiblement détérioré la transparence sur un grand nombre d’images brutes.

L'image résulte du compositage de 104 clichés de chacun 2 minutes d’exposition, soit au total 3 heures et 28 minutes de pose.




Cette image est accessible en plus haute définition en cliquant
ici ou sur l’image elle-même.


En septembre 2016, avec le même télescope mais avec des conditions météo plus favorables, en utilisant une caméra CCD et en posant beaucoup plus longtemps (6 heures et 16 minutes au total, réparties sur deux nuits consécutives), Stéphane avait obtenu une
image plus spectaculaire de cette remarquable galaxie quelquefois appelée « galaxie du feu d’artifice ».


 

  GALAXIE NGC 6946


La nébuleuse Messier 17 (M17), située dans la constellation du Sagittaire, est un objet du ciel profond d’été que Philippe a photographié à de multiples reprises.

Il nous donne un exemple de ce qu’il est possible de faire avec de bons « fonds de tiroir », qu’il est souvent possible de retravailler, au stade du traitement d’image... surtout en temps de confinement.

À partir de son image de prise avec son télescope C9.25 pour les couches luminance (L) et chrominance (R, V et B) en 2014 et H-alpha en 2015, il a produit en mai 2020 l’image ci-dessous.




Cette image est accessible en plus haute définition en cliquant
ici ou sur l’image elle-même.

 

  NÉBULEUSE M17