Ce site a été mis à jour le 20 février 2019.

Il présente l'association sous ses principaux aspects, en particulier ses activités, son fonctionnement, ses réalisations et ses projets. Tout commentaire à propos de ce site peut être transmis par message électronique. Un contact avec les responsables de l'association peut également être établi par ce moyen.

ASSOCIATION RECONNUE D’INTÉRÊT GÉNÉRAL

Bienvenue

sur le site Internet de la SAML  

 

La Société Astronomique de la Montagne de Lure (SAML) soutient l’action de l’Association Nationale pour la Protection du Ciel et de l’Environnement Nocturnes (ANPCEN).



La prochaine soirée publique d’observation, ouverte aux membres de l’association et à tout public, est programmée samedi soir 23 février 2019 à la Montagne de Lure, à l’Observatoire Marc Bianchi, à partir de 19 heures 30.

L’observation sera consacrée aux planètes Uranus et Mars, ainsi qu’aux objets du ciel profond d’hiver (ci-contre : photo de la nébuleuse du Crabe, Messier 1, dans la constellation du Taureau).

Les personnes souhaitant participer à cette soirée d’observation sont invitées à annoncer leur venue, de préférence par courriel, ou à défaut par SMS au 06-20-12-41-82.



Les participants doivent s’équiper de vêtements très chauds (y compris bonnet de laine, gants ou moufles, grosses chaussures, etc.), car le froid peut être très marqué en cette saison, la nuit, à l’altitude de 1600 mètres. Par ailleurs, en cas de chutes de neige le jour même ou dans les jours précédents, des équipements automobiles spéciaux (pneus neige ou «chaussettes neige», voire chaînes à neige) peuvent s’avérer indispensables pour permettre d’atteindre sans problème la station de ski et s’y garer avant de rejoindre à pied l’observatoire.

 

  PROCHAINE SOIRÉE PUBLIQUE


Si vous avez manqué l’expo photo de la SAML à la Médiathèque de Saint-Étienne-les-Orgues durant la seconde quinzaine de novembre 2018, ou si vous l’avez beaucoup aimée, retrouvez-la ici en texte et en images.





NOUVEAU : Les photos exposées lors de cette toute première expo d’astrophoto sont disponibles à la vente
sur papier photo de haute qualité, sur commande : voir ici le
catalogue des photos.





 

  EXPO PHOTO



L’un de nos astrophotographes de l’Isère, Marc Khatchadourian, nous avait adressé en octobre 2018 une superbe photographie de la grande nébuleuse IC 1805, en forme de cœur, située dans la constellation de Cassiopée.

Marc avait pris cette photo en novembre 2017 depuis son site isérois de Saint-Martin-d’Uriage. Il avait utilisé une lunette apochromatique Takahashi FSQ de 130 mm de diamètre, installée sur monture Astro-Physics AP 1600, et sa caméra CCD grand champ monochrome SBIG STL-11000M équipée d’une roue à filtres. Il a posé 50 minutes en luminance (10 x 5 minutes), 30 minutes (6 x 5 minutes) en rouge, en vert et en bleu, mais aussi 40 minutes (4 x 10 minutes) en H-alpha.




Cette image est accessible en plus haute définition en cliquant ici ou sur l’image elle-même.


Marc a «récidivé», en photographiant à nouveau IC 1805 ainsi que la magnifique nébuleuse voisine IC 1848, également située dans la constellation de Cassiopée. L’image «très grand champ» correspondante, ci-dessous, a été faite en lumière H-alpha au moyen d’une impressionnante mosaïque de... 16 (!) tesselles, chacune ayant nécessité 1h40 de pose. La petite nébuleuse Sh2-196 est également bien visible, au centre de la partie supérieure gauche de l’image.

Cette fois, Marc a utilisé son vénérable astrographe Baker-Ritchey-Chrétien (BRC) 250 Takahashi de 250 mm de diamètre ouvert à f/5, ainsi que son habituelle caméra CCD SBIG STL-11000M.




Cette image est accessible en plus haute définition en cliquant
ici ou sur l’image elle-même.

 

  IC 1805 et IC 1848


Via le forum Webastro, nous avons été récemment informés de la publication d’un remarquable rapport du Conseil Général de l’Environnement et du Développement Durable (CGEDD) consacré à la pollution lumineuse.

Ce rapport de mission de 106 pages, daté de novembre 2018, est intitulé «À la reconquête de la nuit» et sous-titré «La pollution lumineuse : état des lieux et propositions». Il est public et peut être téléchargé ici : À la reconquête de la nuit.

Voici, in extenso, son intéressante conclusion incluant des prises de position et des recommandations :

  1. D’un sujet anecdotique de prime abord, la pollution lumineuse s’avère toucher chacun de nous et nécessite une mobilisation nationale inédite qui serait aussi un signe précurseur de l’implication des autorités publiques françaises dans la recherche de la préservation de la biodiversité.

  2. C’est à la fois un sujet de santé-environnement, de fonctionnement harmonieux des écosystèmes et un pas vers un monde moins énergivore.

  3. La mission est persuadée que cette mobilisation est possible en commençant par des axes de progrès directs et évidents : le plein effet des textes existants, des contrôles ciblés et dissuasifs, une ambition de diffuser le message de l’éclairage excessif et nuisible dans tous les domaines des sources d’éclairage : éclairage public, privé, publicité... et ce, quelle que soit leur localisation, urbaine ou rurale.

  4. Elle propose également d’accentuer la diffusion de la préoccupation lumineuse à certaines réglementations et relancer l’ambition environnementale de la normalisation.

  5. Enfin, elle souhaite insister sur le nécessaire renforcement de la sensibilisation du grand public aux enjeux de biodiversité et de santé publique en matière de pollution lumineuse. La pollution lumineuse est un sujet sur lequel on ne doit pas opposer artificiellement extinction des feux et rénovation de l’éclairage public ; il faut au contraire les combiner dans une approche globale de «sobriété lumineuse».

  6. Comme pour tout sujet émergent à forte portée symbolique, une prise de conscience sociétale est indispensable pour apprécier collectivement qu’un éclairage excessif (public ou privé) n’est plus seulement inutile et coûteux mais désormais aussi nuisible à tous.

  POLLUTION LUMINEUSE


Située dans la constellation du Sagittaire, en direction du centre de notre galaxie la Voie lactée, la nébuleuse M20 (alias Messier 20 ou «Nébuleuse trifide») est l’un des plus beaux objets colorés du ciel d’été pour les astrophotographes. Elle est constituée d’une partie diffuse rouge, en émission, fragmentée en plusieurs lobes par une nébuleuse obscure, et d’un vaste halo bleuté.

Stéphane a photographié cette nébuleuse «bicolore» à la Montagne de Lure durant les nuits du 8 au 9 juillet 2018 et du 9 au 10 juillet 2018, depuis la coupole de l'Observatoire Marc Bianchi. Il a utilisé le télescope Newton 400 à f/4,6 de la SAML ainsi que son boîtier photo personnel Canon EOS 6D «défiltré» réglé sur une sensibilité de 5000 ISO. Le compositage totalise pas moins de 261 poses (51 poses de 2 minutes pendant la première nuit, 210 poses de 20 secondes pendant la seconde nuit). Les poses de seulement 20 secondes ont permis de mieux séparer les deux composantes très brillantes de l’étoile centrale de la nébuleuse rouge.

En fait de nébuleuse trifide, Stéphane fait remarquer qu’il s’agit plutôt d’un objet quadrifide... d’un trèfle à quatre feuilles, en quelque sorte.





Cette image est accessible en plus haute définition en cliquant
ici ou sur l’image elle-même.

 

  NÉBULEUSE TRIFIDE



Si vous avez lu l’extraordinaire récit de science-fiction d’Arthur C. Clarke «2001 ODYSSÉE DE L’ESPACE», ou si vous avez vu le mythique film de Stanley Kubrick du même nom, vous n’avez pas pu oublier que le fameux monolithe noir trouvé sur la Lune fut découvert à partir d’une anomalie magnétique détectée dans le cratère Tycho par les astronautes de la base lunaire de Clavius...

Dans la nuit du 14 au 15 février 2018, profitant d’une très belle nuit calme résultant de conditions anticycloniques idéales, Stéphane a photographié la région lunaire du cratère Tycho et de la grande plaine murée Clavius, depuis la coupole de l’Observatoire Marc Bianchi.

Pour ce faire, Stéphane a utilisé le télescope de type Schmidt-Cassegrain de la SAML, ainsi que divers accessoires personnels notamment pour porter la focale du télescope à pas moins de 15 mètres. Il a par ailleurs utilisé sa caméra vidéo ZWO ASI 1600 MM.

Cela lui a permis de nous offrir cette image saisissante de reliefs et de détails nous montrant une région méridionale extraordinaire de la face visible de la Lune, avec Tycho au tout premier plan et Clavius au second plan (le nord se trouve vers le bas).




Cette image est accessible en plus haute définition ici : Tycho-Clavius.

Stéphane devrait publier prochainement d’autres images de la Lune qu’il a prises durant cette nuit-là et la suivante à la Montagne de Lure.

 

  TYCHO ET CLAVIUS



Marc Khatchadourian, notre astrophotographe «grand champ» de l’Isère, nous a adressé une nouvelle magnifique image prise en lumière H-alpha, au moyen de son fidèle télescope Takahashi  de type Baker-Ritchey-Chrétien (BRC) de 250 mm de diamètre ouvert à f/5 et de sa caméra CCD SBIG STL-11000M.

Il s’agit cette fois d’une image de NGC 2244, la nébuleuse de la Rosette, splendide objet du ciel d’hiver situé dans la petite constellation de la Licorne. Marc a eu besoin de trois nuits, la dernière étant celle du 12 février 2019 à Saint-Martin-d’Uriage, pour réaliser cette image qui résulte du compositage de 6 clichés bruts de 1 heure et 40 minutes de pose chacun.




Cette image est accessible en plus haute définition en cliquant
ici ou sur l’image elle-même.


 

  ROSETTE



La galaxie Messier 64 (M64) est très connue sous les noms de galaxie de l'Oeil Noir, ou de Belle Endormie, qu'elle doit aux remarquables nuages interstellaires opaques masquant partiellement ses régions centrales. On pense que cette structure résulte de l'absorption d'un compagnon. Messier 64 est située dans la constellation de la Chevelure de Bérénice, à 17 millions d'années-lumière du Système solaire. C'est donc un objet relativement proche, en avant-plan des nombreuses galaxies de l'amas de la Vierge que l'on trouve dans la région.

Philippe a réalisé cette image dans la nuit du 5 au 6 février 2019 à la Montagne de Lure, au moyen de son télescope Celestron C9.25, à un moment bien stable et transparent (FWHM de 1,9''). Elle résulte du compositage de 90 minutes de poses en luminance et 110 minutes en chrominance. Comme habituellement à ces hautes latitudes galactiques, le fond est riche en petites galaxies et en quasars.




Cette image est accessible en plus haute définition sur le site Internet personnel de Philippe.


 

  M64



Les ateliers d’astronomie ne sont ni des conférences ni des cours magistraux. Ces ateliers sont fondés sur les échanges entre les participants et l’intervenant. C’est à travers les questions posées par les participants, sur un thème fixé à l’avance, que sont conduits les ateliers. Ceux-ci sont tout à fait adaptés aux personnes n’ayant aucune connaissance en astronomie. Ils abordent des questions simples mais essentielles pour comprendre l’Univers dans lequel nous vivons. L’objectif de chaque atelier est que tous les participants, à son issue, aient compris la ou les questions abordées.

Ces ateliers sont réservés aux membres de la SAML (mais tout le monde peut être membre de la SAML).

Un nouvel atelier d’astronomie est proposé en février 2019, vendredi soir 22 février à 20h30 à la Médiathèque (salle Convivialité). Cet atelier sera cette fois conduit non pas par Patrick mais par Jacques Vallée. Il sera consacré à l’un des satellites de Jupiter, Io, et à son volcanisme très extraordinaire.




Il est demandé de s’inscrire à l’avance en utilisant le doodle suivant :
https://doodle.com/poll/uzkwei4cvgag2vms

Il est également possible de s’inscrire en adressant un courrier électronique ou un SMS à Alain au numéro de téléphone portable suivant : 06-20-12-41-82.


 

  ATELIER D’ASTRONOMIE VENDREDI PROCHAIN 22 FÉVRIER



Les membres 2018 de la SAML qui ne l’ont pas encore fait sont invités à renouveler leur adhésion pour 2019, sans tarder. Pour des raisons de couverture d’assurance notamment, il est en effet nécessaire d’avoir (re)pris son adhésion pour pouvoir entrer à l’Observatoire Marc Bianchi aussi bien qu’à la Maison du berger.

Les tarifs sont inchangés depuis plusieurs années. Il est recommandé d’envoyer le chèque de renouvellement d’adhésion accompagné du formulaire ad hoc téléchargeable ici : Bulletin_adhesion.pdf. Il est également possible de payer par virement bancaire en téléchargeant ici le relevé d’identité bancaire de la SAML : RIB de la SAML.

  COTISATION 2019