Bon, au bout de plus d'un mois sans succès auprès d'Astronomics. Je repasse une commande chez Scopetown via un facilitateur au Japon. Or./Pl 6 9 14 mm, Ke 25mm, Prism Diagonal, Barlow longue *x (ressemble furieusement aux barlow Vixen) Tous made in Japan. Le prisme est majoritairement métal pour le corps et sa taille est de bonne dimension (pas de vignettage) chemin optique de 63mm, ce qui laisse présager un prisme qui remplit les 28mm d'ouverture (2x28=56 plus marge de positionnement des coulants dont l'épaisseur de métal du boitier et l'arrêt de protection côté œil 2x3mm+1mm). On voit bien que le coulant ne touche pas le bord. Ce n'est pas le haut de gamme avec anneau de compression mais c'est suffisamment sérieux. Les renvoi coudé 1"1/4 sont rarement de qualité suffisante de nos jours et rarement à prisme, plutôt à miroir aux alouettes.   Un prisme a un effet sur le comportement du système optique : sur une 80/900, un prisme BK7 de 30mm de côté décale l'aberration sphérique d'environ ~8-10nm et le calage chromatique de ~4nm (6 et 3nm sur la 80/1200, c'est plus important avec du BAK4). Dans la raie oxygène III et Hbeta, ceci influence notablement la taille de spot entre le rouge et le bleu. Un calage FC traditionnel (sur le centre de l'objectif) fonctionne bien avec un prisme. Danjon et Couderc préconise un calage de 555nm pour la clarté en lumière solaire, moins pour les étoiles qui sont plus bleutées (550?) et commentait que les bons objectifs sont moins surcorrigés à 565nm pour le rendu visuel. Zeiss prit le parti d'un calage technique à 546nm et d'utiliser un prisme. A voir comment sont calés les modèles d'objectifs. Un aberration sphérique a dans ce cas intérêt à être calée un petit peu plus haut que la raie D pour un légèrement meilleur rendu en terrestre et astronomie. Je dois vérifier l'utilisation de la barlow (12cm, probablement -112mm de focale), il est possible qu'elle soit conçue à x2.5 (x2 ->x3) pour être utilisée à *2.5 en observation devant le petit prisme court  qui a +58mm de tirant optique (comme la barlow Vixen). Et x2.55 devant le grand prisme. Petit prisme à droite, minimaliste planétaire : tout noirci, un filtre se met sur l'oculaire. C'est le natif du lot avec le même retrait sur le coulant. La vis ne sert pas à bloquer "par pression" mais juste à se positionner dans le retrait du coulant. (obliger aux distances optiques et éviter que tout tombe). Je n'ai pas pu vérifier pour le 1"1/4 mais le PO côté lunette est avec anneau de compression.   Tout ça à la fois pour mon réfracteur 70/900 actuel mais aussi pour tests / validation diverses sur réfracteur. J'ai de quoi comparer en arrivage : Burgess TMB 6mm original, Zeiss CZJ GFPW 15mm (CVD), Zeiss OPMI 25mm asphérique, Zeiss P25x (8) 10mm(CVD). RC miroir Adriano Lolli. Barlow Dakin (neutre) La correction CVD est un concept pre-1980 à déterrer. --------------------------- Il y a également de disponibles, et à recommander pour cet usage, des Huyghens de Mittenzwey pour le solaire à f/D élevé. en 20mm, 12.5mm et 8mm malheureusement en coulant 24.5 (adaptateur dispo). Le prix est équivalent à un oculaire pour le lot adaptateur+HM20. Il ne sont volontairement pas traité. Ce sont des Huyghens corrigé du défaut d'aberration sphérique, le champ reste restreint et il vaut mieux faire attention au relief do'eil qui est petit (meilleur piqué/contraste et diffusion, le traitement AR n'est pas utile dans cet usage spécifique à forte luminosité, également en terrestre). Moritz Mittenzwey chimiste et amateur d'astronomie a laissé au moins deux contributions pour les oculaires à l'astronomie°. Avec cette formule initiée par lui en rajoutant une lentille plan convexe crown à un triplet aplanétique en 1880, il en discuta en 1886 avec Ernst Abbe. Il a donc co-conçu l'ortho Abbe ou plus honnêtement "Mittenzwey-Abbe" plus facile à fabriquer avec précision (oculaire que Jean Texereau avait prit comme référence de comparaison lors de la création du Clavé par les établissements Parra-Mantois, Clavé et la SAF). ° et d'autres sur la gestion chromatique des objectifs. Il a été un mathématicien élégant, rédigeant des démonstrations calculées de ses créations, également il fut le lien nécessaire pour atteindre un méthode de fabrication à qualité constante du matériel optique. Peu connu, il faut lui rendre grâce, car le 4mm Nikon ortho de 1980 est un oculaire certes théoriquement moins corrigé du chromatisme (2 verres au lieu de 4 verres de l'Abbe ortho), mais la formule a été sujet à une procédure de fabrication précise. Ces derniers utilisent la formule plus simple que celle de Zeiss. (BK7/F3/BK7 // BK7) ; mais à cette focale de 4mm, elle est aussi bonne chromatiquement et fabuleuse en terme de réussite. A lire, la perfection du 4mm Ortho Nikon : Aki-Saito-Ortho-Abbe.txt ortho-Vixen.pdf Les plus longues focales fabriquées par Nikon pour Vixen sont des Or./Pl -------------------- Le travail remarquable de Moritz Mittenzwey pour les débuts de la photographie : http://www.dioptrique.info/base/listes/liste_ordinale_cplte1.HTM Les "Portrait de Mittenzwey nº1-2-3", travail sur les triplets à deux types de verres : calcul mathématiques en 1883 ! -------------------- Dans le temps : les mécènes et les astronomes d'Europe. Konkoly a mené 44 années d'observations dans le domaine du solaire, les Huyghens Mittenzwei lui avait été fourni par Hartmann & Braun et il avait gardé la description de ces oculaires tellement l'amélioration était significative. La grande époque de l'observatoire de Vienne et d'autres en Autriche-Hongrie. Lacerta est dans la lignée des techniciens et opticiens de ces observatoires public et privés de l'époque. Figures marquantes de l'astronomie et des techniques qui l'ont fait évoluer : Joseph Johann Littrow et son fils Karl Ludwig.
    • Like
    2