lyl

Member
  • Content count

    4771
  • Joined

  • Last visited

  • Days Won

    1
  • Country

    France

lyl last won the day on November 10 2018

lyl had the most liked content!

Community Reputation

1881 Excellent

About lyl

  • Rank
    Very active member

Personal Information

  • Hobbies
    observation du ciel
  • Adress
    AUDE (permanente), Grenoble(travail)
  • Instruments
    Intes Maksutov Newton "deluxe" 6" f8, lunette 49mm semi-apo destinée au guidage, trois caméras ASI185MC + ASI071MC refroidie + Basler ac640aca-100gm. Monture Losmandy GM8
  1. Etoiles à plus de 1000 AL

    Non ce n'est pas affiché. http://simbad.u-strasbg.fr/guide/simbad.htx Il faut aussi et surtout lire la documentation avant d'utiliser l'outil, il a un objectif bien précis. D'autre part, il ne faut pas compter systématiquement sur les personnes du forum pour résoudre tout, c'est censé être contributif pas d'assurer le support d'un outil tiers. Ce que fait SIMBAD :
  2. Etoiles à plus de 1000 AL

    Tu dois choisir les critères d'affichage (à droite : Return) , j'avoue moi-même que j'ai du mal car je ne vois pas s'afficher Sirius : alf CMa , uniquement le compagnon. il doit falloir affiner les critères de sélection.
  3. Etoiles à plus de 1000 AL

    Bonjour, ça fait beaucoup d'étoiles mais voici un exemple de syntaxe et un bout du résultat Liste d'étoiles à moins de 3 parsec de distance. maintypes = Star & Distance.unit = pc & Distance.distance <= 3 résultat partiel
  4. Manent 95 de 1930

    Quant à moi, il me reste à voir grand-mère remise sur un pied. Parmi les dernières de l'époque de Czapski : https://en.wikipedia.org/wiki/Siegfried_Czapski Balkn3 + F13, avant que Zeiss ne lance les séries commerciales. Un des derniers objectifs "littrow" dédiés planétaire. Zeiss-preWW2--littrow-110fxx.len En bonus, le manuel des opticiens allemands en 1903 : https://archive.org/details/geometricalinves00rohrrich/page/388/mode/2up ------------------- Dans le chapître par A.Koenig. sur la théorie du chromatisme en 1903. D'évidence Zeiss choisit la première solution : F-C strict pour le visuel Les verres n'étant pas encore BK7 et F2. mais O.1726 (nD=1.51787 v=58.8 => ~K3~H-K10) et O.108 (nD=1.62164 v=36.2 => une des déclinaison entre F1 et F2 existe chez Bausch & Lomb) ------------------------ GlassVD1014NA'NCNDNdNeNFNgNG'Nh365n Type . 1014nm 766.5nm 656.3nm 589.3nm 587.6nm 546.1nm 486.1nm 435.8nm 434.1nm 404.7nm 365nm 621362 36.2 *1.61066 1.61610 1.62100 1.62114 1.62520 1.63325 1.64327 1.64371 1.65197 *
  5. Un bout d'histoire de l'astronomie en France ... https://fr.wikipedia.org/wiki/Observatoire_de_la_rue_Serpente
  6. Mais non, ils travaillaient ensemble, les optiques des Manent étaient souvent faites chez Secrétan, d'ou les oculaires très similaire et le pas français en 27mm
  7. Manent 95 de 1930

    Des Huyghens Yohan ?
  8. Anciens oculaires

    C'est la 1"1/4 pour aller avec le 12mm. C'est une barlow planétaire, elle n'a pas vraiment de sens en 2" sauf sur un gros instrument pour la photo lunaire/solaire C'est une barlow compacte car, comme la plupart des Brandons (ou la barlow TAL), je pense à son poids (lentille comparée à celle d'une barlow Clavé) qu'elle est également réalisée avec des verres lourds type baryum ou lanthane. Sa focale est de 2,5", optimale autour de 2,4x, je l'ai utilisée en amont d'un renvoi coudé pour x3.33, ça passe encore. Pour comparaison : les barlows vintage "Japan" utilisent le même type de construction : plat côté ciel en focale plus longue, elle sont prévues pour x2 en vision directe ou x2.5 avec un RC court derrière (le rendu est encore meilleur) Pour information, je l'avais eu à 70€, la personne s'en est débarrassée à un revendeur eBay/CN Scopehed : elle était montée à l'envers.
  9. Manent 95 de 1930

    Pour éviter les idées fausses à te lire, il n'y a pas de rapport entre le chromatisme et le traitement anti-reflet. Un fraunhöfer ou quelques autres montages anciens ont un espacement "standard" et les courbes ad hoc pour que les reflets soit projetés loin du point focal. L'anti-reflet sert à augmenter le taux de transmission d'environ 20%
  10. Anciens oculaires

    Un petit coup de cœur, plus pour tester. Facétie du vendeur pour la bonnette. A tester avec sa copine sur Mars, Jupi... etc bien sûr. Note : Vernonscope Dakin x2.4 barlow de Ralph K. Dakin, ingénieur en optique chez Bausch & Lomb, et grand observateur d'étoiles variables et doubles.
  11. Qui veut un dobson du XIX ème?

    Ah oui, je l'avais oublié celui-là, Pedro Re avait un doc de référence sur l'observatoire de Lick dans lequel on en parle. comme quoi 1879 et 1884 sont sans doute des années charnières. Ensuite ne pas oublier que le savoir se diffusait entre expert et que les animosités qui ont provoqués des guerres en Europe ont freiné les échanges intellectuels de cette période. Le fait que Mouchez pense que la qualité du 1m20 (noter que 36" c'est 91cm) "laisse à désirer" veut dire qu'on savait mieux faire. Je sais que la SAF (1887) avait des échanges avec les USA par la suite. C'est la première institution fédératrices en dehors des observatoires en France. Je mettrais volontiers 1887-1900 comme étant la période de transition. Ensuite, il y a eu un grand essor avec la venue d'André Couder en 1926 au laboratoire d'optique à Paris avec sa thèse de 1932 dans laquelle il parle de la déformation des grands miroirs et donne des préconisations sur la partie mécanique. Aux USA, ils ont eu de l'avance avec le télescope de Hale de 1m50 (60") opérationnel en 1908 mais bon c'est du télescope "à l'américaine" avec un miroir très épais et lourd pour compenser...
  12. Qui veut un dobson du XIX ème?

    1857, le test avec la lame et l'argenture à partir 1858 à l'observatoire de Paris. 1859 : «Mémoire sur la construction des télescopes en verre argenté», in: Annales de l'Observatoire impérial de Paris , t. 5., Mallet-Bachelier (Paris), 1859, p. 197-237 Le projet de télescope de 1m20 à l'observatoire fut retardé jusqu'en 1879 et le miroir fut estimé de qualité approximative A cette époque les techniques de polissage et de mesure (l'appareil de Foucault) commença à peine à se diffuser. Le savoir de fabrication des télescopes ne fut diffusé et utilisé de manière efficace qu'assez tardivement. Pour mémoire, la parabolisation est essentielle pour obtenir du piqué sur les instruments Newton et Cassegrain La limite est autour de 15cm car il faut pousser à f10 (sans obstruction) pour obtenir du diffraction limited en qualité. (TAL-2 : 150f8 avec un secondaire de 40mm). Vous pouvez donc imaginer la raison de la continuation des grandes lunettes pendant les années folles (1900) A cette époque un réfracteur 200f15 tenait la dragée haute à n'importe quel newton. (taux de réflexion des miroirs, précision de la parabole). Je serais curieuse de savoir qui a utilisé en premier la poix pour le polissage des surfaces.
  13. Il y a une position pour mesurer la pupille de sortie, parfois même la position varie suivant l'angle de vue : ce n'est pas fiable, tu obtiens toujours plus Certains oculaires on un cercle pupillaire (cercle de Ramsden) très mal défini : c'est l'aberration de la pupille de sortie, typique du Nagler 1. Les Kellner haut de gamme, les orthos Abbe (pas les HD), les plössls Clavé, les astroplan (Masuyama) ont une pupille très propre avec presque pas de déformation. De plus la position varie avec la focale de l'objectif de l'instrument.
  14. Qui veut un dobson du XIX ème?

    Avec St Gobain je pense, on a exhumé ça dans un sujet sur WA https://www.webastro.net/forums/topic/179602-un-instrument-mal-né-le-télescope-de-120-m-de-lobservatoire-de-paris/
  15. Qui veut un dobson du XIX ème?

    Tu peux mettre le miroir à la poubelle, pas grand monde savait faire les paraboles correctement à cette époque, à part Léon. A cette époque on mettait de l'argenture, le miroir est probablement sphérique (ça devrait fonctionner) mais sans doute abimé en surface à cause de l'âge. Ps j'ai un 100mmf10 Carton Optical chez Astrocg : ça pourrait le faire