lyl

Member
  • Content count

    3492
  • Joined

  • Last visited

  • Days Won

    1
  • Country

    France

lyl last won the day on November 10 2018

lyl had the most liked content!

Community Reputation

1215 Excellent

About lyl

  • Rank
    Very active member

Personal Information

  1. Une petite video trouvée par hasard qui illustre bien la construction d'un miroir. La formation de l'image au Foucault impressionne toujours : 20mn30s
  2. Ce n'est pas adapté, il y a de rares formules en longue focale dont l'Erflé et dérivés qui gagnent à utiliser un verre ED. Mais le champ (les forts angles) des oculaires nécessite des fortes courbures. On prend plutôt des verres à fort index : cela permet d'aller plus loin dans la correction de l'astigmatisme. PS : j'ai trouvé un remake de la TAL 100 avec un verre moderne que je n'avais pas exploré chez Ohara, on pourrait pousser à un peu plus grand : 100f10 -> 110f11. (voir réfracteur français)
  3. Une objectif mixte, potentiellement meilleur que celui de la TAL 100RS qui pêche un peu en piqué planétaire. 100mm f10 RC~4.3 S-NBH5 (verre de type Kz, performant cout 10) + S-BAL35 (récent et peu couteux cout 3) Steinheil et face arrière plate, plus intéressant qu'un FH. Le spot à 460nm est contenu et on est à 3x Airy en planétaire. Le verre crown est nouveau, disperse un peu moins que BAK2 et le prix pareil. Bonne dureté et capacité à être taillé. Le KzFlint est plus résistant : intéressant à mettre devant. Belle combinaison, pleine de qualités pour un objectif destiné à durer. Note : il existe une combinaison précédente BAK4-KzFS5 mais même si elle est un chouilla mieux sur le RC, celle-là est nettement plus facile et piquée. Je n'ai pas mis le bleu 460nm pour montrer le front d'onde plus compliqué. Le S-BAL35 est la version ECO du très connu SK5 que j'ai à polir : lentille d'un Clavé.
  4. Etant partie à faire un objectif similaire pour le rendu couleur, mais plus de piqué planétaire, et avec des matériaux plus simples. Je me rends compte encore une fois de la pertinence du choix russe : un objectif visuel à tout faire. Même ressenti pour le reste : un peu trop rustique, un petit coup de pouce là-dessus l'aurait rendue sans défaut.
  5. Mes premiers pas

    un petit ajout sur le shape factor / facteur de forme : c'est un indicateur de dissymétrie. Rappel : a) le facteur de forme q = R2 + R1 / ( R2 - R1 ) b) l'invariant du lunétier A = 1/R1 -1/R2 c) la vergence de la lentille V = (n-1) A Divisons la partie supérieure et inférieure de l'équation par R1R2. Simplifions pour faire apparaître l'inverse des courbures. L'invariant du lunetier apparait. q = ( 1/R1 + 1/R2 ) / A A toutes fins utiles pour interpréter : "W" comme puissance de dissymétrie = (n-1) * ( 1/R1 + 1/R2 ) q = W / V En conjugué fini et symétrie du montage : facteur de position nul p=0, et symétrie q=0 => 0 = (2n+1) p + q (n+1) / (n-1) # formule de nullité de la coma La coma est nulle indépendamment de l'index du verre -------------------------------- Explication de "ce qui ne va pas" dans l'exercice : Le facteur de position p2 de la lentille arrière, ici le flint n'est pas celle de l'objet à l'infini mais celui ou le rayon incident est convergent. L'image fournie par la combinaison de l'objectif va se positionner à une distance plus courte que l'inverse de la focale : i < -f -------------------------------- Ca devrait suffire pour la semaine, je te laisse digérer, si tu veux des exercices autres, il y a toujours quelques propriétés à découvrir. Je garde le plus casse-pied pour plus tard car moi-même je trouve ça dur.
  6. Mes premiers pas

    Les autres formes de correction : les fondamentaux à connaître. Les paramètres de Coddington. A) Le facteur de forme. Soit les deux rayons de courbure de la lentille : R1 avant et R2 arrière. Le rayon est positif quand la forme est convexe dans le sens de traversée de la lumière. Sont des rayons positifs : - dans la première ligne ci-dessous : R1 de équiconvexe, plano de droite, meniscus+ de droite - dans la 2eme ligne du bas : R1 et R2 du ménisque négatif, R2 du plano négatif de gauche et de l'équiconcave q est le shape factor q = R2 + R1 / ( R2 - R1 ) B) Le facteur de position f est la focale, i est la distance de l'image, o est la distance à l'objet p est le facteur de position Pour les convergents : L'objet est à l'infini : 2eme image en partant de la gauche, o=∞. L'image se focalise à la distance focale de référence : i=f L'objet est à la distance double de la distance focale, o=2f : l'image se focalise au double de la distance focale. i=2f L'objet est positionné à une distance égale à la focale, o=f : les rayons sortent parallèles. i=∞ ------------------- Extrême gauche : déjà convergent ou déjà divergent. i < f Extrême droite : utilisation en mode inverse de la lentille, angles extrêmes, rasant. i < -f p = 1-( 2ƒ / i ) C) La notion de lentille aplanétique. Résoudre l'équation et annuler la coma d'une lentille en BK7 en lui donnant la forme appropriée L'objet est une étoile : i=f n : index de la lentille (référence raie d, qu'on n'indique plus quand par défaut) 0 = (2n+1) p + q (n+1) / (n-1) q= (2n +1) . (n-1) / (n+1) # p a disparu, il vaut -1 En BK7 : 0.8283. R1 = R2 (q-1)/(q+1) = - 0.0939 R2 Pour annuler la coma de ce biconvexe : R1 doit contribuer 10,65 fois plus que R2 à la convergence => très bombé à l'avant. En F2 : 1.003 R1 = R2(q-1)/(q+1) ~ 3/2000 R2 =>avec q proche de 1 R2 doit toujours être quasi-plat. En plano-concave ou convexe, courbure vers l'objet, la coma est très faible. C'est un très bon matériaux pour installer devant, à faible distance d'une image une lentille de correction. Les lentilles faites de matériaux différents ne génère pas la même coma. ------------------------------------------------------------------------------ Utiliser cette propriété pour annuler la coma d'un doublet. Travaux pratique avec OSLO ; reprendre l'objectif de Littrow et changer les courbures intérieures et l'entreverre mettre l'entreverre à 3.2mm et raccourcir r2 et r3 à -342mm Statut : La correction est partie vers le rouge parce que la focale a augmenté et le ratio de dioptrie à changé en faveur du flint. Action : bomber l'arrière du flint jusqu'à retrouver le chromatisme. Statut : la focale totale est devenue trop basse : Action : augmenter le rayon de la face avant à 555mm et réitérer le bombage. Que s'est-il passé ? le facteur de forme du crown est passé entre 0 et 1 celui du flint est supérieur à 1. => la coma se corrige : le front d'onde se stabilise sur plus de champ. Regarder également la forme des spots. ------------------------------------------------------------- Exercice : essayer de trouver la combinaison achromatique avec des lentilles flint et crown dont la coma est nulle pour chaque. calculer le BK7 et observer ce qui va et ne va pas.
  7. La petite du soir, je cherche encore ce que TAL a pu reprendre des classiques : peut-être le n°1 des améliorés de Telescope Optics Mais bon c'est le panel de verre russe alors... le baryum c'est pas cher chez eux. C'est très proche en calcul du chromatisme et le bleu et le bleu profond peu précis mais se tient bien. (autour de 7x le disque d'airy). J'ai essayé de refaire comme l'évaluation de Rohr. Seul le violet fait un peu des siennes, ça ressemble au test étoile en lien. La vixen 102M est moins bien en chromatisme, le bleu se manifeste pour l'avoir vu. Le piqué, je ne sais pas laquelle serait la mieux. J'ai un excellent souvenir de la 102M en photo filtrée autour du jaune. Mais pour information quand même, on peut avoir des achromats qui ont un RC très proche et une grosse différence sur le comportement dans le bleu 460nm et le bleu-violet 435nm. La formule de dispersion se limite à la raie F : donc quelques subtilités... --------------------------- J'ai trouvé un article de recherche qui parle de changer la méthode de conception en déplaçant les limites chromatiques. C'est utile du point de vue planétaire pour comprendre la gêne du 460 nm mais pas forcément pour les objets nocturnes de faible luminosité, il y a aussi ce qu'on observe qui compte. Aussi curieux que ça puisse paraître, en champ profond, je préfère qu'on équilibre le piqué sur les raies bleue rouge profond et jaune sodium. (FDC), pas grave si le vert file un peu, ça n'est jamais énorme et il n'y a pas beaucoup d'objets nébulaires qui donnent dans cette couleur. La gestion du chromatisme, c'est un compromis, et bon ... 13% du max de sensibilité à 460nm ça compte pour le contraste.
  8. Mes premiers pas

    La condition d'achromatisme se décrit en dioptries. V1 / νd1 + V2 / νd2 = 0 # verre forte puissance, faible dispersion (νd élevé) contre verre faible puissance, forte dispersion (νd faible) f : focale de la lentille V : vergence La vergence est V = 1 / f Posons l'invariant de la lentille Ai = 1/ri,1 -1/ri,2 # Equations du lunétier courbure d'une lentille, entrant c'est +, sortant c'est - Une lentille biconvexe : 2/r https://youtu.be/NwxC3txs2QQ Tu multiplies par la différence d'index des milieux pour obtenir la vergence Vi= (nd,i -1). Ai # vergence en dioptries -------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------- Imaginons une conception historique de Littrow (Johann Littrow, 1781-1840, ou le fils Karl Ludwig) : r=r1=r2=r3, 3 courbures identiques, un très mince entreverre t=f/20000 par cales en papier de 50um r4 pour la face arrière. D'après la conjonction d'achromatisme et l'association de lentilles minces°. a) V2 = -V1 * vd,2 / vd,1 b) V = V1 + V2 = V1 ( 1 - vd,2 / vd,1 ) = A1 (nd,1 -1) . ( 1 - vd,2 / vd,1 ) Un instrument de focale 1m V=1m-1, f=1m, posons l'entreverre t à nul pour commencer et considérons des verres infiniment minces : cela approxime les chemins des rayons. divisons par ( A1 . V ) et remplaçons => r/2 = 1/V . (nd,1 -1) . ( 1 - vd,2 / vd,1 ) => r = 2 * 0.5168 * ( 1 - 36.37 / 64.17 ) = 2*0.2239 = 0.4477 Crown biconvexe : r~= 447,7mm Flint ménisque concave, je remplace directement les rayons : r concave côté ciel, r4 convexe côté focus. D'après a) : V2 = - V1 * vd,2 / vd,1 = ( 1/r - 1/r4 ) * (nd,2 -1 ) 1/r4 = V1 * ( vd,2 / vd,1 ) / ( nd,2 -1 ) - 1/r => 2.233 * 36.37/61.17 / .62 - 2.2371 ~= -0.1956 m-1 r4~ -5,11 m Dans Oslo tu rentres tout ça puis tu ajoutes l'entreverre très fin de 0.05mm et les épaisseurs de lentilles à f/10 : de 10cm divisé entre 10 et 15 => 10mm pour le convexe, 6mm pour le flint concave. La courbure r principale sera à ajuster plus moins forte à cause de l'épaisseur des lentilles° : passe à 45cm (450mm) La courbure secondaire r4 reste du coup trop forte, relâche là à -7.7m Bon test ! Notes : les épaisseurs ont un impact faible mais pas toujours négligeable. ° V= V1 + V2 -V1V2t : valable pour une association au sens large quand les ratio f/D ne sont pas très petits (id est pas d'angles forts, approximation de Gauss), lentilles entre elles ou lentille elle-même à cause de son épaisseur. => invariant d'un biconvexe A = 1/r - 1/-r + e/n2.r2 # plus épais -> plus convergent avec e (épaisseur centrale)=Diamètre sur 10 et r~5*D => e/r ~ 1/50e de la vergence soit approximation à environ 2% Cela explique l'ajustement final de r4 pour 3 facteurs : épaisseur de la biconvexe, entreverre, épaisseur du ménisque concave arrière. La résolution d'équation est utile mais le ray-tracing est indispensable pour finaliser.
  9. C'est du prémâché sur les fiches des verres russes : OK4 0.4545, υd 92.05 OF1 0.4595, υd 51.81 delta f / f ~ 1/8048 à f/10 pas de soucis, l'écart de υd étant énorme Par contre commander chez eux à l'unité, autant prendre une FC100 taka
  10. LAK9 / S-LAL9 ~ 0,45756 : ça doit être ça et j'ai déjà vu des design plus ouvert asez proches en LAKxxx + FPL La rondelle de S-LAL9 est à 160€ le kilo, c'est pas énorme mais je pense que rien que ça fait la rondelle découpée à 300€ en 106mm. Alors en FK58 huhu, là j'en sais rien. Mais surtout, c'est pas facile à ajuster, vive les pros.
  11. allez histoire de ... en doublet collé KF9-FK58, ça ferait une belle semi-apo 110f9, qui tient le violet. pas trop mal. ajout du spot avec le K11 verre disparu qui servait à l'APQ, tout est resserré, presque APO.
  12. Un peu de calcul pour N-KF9 / N-FK58 (cf une doc Schott pour ces verres) FK58 PFe ~ 0.45418, KF9 PFe ~ 0.46063 Δf / f = 1 / 6105 Le Flint en frontal oui mais c'est pas terrible comme combinaison, à vérifier quand même côté sphérochromatisme, cf plus haut, le FPL51 donne ~ 1/9000
  13. Pour la fluorite : Zeiss APQ et TEC entre autres. avec du K11, le fameux verre disparu pour l'APQ K10 pour la TEC revue en S-FPL53 sinon triplet double K7 dans certaines. Bref, pour conclure, le choix du matériaux dans un doublet ça va plus loin qu'un simple rapprochement crown - flint ou pour raccourcir verre peu dispersif et un verre d'appariement plus dispersif. Le fait de chercher le f/D court est un casse-tête pour lequel il n'y pas que le chromatisme de premier ordre qui rentre en jeu : la sortie des appariements avec le verre au lanthane récent à cassé la donne. Mais il y a une règle qui reste bonne, c'est qu'avec un verre ED, il n'y a pas de verre pur Flint ancien modèle qui s'en sorte.
  14. CaF2 avec BK7 bof non, avec BK8, ça se discute. S-FPL53 avec LAK8 et 9 non il y a mieux (pas regardé S-FPL51) Sinon oui ça marche avec les RPD sauf quelques cas particulier ou le sphérochromatisme apparait et dispersion côté rouge qui déconne. Caf2 et K5 ça marche, mais il faut dire que la fluorite à une dispersion en zig zag alors bon...
  15. a) 2/3 mais le KZFSN2 n'est plus produit, il faut aller déterrer les vieux stock. b) 1/3, pas le BK7, il y en a un plus que trois de mieux. c) ah ben là 0, il y en a 3 mieux. Il y a un carré avec l'agrandissement quand même !