lyl

Member
  • Content count

    5455
  • Joined

  • Last visited

  • Days Won

    1
  • Country

    France

lyl last won the day on November 10 2018

lyl had the most liked content!

Community Reputation

2479 Excellent

About lyl

  • Rank
    Hyperactive member

Personal Information

  • Hobbies
    observation du ciel
  • Instruments
    Intes Maksutov Newton "deluxe" 6" f8, lunette 49mm semi-apo destinée au guidage, lunette Scopetech STL80A-L, trois caméras ASI185MC + ASI071MC refroidie + Basler ac640aca-100gm. Monture Losmandy GM8
  1. Tu as un outil en ligne ici : http://www.astrophoto.sk/wp-content/uploads/cassegrain_e_main.html
  2. inexact, c'est l'épaisseur nécessaire du bloc flint qui est impactée, la lentille de fluorite étant toujours convexe, son épaisseur au centre est très similaire (on rogne le bord). La différence d'épaisseur au bord, définissant la fragilité à la cassure reste très proche. La plus forte courbure du Steinheil pour la fluorite impacte sérieusement le sphérochromatisme à f/D donné (dispersion des couleurs dans le spot et hors du spot de diffraction) et non la qualité du bord de champ qui devient similaire : même taux d'astigmatisme (à peu de choses près). La coma est corrigée de façon similaire pour les formules aplanétiques, elle est plus facile à contrôler sur un Steinheil. Parfois même, les aberrations d'ordre élevé sont profitables au Steinheil. (ça dépend des matériaux et du f/D, ex. : Zeiss E110f15 est un doublet aplanétique F2 BK7, flint devant)
  3. Anciens oculaires

    Conception vers 2014, sortie en 2015. Yuri Kletsov voulait des grands champs sur ses catadioptres (f/8.5 à f/10 et les lunettes achro améliorées et apo). Fabriqué par NPZ (maintenant SCHVABE) jusqu'en 2017. Le stock n'est pas épuisé mais c'est principalement l'armée russe qui achète depuis 2018/2019. Non disponible pendant cette période pour les français, suite probable de la brouille avec Poutine pour les frégates françaises... 2 verres au lanthane, groupe 2 et 3 (en général les convergents): schéma 1-1-2-2 (le ciel/l'objectif est à droite sur le schéma) C'est assez difficile à comprendre mais c'est un oculaire négatif-positif comme les hypérions asphériques (partie 3-4 similaire) sauf que l'asphérisation est remplacée par le couple tête bêche 2-3 (paire de verres crown lanthane, fort index, faible dispersion, plus de potentiel que les SK16 des crowns des TV Panoptic). Pour comparaison : les SWAN de William Optics, plus anciens, ont le groupe 1 simplifié en une seule lentille plan convexe. Le champ est forcément plus restreint (gestion de la couleur latérale) et le f/D d'utilisation pour ces 3 raisons. (2 verres extra-lourd et un verre en plus sur le TAL). Sur le TAL, le groupe 2-3 est moins épais grâce à l'index plus lourd du crown lanthane : Kletsov a rendu ça flat/flat et a déporté la correction chromatique sur le doublet 1. => Plus d'angle apparent & meilleure correction de l'astigmatisme : la magie des verres à fort index. Le verre 4 fait office de barlow dont la dispersion chromatique est compensée sur le reste des verres. Le doublet 1 gère cette complexité avec brio : la forte courbure centrale est enterrée, peu de reflet interne et la courbure convexe légère côté oeil améliore le rebond sur la cornée de l'oeil humain (pénétration de lumière extérieure). Le relief d'oeil reste délicat à gérer : la focale de 15mm est le minimum. ->7.3mm de marge sur le sommet de l'oculaire, soit comme un orthoscopique de 9mm de focale. Port de lunettes correctrices exclu. Bill Paolini les a testés sur son XT10 f4.7 + paracorr : 80% du champ utilisable (champ de 75° correctement illuminé à f/5 pour cause de vignettage) soit 60° net, impeccable pour satisfaire la vision colorée chez l'homme. Le reste est soumis principalement à la courbure de champ. Si on veut continuer à suivre un objet : refocus ou accomodation de l’œil, assez typique des optiques russes, par exemple les jumelles. La distorsion est faible pour l'angle total et elle est en coussinet (agrandissement relatif du champ, moins d'impression de boule qui roule). Bonne impression d'orthoscopie sur 60°. Reflets (flare, ex. La Lune en bord de champ) contrôlé jusque f/5.5, pas recommandé en dessous. D'après test russe (Ernest SPB sur cloudy nights) : un peu de coma négative au bord -> passe bien pour newton 200f6+ mais de préférence catadioptre (SCT/MCT) ou Cassegrain, RC et réfracteurs plutôt long multi-usage (les vrais Fraunhöfer ont un peu de coma et sont redoutables en terrestre) C'est un vrai grand champ, excellente correction de la couleur, confort de vision (pas de blackout ou kidney bean) . Il est un peu moins mordant (constraste & saturation) que la gamme 60-65° erflé lourd (le TAL SWA) qui est toujours un des meilleurs erflé pour catadioptre f/8+ existant. C'est pour cela qu'il est classé dans la parenté "Achromatic Wide Field", successeur des Bertelé et Galoc. Assez difficile à croire le concentré de techno dans un machin aussi sobre et rustique : pas de grip caoutchouc sur le corps de l'oculaire ni de fioritures sur la jupe... A peine plus long qu'un orthoscopique de 18mm mais un boulevard de 3 fois la surface visible dedans. A utiliser de façon optimale vers 2-3mm de pupille de sortie : le grossissement résolvant de Couder & Danjon et le début de la multiplication de lumière par l'instrument. A une pupille plus petite, le piqué a été mesuré moins performant qu'un oculaire dédié planétaire° de marque mais ça met sa claque aux chinoiseries à 6 verres habituelles. ° : le SWA TAL (Erflé 60-65°) est extrêmement piqué au centre et supporte une barlow.
  4. Oui bon, tout ça c'est vrai à cause des courbures plus fortes dues au f/D "court" surtout en Steinheil (flint devant) mais comme c'est bien à l'encontre du sujet des achromats de 1935 qui ont un sphéro-chromatisme faible voulu => alors on abrège la digression ainsi que sur les instruments courts dédiés photos (le sujet est sur le visuel) J'ai ajouté Istar parce qu'Ales Krivanek fait l'effort de contenir l'aberration sphérique dans les couleurs importantes pour le contraste (pas le bleu ...) et donne des comportements similaires aux vieux réfracteurs. (Le H-alpha en focus natif reste bien maitrisé). Takahashi et surtout Vixen sont restés bien dans les clous pour leurs fluos (f/8 et f/9 pour les 4")
  5. De mon côté, j'en ai entendu parlé : un achat refusé car bariolée de rayures.
  6. Acier, alu ou...POM

    Yep toujours employé ce vieil alliage de 1936 utilisé pour le Zéro (avion), on arrive à fileter pour de la vis M4 de positionnement (pas de maintien) sur faible épaisseur (2.5/3mm) C'est ce qu'il y a sur le tube de la Scopetech 80/1000. Deuxième avantage : amortissement des vibrations (aussi utilisé pour les armes : le M16 et la carabine AR15)
  7. Hem oui, c'est un vrai apochromat ça, verres anormaux à la clef et conception un peu plus complexe que des formes symétriques. -------------------- edit 14-10 Je me demande si c'est pas la formule classique triplet BK7-OK4-PSK2 un peu retravaillée, autant de variation de focus signifie des influences d'ordre supérieur, donc des nombre d'Abbe assez proche. Impossible de faire ça sans simulation numérique. 100um de différence de focus sur la plus grande surface (~85%) de l'optique, c'est impressionnant.
  8. CEC France dispose de juristes pour faire la médiation. En particulier entre la France et l'Allemagne, c'est une émanation des affaires étrangères. Ça m'a été utile pour le retard sur mon Maksutov Newton. https://www.europe-consommateurs.eu/fr/resoudre-votre-probleme/nous-contacter/
  9. Le CEC est le centre européen des consommateurs, c'est une entité crée bien à propos https://www.europe-consommateurs.eu/fr/nous-connaitre/qui-sommes-nous/ En ce qui concerne les garanties : https://www.europe-consommateurs.eu/fr/quels-sont-vos-droits/acheter-en-europe/garanties-legales-et-commerciales/garanties-legales-en-europe/une-garantie-pour-bien-acheter-dans-lue/ Pour ce qui est des matériels d'occasions, on considère que la décote à 70% correspond à la perte de la garantie. Si vous pouvez la transmettre au nouvel acquéreur, la décote offerte est votre geste commercial / dépréciation du matériel quand vous vous séparez de ce dernier. Pour l'acheteur, veillez à récupérer la facture, les boîtes d'origines et un document attestant la cession de la propriété (format libre, des échanges de mails peuvent suffire mais sous forme de contrat, c'est le mieux) surtout si le montant dépasse 1500€ (loi Hamon 2014) Exemples : https://www.contract-factory.com/pres-vente-biens
  10. probablement pour le champ accessible en 2" presque 2° : on peut shooter pas mal de chose du coup. Comme j'écrivais également, la plage des oculaires semblent être de 4 à 35mm environ.
  11. C'est, à mon avis la liimite basse pour un porte-oculaire démultiplié. Il ne s'agit pas de la pousser très fort mais de bénéficier du flux pour le rendu couleur. Probablement le max à x330 en planétaire (x1.6D). Sinon, elle supporte bien le grand champ avec 5mm de pupille ça présage 35mm de focale, Il existe quelques bons oculaires très adaptés comme l'hypérion asphérique 36mm. f/7 est un compromis à tout faire, pas de spécialisation, sauf que l'engin en question a un tel diamètre... Le piqué central plafonne en effet à .98 de strehl théorique, ce qui présage .95 réel (quoique la 140mm n°2 soit un sacré contr'exemple). Sur la plage planétaire 517-632 on peut penser à x2D au max. avec un replis à x1.6D du à la turbulence mais avec des nuances de couleurs riches grâce à la luminosité. Les grands achromats anciens n'étaient pas fait pour pousser à outrance mais plutôt pour titiller le grossissement résolvant et un peu plus. (>1/2x D)
  12. ... Une news fournie cette semaine par @zeubeu Istar laisse à son tour sa marque dans la course au diamètre des apo visuelles (semi-apo) Ales Krivanek nous sort une 204f7 de rêve pour 12 000$ De plus Ales nous montre dans sa conception un petit clin d'oeil à sa prise en compte de la raie D pour le planétaire, ce qui m'incite à poster dans ce fil. Les graphes sont sur le site : http://www.istar-optical.com/apochromatic.html Les informations ci-dessous sont une approximation sur la plage F-C : J'ai approximé avec la lentille fluorite centrale CAF2, équiconvexe pour une robustesse structurelle maximale. Les autres surfaces internes des lanthanes ont la même courbure. Istar revient aux façons de faire d'antan, avec les contrôles simplifiés pour une régularité de production. La fluorite étant un substance faite d'une seule molécule, la régularité des caractéristiques optique est garantie sur ce composant. A la prime, le triplet en 140mmf6.5 réalisé de façon excellente, quasi parfaite grâce à celà. Un autre petit clin d’œil à la TEC APO 140f/7 au passage.
  13. La précision optique requise par une surface de miroirs est quatre fois plus forte que celle d'un élément réfractant.
  14. Oui et non, c'est linéaire mais il y a un effet de seuil. Pour les explications : Le disque d'Airy est le cercle de diffraction : c'est la surface géométrique non ponctuelle dans laquelle les rayons lumineux traversant une optique doivent se concentrer pour apporter du contraste. Le cercle indiqué est utile pour déterminer le grossissement possible. Je dirais qu'il est indispensable pour atteindre le grossissement résolvant (Danjon & Couder) soit 2mm de pupille ou la résolution nécessaire à la photographie. En général on peut pousser pour le confort visuel, l’œil est plus exigeant car il fonctionne de manière binaire par différence entre deux capteurs (cônes en particulier, mais aussi bâtonnets d'une manière encore plus complexe) pour l'appréciation du contraste (je ne m'étends pas plus). En gros, au maximum des capacités de l’œil, si l'éclairement est suffisant, on doit atteindre 5x le grossissement résolvant (ou x2.5D ~> beaucoup de cônes en jeu) si l'optique le permet. Au delà, c'est anecdotique pour obtenir autant de détail que la photo : limitation due à la diffraction optique. Sur le graphe de l'aberration longitudinale, il te faut une explication. Il s'agit sur l'axe X de la position où converge une partie de l'onde. La position Y correspond à la partie du rayon concernée : c'est son écart par rapport au centre optique. Le contrôle optimal est que ces rayons soient concentrés dans un écart sur l'axe X de 4.13 * lambda * (f/D)2 pour un confort visuel acceptable permettant la fusion des couleurs. https://www.telescope-optics.net/defocus1.htm Pour un système à ƒ / 5 (ex. la 120f5) et λ = 0,000555 mm (pic sensibilité), cela donne +/- 0,057 mm. A f/17 (la 400f/17) : +/- 0.515mm Tu peux faire ainsi la correspondance sur les courbes. ------------------------ Note : on cale souvent sur le y élevé (plus de surface de lumière quand le rayon est près du bord optique) La 400 est calée entre orange et rouge, j'aurais pu centrer pour faire un spot plus petit mais je fais mes courbes plutôt pour l'utilisation visuelle )