steev

Member
  • Content count

    103
  • Joined

  • Last visited

  • Last Connexion

    Soon available - 45850

Posts posted by steev


  1. JM. A chaque sortie je remonte mon newton serrurier, pour serrer les 12 vis de liaison j'utilise une fisseuse.
    Les 8 tubes de liaison ont été fabriqué sur gabarit et il y a des butées de positionnement sur le secondaire ce qui donne un positionnement répétitif du miroir secondaire.
    La collimation est à reprendre elle consiste :
    - repositionner le secondaire à l'aide d'un laser sur le centre de l'oeillet du primaire, l'écart moyen est faible 2/3 mm.
    - ajuster le primaire avec et/ou un oeilleton et un oculaire de collimation.
    Ces opérations ne prennent pas plus de 2 minutes.
    Après plusieurs sorties, pour m'affranchir des lumières parasites j'ai installé une jupe, elle est solidaire du carré et il suffit de la tendre sur le tube du secondaire.
    Ah un truc qui commence à m'agacer, ce sont les rondelles qui ont une facheuse tendance à se perdre surtout quand il fait froid et au démontage.


  2. JM un retour d'expérience.
    Pour la construction de mon newton dédié à l'astrophotographie des contraintes se sont imposées :
    - le poids que peut supporter ma monture G11
    - étant itinérant ce serait un serrurier pour être facilement transportable
    Donc un 330 FD 4.5 serrurier carbone était dans les clous ; équipé de sa SBIG et de l'autoguidage il pèse seulemnt 18kg.
    Après deux ans de service le bilan d'utilisation est plutot positif mais :
    - j'aurai pu alléger les deux pièces alu, le carré Alu et le support barillet ce qui m'aurait permis de monter un double barillet comme envisagé dans un 1er plan.
    - le tube du primaire en carbone ne participe pas à la rigidité ce peut être un poste d'économie.
    - le tube du secondaire en sandwich carbone/airex s'est déformé par une mauvaise réalisation aussi il a été remplacé par un sandwich carbone/nid d'abeille Nomex de 5mm.
    - un serrurier de 330 présente un volume important aussi il faut choisir un site bien abrité du vent, en montagne mon spot est une carrière qui m'abrite des thermiques.
    Un 330 en itinérant est dans la limite haute mais quelle satisfaction d'utilisation.
    Pour consulter les plans, la construction et le nouveau tube en nid d'abeille (vide par aspirateur!): http://www.astrosurf.com/becker/techniques.html
    Voila qlqs remarques

  3. Bonjour Nicolas

    Un retour d’expérience avec mon newton de 13‘ F 4.5 :

    Après le réglage du primaire et du secondaire j’avais avec la CCD une image présentant des défauts de tilt, j’ai beaucoup galéré pour trouver ce qui dégradait la collimation.

    La 1ère cause était un serrage aléatoire du correcteur que j’ai remplacé par un correcteur Télévue (je pense que tu ne dois pas avoir ce pb).

    Après ce changement et malgré main tests de positionnement et réglages du secondaire et du PO des défauts répétitifs subsistaient.
    J’ai remis en cause ma construction carbone et renforcé verticalement le sandwich au niveau du PO, les images sont alors correctes ; j’en ai déduis qu’une légère flexion induite par le poids de l’ensemble imageur était la cause de la dégradation de la collimation.

    Maintenant le PO et le secondaire sont bien réglés, les images brutes sont très satisfaisantes (pour le traitement final, peux mieux faire).

    Le schéma du secondaire : www.astrosurf.com/becker/schema.html


  4. Sur mon newton 330 j’ai constaté que le primaire se salissait très vite malgré des précautions de stockage avec obstruction du tube.
    En observant le miroir, en plus de quelques poussières il y a surtout des petites tâches qui me semblent être dues à de la condensation ce qui peut se comprendre car en itinérant j’observe à 1100 m d’altitude avec des températures de 10 à -5° et je redescends à 300 m en ¾ d’heure où mon télescope se retrouve alors dans une température d’air entre 30 et 20°.
    Avez-vous constaté un problème de condensation.
    Stocker vertical et fermé est-une bonne option.
    Merci de vos conseils
    Steev

  5. " Je préconise aussi l'usage d'un matériau mou en couche "mince" plomb, étain 0,2 à 0,3mm pour jouer sur la plasticité du support puisque le verre lui ne l'est pas...

    Je ne suis pas du tout pour l'utilisation de billes métal en contact avec le verre sauf à intercaler un très fin clinquant cuivre de 1cm² (métal mou) collé sur le verre dans la zone du contact. Sinon, ça va creuser le verre; j'en ai fais l'expérience..."

    Pascal des infos que je mets à profit.

    Heureusement que le verre n'est pas plastique, j'ai mis des roulements à billes pour augmenté la surface de contact mais je vais suivre ton conseil en intercalant des clinquant pour ne pas avoir des points d'usure du verre et aussi (peu être) pour faciliter la translation du miroir lors de la collimation que je fais à chaque sortie.


  6. " Je préconise aussi l'usage d'un matériau mou en couche "mince" plomb, étain 0,2 à 0,3mm pour jouer sur la plasticité du support puisque le verre lui ne l'est pas...

    Je ne suis pas du tout pour l'utilisation de billes métal en contact avec le verre sauf à intercaler un très fin clinquant cuivre de 1cm² (métal mou) collé sur le verre dans la zone du contact. Sinon, ça va creuser le verre; j'en ai fais l'expérience..."

    Pascal des infos que je mets à profit.

    Heureusement que le verre n'est pas plastique, j'ai mis des roulements à billes pour augmenté la surface de contact mais je vais suivre ton conseil en intercalant des clinquant pour ne pas avoir des points d'usure du verre et aussi (peu être) pour faciliter la translation du miroir lors de la collimation que je fais à chaque sortie.


  7. " Je préconise aussi l'usage d'un matériau mou en couche "mince" plomb, étain 0,2 à 0,3mm pour jouer sur la plasticité du support puisque le verre lui ne l'est pas...

    Je ne suis pas du tout pour l'utilisation de billes métal en contact avec le verre sauf à intercaler un très fin clinquant cuivre de 1cm² (métal mou) collé sur le verre dans la zone du contact. Sinon, ça va creuser le verre; j'en ai fais l'expérience..."

    Pascal des infos que je mets à profit.

    Heureusement que le verre n'est pas plastique, j'ai mis des roulements à billes pour augmenté la surface de contact mais je vais suivre ton conseil en intercalant des clinquant pour ne pas avoir des points d'usure du verre et aussi (peu être) pour faciliter la translation du miroir lors de la collimation que je fais à chaque sortie.


  8. j'admire le concept.
    Quand j'ai construit mon newton astrographe 13" aluminium carbone( ultra light) j'avais envisagé pour maîtriser le basculement du primaire au passage du méridien une solution à double barillet, mais finalement j'ai opté (à regret) à la solution classique des triangles avec appuis latérales.
    Je vais suivre avec intéret les avantages de la solution du collage du miroir et si possible la transposer sur mes triangles carbone.

  9. j'admire le concept.
    Quand j'ai construit mon newton astrographe 13" aluminium carbone( ultra light) j'avais envisagé pour maîtriser le basculement du primaire au passage du méridien une solution à double barillet, mais finalement j'ai opté (à regret) à la solution classique des triangles avec appuis latérales.
    Je vais suivre avec intéret les avantages de la solution du collage du miroir et si possible la transposer sur mes triangles carbone.

  10. Nicolas
    Je résonnais par rapport à la valeur de la focale et non avec la distance du secondaire au PO.
    Normalement ton PO est positionné en fonction de ta focale de f 3.8 , le schéma de construction doit t’indiquer cette valeur de référence pour la MAP à f 3.8.
    Tu connais donc les distances du miroir primaire au tirage mini et maxi de ton PO , tu peux mesurer le diamètre de l’étoile obtenue pour ces deux positions une formule de trigonométrie peut te donner la valeur que tu cherches.
    Steev

  11. Bonjour Nicolas
    Pour la construction de mon Newton 330 f4.5 j'ai utilisé le logiciel CPL_secondaire, pour positionner le scondaire j'avais mis en paramètre la focale efféctive avec le correcteur de coma(cf les plans de construction C:\Documents and Settings\Claude\Mes documents\Astro Site_SVG\Copie de astrosurf_site\Web\schema.html.
    Le facteur annoncé du réducteur de coma Baader esr exact le calcul avec ma focale de 1450 de départ a donné un écart de 5 mm par rapport à la position médiane du tirage de 30 mm du PO comme quoi la théorie (simpliste) était bonne.
    Cela ne répond pas au calcul avec des pixels aussi une autre méthode je me pencherai sur la mesure du diamètre de ton étoile :
    - tu mesures le diamétre de l'étoile et la distance sur ton PO en début et en fin de course et une bonne formule de trigo peut te donner la valeur recherchée !
    Steev

  12. Bonsoir,
    Comme c’est dit dans le titre de ce post : Olympus renaît de ses cendres, et c’est bien il me semble pour cette marque qui a sorti en 2005 son modèle E-500 doté du capteur KAF-8300.
    Ce capteur est maintenant distribué par de nombreux constructeurs de caméra CCD et il fait le bonheur de beaucoup d’entre nous.
    C’est un petit hommage astrophographique à ce capteur qui est maintenant bien utilisé.
    Pour demain peut-on espérer que les capteurs Fovéon qui équipent les APN Sigma équiperont aussi nos caméras CCD !
    Steev

  13. Ta conception est bien présentée, le montage du barillet sur rotule a pour moi un grand intérêt car il permet de maintenir en place le miroir qlqs soit la position du tube, c’est cet avantage qui avait retenu mon attention.
    C’est aussi ce que je cherche en gardant le miroir en appui sur une butée.
    Donc mon avis est de remplacer tes vis supérieures par des butées de retenue que tu amènes en léger contact avec le miroir (dans mon cas la butée est équipée d’un adhésif plastique souple qui est en contact avec le miroir).
    Dans ce cas comme le miroir ne se déplace pas verticalement je ne vois pas l’intérêt de mettre des vis à bille mais plutôt des vis nylon qui ont une plus grand surface de contact.
    L’art de ce montage sur rotule qui permet de garder en place le miroir est de ne pas le brider ce qui amènerai des déformations.

  14. JMarc
    Sur les supports latéraux les butées de retenue empêchent le miroir de sortir en cas de retournement haut bas du télescope.
    J’ai passé beaucoup de temps à régler la position du support du barillet avec le miroir en appui sur ces butées afin d’amener le miroir rigoureusement perpendiculaire à l’axe du télescope
    Avec ce réglage précis je peux collimater en desserrant très légèrement seulement deux vis.
    Ce réglage précis n’est pas nécessaire mais la tenue du miroir permet le passage du méridien, il faudra que je mesure combien de temps il est alors encore possible de photographier

  15. Newton 330 : le guidage de mes triangles : http://astrosurf.com/becker/schema.html
    Comme on peut le voir (oups) sur le Schéma du barillet, le guidage des triangles sandwich est fait à l’aide d’une vis de 4 traversant le triangle la partie qui dépasse n’a plus de filet ce qui permet de glisser sans frottement dans le trou de guidage du support barillet.
    Une rondelle cuvette est collée sous le triangle où vient s’appuyer la vis de collimation ; cette vis arrondie à son extrémité tourne librement dans la rondelle cuvette.
    Pour transmettre la poussée des vis de collimation aux triangles les rondelles ont un diamètre de 20mm.
    Avec ce principe simple et efficace d’un ami :
    Les vis de guidage servent principalement à positionner les triangles lors de mise en place du miroir.
    Les rondelles cuvettes empêchent les triangles de glisser.