All Activity

This stream auto-updates     

  1. Past hour
  2. Stage de seconde

    Oui, tout le monde est d'accord avec ça depuis le début, ça n'a jamais fait débat. Ah ben non au fait, je n'y avais pas pensé, mais je ne suis pas d'accord..... Bon, c'est juste pour être précis... Mais contrairement à ce qu'on dit en général, ce n'est pas avec M31 qu'il établit ça. La chronologie exacte : 1925 : NGC 6822 1926 : M 33 1929 : M 31
  3. Stage de seconde

    Essaie de relire mon intervention deux ou trois pages plus haut. Je cite Fr. Chaberlot, historien de l'astronomie, et son livre La Voie Lactée − Histoire des conceptions et des modèles de notre Galaxie, CNRS éditions. Quelques extraits (Chaberlot analyse les différentes publication de W. Herschel et en cite des parties) : « En conclusion : "Parmi le grand nombre de nébuleuses que j'ai déjà observées, se montant à plus de 900, il y en a beaucoup qui en toute probabilité sont aussi étendues que celle dans laquelle nous habitons ; et donc elles sont toutes séparées les unes des autres par de très considérables intervalles". C'est la première fois dans l'histoire de l'astronomie que l'isolement spatial de notre Galaxie et l'existence de galaxies extérieures à la Voie Lactée son démontrées. Dans l'esprit d'Herschel, cette conviction n'est plus une conjecture spéculative, comme chez ses prédécesseurs, mais un "fait établi", "prouvé" par l'observation et le calcul. » Enfin, je rappelle à ceux qui s'insèrent dans la discussion en ayant oublié de lire le début que ce qui fait débat n'est pas de savoir si Herschel a démontré l'existence d'autres galaxies, mais de savoir s'il pensait, oui ou non, qu'il existait d'autres galaxies. (C'est Hubble qui a démontré l'existence d'autres galaxies. Ça fait 3 millions de fois que je rappelle qu'on est tous d'accord sur ce point.) -------------- Motta : très bonne remarque. Il faudrait en effet tout citer. Je ne peux pas. Le livre que je cite s'intéresse à l'étude de la Voie Lactée, donc détaille surtout le modèle de Voie Lactée d'Herschel. Le fait qu'il ait calculé qu'il existe d'autres galaxies n'est qu'un paragraphe annexe dans le livre de Chaberlot. Quant aux texte de Herschel, il provient de On the construction of the Heavens (1785) dont le but est surtout d'étudier la Voie Lactée. Je viens de relire rapidement le chapitre : ce que Herschel pensait d'autres galaxies n'est pas abordé par la suite. Soit qu'il n'ait plus étudié la question, soit que Chaberlot n'en parle plus. Je ne serais pas surpris qu'Herschel n'ait plus abordé la question : il était impossible de faire mieux que sa première étude de 1785, d'autant qu'il a fini par admettre l'existence de « vraies » nébuleuses. Je n'ai pas dit qu'il l'a soutenu avec constance. Mais ce n'est pas la première fois que je lis comme quoi Herschel envisageait l'existence de galaxies extérieures. Je n'ai pas envie d'aller rechercher dans mes livres, mais rien qu'en consultant Wikipédia : « il semble avoir eu l'intuition de nébuleuses extragalactiques » Il n'y a pas d'équivoque car, à l'époque, Heschel pense que toutes les nébuleuses sont constituées d'étoiles. Celle dans laquelle nous habitons est la Voie Lactée (aujourd'hui on dirait : notre galaxie).
  4. Sky Watcher Evostar 150

    J'ai quand même du mal à croire que deux lentilles fixées entre elles par trois petites cales adhésives double face et le tout placé dans une simple cellule (barillet) arrive à se décollimater par les vibrations du transport. J'ai démonter mon objectif en doublet achromatique de ma lunette Celestron 120/1000 mm conçue sur le même principe. Le doublet de lentilles sorti du barillet avait toujours ces deux lentilles fermement collées entre elles.Il a fallu que je sépare moi-même les deux lentilles car cela tenait trés bien au niveau des cales.Une petite bête de moisson avait séché dans l'entreverre. Je pense donc plutôt à un mauvais réglage à l'usine.
  5. Stage de seconde

    Oui, tout le monde est d'accord avec ça depuis le début, ça n'a jamais fait débat.
  6. Yesterday
  7. Ce soir, on a reçu deux personnes à l'association où je suis qui avaient eu envie de venir grâce au docu. Donc on peut dire que l'objectif a été au moins atteint pour eux ? Bonne surprise en tout cas.
  8. Et comment faire pour collimater le primaire si je n'y ai pas accès. A ma connaissance, il est monté comme sur un Celestron autour du baffle central et la mise au point se fait par translation du primaire d'avant en arrière. Par contre, le système de mise au point semble rudement efficace, très fluide, sans aucun jeu. Et on ne sent pas le poids du miroir (comme sur un Celestron ou un Takahashi) lorsque la mise au point demande à translater le miroir vers le haut. D'autres part, les utilisateurs de TEC MC250 parle de zéro shifting en-dessous de 500x.
  9. Je ne sais pas. Je laisse tout le temps ouvert et ça se passe bien. Vu que la température n'est jamais stable ça me semble plus logique. Ceci dit il m'est arrivé (moins souvent), de ne pas ouvrir du tout et ça se passait bien aussi. Partir d'un télescope stocké dehors ça aide beaucoup.
  10. Tu as raison que ça compte, mais oublions cet aspect, je pose la question dans l'absolu. Ce qui me gène avec l'échantillonnage, c'est que non déjà on ne sur-échantillonne pas forcément "suffisamment", et surtout en règle de base on applique la règle de Shannon ce qui est insuffisant pour voir les plus petits détails qu'une optique peut dévoiler. On nous explique ici et là que pour bien faire il faut échantillonner à un f/d de 3,8x la taille du pixel. Perso je suis à 8,3x et je pense que ça m'apporte quelque chose par rapport à 8,3 (parce que l'optique suit notamment). Je suis sans doute un peu haut mais ça marche (il y a aussi des contraintes de montage optique, et je trouve ça intéressant d'être haut pour faire un traitement plus précis). Et ce qui est sûr c'est que j'ai des détails plus fins avec ma caméra n&b à 8,3x qu'avec la couleur qui est à 6,4x. C'est tout le sens de ma question de savoir quel raisonnement est juste, mais encore une fois je ne vois pas ce qu'apporte l’histoire de l’entropie de Shannon, car elle porte sur la source, pas sur le récepteur.
  11. Stage de seconde

    Tu as tout à fait raison, c'est un peu pour amuser la galerie. Nous lisons et on se sert beaucoup d' anglais sur le forum qui n'est pas toujours approprié, mais parfois amusant et parfois déroutant. "pou-pou" est une expression moqueuse. D'ailleurs je devrais me servir de l'orthographe anglaise, mais ça ne serait pas très amusant au moins pour les anglo-saxons qui parlent français--oui c'est de l'humour tiré par les cheveux. L'orthographe correcte est "pooh-pooh" mais la phonétique n'est pas évidente en français.. https://dictionary.cambridge.org/us/dictionary/english/pooh-poohed Mes excuses pour embrouiller ceux qui sont entrain d'apprendre l'anglais. ;-)
  12. L'ouverture arrière du 250 ne sert-elle pas juste à accélérer le refroidissement ? Ne faut-il pas mieux refermer une fois en usage ?
  13. je sais bien. L'ouverture arrière aide bien quand même sur le 250 j'ai l'impression. Le contexte d'utilisation joue pas mal aussi. J'ai peu de soucis sur le balcon.
  14. Dans tous les cas courant en planétaire on sur-échantillonne suffisamment pour être sous la résolution, donc l'apport des 4 photosites se discute en contraste apporté quand on recombine la luminance. * La matrice de Bayer est quasiment orthogonale sur la plage de couleur mémorisée : il ne peut y avoir que contribution partielle à cause du filtre R ou G ou B Pour faire simple : si on est incapable de dire ce qu'apporte en contraste un photosite d'une des couleurs dans un échantillonnage de masse d'une image comme tu as précisé au début de ton exposé, c'est pas la peine de poursuivre. Je suis désolée, mais il est clair qu'on ne peut pas parler d'additionner des grandes quantités de bits d'informations sans avoir un minimum de socle en théorie de l'information numérique qui sont fortement modélisée par des mathématiques : probabilité et statistiques.
  15. Actualités de Curiosity - 2013

    EXPLORATION DU SOMMET DE "WESTERN BUTTE" 36 jours martiens correspondent à 37 jours terrestres, moins 14 min et 51,210708 secondes. Pour permettre le rattrapage des journées martiennes qui courent donc légèrement plus vite que leurs homologues terrestres, il est d’usage de "sauter"périodiquement une journée pour aligner le calendrier des deux planètes. Ainsi le 10 de ce mois a été "transmuté" au 11 décembre.. Et donc le 11 décembre 2019 (sol 2611) Curiosity a parcouru environ 23 mètres en s’élevant de plus de 4 mètres (le trajet de 45 m initialement prévu a été réduit pour augmenter le temps d’observation). HAZCAM AVANT - 11 DÉCEMBRE 2019 (SOL 2611) : HAZCAM ARRIÈRE - 11 DÉCEMBRE 2019 (SOL 2611) : PANO NAVCAM – 11 DÉCEMBRE 2019 (SOL 2611) – Jan van Driel : 6,8 mb MASTCAM - 11 DÉCEMBRE 2019 (SOL 2611) : Je cite Mariah Baker, géologue planétaire à l'Université Johns Hopkins : "Tous les jours ou tous les deux jours, des scientifiques et des ingénieurs de l'équipe du rover sautent au téléphone pour participer à une série de téléconférences. Ces réunions virtuelles sont une partie essentielle de l'infrastructure de la mission et permettent à l'équipe de discuter et de planifier à distance les activités du rover tout en étant répartie dans différentes parties du pays - et du monde ! Aujourd'hui, la ligne téléphonique était un peu plus silencieuse que d'habitude, car beaucoup ont échangé notre conférence virtuelle pour la conférence annuelle AGU (American Geophysical Union) qui se tient cette semaine à San Francisco. Les conférences scientifiques sont un moyen important et utile pour nous de partager nos recherches avec d'autres personnes sur le terrain et au-delà, augmentant ainsi la portée globale de la mission. Ceux d'entre nous qui n'ont pas assisté à l'AGU aujourd'hui se sont présentés à nos réunions habituelles, prêts à planifier deux sols d'activités du rover (sols 2613 et 2614) avec un nouveau parcours au milieu (sol 2013). Une première discussion entre les planificateurs des rovers et l'équipe scientifique a conduit à la décision de réduire la distance de déplacement, ce qui nous a donné plus de temps pour les observations pendant le bloc scientifique du premier sol". Avant le départ trois cibles ChemCam ont été sélectionnées, et deux mosaïques MastCam serviront de contexte aux autres observations. Une observation multispectrale MastCcam a été planifiée pour une cible anormalement brillante. MAHLI et APXS seront également utilisés pour collecter des données. Le 13 décembre 2019 (sol 2613), Curiosity a parcouru 10 mètres en s’élevant de 2 mètres. Suivant ce parcours, une mosaïque Mastcam supplémentaire du nouvel espace de travail sera acquise. Le lendemain 14 décembre (sol 2614) a été planifié une observation "AEGIS" ChemCam et 25 minutes d'activités environnementales incluant des mesures REMS et DAN POSITION AU 13 DÉCEMBRE 2019 (SOL 2613) : 5,5 mb COURBES DE NIVEAUX HAZCAM AVANT - 13 DÉCEMBRE 2019 (SOL 2613) : HAZCAM ARRIÉRE - 13 DÉCEMBRE 2019 (SOL 2613) : PANO NAVCAM - 13 DÉCEMBRE 2019 (SOL 2613) – Jan van Driel : 7,1 mb NAVCAM - 13 DÉCEMBRE 2019 (SOL 2613) : Une partie de l'espace de travail Noter la prise d'altitude et les traces de roues (sur les 3 images suivantes) Je cite Catherine O'Connell, géologue planétaire à l'Université du Nouveau-Brunswick : "Ce week-end sera inhabituel, car toute la première journée du plan d’activité sera consacrée à l'instrument SAM (Sample Analysis at Mars). SAM effectuera une expérience de jour pour étudier les niveaux de méthane dans l'atmosphère. Cette expérience rare est une chance d'obtenir des observations scientifiques passionnantes, mais nous aurons besoin de temps après l'expérience pour analyser les données. L'expérience SAM est très gourmande en énergie, donc nous sautons ici notre activité scientifique au contact habituelle en faveur d'un plan scientifique plus épuré. Curiosity va continuer à gravir "Western Butte" (l'une des nombreuses collines de cette région). Nous traversons des roches qui sont stratigraphiquement plus élevées que celles que nous avons traversées précédemment, et tout le monde est impatient de voir ce qui nous attend. Alors plutôt que de rester ici trop longtemps, le groupe thématique de géologie (GEO) a choisi de continuer, après une courte analyse tôt le matin (une analyse bien nommée "Touch and Go") sur la cible "North Esk" avec MAHLI et APXS. ChemCam et Mastcam enquêteront sur deux cibles du substratum rocheux "Bruces Haven et "Aultbea", puis nous roulerons environ 22 mètres plus loin sur le côté de la Butte. Alors que nous montons plus haut sur la Butte, les vues ne cessent de s'améliorer. Mastcam va imager à la fois le long de la Butte Ouest, et le sommet de la Butte et au-delà, à un horizon que nous espérons atteindre l'année prochaine."
  16. powermate x2,5

    bonjour,je suis à la recherche de cette barlow,merci pour vos proposotions
  17. Ton message précédent est incompréhensible (pour moi en tout cas). Si tu peux formuler clairement, ... Là comme ça, je ne vois pas trop ce que l'entropie de l'information vient faire ici. On parle ici dans le cas d'observation planétaire d'objets qui émettent dans tout le spectre visible, et la source ne change pas, c'est la caméra qui change. Ce que je cherche c'est une réponse dans la pratique, pas une réponse aux limites en fonction de qualités chromatiques exotiques de l'objet visé. Il est bien entendu qu'une matrice de bayer pour observer une nébuleuse qui n'émet que en H beta ce n'est pas bien. Mais ce n'est pas ma question.
  18. Astéroïde vers les tétards

    Belle "découverte"! Bravo! J'ai moi-même imagé cette nébuleuse le 3/12 et j'ai fait un gif avec l'astéroïde quand j'ai lu ton message, c'est ici : Nathanaël
  19. Sky Watcher Evostar 150

    A suivre, explication de Teleskop Austria, revendeur SkyW / Tommy Navratil https://forum.astronomie.de/threads/der-neue-skywatcher-ed-apo-150-1200-mm-im-test.263714/ ça a fort retardé la vente.
  20. Stage de seconde

    Oui, magnifique..... Mais attention : Herschel ce n'était pas à l'oeil nu. C'était le fruit de ses calculs (sur des bases erronées donc : luminosité intrinsèque identique pour toutes les étoiles). Ça n'était pas du dessin, mais la première tentative de déterminer la forme réelle de la Voie Lactée.
  21. Il faut voit ça en quantité d'information, merci de potasser l'entropie de l'information.
  22. la matrice de Bayer ce sont des filtres devant chaque pixel, un pixel donné ne capte qu'une seule couleur. Si un pixel à un filtre Vert on sait quelle est l'info en vert. Le B et le R sont extrapolés des pixels voisins. Les pixels sont disposés ainsi avec 1 sur 2 de couleur verte. https://fr.wikipedia.org/wiki/Matrice_de_Bayer#/media/Fichier:Bayer_pattern_on_sensor.svg Oui, c'est ça.
  23. - Le primaire donne le plan image, c'est lui qui doit être perpendiculaire à l'axe optique. Et ensuite on fait le secondaire. Donc les deux - Non, si l'optique est bonne - Non plus. Au pire, seul une compensation d'astigmatisme pourrait se faire entre les éléments, mais sur un TEC de ne pense pas que ce soit un souci. Plus précisément, Chaque élément d'un MCT peut être mesuré indépendamment et donc fabriqué seul. On n'a donc pas besoin de faire le secondaire contre le primaire comme un Cassegrain par exemple, donc pas besoin d'un appairage.
  24. Un pixel donné n'est sensible qu'à une de ces 3 couleurs. Les additionner n'a pas de sens physique pour définir la sensibilité.
  25. et oui, elle y est bien, et facile, il est énorme ce croissant
  26. Oui enfin depuis Texereau, de l'eau est passée sous les ponts et les instruments pros sont maintenant tous ouverts (certe ils sont dans une coupole, et il n'y a pas d'observateurs à coté). De mon expérience, un tube est ouvert ou fermé. Le pire (désolé Jean Luc) est encore un tube plein ouvert à la pupille avec l'air qui remonte du miroir primaire et pollue le front d'onde sur la longueur du tube. Comme mon CN et les µlon. Après cela ne veut pas dire qu'on ne peut pas faire de bonnes images avec, et créer un flux laminaire contraint avec des ventilateurs aide aussi. Sinon de nuit la turbulence de sol reste un peu présente, rechercher les profils Cn² fait de nuit. L'altitude aide considérablement permettant de s'affranchir de la boundary layer, et d'avoir une ground layer moins turbulente. Il vaut mieux un télescope court à 2000m qu'une grande lunette à 400m J'ai un monitoring à Tenerife avec des valeurs de seeing de jour comme de nuit entre 0,4 et 0,7". Le moniteur de jour est sur une tour de 8m de haut, pour limiter l'impact de la ground layer justement. Le moniteur de nuit est juste à 2m de haut car le sol, la nuit, n'a pas d'importance. Mais globalement la nuit n'a rien à voir avec le jour, et c'est la tropopause qui est structurante. Et puis il suffit de se mettre sur l'herbe pour réduire la couche de sol...
  27. Pas trouvée avec mon vieil écran de portable . Mais y est elle ?
  1. Load more activity
  • advertisement_alt
  • advertisement_alt
  • advertisement_alt