Rydel_Charles

Member
  • Content count

    1227
  • Joined

  • Last visited

  • Last Connexion

    Soon available - 40118

Everything posted by Rydel_Charles

  1. Contraste et état de surface

    L'idée selon laquelle le "livre de la nature " est écrit en langage mathématique est assez banale et n'est évidemment pas de moi mais de Galilée, ce que paradoxalement ignorent mes interlocuteurs astronomes dont les bras sont en train de tomber comme les feuilles en hiver. Voici le texte (1623) bien connu de Galilée dans sa profonde vérité :" La philosophie est écrite dans ce grand livre qui se tient constamment ouvert devant nos yeux, je veux dire l'univers (cad la nature). Mais elle ne peut se saisir si tout d'abord on ne se saisit point de la langue et si on ignore les caractères dans lesquels elle est écrite. Cette philosophie, elle est écrite en langue mathématique. Ses caracteres sont des triangles, des cercles et autres fi gures géométriques, sans le moyen desquelles il est impossible de saisir humainement quelque parole, et sans lesquelles on ne fait qu'errer vainement dans un labyrinthe obscur."La philosophie dont il est question ici deviendra plus tard notre physique. Il reste alors à faire une seconde révolution, pour passer des triangles et des cercles à quelque chose de plus pratique: les formules mathématique comme e=mc^2, un des nombreux exemples de truc prédit avant la bombe ou avec le positron de Dirac, prédit en 1928 à partir de symétries et mis en évidence en 1932 ou l'antiproton et on peut multiplier les exemples, il suffit d'être curieux car ces cas ne se résument pas à deux. Et quand Maire me dit:"Et c’est avec ces deux cas particuliers que tu construis une certitude épistémologique ? Et comment il a fait Galilée ?"Ben Galilée, il a fait et répondu : "La philosophie (la physique)est écrite dans ce grand livre qui se tient constamment ouvert devant nos yeux, je veux dire l'univers... Cette philosophie, elle est écrite en langue mathématique." Voilà une certitude épistémologique Si un Dieu devait personnifier la théorie et la pratique ce serai Janus, le Dieu au deux visages inséparables.Chacun aura remarqué le dégagement par double salto arrière de David Vernet... Un coup de pompe ?PS/ Lauratt, c'est quoi des équations "humaines" ? Il y aurait des équation "inhumaines" ?[Ce message a été modifié par Rydel_Charles (Édité le 02-12-2013).]
  2. Contraste et état de surface

    L'homme n'a pas inventé les mathématiques qu'il a plaqué sur la réalité pour la comprendre. La langue de la nature, c'est les mathématiques. Cette nautile du Crétacé nous parle déjà de la spirale logarithmique, cette colonie de lapin, de la suite de Fibonacci, la distribution de cette population témoigne d'une certaine courbe trouvée par Gauss et cet arc en ciel qui convoque notre regard, d'ou nous parle-t-il ? Il nous parle des hauteurs de la loi de Snell-Descarte, toutes fonction, série ou lois qui, objectivement, ont existé avant qu'on ne les découvre. Bon tout ça pour dire mon désaccord avec ceux nous assènent "Il y la théorie et il y a la pratique", alors qu'il s'agit pour le sujet (nous), de deux moments d'un même objet (ça). [Ce message a été modifié par Rydel_Charles (Édité le 03-12-2013).]
  3. Contraste et état de surface

    Dadou a écrit cela :"La lame elle est effectivement très bien calibré en densité mais également en déphasage."Le déphasage dépend de la densité et de la longueur d'onde. Que sais-tu alors du déphasage sachant qu'il faut 4 de densité dans le vert pour avoir pi/2 ?Et surtout ça :"Par contre quand des gens t'expliquent que théoriquement, le superpoli ca sert à rien, sans même prendre en compte l'effet d'une source parasite proche bien plus lumineuse que la tache de diffraction qu'ils étudient, j'ai comme un léger doute sur la pertinence de la théorie." Cherches un meilleur exemple David. C'est pas de la théorie ça, c'est une invention pour les besoins de la cause.La nature est connaissable. Le langage que nous parle la nature, c'est les mathématiques. Entre les deux, il n'y a rien, sinon l'erreur humaine. Et cela fonctionne depuis toujours. Jamais de hiatus. Pourquoi ça marche ? On sait pas, mais c'est comme ça. On a d'abord trouvé la relativité et on est allé chercher les preuves après. Comme le Boson. Sans de bonnes théories vérifiées un jour par l'expérience, on serait encore à tailler les silex (et encore). Donc il n'y a pas l'ombre d'un interstice entre théorie et pratique, seulement des théories bancales et des pratiques douteuses. L'homme quoi. Et si comme cela arrive quand même, un interstice apparaît, il y a découverte sous roche, Albert en sait quelque chose. Il est tard, je philosophe juste un peu, hors sujet.J'en profite pour raconter une blague. Deux hommes des cavernes discutent. Le premier taille un disque en pierre avec un trou au centre. L'autre lui dit: Ha, tu inventes la roue ? L'autre lui répond: Non, c'est le primaire de mon Cassegrain Bonne nuit.[Ce message a été modifié par Rydel_Charles (Édité le 01-12-2013).]
  4. Contraste et état de surface

    Ach ! Bedit Vranzé connaitre guedal en optisch ya ! Pas avoir lu Zeitschrift für Instrumentenkunde !!!Bon faut quand même pas tirer des conclusions trop définitives les amis. C'est pas la même culture, la même histoire, les mêmes tradition, les mêmes Kadors, c'est tout ! Et moi je suis contre le replie communautaire.Je pense donc que l'on aurait intérêt à continuer à échanger avec les Germains sur divers sujets sans trop se formaliser, je suis sûre que certains parmi nous auraient des choses à apprendre, en mesure interférométrique par exemple ? Car si ils s'accrochent à des vieux trucs genre Strehle (qui est pas c... quand même), nous ont s'accroche bien encore au Foucault pour mesurer l'aberration sphérique longitudinale sur une méridienne et tirer des conclusions ! et ça choc pas trop de monde ici... Alors chacun sa marotte non ?PS: Rolph lit le CCTAA ! Il n'a donc pas été écrit pour rien Mais quand même, plus d'un an pour y arriver...
  5. Contraste et état de surface

    "Après tout des calculs savants qui se font démolir par l'observation et l’expérimentation c'est assez courant."Dernier exemple en date David : le boson de Higgs Je rigole.Si les calculs sont démolis, c'est qu'il n'étaient pas si savant que ça alors que ceux concernant ledit boson l'étaient. Mais bon, on va pas se chipoter pour ça...Tu dis que ta lame est calibrée. Qu'entends-tu par là ? Qu'elle fait 2,81 ? [Ce message a été modifié par Rydel_Charles (Édité le 29-11-2013).]
  6. Contraste et état de surface

    Pour t'aider à comprendre Rolf, puis-je te suggérer de lire un excellent ouvrage paru en juin 2012 ? Les choses te deviendront immédiatement un peu plus "bitable". Moi, je te dis ça comme ça...Sinon Dadou, si t'es pas à pi/2 car tu fais ce qui t'arrange, en quoi tes mesures avec ton coin de Goldberg sont représentatives de la taille intrinsèque de la granularité de la surface ? Haha ![Ce message a été modifié par Rydel_Charles (Édité le 29-11-2013).]
  7. Contraste et état de surface

    Rolf est là pour apprendre Sinon tu dis :"Texereau le faisait avec une lampe au mercure."C'est bien ce que dit Françon (Requiem in pace) qui utilisait la raie verte, et dans ce cas, il faut une densité de 4, ce qu'il a fait du reste. Moi je verrai plutôt du bleu avec une densité plus faible...[Ce message a été modifié par Rydel_Charles (Édité le 29-11-2013).]
  8. Contraste et état de surface

    Je veux bien en tester une Tu n'en testera pas qu'une David...Et les coins (qui sont plat désormais) se trouvent chez tous les marchands d'optiques. Mais la gélatine (pharmacie) et l'encre de chine (papeterie), ça marche aussi...Deux lames de microscope et hop !Sinon, je m'interroge. Ne vaudrait-il pas mieux utiliser une lumière monochromatique ou au moins filtrée autour du lambda qui, associé à la bonne épaisseur d'alu ou de chrome(et donc d'atténuation) donnera pi/2 ? En effet, le reste du spectre doit contribuer à "ramollir" le contraste ce me semble. Non ? [Ce message a été modifié par Rydel_Charles (Édité le 29-11-2013).]
  9. Contraste et état de surface

    Je travail actuellement sur la construction d'un banc d'aluminure qui sera présenté je l’espère dans le T2 du CCTAA. Hormis aluminer des miroirs, mon projet est de faire des lames de phase (après tout c'est de l'interférométrie ), sujet qui me tarabuste depuis des années. Si on fait un batch sur un substrat nickel, on pourrait les comparer facilement et je les diffuserais (presque) gratuitement (prix du support, participation au frais, frais de port) sans en faire une activité commerciale afin que cette technique se diffuse sans interférences commerciales.Mais d'ici là, il faut encore que je colmate quelques satanées fuites sur ce p... de banc. Mais la victoire est proche !
  10. Contraste et état de surface

    Le problème avec ce type de lame de phase, c'est qu'il faudrait s'accorder sur un model standard et être certain que l'on ne mesure pas d'avantage la lame que le miroir (sauf à être très mauvais)tout cela afin que les mesures soient légitimes et cohérentes. Pour cela il faut oublier la suie et le plan film. Mais cela ne suffit pas. Il faut être certain de la qualité du dépôt et normaliser une façon de le faire.Outre. Dispose-t-on d'une seconde méthode de mesure en sorte de corroborer les deux de façon raisonnable ? Je ne crois pas. Il faudrait au moins croiser quelque lames de mêmes densités réalisées dans divers endroits ce me semble sur des substrats irreprochables. Cela n’empêche pas évidemment de réaliser un comparatif relatif réalisé avec une même lame dans des conditions identiques, sachant qu'il s'agit plus là de détecter de mauvais miroirs plutôt que d'en détecter d'excellents, tout au plus des bons. AMHA.
  11. Contraste et état de surface

    On trouvait un coin de Goldberg aussi chez Kodak sous forme d'une bande avec diverses densités. Il servait à mesurer l'étendue du contraste sur un négatif afin de sélectionner le bon papier pour la photo ou à l'inverse, mesurer l'entendue du contraste d'un papier. Aujourd'hui, elles sont réalisées par évap sous vide.Cette même technique peut évidemment servir à mesurer le contraste sur le test en question. Le contraste apparent variant comme la racine carrée de l'atténuation. En fait, il existe une expression qui relie l'atténuation de la lame avec le contraste et la visibilité des fréquences spatiales. Françon dans son ouvrage "Modern Applications of Modern Optique" (p.86) prend l'exemple d'une lame atténuant presque 10000 fois (soit une densité de 4), des différences de chemin optique de 1A avec un contraste de 10% peuvent être mesurées. Il montre une photo d'un objectif de Lyot "highly polished lens" avec des variations de hauteur de 2nm et 0,1nm de chemin optique résolu...10.000 d'atténuation... Voici ce qu'en dit Texereau dans la ref cité plus haut par D.V. :"On doit mettre en garde ceux qui veulent appliquer la méthode à l’étude d’accidents un peu grands (quelques dizaines d’Angströms par ex.), contre la tentation d’employer une lame trop dense qui ne montre plus les défauts que par diffraction sans exploiter sérieusement le contraste de phase, parce qu’absorbant beaucoup trop l’image directe par rapport à l’énergie diffractée alors très notable." Les lames les plus utilisées ont une densité comprise entre 1,69 et 2,81 dit-il. Dans son livre "Contraste de phase" (p.56) le même Françon explique qu'avec de l'aluminium, il faut une densité de 4,08 pour obtenir un déphasage de pi/2 pour la raie verte du mercure. Dans ces condition c'est pour d'autres longueurs d'ondes que l'on aura pi/2 si D est différent et le contraste passera par un maximum pour ces longueurs d'ondes. [Ce message a été modifié par Rydel_Charles (Édité le 28-11-2013).]
  12. Contraste et état de surface

    Roger Crespin à décrit dans un de ses bouquins, je crois que c'est "précis de bricolage scientifique", comment faire des coins de Goldberg en gélatine. Si mes souvenirs sont exactes, on coule de la gélatine entre deux lames de microscope légèrement huilées pour faciliter le décollage. La gélatine est elle, mélangée avec de l'encre de chine. On forme un coin et on coule... On coule aussi un coin sans encre et on assemble les deux. On a ainsi une atténuation qui varie avec la position du coin.Enfin j'ai lu ça voilà bien plus de quarante ans [Ce message a été modifié par Rydel_Charles (Édité le 28-11-2013).]
  13. Quel contreplaqué pour structure dobson?

    Salut JCB,Il apparait que l'on habite à coté ou presque... On pourrait peut-ˆetre se rencontrer ? Mon mail: rydel_charles arobase yahoo.com.A bientˆot.
  14. astrographe vixen

    Une 100 mm reste une 100 mm; C'est probablement cher payer le gain en encombrement mais bon, quand on aime, on compte(ra) pas...
  15. Hésitation entre 2 modèles de jumelles

    il y a des stabilisées vers les 600E chez canon. Personne ne les auraient essayées ?
  16. avec 8,8 mm , tu as là un grossissement de x98 et donc un champ de 0,83°. Il te faudrait un oculaire de 2,5-3 mm pour commencer à avoir la définition maxi de ton scope...Et j'y pense: si le grossissement augmente, le champ diminue, à x300 le champ sera de 82/300= 0,27°. Dans ces conditions, tu peux raprocher la lame disons de 50% sans trop craindre la coma et l'astigmatisme...PS: encore bravo, tu t'impose ici ci comme un opticien de classe roulant hors des sentiers battus et de la doxa ambiante ! Félicitations.[Ce message a été modifié par Rydel_Charles (Édité le 19-08-2013).]
  17. en effet avec des oculaires de 25 mm tu as une pupille de sortie de 9 mm, ton oeil diaphragme donc. Pour 5 mm il te faut un oculaire de 2.8x5= 14 mm et ton grossissement sera de 310x2.8/14= 62 fois. Avec un plossl dont le champ est de 50 deg, le champ sera de 50/62= 0,8 deg.Sinon je trouve que cette formule est excellente car sur tout le champ c'est la qualité de l'oculaire qui determinera la qualité visuelle puisque la seule aberration est la courbure de champ, aberration à laquelle s'adapte un oeuil jeune ou qui peut ˆetre corrigée par une lentille plan convexe au plan focal. Tout cela est expliqué dans un ouvrage paru récemment ;-! Pour les oculaires, il vaut mieux mieux un style Nagler car il est bien corrigé de l'astigmatisme contrairement au Plossl qui montre ici ses limites. Il faudrait du reste réfléchir à une position de la lame qui compenserait ce défaut quitte à introduire un peu de coma mais bon...Sinon le schmidt est l'instrument idéal pour le test subjectif des oculaires car il est quasi parfait et il me semble une approche alternative à la parabole parfaitement viable car la production d'une lame par dépression est déterministe, je dirais mécanique, alors que la parabolisation...
  18. Hésitation entre 2 modèles de jumelles

    et quid des jumelles stabilisées ?
  19. Une nouvelle techno est dans l'air :"Fujifilm and Panasonic jointly develop an organic CMOS image sensor technology using organic photoelectric conversion layer. Offers Industry's highest* dynamic range and sensitivity for vivid and texture-rich images." http://www.fujifilm.com/news/n130611.html "FUJIFILM Corporation (President: Shigehiro Nakajima) and Panasonic Corporation (President: Kazuhiro Tsuga) have developed organic CMOS image sensor technology that uses an organic photoelectric conversion layer with a photoelectric conversion property at the light receiving section of an image sensor to achieve performance beyond that of conventional image sensors...The new organic CMOS image sensor offers the industry's highest dynamic range of 88dB, advanced sensitivity 1.2 times more sensitive than conventional sensors** and broader range of incident angle*6 to enable the production of more sensitive and compact cameras with better image quality."Les APN d'occases vont fleurir...
  20. Cmos organique chez Fuji/Panasonic

    non la courbe ne va pas au delà mais on peut supposer que ce soit le cas mais la discussion était par rapport aux 88db de la techno fuji qui doit ˆetre meilleur en basse lumière avec un meilleur s/b. Quelle tˆete aurait la lune comprimée en log ?
  21. Cmos organique chez Fuji/Panasonic

    Sauf que lorsque on regarde les courbes de plus prêt, la réponse est logarithmique sur 46dB seulement entre 100L et 0,5L et le S/B plafonne alors à 30db. En dessous on tombe rapidement dans le bruit en dessous de 1L puis un rapport S/B de 10dB pour 0,06L. On a ensuite 0dB de S/B pour -74dB par rapport à 100L et 0,02L. Les 140db signifieraient que l'on parte de très loin pour arriver à 0,02L !Pour faire bref, la spec ne semble pas cohérente. Les 140dB sont peut-être une mesure statique et encore ...
  22. Cmos organique chez Fuji/Panasonic

    Comment donc est mesurée cette dynamique ? C'est du log ?
  23. 2 édition de thierry Legault

    Il existe d'autre auteurs de livres d'astrophophoto puisque c'est de cela dont on parle. Mais est-il utile de le préciser ? Apparemment. Mais bon...
  24. 2 édition de thierry Legault

    C'est là un très très gros travail qu'il nous présente, des milliers d'heures de travail et de plaisir !Thierry est un garçon talentueux (faut-il le répéter ?) qui partage son savoir-faire et ne se contente pas, dans le meilleur des cas, de le distiller ça et là à dose homéopathique ! Il n'est pas le seul évidemment, mais il en faudrait encore d'autres car rien ne remplace un livre bien structuré, bien illustré où l'auteur a mis ses tripes pour transmettre à qui veut la recueillir, sa Passion. Charles Rydel
  25. M 51 avec le Schmidt et antique Artémis

    Il est clair qu'il te faut refroidir d'avantage ta camera plutôt que de passer ton temps à pratiquer les expédients habituels qui ne sont que des trompes l'oeil car le produit (gain x pertes) est constant et encore... Pas plus que le maquillage ne trompe sur la jeunesse, les traitements logiciels ne peuvent remplacer un rapport signal/bruit élevé. Et la clé ici, c'est bien la température du capteur qui devient le maillon faible de la chaine. Le traitement sera alors minimisé.Encore un peu de travail avant d'être dans le filme Constructor !