Dabrand

Member
  • Content count

    19
  • Joined

  • Last visited

  • Country

    France

Community Reputation

3 Neutral

About Dabrand

  • Rank
    Inactive member
  1. Recherche PO FeatherTouch

    Bonjour, Je cherche un po Feathertouch 2 pouces avec course mini 1.5pc (modèle FTF2015BCR) ou idéalement une course de 2 pc (modèle FTF2020BCR). Merci !
  2. Caillou tombé du ciel ?

    Effectivement, la ressemblance est frappante. Merci pour cette réponse documentée !
  3. Bonjour, J'ai récemment vu cette pierre chez un ami, qui m'a confié l'avoir trouvée au Maroc il y a une vingtaine d'années. Son aspect m'a intrigué mais c'est en soupesant l'objet (très dense, peut-être ferreux ?) que j'ai pensé à une météorite (chondrite ?) N'y connaissant pas grand chose j'ai pensé vous soumettre quelques images pour avoir votre opinion sur la nature de cet objet. Alors à votre avis, céleste ou terrestre ? David
  4. Kydex

    Bonjour, Regarde chez les couteliers il y a des plaques de 300x600mm, voir plus grand mais ca chiffre un peu pour un morceau de PVC/ABS. Sinon le simple PVC est moins souple et un peu plus lourd mais en faible épaisseur ca peut le faire, bien plus abordable et facilement trouvable en grandes dimensions. L'aspect est cependant moins flatteur. David
  5. Mon T350 de voyage + Nouvelles photos

    Superbe réalisation, bravo Jose ! Tu t'en es vraiment bien sorti avec la dépose des tissus, c'est du prepreg ? Je serais curieux de connaitre le matériau employé pour le baffle du secondaire, serait-ce simplement une feuille de carbone peinte en mat ? En tout cas ton dob est vraiment très chouette, et moins de 15kg ca va être dur dur de faire moins !
  6. Ah ok, je me disais aussi, c'est quand même costaud une résine. En plus tu m'avais déjà répondu sur un autre fil à ce sujet, méa culpa. Perso j'aime beaucoup le rendu du tissu à nu mais les petits chocs et possibles délaminations m'ont poussé à recouvrir malgré tout , d'autant que l'aspect brut de carbone n'était pas aussi réussi que le tien. Sinon je suis bien d'accord, on apprend forcément plein de trucs en mettant la main à la pâte, et lorsque au bout du compte les choses fonctionnent plus ou moins comme prévu, quelle récompense.. (pour répondre à ta question, le 400 a changé de continent il y a quelques mois déjà - son propriétaire a l'air heureux, j'espère que c'est réciproque Je lui ai fait quelques modifs, encodeurs sur bande magnétique et bras carbone pour un Nexus, ca marche au top ces petits capteurs et c'est assez discret) Régale toi bien et poste nous de belles images stp ! David Froggy, je te conseille d'éviter l'expansé, prend plutôt du poly extrudé, ca marche très bien avec l'époxy (pas autant qu'un balsa cependant), c'est pas cher et on en trouve partout, c'est parfait pour se faire la main. Le polyuréthane est certes plus rigide, mais présente moins d'effet de mémoire de forme : il faudra donc faire des peaux plus épaisses pour protéger tes pièces de la pression des manips ou des chocs légers, sans quoi du aura des problèmes de cohésion entre ton âme et tes tissus (des vides sous la peau, pas bon à long terme). Le polyuréthane s'associe tout de même très bien avec l'époxy mais tu aura d'autres contraintes d'entrée de jeu si tu débute dans les composites. Bref du poly extrudé ca va super, le plus important est d'orienter tes différentes couches de tissus en fonction de l'effort de travail de ta pièce (mais pour ca tout est dans le post de Jean-Marc).
  7. Une belle première, perfectible ou pas c'est un superbe aboutissement, bravo Jean-Marc ! ps : je viens de voir l'image du 1er janvier, ton gel-coat a cédé à cause du gel ? David
  8. Dobson 400 léger et compact

    Salut JMarc, ah ok merci pour ces précisions, pas la peine de s'embêter avec cette technique du coup.Serge, merci pour ton retour constructif, c'est un plaisir de lire les critiques de ceux qui m'ont inspiré cette réalisation !Alors pour l'araignée : le secondaire pèse tout de même dans les 550g, aussi j'ai pensé que le système à 3 branches ne serait peut être pas le plus approprié (j'imaginais un porte à faux qui provoque une flexion des branches). N'ayant pas fait de tests pour vérifier ce point, cette supposition est peut être erronée.. Mais oui ! l'araignée et ses 4 branches dissymétriques, c'est tellement évident maintenant que tu l'as fait J'ai découvert trop tard la page du T600ACA, bravo pour ce dobson bourré d'idée géniales (j'adore l'équerre qui relie les tubes/triangulation et son pion..) A l'époque je n'ai pas pensé à ce principe des branches déportées.. Au niveau des aigrettes cependant, ca en fait 8 à l'oculaire il me semble, ca n'est pas gênant sur les amas brillants avec ce diamètre ? Pour l'accroche des tubes en haut de la cage, c'est idem, je n'ai pas eu cette idée de serrage conique. Mécaniquement ca semble imparable, plus de jeu possible. Simple et efficace, bravo. Au sujet de la plaque sous le barillet, et bien elle permet simplement de fermer la caisse primaire (car le miroir reste à demeure). Je l'ai voulue amovible (1 vis bouton) pour faciliter le changement de batterie du ventilo et aussi pour permettre l'accès au barillet. Elle sert aussi à mieux répartir l'appui de la caisse primaire dans le rocker lorsque le télescope est démonté (il y a 4 patins/pieds fixés à cette plaque). Sans elle, les 18kgs de la caisse reposeraient sur les tranches de la caisse primaire, à même la strat du rocker. Dernier argument , il m'arrive souvent de laisser le matériel dans le jardin après les observations, les limaces et autres bestioles ne peuvent pas accéder au miroir, car il y a la plaque Merci d'être passé par ici, tu m'as donné d'autres idées pour la suite Le meilleur à M78 et ses acteurs ingénieux, merci pour tous vos partages ! David
  9. Dobson 400 léger et compact

    Merci beaucoup Mister Strock, par contre il y a confuse, il s'agit là d'un modèle de disciple JMarc, je sens bien que t'es pas convaincu mais non c'est pas mon domaine. Si tu voyais mon étuve tu changerais probablement d'avis (poly, ampoules 100w et ventilos). Puisque ton tube est sorti de moule, pourquoi ne pas avoir utilisé la technique de l'infusion justement, à cause du nida ? Y'avait dans les 20% de poids de résine à gagner non ?Très intéressant ton papier siliconé, je ferai des tests pour les pièces à venir, merci pour l'info. Dans le même genre, un truc qui marche super pour les formes plates ou les grandes courbes, le film PET : finition résine nickel avec à peine quelques petits trous, sans irrégularités de surface.Sinon mon vrai prénom était déjà sous mes messages (ok pas sur tous) Bye David
  10. Dobson de voyage.

    Bonsoir jmpg86, Joli, j'aime beaucoup le monobras et le support du secondaire. Bien vu pour le rangement, il a l'air bien optimisé. Pour la peinture je pencherai pour un primaire + peinture + vernis (ou pas !), le tout en bi-composants. Si tu n'as pas de compresseur ca existe aussi en bombe et ca marche plutôt pas mal. Je vois qu'on a la même daube de chercheur
  11. Dobson 400 léger et compact

    JMarc,oui en barbouille pour ces pièces, pas en infusion (je voulais parler de cuisson). D'ailleurs l'infusion aurait sûrement été la meilleure solution rapport au poids, mais bonjour le travail de préparation pour un seul exemplaire.Concernant la séparation douloureuse c'est la condition qui fera qu'il y en aura un autre, bon ca va quand même me faire tout drôle si il part En fait j'y pense depuis la fin de la tête secondaire de ce 400, qui a ouvert pas mal de possibilités pour cet autre projet que je pensais hors de portée. J'ai vu tes posts et ton tube en nida, superbe ! Pas le droit à l'erreur avec des longueurs de tissus pareils.. J'ai pas trouvé dans ton post, tu as fait un gel-coat après coup, en finition ?Yannick,ah t'es aussi sur un 600 ! Bon courage pour la suite alors, j'espère que ca va marcher au poil et que l'on pourra admirer les 2 bêtes bientôt. Pour la profondeur d'encastrement c'est exactement ca : 60mm. C'est suffisant vu la longueur et la section de mes tubes. Surtout, l'angle imposé par le V inversé les maintiens en place sans avoir besoin de serrer fort.Rolf, Non les extrémités ne sont pas coniques, elles s'emboitent jusqu'au bout puis sont pressées sur toute leur longueur - et leur circonférence - par la petite pièce. Leurs angles par paire font qu'elles ne peuvent plus se déplacer vers le haut (en emboitant un seul tube et en serrant normalement il ne bouge déjà plus, mais il n'est retenu que par la force de serrage, alors qu'avec les 2 emboités c'est du béton : pas de jeu et mécaniquement impossible pour les tubes de bouger vers le haut). Je ne sais pas si tu vois le truc ?
  12. Dobson 400 léger et compact

    Salut jmpg86, le vinyle thermo sur le rocker, c'est pour protéger la peinture des frottements lorsque la caisse primaire est posée dedans. Sur les tubes c'est idem, pour éviter les rayures, surtout en bas car pour enlever le couvercle il n'y a pas beaucoup de marge entre les tubes. Sinon effectivement j'ai un peu l'expérience des composites mais c'est pas mon job. Le truc c'est que tout a été modélisé en 3d avant de débuter la construction, ça a permis d'optimiser et beaucoup aidé pour la réalisation des pièces.Yannick, oui tu as raison elles sont toutes réutilisables (comme toi j'utilise du feutre de drainage et autres , le hic c'est les trous des connecteurs pour le passage des tubes reliés à la pompe, en fonction des pièces je ne les mets pas aux mêmes endroits (ça limite l'emploi du tube spirale). Elle est pas donnée la diatex, perso je prend une 1000% d'élongation pour les pièces complexes, meilleur marché mais elle n'aime pas trop les infusions à répétition.. Il est fini ton 400 ? Si oui et que tu veux bien mettre ici quelques images ça pourrait être sympa de voir nos différentes techniques, y'a tellement de possibilités avec les composites Toutiet, j'ai aussi un 250 avec des lattes à la place des tubes, mais des lattes en carbone )Et alors pour les fixes basses des tubes, et ben bravo Alain Moreau, dans le mille ! Ca ne se voit pas mais il y a des rondelles ressorts qui écartent la partie mobile quand on desserre, je jeu étant juste suffisant pour le passage des tubes. La difficulté de ces pièces a surtout été l'usinage de l'intérieur avec le respect de l'angle, d'où la technique employée.JMBeraud, bah il y a des trucs ici ou là qui auraient pu être améliorés, mais je ne suis pas un pro, juste un passionné. Les "inévitables petites choses" ont été réglées avant les finitions, ça fait déjà un moment que j'observe avec ce scope. Par exemple lors des premiers test sur le ciel, le primaire subissait un pincement dû aux supports latéraux, pas mal d'essais et de modifs ont été nécessaires sur ce point avant de trouver une solution adéquate. Le seul truc qui reste à faire c'est un protège secondaire facile à mettre et à retirer, dès que c'est fait, zou, dans les PA car j'ai d'autres idées d'engin à concrétiser (mais pas un 600, je sais pas où tu as vu ça).Maire, c'est trop d'éloges, je n'ai pas trouvé le smiley qui rougit..
  13. Dobson 400 léger et compact

    Voilà donc la suite Les tubes : carbone pultrudé de 18mm de section, inserts alu noyés dans l'époxy pour éviter le phénomène de corrosion galvanique au contact du carbone. L'alu est un 6061 choisi pour sa bonne résistance à la corrosion. Les sections de revêtement noir visibles en haut et en bas sont en vinyle thermoformable. La pièce bleue permet de relier le tout pour le transport. L'ensemble pèse moins de 2kg. Le bas des tubes se glisse dans des presses en alu et vient taper sur une pièce en pomC, pour éviter d'abimer les embouts. Les découpes qui accueillent les embouts ont été usinées par électro-érosion, l'extérieur est réalisé par usinage classique. Les fixations des tubes sont reliées au cadre du barillet par dessous, mais aussi sur l'intérieur de la caisse du primaire (4 vis à chaque angle). Les parois de cette caisse reprennent les efforts exercés sur la structure, formant une ceinture autour du barillet. Cette pièce se devait d'être costaud pour garantir la rigidité du bas : elle est en balsa + multiplis marine pour les angles, le tout est stratifié de 4 plis de 400g sur chaque face + renforts aux 8 angles de liaison. Les tranches ont été évidées sur tout le tour, en haut et en bas, sur 5mm d'épaisseur puis remplies de choucroute époxy+fibres carbone mixées. Le barillet reprend le système présenté sur Magnitude78 et expliqué par Serge Vieillard. J'ai ajouté une barre (qui forme le carré) qui permet de soutenir les efforts appliqués sur les supports latéraux. Les carrés d'alu font 20mm de section pour 2mm d'épaisseur (alu 6061, renforts collés/rivetés en 7075 et rivets inox à tête large, ma riveteuse est pas près de l'oublier !). Les triangles de flottaison sont en balsa/carbone (2x4 couches croisées) et reposent sur des rotules en alu anodisé. Points d'appuis du miroir en téflon. Les bascules de chaque paire de triangles sont montées sur des axes en laiton. Les supports latéraux sont usinés dans une plaque de carbone de 5mm d'épaisseur, assemblés à l'époxy. Le miroir repose sur des patins téflon enchassés dans des boules réglables pour assurer le centrage du primaire sur ses 18 points. La collimation se fait donc par le haut, l'oeil à l'oculaire, via 2 tiges carbone qui s'emboitent dans les petites pièces blanches (guides pour faciliter l'assemblage). La mise en place des tiges ne nécessite pas d'outil (aucun n'est d'ailleurs nécessaire pour le montage, démontage ou réglage de l'engin). Le fond de la caisse s'enlève via une seule vis, il est en polystyrène extrudé recouvert de 2 couches de carbone et 1 de fibre de verre et accueille un ventilo silencieux alimenté par une pile rechargeable de 9V. Les angles de ce fond de caisse ont été évidés puis renforcés à la choucroute carbone afin d'y fixer des patins d'appui. Ces patins supportent le poids de la caisse lorsqu'elle repose dans la base (lors du rangement). Les poignées alcôves sont imprimées en PETG et fixées à la ceinture par des rivets. Poids de la caisse primaire avec fond et couvercle, sans le miroir : 6kg500g. Le miroir pèse 10,7kg. Le couvercle est également en poly extrudé, 2 couches de verre et 4 de carbone pour être bien rigide (car le miroir n'est pas loin en dessous). On voit aussi les inserts qui reçoivent les tiges/boutons inox de ø10mm permettant la fixation des tourillons. Ces inserts sont fixés dans le cadre du barillet et prennent les parois de la caisse en sandwich. Hauteur totale de la caisse : 12cm. Les tourillons sont surdimensionnés pour assurer un bon équilibrage lors du passage de l'observation mono à bino sans ajout de contrepoids. Des accroches ont toutefois été prévues dans la structure de la caisse (masquées sous des caches amovibles) au cas où je me serai planté dans le calcul du centre de gravité. Je n'ai pas eu à m'en servir : en mono avec paracorr et un oculaire léger en 31,75 ca ne bascule pas vers l'arrière, en bino + 2 pano 24 ca ne bascule pas vers l'avant. Ouf ! Il y a encore de la marge pour ajouter un viseur digne de ce nom car le point rouge actuel est une grosse daube Les tourillons font 26mm d'épaisseur et sont composés de poly et de 14 couches de composites par unité pour un poids de 440g chacun. Un des deux a des butées imprimées en PETG pour bloquer le mouvement (j'ai laissé quelques degrés de liberté pour le pointage au zénith). Le rocker, toujours la même recette, poly + couches carbone et verre + carbone pour le dessous. Les glissements se font sur patins téflons, une protection vinyle est découpée pour protéger les zones qui peuvent frotter avec la caisse primaire une fois celle-ci posée à l'intérieur. La base est en multiplis marine recouverte d'un gel coat maison, puis peinture et vernis. La rotation se fait sur patins téflons/ebony star autour d'un axe en cuivre équipé de rondelles téflon. La tension est réglable via une vis pour assurer des mouvements doux. Les 3 patins qui reposent au sol sont en époxy lourdement chargé de 3 ou 4mm d'épaisseur (à mon avis, inusables). L'ensemble pèse 3kg800, avec le recul j'aurai pu gagner au moins 1kg sur la base. Vue de dos, la plaque arrière se retire grâce au bouton situé sous le ventilo. N'ayant pas constaté de flexions, je n'ai pas ajouté de triangulation pour relier l'extrémité des tourillons à la caisse primaire.Pour finir, une petite animation du montage, qui prend moins de 5 min. Je me rend compte que j'ai oublié de monter la jupe basse pour les photos, bon c'est une jupe quoi Bye, et bon ciel ![Ce message a été modifié par Dabrand (Édité le 20-12-2016).]
  14. Dobson 400 léger et compact

    Yannick, Non désolé je n'ai pas pris d'images de ces étapes. Pour le maintien des pièces il a fallu construire un moule en bois qui enveloppe à peu près les 2/3 de la hauteur de la couronne pour empêcher le retrait. J'ai recouvert l'intérieur de tissu d'arrachage (mais pas du peel ply comme toi si je vois bien sur ton image, sinon il aurait été impossible de décoller la pièce). Puis j'ai posé les peaux en laissant de quoi recouvrir le dernier tiers hors moule avant d'insérer la couronne 3d. Si c'était à refaire je ferai un moule directement en fibre de verre, en 2 pièces pour presser la strat et éviter une grosse partie du poncage fastidieux après démoulage. C'est quoi ta bâche à vide jaune, une réutilisable ?[Ce message a été modifié par Dabrand (Édité le 10-12-2016).]
  15. Dobson 400 léger et compact

    Eric, José, merci Si ça peut servir à d'autres c'est tant mieux, mais il y a sûrement d'autres manières d'aborder la chose, expérimenter pour trouver sa solution je crois que c'est le meilleur en fait (à part d'observer avec à la fin, bien entendu Cédric, ben plus gros c'est pas vraiment le but en fait, enfin pas tout de suite. Pour l'instant je pense plus à un scope "sac à dos" qui m'accompagnera en rando. Du coup probablement moins que 400, car déjà un primaire de 12kg sur le dos.. Christophe, alors pour le traitement de l'abs on peut aussi faire sans mais c'est un pari risqué (décollement à cause de chocs thermiques répétés). Pour une bonne cohésion avec l'époxy je commence par lisser les pièces aux vapeurs d'acétone pour bien fermer les pores de l'impression, puis poncage (du 180 au 400 en fonction des pièces) et enfin oxydation à la flamme par des passages rapides au chalumeau (gare aux cloisons ABS fines . Un ABS blanc aide à voir ce que l'on fait. Attention aussi aux compositions des filaments, c'est un peu la jungle, il y a souvent des mélanges avec un peu de polycarbonate, parfois du nylon.. qui ne font pas bon ménage avec l'époxy. Certains polymères réagissent très mal et sont fragilisés rapidement. Par contre les "mauvaises" propriétés de certains plastiques peuvent être mises à profit pour réaliser des moules faciles à retirer sur des formes complexes..Merci Maire, vos réalisations au look steampunk - si je peux me permettre - valent le détour J'avoue avoir utilisé l'impression 3d pour d'autres petites choses sur le bas, je file traiter les photos pour vous montrer tout ça.