Sign in to follow this  
roland

Meade LPI et logiciel

Recommended Posts

Bonjour,
J'ai acheté un lx200gps et le meade LPI+Autostar est inclus avec le télescope. J'ai installé le soft et concernant l'acquisition d'images que je n'ai pas pu tester encore sur une cible astro.
Ce soft d'acquisition semble intéressant, du moins sur le papier...
J'ai pas mal fait d'imagerie planétaire avec mon ancien lx200 et une toucam, je ne sais pas si le lpi+soft est plus performant .
Est-ce que le compositage automatique est performant ?
Par ailleurs choisissant l'option de sauvegarder toutes les images, je n'ai pas trouvé le moyen d'en avoir plus que 1 à 2 par seconde (le temps d'exposition était pourtant court). Il n'y a pas moyen de sauvegarder 10 à 20 images par secondes comme sur quickfocus(qui est par ailleurs paramétrable) ?

Merci de vos réponses.

Roland

Share this post


Link to post
Share on other sites
Publicité
En vous inscrivant sur Astrosurf,
ce type d'annonce ne sera plus affiché.
Astronomie solaire : la bible est arrivée !
400 pages, plus de 800 illustrations !
Les commandes sont ouvertes sur www.astronomiesolaire.com
Alors personne pour répondre, personne n'a la LPI ?

Moi qui voulait peut etre faire cet investissement, je me pose des questions.

Allez merci de répondre à ce post de Roland

Share this post


Link to post
Share on other sites
meuh si il y en a qu'il l'ont... Mais on ne s'en vante pas, c'est trop facile de faire du planétaire avec ça..
Je blague, moi qui n'avait jamais fait de webcam, j'avais un peu peur des traitements sous iris. Le pratique avec lpi c'est qu'on a des resultats tout de suite, sans se casser la tête, tous les traitements sont automatisés. Le logiciel est transparent, et vous dit combien de photos sont compositées et combien sont rejetées (à cause de la turbulence). On peut de toutes façons garder toutes les photos prises par la webcam si on tient vraiment a faire les traitements soi même.
En ciel profond, je suis moins définitif. Il y a beaucoup de bruit sur le capteur, et même si le dark est automatisé (lui aussi, comme sous astrosnap) les résultats ne sont pas terribles. j'avoue que j'ai la chance d'avoir un reflex numérique, et evidemment, il n'y a pas photo (!)
des exemples de mes premiers essais sur http://groups.yahoo.com/group/LXD75telescopes/
dans l'onglet photos, dossier eric97417, mais je crois qu'il faut s'inscrire sur le groupe pour les voir.

E.

Share this post


Link to post
Share on other sites
salut a vous tous ,
je suis dans le meme cas sauf que moi je n'ai jamais fait d'imagerie que du visuelle et maintenant que j'ai un lx200gps + lpi je veux me lancer... mais probleme logiciel en anglais et j'y comprend rien...quelqu'un peux m'aider... existe t 'il un site web qui explique comment fonctionne le logiciel?
merci d'avance pour les reponses!

Share this post


Link to post
Share on other sites
Salut,
heureusement pour nous, nos importateurs font leur boulot et une traduction du mode d'emploi existe sur le site de l'astronome à la rubrique LPI
@+ al

Share this post


Link to post
Share on other sites
Résumé sur l'utilisation de la LPI Meade

Capteur : CMOS Hynis Semiconductor Inc. HV7131E1 (Type 1/3")
Taille image : Diagonale 6.5 mm, 5.18 mm x 3.90 mm
Nb de pixels effectifs 644 (H) x 484(V) 310K pixels
Nb total de pixels : 648(H) x 488(V)
Taille des pixels : 8.0micron x 8.0 micron
Résolution max : 640 x 480
Durées de pose : 1/1000 s - 16 s

Pas de compression : RGB24
Taux maxi de trames : 3 trames par seconde.
Qualité d'image
Excellente : bruit faible si les paramètres d'acquisition sont bien réglés et surtout pas d'artifacts visibles, ce qui permet ensuite des traitements d'image poussés (rehaussement des contrastes, etc...)
Ceci est du à l'absence de compression

Sensibilité
Comparée à la Philips ToUcam Pro (modèle PCVC740K) la sensibilité est beaucoup plus faible.
En installant une LPI à la place de la ToUcam sur un télescope, on constate qu'il faut des poses 4 fois plus longues, bien que le champs soit plus grand de 50%, soit le double en surface.
Ainsi, pour des photos au foyer, les temps de pose seront 4 fois plus longs et pour des images planétaires, des images avec une planète à taille égale demanderont des poses 8 fois plus longues.

Typiquement, pour le planétaire, avec un 200mm et un rapport F/D de 18, les temps de pose sur Saturne conseillés par le logiciel se situent autour de 0.36 s
Les effets de la turbulence pour ce temps de pose ne sont plus négligeables.
Si on réduit les temps de pose, en augmentant la luminosité, on obtient des images bruitées.
Celles ci seront tout à fait exploitables : la composition d'un grand nombre d'images permettant de supprimer le bruit, mais les outils de mise au point automatique (Magic Eye de Meade) comme les algorithmes de sélection des meilleures images marcheront mal et il sera nécessaire d'effectuer un tri manuel des meilleurs images.

Par ailleurs, la cadence faible d'acquisition ne facilite pas la mise au point.
Celle ci est assez difficile dans un site moyen et conditions de turbulence moyennes.
Compte tenu des temps de pose assez longs nécessités par la faible sensibilité et qui vont donc donner des images assez flou avec la turbulence, de la faible cadence d'acquisition (en pratique 2.5 images à la seconde) et du retard d'affichage (de 1 à 2 trames) la mise au point n'est pas simple.
Elle devient encore plus difficile avec un PC peu puissant. Par exemple, un Pentium à 350 Mhz, avec USB 1 ne permet des acquisitions qu'à la cadence d'une image toutes les 2 secondes.

En ciel profond, la faible sensibilité conduit à des résultats variables suivant les objets.
Le critère n'est pas la magnitude ni la luminosité surfacique globale, mais la luminosité surfacique des détails des objets.

Exemple d'objet très facile : La nébuleuse d'Orion (évidemment !)
Exemples d'objets faciles : M13, M57, M82
Exemples d'objets plus difficiles: M51
Exemples d'objets très difficiles : M27, M81

Ce classement peut surprendre. Par exemple, obtenir une image présentable de M27 est difficile avec la LPI Meade alors que cette nébuleuse est parfaitement visible à l'oculaire et que sa magnitude est faible.
En fait, M27 est rès étendue et possède des étoiles brillantes. Si on examine la luminosité surfacique des détails, tels que le second lobe du "trognon de pomme" et surtout les anses, on s'aperçoit qu'elle est très faible.
En pratique, M27 n'est pas visible sur l'écran du PC, même avec le temps de pose maximal de 16 secondes et la luminosité au maximum. Il faut donc se repérer sur les étoiles environnantes pour centrer l'objet sur le capteur.
L'addition d'une dizaine d'images acquises à 16 secondes permet de reconnaître l'objet.
Mais l'addition de 300 images ne permet toujours pas de faire ressortir les anses, bien que cela corresponde à une acquisition de 1H 20mn.
Il faut noter que les acquisitions de M27 se font en été, les nuits sont chaudes et le bruit du capteur est plus important (il est en gros multiplié par 2 pour chaque augmentation de la température de 7 degrés C)
De même M81 est difficile si on veut faire apparaître les bras de la galaxie.
On voit très bien sur chaque image brute le noyau de la galaxie mais il faut 200 poses de 16 secondes pour deviner un des bras au milieu du bruit et il faudrait compter 1000 à 2000 poses pour avoir une image présentable de M81.
Par contre M82, bien que globalement plus faible que M81, possède des détails très lumineux et apparaît presque présentable sur une seule pose de 16 secondes, surtout lorsque l'acquisition est effectuée par une nuit froide d'hiver.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Exemple d'image du ciel profond (M13) avec la LPI Meade
Cette image est très largement perfectible !
On peut espérer un rapport signal / bruit près de 10 fois meilleur.

Share this post


Link to post
Share on other sites
hello,

Jolie image.. bravo.

Pour les personnes intéressées j'ai une LPI NEUVE à vendre... alors avis aux amateurs....

Bonne journée

Phil
beruberu@freesurf.ch

Share this post


Link to post
Share on other sites
JM2 !
Quel pied de te lire. Je reconnais là toutes les qualités d'un utilisateur qui a beaucoup souffert, mais qui s'en est visiblement bien sorti !
Je fais mes premiers pas avec la LPI et je m'y retrouve parfaitement dans ton descriptif.
C'est vrai que la mise au point est vraiment galère et qu'elle prend beaucoup de temps ! Et heureusement que j'ai fait l'achat d'un PO hélicôïdal, j'ai ainsi éliminé le shiffting !
Si tu as des conseils à nous prodiguer, merci d'avance, je suis preneur.
Pour le moment, je me suis reisqué en lunaire (ça va), sur mars (en plus dans des conditions difficile, il y a 3 semaine à 20° de l'horizon), jupiter (en juin, y'a mieux, mais c'est pas mal). Question ciel profond, j'ai tenté Uranus et je trouve les résultats encourageant.
Merci de tes bon conseils, continue !
al

Share this post


Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
Sign in to follow this