Ledoux Philippe

Member
  • Content count

    160
  • Joined

  • Last visited

  • Country

    France

Community Reputation

63 Neutral

About Ledoux Philippe

  • Rank
    Member

Personal Information

  • Hobbies
    astronomie
  • Adress
    Toussaint 76400
  1. 11 satellites le 20 décembre.

    pour ma part, je suis allé à Eletôt prêter ma ZWO 224MC à un copain du club qui voulait tâter de la grande conjonction avec son nexstar5 et comparer les résultat de la ZWO avec ceux de son APN. Sans atteindre la qualité des images vues sur ce forum, le résultat est assez satisfaisant avec peu de bougés dûs aux rafales de vent. Ma réflexion était la suivante : le sémaphore et la ferme de la chapelle qui était juste derrière vous, c'était plutôt intéressant pour de la photo paysagère, avec la vue sur le port et les falaises comme premier plan. Mais pour monter en résolution, j'avais estimé qu'il valait mieux éviter les coups de vent de la falaise et se replier à l'intérieur des terres. Avec les focales que tu as employées, je pense que tu as eu la chance d'imager pile poil au moment de l'inversion vent de terre/vent de mer. Et, finalement, tu as eu raison. Il y a des jours comme çà où la chance sourit aux audacieux : on a déjà eu la chance que la marée qui redescendait à partir de 15 h 30 ramène un peu plus au sud les nuages qui étaient en train d'envahir la Manche. Ce phénomène a été heureux pour les habitants du 76. Sans doute moins pour celles et ceux du 14 et du 27
  2. 11 satellites le 20 décembre.

    tu n'as pas été trop gêné par le vent, depuis le sémaphore de Fécamp ? Pour ma part, j'avais opté pour un repli un peu plus à l'intérieur des terres, sur le terrain de foot d'Eletôt, un patelin situé juste au nord de Fécamp, où il y a généralement moins de zéph' que perché en haut des falaises face à la mer
  3. 11 satellites le 20 décembre.

    pssttt, le Cap Fagnet et Fécamp, c'est dans le 76, pas dans le 14
  4. coucher de Lune, Jupiter et Saturne sur la mer

    merci de vos mercis. Effectivement, le rayon vert était de la partie.............. mais ce cochon-là m'en a fait bavé car son faisceau m'arrivait en pleine poire tous les secondes et il m'a fallu avoir bien de la souplesse dans le poignet pour faire de l'occultation manuelle avec mon petit carton noir à chaque fois que le pinceau lumineux du phare m'arrivait dessus...
  5. une autre photo, également du 17 décembre, mais prise un peu plus tard, depuis les digues du port de Fécamp. Avec un objectif Canon pourrave de 31 mm de focale, à 800 iso. Au loin, le petit village de pêcheurs d'Yport et sa falaise. Toujours la même configuration, avec le vieil APN Canon 350D et la monture de voyage Polarie Vixen
  6. Juju, tutu et Lulu

    Bonjour, Il m'a semblé plein de sens de photographier la grande conjonction en choisissant comme premier plan la statue de la vierge ornant la chapelle Notre Dame du Salut qui surplombe le port de Fécamp. Une manière de rappeler, en cette période de Noël, que l'étoile qui mena en l'an -7 avant JC les rois mages à Bethléem aurait pu être une conjonction Jupiter-Saturne analogue à celle que nous connaissons actuellement. Une hypothèse parmi d'autres, mais qui ne manque cependant pas d'arguments astronomiques comment en témoigne l'interview ci-dessous d'un historien, que j'ai pêchée je ne sais plus quand, sur vaticannews. astronamicalement Philippe (pour la photo : compositage HDR à 800 ISO avec objectif 55 mm sur APN 350D et monture équatoriale de voyage Polarie Vixen) Que sait-on de ces mages venus d’Orient ? L’étoile qu’ils auraient suivie n’est-elle qu’un détail inventé pour enjoliver le récit ou bien s’agit-il d’un phénomène astronomique crédible dont d’autres sources auraient gardé la trace? Un texte seulement dans le Nouveau Testament parle de la venue des mages, l’Évangile selon Saint Matthieu. À noter toutefois que le Talmud de Babylone, qui date des environs du VIe siècle mais regroupe des traditions très anciennes, évoque l’arrivée dans les derniers temps du règne d’Hérode de «gentils» qui se seraient rendus à Jérusalem afin de voir se lever "l’étoile de Jacob". Tertullien, un auteur chrétien du début du IIIe siècle – s’inspirant du psaume 72 parlant des «rois de Tarcis et des îles» et des «rois de Séba et de Saba» venus apporter des offrandes au Messie –, en fit des rois, originaires symboliquement des trois continents connus, l’Europe, l’Asie et l’Afrique. C’est seulement dans un texte du VIe ou VIIe siècle, "Les extraits latins d’un Barbare" (Excerpta Latina Barbari), qu’il est question de Melchior, Gaspard et Balthazar. L’histoire des mages en fait est liée à celle de l’étoile. Plusieurs hypothèses ont été émises à ce sujet. Il a été question de la comète de Halley ou d’une supernova : de mauvais présages dans l’esprit du temps, donc à écarter. Plus intéressante est la découverte au XVIIe siècle par le célèbre astronome Kepler d’une conjonction entre Jupiter et Saturne dans la constellation des Poissons, qui se produisit à trois reprises en l’an - 7. Au XVIe siècle, un rabbin portugais, Isaac Abravanel, avait annoncé que le Messie naîtrait lorsqu’une telle conjonction apparaîtrait. En effet, Jupiter était chez les Juifs le symbole de la Royauté, Saturne celui d’Israël, et la constellation des Poissons (autrefois appelée les Queues) celui des "Pays de la Mer", Palestine et Syrie. Au début du XXe siècle, l’archéologue allemand Schnabel trouva de nombreuses tablettes cunéiformes sur le site de l’ancienne cité de Sippar en Mésopotamie, à 32 kilomètres au sud de Bagdad, un des observatoires les plus réputés de l’époque. Or, sur l’une d’elles figure une éphéméride confirmant l’apparition de cette conjonction à trois reprises lors de l’année 7 avant notre ère. Grâce aux calculs scientifiques on a pu en déterminer les dates précises. La conjonction fut visible entre le 29 mai et le 8 juin, puis une nouvelle fois entre le 26 septembre et le 3 octobre, une date très importante que ce 3 octobre puisqu’on y célèbre Kippour, la grande fête juive du pardon. Ceci permet de supposer que des mages juifs de la diaspora qui étaient restés à Sippar ont pu avoir le désir, s’appuyant sur la tradition juive de l’étoile du devin Balaam, que cette conjonction annonçait la naissance du Messie. Ils se seraient mis en route à ce moment-là, arrivant à Jérusalem à la fin de novembre ou au début de décembre, à temps pour assister, conformément au texte de Matthieu, à la réapparition de l’étoile entre le 5 et le 15 décembre. Or, à cet instant, "l’astre apparent" était parfaitement visible en direction du sud, suivant exactement la marche des mages qui se rendaient de Jérusalem à Bethléem. Hypothèse assurément, mais suffisamment troublante pour laisser penser que nous ne sommes pas en présence d’une légende
  7. falaises again

    A la base, j'aime bien les falaises de la côte normande. J'aime bien également les couleurs toujours changeantes du ciel dans cette région de France. Alors, bon, quand il y a de surcroît une comète qui passe, je ne crache pas dessus...................................
  8. falaises again

    j'ai remis les couverts pour la comète Neowise mais cette fois depuis la valleuse de Grainval, suspendue à flanc de falaise, et qui offrait une belle perspective en direction du port de Fécamp. Ce 13 juillet, l'éclat de la comète commençait à baisser un tantinet mais aux jumelles 12 x 50 mm, sa queue dans les lueurs de l'aube faisait encore plus de 3,5° de longueur. poses unitaires de 30 secondes à f/1,6, 1600 ISO, avec un objectif Sigma à 45 mm sur boîtier Canon 350D à manivelle. Un coup de smartphone en mode lampe torche pour éclairer la paroi de la falaise du 1er plan. Exposition totale : 6,5 mn traitement : bigntz habituel avec darks, flats, offsets, et tutti quanti sous Deep Sky Stacker, ajustement des courbes, niveaux avec une version Totoshop CS2 presque aussi âgée que le Canon 350 D boujoux bien les gens
  9. la comète, le port et les falaises de Fécamp

    merci à tous pour Astrogatel : il y a eu juste un coup de flash sur les galets en fin de pose mais rien de tel pour les falaises. La pollution lumineuse émise par le port de Fécamp a suffi largement...........
  10. reprise des photos, sans compression jpg outrancière, de la belle Neowise vue depuis Yport, petit port de la côte d'albâtre juste à côté de Fécamp, en Normandie photo Laurent Critot / ASCT-astronomie Nikon D750 objectif Sigma ART à 24 mm, f/2.8 pose de 10 secondes à 800 iso
  11. comète à la plage

    bonjour et merci à tous (+ un bonus perso pour Christian). Oui, pour la deuxième photo la compression jpeg a fait des dégâts : j'ai demandé à mon acolyte de me faire parvenir ses brutes car son envoi avec whatsapp a salement ratiboisé les étoiles sinon, je me suis essayé à faire aussi un plan rapproché de l'héroïne du moment au moyen d'un vieux canon 350D bien déglinguo, placé au foyer d'une Taka FS-60. Ce n'est pas trop mal mais je n 'ai pas les 2 queues. Faut dire que sans suivi, avec des poses unitaires de 2 secondes à 1600 iso, çà faisait un peu juste au niveau du rapport signal-bruit. Bref c'est correct mais rien à voir avec les petites merveilles que je vois passer sur le forum
  12. comète à la plage

    Avec une comète basse sur l'horizon, il y a toujours moyen de trouver un premier plan sympa comme écrin pour ce petit bijou céleste
  13. comète à la plage

    Je vous envoie une photo de la comète Neowise réalisée par Laurent Critot, un des amis du club d'astronomie de Toussaint, depuis la plage d'Yport en Normandie. Le port de Fécamp est facile à identifier au fond de la baie : c'est la grosse bulle de pollution lumineuse. Depuis 17P/Holmes, j'attendais un joli moment cométaire comme celui-ci. Cà tombe un long week-end et en plus, il fait beau. Rien que du bonheur !
  14. abaques diamètre / temps de pose

    Tes arguments emportent l'adhésion. Merci à toi, Bernard. Je vais donc attendre mes 90 piges pour aller me payer le télescope super grand modèle d'Auchan PS : Il y a quand même une sacrée turbulence entre les alignements de menhirs de Carnac
  15. abaques diamètre / temps de pose

    pour le F/D, j'ai potassé le critère de Nyquist-Shannon, ce qui m'a déjà permis de pré-sélectionner 4 ou 5 instruments parmi lesquels je vais arrêter mon choix. Mes interrogations portent pour l'instant sur les objets planétaires moyennement lumineux, comme Saturne. Si je suis ce que Lucien écrit, le F/D est le seul paramètre pertinent, plus que le diamètre lui-même qui n'a d'incidence que sur le pouvoir séparateur, lequel est de tout façon limité par l'aérologie qui prévaut chez moi, avec pas mal de turbulences dues au vent. J'en discutais avec un copain qui fait du ciel profond et qui me disait tourner en général à environ 3 secondes d'arc de seeing. Si je veux aller chatouiller la HR planétaire, il va me falloir par conséquent viser une résolution de l'ordre de 3 x le PS, soit 1" d'arc chez moi. Merci des réponses que vous venez de faire et qui me permettent de conforter un choix que j'espère à peu près rationnel et subséquemment pas trop con-con-la-lune