PascalD

Membre
  • Compteur de contenus

    4 499
  • Inscription

  • Dernière visite

  • Pays

    France

Réputation sur la communauté

338 Très bonne réputation

À propos de PascalD

  • Rang
    Membre très actif
  1. C'est un précis de tetracapillotomie, ce bouquin ? à moins que ça ne concerne le franchissement des portes ouvertes? Avant demain c'est aujourd'hui, pas besoin d'écrire un livre pour dire ça je sors.
  2. Vastes questions que tu soulèves là Alain... Je me garderai bien d'essayer d'y répondre. Il ne faut cependant pas perdre de vue, comme le rappelle Aurélien Barrau, que nos merveilleuses théories qui marchent si bien (trop bien?), la RG d'une part et la QFT d'autre part, sont: 1) fausses à haute énergie : la RG prédit son propre effondrement de part la présence de singularités bien connues, quant à la QFT mieux vaut passer sous silence les bidouilles effectuées pour lui faire cracher des valeurs numériques de section efficace autres que l' infini (Note pour les physiciens du forum qui font des bonds sur leur chaise: je caricature, hein). 2) pas obligatoirement unifiable. Après tout comme le dit AB, rien ne prouve que la Nature soit ontologiquement mathématique, si ça se trouve il n'est pas possible de construire mathématiquement des approximations meilleures que les actuelles
  3. Bah, en mécanique quantique l'espace de Hilbert dans lequel s'exprime l'état du système étudié est de dimension infinie, alors 26 dimensions, c'est petit bras . D'autre part, faire de la géométrie intuitive en dimension supérieure à 2 est déjà difficile, alors en dimension 4 ou 26, ça change pas grand chose Les unités de planck viennent de l' analyse dimensionnelle: en combinant les constantes des différentes lois fondamentales qui régissent notre vallée locale du paysage cordiste (constante de planck h, vtesse de la lumière c, constante gravitationnelle G). ça donne des valeurs "naturelles" des différentes unités de mesure, valeurs pour lesquelles en gros toutes les intéractions fondamentales sont du même ordre de grandeur. Et donc, pour lesquelles les théories actuelles sont à peu près garanties d'être fausses, vu qu'aucune ne sait décrire l' ensemble des intéractions fondamentales. Bien sur il est extrêmement probable que les théories actuelles soient fausses bien avant d'arriver aux unités de Planck.
  4. Parce que le "string" de string theory désigne une analogie de corde vibrante, pas d'une ficelle ni d'une file (ni d'un collier, bref, tu vois l'idée).
  5. Oui, pour une fois il reste intelligible par le youtoubeurre moyen. ça nous change de l' inchoatif (qu'il porte long et aime couper en 4) de l' ineffable...
  6. Conférence de presse de l'ESO (26 juillet)

    La différence c'est qu'ici on a une mesure spectroscopique de l' étoile qui passe au plus près du trou noir, suffisamment précise pour repérer un effet de la relativité générale. La lumière émise par l' étoile est décalée vers le rouge d'une infime quantité par le champ de gravitation du trou noir (et pas uniquement par effet Doppler classique et RR). Le bazar mis en place sur le VLT a été capable d'observer ça. Déjà d'un point de vue astrométrie l'observation du VLT est 100 fois plus précise que les observations antérieures: ce qui permet de suivre la trajectoire de l' étoile d'un jour à l'autre, alors que les observations précédentes devaient attendre un mois pour détecter quelque chose. Mais en plus les mesures sont assez précises pour repérer directement une déviation par rapport à une trajectoire purement newtonnienne: Cette déviation par rapport à une trajectoire classique est mise en évidence dans la courbe suivante (la ligne horizontale corresponds à une trajectoire purement newtonnienne, la courbe en trait continu est la prédiction de trajectoire avec les corrections RG+RR, les petits cercles avec barre d'erreur sont les valeurs mesurées par l' ESO): Les citations sont extraites de https://arxiv.org/pdf/1807.09409.pdf
  7. Conférence de presse de l'ESO (26 juillet)

    Ben non, voir le post de Jack page 1, qui détaille l'annonce et pointe vers la page de l' ESO qui explique tout.
  8. C'est pas assez pour voir 2 lunes, ou la pleine lune à côté du Soleil. Le minimum du minimum c'est à jeun après un 'tiponch tirage maison 70°. A consommer avec modération, quand même, surtout s'il fait chaud.
  9. Sauvons la nuit

    Hum, j'ai comme un doute, vu l' état de la Chine et de l'Inde question environnement. Par contre, écalairer n'importe comment n'est peut-être pas dans leur culture. Mais balancer les ordures et déchets industriels direct dans les fleuves, cramer du charbon jusqu' à ce que l'air devienne irrespirable (New Dehli, Beijing), ils savent faire. Avec un peu d'effort de recherche, sur ce sujet on doit pouvoir généraliser à la majorité du territoire, je pense.
  10. La compétition scientifique dans le monde

    Ah, Elsevier ... https://gowers.wordpress.com/2012/01/21/elsevier-my-part-in-its-downfall/ Autant on pouvait comprendre l' intérêt de ces revues avant l'existence du web, autant depuis les années 90 on se demande pourquoi elles existent encore. D'autant plus que le mythe "oui mais et la revue par les pairs garantit la qualité" est quand même très discutable. Et que rien n'empêche les pairs de contester des papiers publics qui seraient (à tord) cités un max de fois alors que le contenu serait ultra discutable, en publiant un contre-papier ("On blah blah blah") Bref certains éditeurs abusent des mythes.
  11. C'est vrai que ça ressemble à du A.C. Clarke ce truc. Sauf qu'évidemment, on a pas été foutu d'aller l'inspecter de visu...
  12. Demain devrait être un grand jour...

    Bah, si tu as planté les arbres à latte au début c'est pas si long que ça, faut bien qu'ils poussent ...
  13. 286 bah ! Ptit jeune. 8086 rulez
  14. En tout cas c'est un truc qui devrait plaire à ChiCyg alias "GTV" s'il nous lisait encore: le papier suggère un Univers (dit "de Milne") dont la métrique est confomément plate. C'est un papier de cosmologie, qui détaille donc les différents tests cosmologiques (supernovae, abondances, pic d'oscillations acoustiques du CMB,...) mais rien n'est dit sur les structures plus petites (superamas, amas, galaxies). J'irais jusqu'à dire que le papier prédit que la matière noire cosmologique (i.e. l' antimatière, dans ce contexte) n'est pas la même que la matière noire des amas de galaxies et des galaxies puisque selon le papier les deux composantes (matière-antimatière) se séparent et cessent d'intéragir aux alentours de z=10000.
  15. Bon, l'article sur le site du CNRS étant dépourvu de détails car trop généraliste, ça serait mieux de discuter sur l' article qui en est à l' origine. On dirait que c'est celui-là: https://arxiv.org/pdf/0903.2446.pdf