jackbauer

Membre
  • Compteur de contenus

    200
  • Inscription

  • Dernière visite

Réputation sur la communauté

5 Neutre

À propos de jackbauer

  • Rang
    Membre actif
  1. Cassini, le spectacle continue ...

    In memoriam Cassini-Huygens, 1997-2017 Des images de folie et de la science plein la tête… 20 ans de ma vie ! Un immense coup de chapeau à tous ceux et toutes celles qui ont bossé sur la mission, une des plus réussies de toute l’histoire de la conquête spatiale.
  2. Cassini, le spectacle continue ...

    arf... Mais justement Galileo a été balancé sur Jupiter en fin de mission, pour les mêmes raisons !! (je me rattrape là !!)
  3. Cassini, le spectacle continue ...

    Il y a quelque temps Pierre Barthélémy (Le Monde) répondait à la question concernant Huygens ; Voici sa réponse : http://passeurdesciences.blog.lemonde.fr/2017/01/04/dernieres-valses-autour-de-saturne-pour-la-sonde-cassini/ "...si je me souviens bien, l’atterrisseur avait tout de même subi une décontamination de niveau II (pas très poussée mais pas nulle non plus). Or d’après ce que l’on sait aujourd’hui sur Encelade et sur la possibilité que ce satellite abrite des formes de vie, il faudrait une décontamination de niveau III ou IV selon la classification du Cospar, ce qui peut impliquer une stérilisation complète du vaisseau. Ce n’est donc pas que de la com’, il y a réellement le désir que Cassini ne contamine pas Encelade. Et si l’on renvoyait une sonde sur Titan, d’après ce que l’on sait aujourd’hui, il est probable que la décontamination serait plus poussée..." Rédigé par : Pierre Barthélémy | le 4 janvier 2017   Recommandations du COSPAR pour l‘exploration du système solaire : https://fr.wikipedia.org/wiki/Protection_plan%C3%A9taire A cela s’ajoute la question du plutonium… Certes les quelques kilos à bord de Cassini ne vont pas détruire une (très très) hypothétique vie enceladienne ou titaniènne, mais une polémique soulevée par des groupes écologistes n’est pas à écarter (on se souvient que le justice américaine avait été saisie pour empêcher le décollage de la fusée emportant la mission, les plaignants invoquant les risques d’explosion au décollage) Les photos brutes du dernier survol de Titan sont en ligne, en voice une (pas de format plus grand hélas) :
  4. Cassini, le spectacle continue ...

    Plus que 4 jours avant le suicide de la sonde… Profitons encore de quelques images magnifiques, prises les 7 et 8 septembre (Sur la dernière, est-ce Atlas ou Pan ?)
  5. New Horizons - Pluton, nous voilà !

    https://www.nasa.gov/feature/pluto-features-given-first-official-names Les 14 premiers noms rendus officiels par l’International Astronomical Union (IAU) sur proposition de l’équipe de New Horizons : Tombaugh Regio honors Clyde Tombaugh (1906–1997), the U.S. astronomer who discovered Pluto in 1930 from Lowell Observatory in Arizona. Burney crater honors Venetia Burney (1918-2009), who as an 11-year-old schoolgirl suggested the name "Pluto" for Clyde Tombaugh’s newly discovered planet. Later in life she taught mathematics and economics. Sputnik Planitia is a large plain named for Sputnik 1, the first space satellite, launched by the Soviet Union in 1957. Tenzing Montes and Hillary Montes are mountain ranges honoring Tenzing Norgay (1914–1986) and Sir Edmund Hillary (1919–2008), the Indian/Nepali Sherpa and New Zealand mountaineer were the first to reach the summit of Mount Everest and return safely. Al-Idrisi Montes honors Ash-Sharif al-Idrisi (1100–1165/66), a noted Arab mapmaker and geographer whose landmark work of medieval geography is sometimes translated as "The Pleasure of Him Who Longs to Cross the Horizons.” Djanggawul Fossae defines a network of long, narrow depressions named for the Djanggawuls, three ancestral beings in indigenous Australian mythology who traveled between the island of the dead and Australia, creating the landscape and filling it with vegetation. Sleipnir Fossa is named for the powerful, eight-legged horse of Norse mythology that carried the god Odin into the underworld. Virgil Fossae honors Virgil, one of the greatest Roman poets and Dante's fictional guide through hell and purgatory in the Divine Comedy. Adlivun Cavus is a deep depression named for Adlivun, the underworld in Inuit mythology. Hayabusa Terra is a large land mass saluting the Japanese spacecraft and mission (2003-2010) that performed the first asteroid sample return. Voyager Terra honors the pair of NASA spacecraft, launched in 1977, that performed the first "grand tour" of all four giant planets. The Voyager spacecraft are now probing the boundary between the Sun and interstellar space. Tartarus Dorsa is a ridge named for Tartarus, the deepest, darkest pit of the underworld in Greek mythology. Elliot crater recognizes James Elliot (1943-2011), an MIT researcher who pioneered the use of stellar occultations to study the solar system – leading to discoveries such as the rings of Uranus and the first detection of Pluto's thin atmosphere
  6. La 1ère moisson de nouvelles planètes nous est promise pour le 10 decembre !!! Les nouvelles sont très encourageantes (extrait de Flashespace) :31.10.07 CoRoT : 300 jours en orbite Après 300 jours passés en orbite, le petit télescope spatial du CNES CoRoT se porte bien. Il vient d'achever sa première longue séquence d'observations (150 jours) vers le centre galactique et s'est retourné vers l'anti-centre, afin de tourner le dos au soleil, le 15 octobre. Après les opérations de pointage fin réalisées depuis le centre de Toulouse, il a entamé sa deuxième longue séquence d'observations le 23 octobre. Celle-ci devrait se poursuivre jusqu'en mars prochain. Le 10 décembre, les scientifiques du projet CoRoT réunissent au siège du CNES leurs homologues co-associés pour leur présenter les résultats. On peut s'attendre à de belles annonces en perspective. En effet, depuis l'annonce de sa première exoplanète appelée Corot - Exo-1b et la détection des premières oscillations dans une étoile de type solaire, silence radio ! Activité scientifiqueEt pourtant, le satellite n'est pas resté inactif. Son bilan est remarquable. Depuis le début de sa mission, CoRoT a observé 3 régions du ciel soigneusement sélectionnées. Une zone en direction de la constellation de la Licorne (Monoceros) pendant 60 jours, suivis d'une courte période (26 jours) et d'une très longue période (150 jours) de pointages dans la direction opposée, vers la constellation de la Queue du Serpent (Serpens Cauda). On citera : - Les observations effectuées par CoRoT montrent que pratiquement toutes les étoiles observées oscillent ; - CoRoT découvre des exoplanètes selon une fréquence uniquement contrainte par la rapidité à mettre en œuvre les gros télescopes au sol chargés de confirmer chaque détection ; - Il a détecté des oscillations de type solaire dans des étoiles de type solaire à un niveau jamais atteint jusqu'à présent, à l'exception des observations de notre propre Soleil ; - Enfin, il observe toutes sortes d'activités sur une large gamme de fréquences, des oscillations multimodes à la signature de mouvements erratiques superficiels et de rotations différentielles tel que le montrent les différentes périodes de passage des tâches solaires à des latitudes différentes. CoRoT obtient des 'courbes de lumière', c'est-à-dire qu'il mesure la lumière émise par un très grand nombre d'étoiles avec une précision et sur une durée inégalées. Au cours de chaque série d'observations, plus de 12 000 courbes de lumière ont ainsi été obtenues, avec des données pratiquement ininterrompues (il y a quelques interruptions de très courtes durées consécutives à la re-orientation régulière des panneaux solaires par exemple). On peut désormais affirmer que CoRoT permettra des avancées majeures dans les deux disciplines scientifiques, enjeux majeurs de l'astronomie, auxquelles il est dédié : la recherche de planètes telluriques hors de notre système solaire et la photométrie stellaire de très grande précision pour 'voir'l'intérieur des étoiles. Rappelons que l'impact scientifique de CoRoT repose sur ses 3 principales caractéristiques de performances, jamais atteintes auparavant, et dépassant les spécifications originales : - La précision de fonctionnement du satellite, qui est définie par les lois de la physique et non par les caractéristiques de l'instrument. Ainsi, la précision des données est essentiellement limitée par le bruit photonique sur toutes les échelles de magnitude ; - La durée des observations effectuées pour une même étoile ; - la continuité de ces observations, pratiquement ininterrompues au cours de ces très longues périodes. [Ce message a été modifié par jackbauer (Édité le 31-10-2007).]
  7. couleurs des photos d hubble et autres

    hé hé hé... les images de HUBBLE sont bien trop belles pour être "vraies" ! Les caméras de HUBBLE ne fonctionnent pas en couleur mais en noir et blanc ; chaque objet est photographié plusieurs fois à travers différents filtres pour révéler tous les détails de l'objet observé, puis l'équipe "fabrique" l'image qui sera publiée... Nos yeux ne verraient pas grand chose si on était dans l'espace à la place des caméras MAIS les images de HUBBLE sont scientifiquement EXACTES !!
  8. APOD : Jupiter

    Somptueux !!! La plus belle vue jamais prise de la planète géante (qu'on imaginait pas aussi sexy...) Sont longs à venir les résultats de NEW HORIZONS mais ça vaut le coup !!
  9. Des taches noires sur Mars

    Welcome Jumpjack !!! Je vois avec plaisir qu'il y en a qui sont encore plus dingues que nous au sujet de ces trous martiens...
  10. Cassini, le spectacle continue ...

    De quoi fêter en beauté les 10 ans de mission de cette fabuleuse aventure (CASSINI a été lancée le 15 octobre 1997 !) On peut déjà ranger le vaisseau au même plan que les deux VOYAGER pour la mission scientifique engrangée, et ce n'est pas terminé, il est toujours en pleine forme et bien parti pour durer très longtemps encore !!
  11. Eau sur Mars : retour à la raison...

    citation Serge Brunier :"Quant au Système solaire... Il m'a passionné jusqu'à ce que, catastrophe, Huygens brise le dernier fantasme : Titan"Bigre ! moi c'est plutôt le contraire ! Tu imaginais quoi ? Que les épais nuages cachaient de vastes prairies verdoyantes où crapahutaient de vastes troupeaux de vaches titaniennes ? Ces photos historiques valent mieux que tous les commentaires : [Ce message a été modifié par jackbauer (Édité le 24-09-2007).]
  12. Eau sur Mars : retour à la raison...

    Voici des arguments en faveur de l'existence d'eau liquide à la surface de Mars DE NOS JOURS, avancés par Pierre Thomas que certains d'entre vous connaissent sans doute :"La sonde Mars Global Surveyor tourne autour de Mars depuis 1997 (et arrive d'ailleurs en fin de vie). Elle a découvert des"gullies", micro-rigoles très jeunes creusées par des micro-écoulements, sur les flancs de cratères situés au hautes latitudes (...) Comment de l’eau liquide pourrait-elle avoir coulé récemment sur Mars, avec sa température moyenne de –50°C et sa pression atmosphérique égale à seulement 0,6% de la pression atmosphérique terrestre ? Sous de telles conditions, H2O ne peut exister que sous les états solide ou gaz (vapeur). Trois conditions peuvent aider à la présence d’H2O liquide. La pression lithostatique. Sur Terre, la pression lithostatique (due au poids des roches sus-jacente) est d’1 atmosphère (105 h pa) dès 3 m de profondeur. Sur Mars, à cause de la gravité plus faible, cette pression lithostatique d’1 atmosphère est atteinte vers 10 m de profondeur. Si la roche n’est pas poreuse (pas de communication avec l’extérieur), de la glace à 10 m de profondeur serait donc à une pression d’1 atmosphère, permettant sans problème l’état liquide. La température. Les flancs des cratères des hautes latitudes sont tournés vers le soleil pendant de longues heures pendant les journées martiennes. La température au sol peut très largement dépasser la température moyenne de – 50°C. Les sels. Les 2 robots Spirit et Opportunity ont trouvé que le sol martien était riche en sels (sulfates, chlorures), substances bien connues pour abaisser la température de fusion de l’eau.Si on associe ces trois considérations, on s’aperçoit qu’il n’est peut être pas très difficile d’élever la température de glace salée relativement superficielle, qui donc pourrait fondre. Si cela crée une poche d’eau, celle-ci peut crever, et de l’eau liquide va pouvoir atteindre la surface au niveau d’une dépression (un cratère) et couler vers le bas. Là, immédiatement soumise à une très faible pression, elle entrera en ébulition (à basse température) et n’aura que le temps de parcourir quelques mètres à centaines de mètres avant d’être complètement vaporisée. Ces structures de micro-ruissellement sont connues depuis quelques années, ainsi que cette interprétation. Ce qui est nouveau dans l’annonce de la Nasa, c’est que Mars Global Surveyor a décrit un de ces gullies sur une image de 2006, gullie qui n’existait pas en 1999 (...) Deux images du même endroit à 6 ans d'écart : une coulée nouvelle est visible sur la photographie de 2006. Source : NASA/JPL-Caltech/Malin Space Science Systems (...) De l’eau liquide existerait donc encore temporairement de nos jours à la surface de Mars, et sans doute pas mal de nappes phréatiques encore liquides (mais ne crevant pas et ne donnant pas de gullies).
  13. Eau sur Mars : retour à la raison...

    Je ne vois pas non plus la raison de se réjouir du fait que la planète rouge ne possède pas ou plus le précieux liquide... Parceque si c'est le cas ça ne présentera plus beaucoup d'intérêt de déployer tant de moyens pour ce désert lointain !
  14. Telescope spatial Herschel

    Il va être lancé en même temps que PLANCK, sur la même fusée Ariane... 2 projets majeurs dans un seul panier ! Si la fusée explose ce sera la plus grosse catastrophe de l'histoire de l'astronomie !
  15. A quoi sert l'astronomie ?

    D'un point de vue purement pratique, l'astronomie n'a jamais servi, pendant des milliers d'années, qu'à trouver sa route au milieu des océans et des déserts (ca qui n'est déjà pas mal...) Cette activité sert surtout aujourd'hui à tenter de comprendre pourquoi et comment nous sommes là et la place à la fois dérisoire et extraordinaire que nous occupons dans l'univers, c'est de la connaissance pure, de la "culture" et cela n'a pas fini de nous émerveiller... A ne pas confondre avec ASTROLOGIE, dont les ravages ne cesseront jamais visiblement...