Jijil

Member
  • Content count

    351
  • Joined

  • Last visited

  • Country

    France

Community Reputation

90 Neutral

About Jijil

  • Rank
    Active Member
  1. pour essais d'autoguidage 1

    Est-ce qu'on ne doit pas prendre une étoile proche du champ a photographier, de façon a tenir compte de la différence d'epaisseur d'atmosphère selon la hauteur dans le ciel?
  2. Avant l'outil spécifique et s'il n'y a pas de risque pour les coatings, le WD40, ca marche plutôt bien (mais c'est déconseillé pour ouvrir les bocaux de confiture)
  3. Encore un T400 de voyage

    Vraiment super cet instrument ! Merci beaucoup d'avoir partagé !
  4. Et ca? https://www.maison-astronomie.com/lunettes-apochromatiques-tubes-seuls/2717-lunette-fluorite-fc-100-d-tube-complet.html (mais c'est hors budget, à part peut-etre en occasion)
  5. Montage innovant d'une boussole

    et pour le niveau, on prend aussi un fil de pêche, accroché au dos de l'instrument?
  6. StellarMate

    Je vois bien ce que tu veux dire, et je le partage! Seulement... on parle de versions de développement. Sous Linux, on peut plus facilement livrer du brut de décoffrage ou en tous cas c'est historiquement admis, tandis que sous Windows, n'espère même pas demander à quelqu'un d'ouvrir un terminal et taper "run". Mais dès que quelqu'un fait un vrai package, c'est le bonheur: installation en quelques clics depuis un store, désinstallation propre, mises à jour faciles (intégrées au système), ... Pour revenir à la question des interfaces homme-machine, c'est vrai que c'est là que se situe le vrai problème, et plus généralement la différence entre un truc gratuit et un truc (vraiment) pro... Il y a bien sûr des exceptions, mais généralement, les projets libres foncent sur 2 sujets: *soit* l'interface, *soit* la fonctionnalité. L'alliance des 2 ne vient ensuite que quand le projet a du succès... Ce qui est désormais le cas de Linux, ce qui n'est désormais pas encore le cas de tous les softs *libres* (quel que soit l'OS). Bon, là dessus, on a mieux à faire
  7. StellarMate

    Faux! Je ne cherche pas à faire tourner ce fil en troll linux-windows (c'est un fil sur stellarmate et ses cousins), mais je ne peux m'empêcher de réagir... Le problème c'est que Linux est parti sur une base volontaire, et non commerciale. Les objectifs n'étaient pas la rentabilité immédiate et inonder le marché. Alors, oui, il a débarqué avec ses failles et il a fallu un long moment avant d'atteindre le niveau de finition des autres, sur le plan esthétique tout au moins. Mais sur ce qui est de la fonctionnalité, il a fait ses preuves assez rapidement. A l'heure d'aujourd'hui, énormément de gens utilisent le noyau Linux: dans tous les téléphones Android. Il est aussi dans l'immense majorité des serveurs du net. Pour ce qui est de l’interface, on ne se pose pas de question sur l'utilisation d'une tablette, qui n'est ni Windows, ni Linux. Et pourtant, on finit par l'utiliser. Pour Linux, en 2019, ce n'est plus qu'une question persistante d'a-prioris... L'interface Gnome (celle d'Ubuntu) est TRES facile, les installations/désinstallations nettement plus simples que dans Windows, etc. Le souci reste dans le matos comme les imprimantes dernier cri où les fabricants ne fournissent pas de drivers et obligent la communauté libre à se démm*rder pour faire un driver. (Ce qui conduit à certaines conclusions d'ailleurs: on change juste un numéro quelque part, et ça fait un nouveau modèle incompatible avec l'ancien) Ou aussi dans le matériel professionnel (analyseurs et autres) où les fabricants ne font du windows (parfois mac) que parce qu'ils n'ont pas envie de faire plus (et parce qu'ils n'aiment pas trop les systemes ouverts, plus enclins à grosses questions au SAV) Mais tout ça change doucement... Il y a désormais des projets (fonctionnalités) financés, un intérêt grandissant, ce qui équilibre les vitesses de développement. Linux n'est pas à la traîne derrière les autres, il est différent, et les priorités sont différentes. Combien de dizaines d'années avant d'avoir un bureau virtuel, un accès super-utilisateur limité dans Windows? Quel est l'OS qui peut garantir à son utilisateur qu'il ne contient pas de "malice" à son désavantage? Les priorités de Linux ne sont toujours pas la rentabilité immédiate et inonder le marché, mais fournir un système libre (et donc gratuit) stable, sécurisé, polyvalent et souple. Et c'est grâce à ça qu'on voit fleurir tous ces petits systèmes comme le stellarmate, la nafabox, ...
  8. StellarMate

    Je ne connais pas cette box mais: - le raspberry est officiellement universel (il ne faut pas le "rooter" ou exécuter une quelconque bidouille pour y installer un soft "non supporté") - on sait globalement ce qu'il y a dans le RPi et ce n'est pas susceptible de changer sans préavis - si tu veux un Raspberry Pi, tu en as un demain. - la communauté d'utilisateurs est vaste et quand il y a -s'il y a- un problème de surchauffe, de fiabilité, de driver, ... c'est manifesté et vite réglé. Pour le Alfawise... ? - le prix du raspberry pi n'est pas un prix plancher pour du matos chinois mais inclut également une participation à tout un projet éducatif de "relance" de l'intérêt pour la programmation. - as-tu installé un linux armbian dessus et vu ce que ca donnait? Je ne suis pas sectaire de la framboise (j'ai aussi des Orange Pi et autres. Je bidouille et merci d'ailleurs pour l'info), mais il faut aussi comparer ce qui est comparable. Je ne dénigre pas cet Alfawise dont les perfs/prix sont visiblement supérieures à celle du RPi, mais si je vendais un "package soft+hardware", je choisirais sans hésiter le RPi, pour les raisons précitées. Libre à toi -utilisateur- ensuite de tester d'autres formules, c'est de l'open-source, c'est fait pour ça. Merci pour tous ces tuyaux, c'est juste... génial
  9. Question informatique BIOS

    On l'invalide temporairement, le temps d'accepter le nouveau matériel. Je ne sais plus le détail, mais c'est du côté du "secure boot" qu'il faut regarder. Que ce soit sous windows ou linux, c'est la procédure dès qu'il faut installer quelque chose de sensible dans la configuration de la machine.
  10. Merci Alain Je me suis mal exprimé: j'ironisais sur le fait que ces 2 points sont parfaitement mesurables, objectivables. Mais couper/réduire l'éclairage nocturne, dans la tête de la plupart des gens, c'est source d'insécurité et perçu comme rétrograde... La question du coût ne s'envisage même pas, quels quel soient les chiffres. Et si c'est le cas, on fait ressurgir le perpétuel débat du "tant que les gros ne font pas d'efforts, je ne vois pas pourquoi j'en ferais". Pour ce qui me concerne, je ne suis pas fort impacté par les effets de l''éclairage routier, en tous cas beaucoup moins que les éclairages de jardin de certains voisins... (ce qui "démontre" -malheureusement- que ce débat n'est pas encore l'affaire de tous...). Chez moi, le maire et son conseil sont sensibles aux questions écologiques, et l'aspect énergétique est considéré. Donc ce n'est pas perdu, en effet. Mais je comprendrais qu'ils ne veuillent pas attaquer leur nouveau mandat avec de telles questions... Et pour ce qui est des routes nationales, là, c'est encore un autre morceau... PS: j'espère ne pas polluer le topic avec des éléments trop "personnels". (et que l'auteur de ce fil n'hésite pas à me l'exprimer si ceci dérange)
  11. Et c'est pas facile de faire changer les mentalités! C'est vraiment impressionnant! Bravo! A mon niveau, dans ma commune (un modeste village), je milite pour la réduction des éclairages nocturnes, mais je fais face à plein d'obstacles: - les gens se sentent plus en sécurité la nuit grâce à l'éclairage (les rôdeurs aussi, ce qui leur permet même d'accélérer leurs méfaits) - l'éclairage LED blanc (ou tout autre source continue) est une catastrophe pour le règne végétal, stimulé jour... et nuit... le sodium jaunâtre n'est pas du plus confortable, mais il réduit ce problème et se filtre mieux pour les astrams. - on met du led blanc dimmable en fonction du passage. Ca diffuse toujours autant, on le place toujours aussi haut, la diffusion latérale est sacrifiée au design - inutile d'aborder la question de l'énergie ou du coût de celle-ci - dans mon cas, nous avons 2 routes nationales qui passent pas loin.. et qui relèvent d'une autre législature... - même si je m'adresse à des gens qui partagent mes opinions, les choix restent ceux du plus grand nombre... (ce que je partage, bien sûr, mais encore faut-il qu'ils soient... éclairés ) Donc, bravo pour ce résultat et pourvu qu'il fasse des petits! -
  12. Ok, mais dans ce cas, j'ai besoin d'un faisceau source assez large. Je n'ai pas de lentille ou miroir (sphérique) assez grand pour ça... Et je suppose que la qualité de ces optiques impactent fortement les résultats en aval... ?
  13. Je suis preneur de toute info Je pensais au test de Ronchi pour caractériser un max de choses sur cet objectif. Mais c'est effectivement le point le plus ennuyeux pour l'instant...
  14. C'est pour une "bête" LED en bulbe, donc oui la "lentille" est intégrée et oui, c'est une source sphérique. Mais je ne l'ai pas montée, comme ca ne convient pas pour mon usage (excepté solution miroir plan que je n'ai pas...) Pour le miroir diagonal, il me faudrait un grand diamètre non? Ou tu penses à "scanner" la surface de la lentille? ou ... ? Déjà vu la solution "source diffuse"? (je ne suis pas sûr de comprendre le mode opératoire)
  15. C'est bien du Ronchi. Le bord imprimé n'est pas assez net pour être du Foucault. La grille, c'est une diapositive (objet d'un autre temps ) glissée dans la fente, avec le réseau qui va bien dessus.