Géo le curieux

Member
  • Content count

    362
  • Joined

  • Last visited

  • Country

    France

Community Reputation

85 Neutral

About Géo le curieux

  • Rank
    Active Member
  1. Apophis vs Supervolcan

    En complément, pour ce scénario de catastrophe apophisaire en 2036 après passage dans un trou de souris, si Apophis tombe au droit d'une fosse océanique (comme celle qui accompagne la ceinture de feu), il y a là plusieurs km d'eau de mer pour amortir le choc avec le fond océanique qui en souffrira donc d'autant moins que l'océan y est profond (je ne suis pas spécialiste mais cela devrait dissiper pas mal d'énergie). La Terre étant constitué d'une majorité d'océan (dont près de la moitié dépasse 3 km de profondeur), l'astéroïde a donc davantage de chance de tomber là plutôt que sur la terre ferme. Pour un astéroïde de la taille d"Apophis (300 m environ), selon certaines études, tomber au milieu d'un océan est le meilleur des scénarios possibles, celui qui engendrerait le moins de dégâts, avec un tsunami d'ampleur relativement limité.
  2. Apophis vs Supervolcan

    L'astéroïde Apophis est environ 50 fois moins gros que la taille estimée de l'astéroïde qui percuta la Terre à la fin du Crétacé. Ce dernier a laissé la trace d'un cratère de plus de 100 km de diamètre et environ 2 Km de profondeur. Apophis, s'il percute la Terre (ce qui semble assez peu probable) devrait se contenter d'un cratère d'une dizaine de Km de diamètre seulement et quelques centaines de mètres de profondeur. Cela fera localement des dégâts considérables et devrait engendrer un obscurcissement de l'atmosphère et un refroidissement global catastrophique pendant quelques années, mais sans doute pas de quoi éliminer l'espèce humaine comme le fit l'astéroïde de la fin du Crétacé avec les dinosaures et plein d'autres formes de vie (aidé peut-être, à la fin du Crétacé, par une intense activité volcanique en Indes). Si Apophis tombe (mais c'est encore plus improbable) sur Yellowstone, ou un autre super volcan comme le Klioutchevskoï au kamtchatka ou Toba en Indonésie, le choc pourra-t-il réveiller ces monstres endormis ? Ce genre de super volcan, avant d'exploser, demande que s'accumule pendant des centaines de milliers d'années un énorme réservoir magmatique a assez grande profondeur (une trentaine de Km). La chute d'un astéroïde de la taille d'Apophis pourrait y rouvrir superficiellement des failles permettant la réactivation prématurée d'une activité volcanique de type classique, mais pas nécessairement l'explosion cataclysmique d'un super volcan.
  3. C'est le moment de citer Huygens, puisqu'il est question de musique sur ce fil dédié à la vie extraterrestre: "Les goûts musicaux des habitants de Vénus et Jupiter est aussi raffiné que celui des Français ou des Italiens." On a du mal a croire qu'il ait écrit ça (cf. le fil sur la fable du satellite de Vénus).
  4. la fable de la découverte du satellite de Vénus

    A la décharge de Lambert, il prend quand même la précaution, dans son introduction, de préciser que ce présumé satellite de Vénus pourrait bien n'être qu'une illusion, et le titre sa publication s'intitule: "Essai d'une théorie". Néanmoins, sans se donner la peine de vérifier l'exactitude des observations de Montaigne (qui ne sont peut-être qu'une illusion), Lambert s'est sans doute empressé de publier ses calculs d'orbite afin d'être le premier à les avoir calculé et de passer ainsi à la prospérité. Essai raté, il y a gagné pour la prospérité un bonnet d'âne. Pour la citation attribuée à Huygens, effectivement ce type de propos ne lui ressemble pas (Huygens avait l'air de quelqu'un de sérieux). Ma première impression en lisant cette citation était que Huygens ironisait (s'il a vraiment écrit ça). Ce type de propos est plutôt du genre de Fontanelle et ses dialogues avec une marquise. Même si ça n'est pas dans son "Dialogue sur la pluralité des mondes" (j'ai rapidement vérifié), on y lit des choses un peu du même genre sur les habitants de la Lune ou du Soleil et des autres planètes.
  5. la fable de la découverte du satellite de Vénus

    Cette citation de Huygens est sans doute tirée de "Cosmotheoros, sive De terris cœlestibus, earumque ornatu, conjecturæ", publiée en latin après sa mort en 1698. Pour les latinophobe, ce fut traduit en français en 1702. On peut être un bon scientifique et se laisser aller à rêver (conjecturer) des civilisations extra-terrestres.
  6. la fable de la découverte du satellite de Vénus

    Quand j'étais jeune, je lisais "Les belles histoires de l'Oncle Paul". Ici, ce sont celles de "Oncle-Dom". Merci tonton Dom, c'est intéressant. L'histoire des sciences nous apprend plein de choses utiles. C'est en se trompant, ou avec les erreurs des autres, que l'on apprend à ne plus se tromper. Ici, une erreur classique, et assez grossière, où l'on a une idée préconçue que l'on cherche à faire coller avec les observations sans grande rigueur méthodologique ni esprit critique en ne sélectionnant que ce qui colle avec l'idée de base. Dans le même genre d'erreur astronomique cela me rappelle la fracassante découverte des canaux martiens, relayée médiatiquement par Percival Lowell. On voyait ce que l'on voulait voir, sans trop se soucier d'autres observations qui suggéraient le contraire, ou autre chose
  7. Il faut lire l'article pour comprendre l'intéressante problématique soulevée et analysée par l'auteur. La conclusion est "que même si l’absorptivité d’une atmosphère est saturée, c’est-à-dire même si l’atmosphère absorbe déjà tout le rayonnement émis par la surface terrestre, l’effet de serre peut néanmoins augmenter si la quantité de gaz absorbant augmente." Pas de "négativisme" (ou de "climatoseptisme") dans cet article. L'augmentation de CO2 peut augmenter l'effet de serre.
  8. Les méga-constellations de satellites (Starlink etc.)

    Ce dimanche, en ouvrant mon ordinateur, mon moteur de recherche (le frenchie Qwant) me propose en première actualité du jour la fusion entre Oracle et Tik Tok, agréée par Trump. Tiens, qu'est-ce donc ? De nouveaux jeux genre Morpion ou Tac au Tac ? Pas du tout, ce sont des plateformes internet aux noms délicieusement évocateurs (l'américain Oracle et le Tik Tok chinois). C'est la plateforme en ligne de la revue "Sciences et Avenir" qui m'est proposée pour me tenir au courant (les espions postés dans mon ordinateur savent que je m'intéresse à la science). Mais accéder à cette information n'est pas facile. Ma lecture est sans cesse interrompue par l'arrivée de publicités diverses et variées qui tronçonnent le texte toutes les cinq ou dix lignes et qui changent sans arrêt en modifiant la mise en page (mon "bloqueur de publicité", sans doute obsolète, n'a pas l'air très efficace). Cela laisse gaiement présumer du genre de plateforme que doivent être Oracle et Tik Tok (ça vaut des milliards de dollars et Trump leur a donné sa "bénédiction" par tweet), de même que de la cinquième génération ("5G") de téléphones portables et des constellations de satellites que l'américain Must commence à lancer dans l'espace avec ses fusées. Grâce à eux, nous allons pouvoir avoir accès partout dans le monde à ce genre d'Oracle et Tik Tok qui tirent leurs revenus de la publicité et nous espionnent pour bien nous cibler (les "Big brothers" des "Big data"). Un grand progrès pour l'humanité et tous les amateurs d'astronomie. Ça m'a filé un coup de Blues, et je suis allé écouter du Peter Green en regardant tomber une bienfaisante pluie qui abreuvait enfin la nature.
  9. Actualités de Curiosity - 2013

    Très belle image d'un martien erg noir, avec un personnage pour donner l'échelle.
  10. Sonde JUNO : destination Jupiter

    Une "illustration" (ou une "vue d'artiste" informaticien), j'avais un doute sans en être sûr. Merci pour cette précision Kaptain. Dommage, c'est très beau. Le petit montage vidéo sur le même lien semble être également un mélange de vues prises par Juno, au début, suivi d'un "zooming" trop beau pour être vrai. L'absence de commentaire (de la musique) ne le précise pas. Ce mélange de vraies vues et de "fake views" de la part de la Nasa prête à confusion, c'est regrettable.
  11. Sonde JUNO : destination Jupiter

    Une belle image, trouvée sur le site de la Nasa : Beaux éclaires d'orage jupitérien dans des nuages d'eau ammoniaquée.  pia23983-main-1041.pjp Désolé, je n'arrive pas à copier-coller l'image, cf. le site de référence : https://www.nasa.gov/feature/jpl/shallow-lightning-and-mushballs-reveal-ammonia-to-nasas-juno-scientists
  12. Un trou noir né trop tôt ?

    C'est une constatation à l'échelle cosmologique (un manque de matière, impliquant la présence d'une bien mystérieuse "matière noire"), Barnabé, mais pas à notre échelle, ni même à celle du système solaire, mais à l'échelle des galaxies. Les lois de comportement sont souvent différentes suivant les échelles. Par exemple les lois de la physique quantique ne sont pas les mêmes que celles de notre échelle macroscopique. Et vis-à-vis de l'Univers nous ne sommes pas plus gros qu'une particule quantique ne l'est vis-à-vis de nous. Nos lois actuelles, établies ici sur notre minuscule Terre, sont elles suffisantes pour expliquer l'Univers entier ? Une bien vaste question. C'est ce qui rend l'astronomie passionnante. On découvre sans cesse de nouvelles choses qu'il faut expliquer. Comme par exemple, objet de ce fil, la détection de trous noirs "trop gros" (de même que de "trop grosses" galaxies comme le rappelle Kaptain) aux confins de notre univers observable. Les spécialistes arrivent généralement à trouver une explication cohérente avec leur modèle, mais il y a toujours des choses qui ne marchent pas exactement comme il faudrait ou comme on le prévoyait. Le dernier numéro hors série de "Ciel et espace" fait un petit tour d'horizon de ce qui ne marche pas bien en cosmologie et des hypothèses et postulats à la base de notre modèle d'explication actuel. "Faut-il tout repenser ?" interroge-t-il en couverture. On compte sur toi Barnabé...!
  13. Actualités de Curiosity - 2013

    Excellentes explications. Je comprends mieux maintenant la problématique et sa complexité et pourquoi la Nasa préfère attendre d'en savoir un peu plus (avec de nouvelles analyses) avant de communiquer ses résultats et l'interprétation (ou les interprétations) que l'on peut en donner.
  14. Actualités de Curiosity - 2013

    Une remarque pour relancer le débat et tenter d'en savoir plus (comment caractériser la vie ? quelles sont les possibilités offertes par les analyses de Curiosity ?...). Les choses sont maintenant plus claires, merci pour toutes ces précisions.
  15. Actualités de Curiosity - 2013

    En dehors de la problématique de l'origine de la "conscience" (ou de "l'âme"), d'un point de vue purement biologique, ce qui caractérise tout ce qu'on qualifie de "vivant" est lié à la présence d'ADN. Si la vie, telle qu'ainsi définie, a pu exister sur Mars, c'est donc des traces d'ADN qu'il faut trouver. Parmi tous les "ingrédients nécessaires à la vie", celui-ci me semble primordial. Curiosity n'est pas équipé pour pouvoir détecter des traces d'ADN (s'il peut en rester encore après des milliards d'années), et encore moins le décoder, mais trouver des molécules "organiques" complexes se rapprochant de celles constituants par ailleurs le vivant (avec leur chiralité) serait déjà une découverte passionnante. Et dire qu'il y a quelques années, on se demandait si ce rover allait pouvoir continuer sa mission bien longtemps (problèmes informatiques, de roues, de foreuse), mais si ! Tout à l'air de marcher. Bravo à la Nasa, même si sa stratégie d'exploration semble parfois nébuleuse.