Géo le curieux

Membre
  • Compteur de contenus

    318
  • Inscription

  • Dernière visite

  • Pays

    France

Réputation sur la communauté

44 Neutre

À propos de Géo le curieux

  • Rang
    Membre actif
  1. Anneaux de Saturne : chronique d'une mort annoncée

    Vu leur côté éphémère, il semble que ces anneaux n'aient pu se former en même temps que Saturne comme certaines théories l'envisageaient. Dans le lien fourni par Jackbauer2 (source Nasa), il est dit que les anneaux pourraient s'être formés suite à la collision de petites lunes de glace en orbite autour de Saturne, suite peut-être à une perturbation gravitationnelle de leurs orbites par le passage d'un astéroïde ou d'une comète.
  2. Actualités de Curiosity - 2013

    Curieuse « stratégie » en effet avec cette obstination actuellement à vouloir réaliser un troisième forage sur la crête à hématite. Qu’en attentent-ils de si important qui les détourne de l’objectif initial de la mission (la vallée argileuse) facilement accessible depuis plus d’un an ? On aimerait bien le savoir. Attendent-ils que Curiosity, déjà mal en point cotés roues, foreuse et ordinateurs, nous lâche complètement ??? Cela semble un peu risqué comme « stratégie à long terme » pour une mission qui, sauf erreur de ma part, n’était initialement pas prévue pour durer aussi longtemps. Le JPL a ses raisons que ma raison ignore.
  3. La rumeur des ondes gravitationnelles...

    Le doute ne serait donc plus permis en science? Vue la complexité grandissante et l'aspect multidisciplinaire des sciences actuelles on est bien obligé de faire confiance aux spécialistes. Ne te fâches pas dg2, je leur fais généralement confiance. Ce qui n'empêche pas d'essayer quand même de comprendre comment ils s'y prennent (je suis curieux, c‘est ma nature). Ce forum peut servir à ça non ? Merci donc pour ces renseignements complémentaires. Pour la détection des ondes gravitationnelles, je suis comme Mercure, j'ai envi d'y croire, bien d'avantage qu'aux fumeuses théories des complotistes. Mais détecter les infimes ondes gravitationnelles n'est pas facile, loin de là, et cela n'avait jamais encore été fait et nous sommes à une échelle de précision largement dans le domaine dit « quantique » où l’incertitude probabiliste règne. Alors, avant d'y croire vraiment, je préfère avoir des preuves qui ne dépendent pas seulement d'un unique et fort complexe appareillage et traitement de données, mais, comme c'est l'usage en science, d'une association avec au moins une autre façon d’en vérifier la pertinence (comme ce fut le cas avec la contre partie optique dans le cas de la fusion des étoiles à neutron).
  4. La rumeur des ondes gravitationnelles...

    Merci pour toutes ces précisions de divers horizons. Lors de l’annonce de la première détection j'avais été troublé par l’allure presque parfaite et similaire des signaux publiés, comme si le bruit de fond retranché avait été quasiment le même sur les deux détecteurs ne laissant plus que le signal attendu. Compte tenu de l'amplitude du bruit de fond, je comprenais mal comment cela était possible. J'apprends que c'était une fausse image (une "fake view") "bidouillée" à la main pour faire médiatiquement (ou "pédagogiquement") plus probant. Dans une publication scientifique, c'est déontologiquement fort regrettable de la part des responsables de Ligo. Cela jette un trouble et éveille la suspicion. Quoi qu’il en soit, c’est un formidable exploit technique que d'être parvenu à stabiliser des interféromètres avec une telle précision, même si, compte tenu de la complexité de l’ensemble et de l’analyse, c'est susceptible de nous donner des "faux positifs" concernant les ondes gravitationnelles. La coïncidence dans la bonne direction avec un signal lumineux attribuable à la coalescence de deux étoiles à neutron me parait d'avantage probante que pour les trous noirs (à deux secondes près, ce qui semble pouvoir s’expliquer par différentes hypothèses). Continuons les mesures en attendant d’autres coïncidences de ce type. Donnons du temps au temps dans l’espace-temps, observons et mesurons, l’avenir nous dira ce qu’il en est.
  5. La rumeur des ondes gravitationnelles...

    Je vois que je ne suis pas le seul à m'être posé cette question : Comment s’y prend-on pour extraire du bruit de fond (sismique, thermique, et bien d’autres causes potentielles diverses) un signal infime (une fluctuation de l’ordre d’un dix millième de la taille d'un proton) qui soit attribuable sans aucun doute au passage d’ondes gravitationnelles ? Certains spécialistes du Niels Bohr Institute de Copenhague se posent la même question et, arguments à l’appui, mettent en doute la réalité de la détection d’ondes gravitationnelles par Ligo et Virgo. Interrogés sur les propriétés de leur bruit de fond, données nécessaires à leur analyse, les responsables de Ligo font savoir que c’est le genre d’article qu’ils ne voulaient vraiment pas écrire parce que c’est ennuyeux (boring) et qu’ils ont des choses plus excitantes à faire. Le problème reste donc ouvert.
  6. L'astronomie sexiste?

    Oui, il faut les lire. On rejoint la question de forme qui n‘est pas indissociable de celle du fond. Tous ces canulars sont bien passés dans la communauté universitaire scientifique américaine car ils se cachaient derrière un langage savant qui fait sérieux et en s‘appuyant sur les stéréotypes politiquement corrects du moment (bien ancrés dans les médias). Avec une bonne « langue de bois » (les politiciens savent faire) et des assertions péremptoires (que peu de gens prennent la peine de vérifier), on arrive à faire passer un peu n’importe quoi, même une chose et son contraire. L’astronomie a aussi son « politiquement correct » en cosmologie. Le Big-bang (le moment de la création) serait-il le reflet intellectuel inconscient d’un orgasme masculin ? (un bon sujet de thèse en cosmo-psychanalyse, avis aux amatrices...) J’ai remarqué que dans ce domaine, une femme comme Hélène Courtois reste plus réservée que beaucoup d’hommes sur les conclusions que l’on peut tirer de ses très sérieuses études.
  7. Falcon Heavy : l'Odysée de la Tesla dans l'espace

    Je viens de m'apercevoir d'une grossière erreur de ma calculette (je vais la tonton flinguer à la tequila) : Les astronautes américains n'ont pas passé au total 33 h et demi de sortie sur le sol Lunaire, mais 80 heures et demi. Mea culpa, sur ce fil scientifiquement très sérieux.
  8. L'astronomie sexiste?

    Merci Léonardcauvra pour cette précision au sujet des doublement nobélisés et de Marie Curie. Oui iblack, ma remarque jouait avec une question de forme (laquelle révèle parfois un problème de fond). L'astronomie est-elle raciste ? Qui veut lancer un fil sur ce sujet ? Après oncle-dom, oncle-Tom ? Ne le prenez pas mal, je plaisante (on ne sait jamais...).
  9. Actualités de Curiosity - 2013

    Un silence inquiétant s’installe sur ce fil jusque là passionnant. Suspens.
  10. L'astronomie sexiste?

    Ne soyons pas sexistes : Marie Curie n’est pas la seule femme a à avoir reçu 2 prix Nobel, non, cette façon de dire les choses est réductrice et sexiste. Marie Curie est la seule personnalité scientifique (hommes et femmes confondus) a avoir été doublement récompensée (dit comme ça c’est moins sexiste).
  11. BepiColombo, mais pouquoi donc ?

    Sept ans d'attente avant que Bepicolombo arrive sur Mercure, cela fait beaucoup, trop pour certains (trop âgés ?). Mais on a guère le choix pour arriver à se satelliser autour de cette planète à moins de disposer de fusées super puissantes. Une nouvelle mission n’est donc pas pour demain (ce n‘est pas dans les projets d‘Elon Musk), alors ne faisons pas la fine bouche, profitons-en. Je comprends mal le dédain que cette mission suscite chez certains. Ce n'est pas mon cas et je trouve que mieux connaître cette planète fort peu étudiée jusque là n'est pas sans intérêt, même si c’est « la plus nulle du système solaire » (aucune chance d’y trouver des traces de vie) et que ça coûte cher (comme toute exploration spatiale). Merci Huitzilopotchtli (Wouah ce nom...) pour ce fil qui a le mérite de nous tenir au courant du départ imminent de Bepicolombo, repoussé depuis des années, et de tenter de raviver l‘intérêt pour cette mission sur Astrosurf.
  12. Falcon Heavy : l'Odysée de la Tesla dans l'espace

    Le très gros avantage des missions robotisées sur les missions habitées, c'est leur efficacité à bien moindre coût, comme le rappelait Motta. Il suffit de comparer le travail effectué sur la Lune lors les six missions Apollo (au total 33 heures et demi de travail effectif lors des diverses sorties des astronautes) avec le travail effectué lors des 6 années passées sur Mars par les rovers Sipirit et Curiosity et les 13 années de Oppy (25 ans au total). Nos robots sont peut-être plus lents et moins efficaces que des astronautes, mais ils restent à bosser sur place incomparablement plus longtemps et pour beaucoup moins cher (sans parler des risques encourus par les astronautes).
  13. Actualités de Curiosity - 2013

    Roul ne précise pas l'unité de temps utilisée en bas. Il doit s'agir de secondes. 200 milliards de secondes cela fait un peu plus de 6000 ans, âge de la création du monde selon la Bible. C'est donc correct.
  14. Actualités de Curiosity - 2013

    Oui, le char de Tintin est assez amusant. Mais leur fusée, grâce au génial Tournesol est surpuissante, assez pour amener sur la Lune un char blindé (pour les protéger des météorites sans doute). Mais ils auraient mieux fait d’y amener davantage d’oxygène, ça pèse moins lourd et ça leur aurait évité de gros problèmes pour le voyage de retour. De plus Tintin, aurait mieux fait, avant d’embarquer, d’apprendre à piloter ce char (il nous dit lui-même qu’il le pilote pour la première fois sur la Lune...). Tout aussi sérieux que cette première expédition lunaire syldave, j'apprends sur ce fil, que dans le Grand Canyon, selon Roul, "les couches géologiques sont de 200 millions en haut et près de 200 milliards d'âge en bas" 200 milliards !!! S’il s’agit d’années, c’est génial, on va pouvoir étudier des couches déposées bien avant le Big-bang. Ça va passionner tous les astrophysiciens... Il n’y a pas que Curiosity qui semble avoir des problèmes de restitution de données ! ___ Pour Curiosity, ce qui est inquiétant c’est que le deuxième ordinateur actuellement présenté comme « de secours » est déjà tombé en panne et que celui utilisé ensuite jusqu‘à maintenant, en rade lui aussi, sauf erreur de ma part, était justement celui qui était prévu pour être celui « de secours ». Les deux ordinateurs à bord semblent donc avoir des problèmes. Il y a du pain sur la planche pour les spécialistes en informatique de la Nasa.
  15. Actualités de Curiosity - 2013

    "Au cours des derniers jours, les ingénieurs de JPL ont travaillé sur un problème de Curiosity qui l’empêche d’envoyer une grande partie des données scientifiques et techniques stockées dans sa mémoire. Le rover reste dans son mode normal et est par ailleurs sain et réactif." Nous dit Ashwin Vasavada du JPL. Qu'est-ce que c'est que cette langue de bois ? Autrement dit il semble y avoir un gros problème, mais à part ça tout est "normal" et "sain", tout va donc très bien madame la Marquise. Il ont une drôle de façon de communiquer au JPL. En attendant que ce problème soit résolu, s'il peut l'être (espérons, prions la Madone de la vallée argileuse), pour que notre très cher et valeureux Vauffy ne reste pas au chômage, j'ai une question : Sur les panoramiques de Thomas Appéré du 9 septembre on peut voir au premier plan comme un vieux bidon cabossé. Qu'est-ce donc ?