gagarine

Member
  • Content count

    623
  • Joined

  • Last visited

  • Country

    France

Everything posted by gagarine

  1. Retour Crux 140Tv - Monture nomade

    Wouahh... Tu t'es lâché Malik. Elle ne viendrait pas d'Italie par hasard ?
  2. Je ne sais pas si il y a un lien de cause à effets, mais par contre j'ai rarement (voir jamais) vu un ciel aussi bleu dans ma région depuis la chute vertigineuse des traffics routier et aérien. Comme nous subissons la situation et qu'il y a peu de motifs de réjouissance, au moins apprécions ce recul de la pollution et la réappropriation par la nature de l'espace qui lui a été rendu.
  3. Ah mais je n'ai pas dit que j'avais eu ces informations en démontant l'eVscope...
  4. L'écran est très similaire à ça : https://french.alibaba.com/product-detail/0-5-inch-1024x768-hd-micro-oled-color-display-60752328092.html Ca reste du 1024 x 768 en oled, donc c'est très bon. Normalement tu ne devrais pas avoir cette impression de flou, tant que tu ne distingues pas les pixels. L'écran et le capteur sont connectés en hmdi aux cartes et ont une prise micro hdmi de leur côté. Donc facilement interchangeables. L'upgrade vers un meilleur capteur pourrait se faire facilement, moyennant la programmation des drivers qui vont bien. Mais c'est une option qu'Unistellar pourrait proposer un jour. Je vais également essayer de brancher des lunettes Sony HMZ T2 que j'ai commandées récemment (pas encore reçues) à la place de l'oculaire électronique. Si ça marche, ça devrait être grandiose ! Je vous tiendrai au courant.
  5. Effectivement l'écran fait 0.6x0.8mm et c'est le jeu de lentilles qui nous donne l'impression d'un plus grand écran.
  6. Toujours très content, il fait parfaitement ce a quoi je l'avais destiné, a savoir du ciel profond en ville. Et j'ai été sollicité plusieurs fois pour l'occultation d'étoile par un astéroïde, mais malheureusement je n'ai pas pu y répondre (ciel nuageux et pas dispo). Par contre, je suis très tenté de monter le système sur un plus gros diamètre, voir de faire un boîtier 'oculaire électronique' comme sur leur prototype. Donc j'explore un peu la construction de l'eVscope pour le comprendre. D'ailleurs a ce propos, savez vous quel taille fait l'écran dans l'oculaire... Vous seriez surpris... En tout cas je l'ai été !
  7. @sebyoper, déjà déçu par ton eVscope pour le revendre ? Je serais intéressé d'avoir ton point de vue.
  8. C8 Edge HD ou garder mon C11 ?

    Oui, il faut effectivement bien maîtrisé son matériel pour être sur qu'on obtient le max de ses capacités. Après on peut se poser la question de l'adéquation à ses besoins. Mais je peux te dire que j'ai utilisé plusieurs tubes du calibre du C11 (Mewlon 250, VMC260 un peu moins) et la qualité optique fait beaucoup (en visuel sur du planétaire) et même sur les étoiles bien brillantes, tu as une finesse et un piqué vraiment bluffant sur du miroir haut de gamme . Bon j'ai peut être eu des mauvais numéros en C11.
  9. C8 Edge HD ou garder mon C11 ?

    J'ai toujours trouvé que le C11 était un super rapport qualité/prix, mais j'ai aussi toujours trouvé que c'était un tube capricieux, difficile à mettre en température et offrant un contraste très moyen. Le passage à un C8 te fera perdre en définition. Si tu recherches du contraste, il faudrait peut être envisagé de passer sur une formule différente ou un matériel avec un qualité optique supérieure.
  10. @jldauvergne, Je tenais à remercier la revue C&E pour les accès libres à ses podcasts et à une sélection d'articles (alors qu'habituellement payants et réservés à ses abonnés). C'est très appréciable en cette période et un geste pas obligé et généreux. Ce n'est pas de la pub gratuite hein... Je ne suis pas abonné à C&E.
  11. Bonjour, je recherche un tube Takahashi CN212 ou Mewlon 210 en bon état. Merci pour vos propositions.
  12. Hobym Crux 140 Traveler - Monture nomade

    Surement, mais également extrêmement précise, rapide et silencieuse. En résumé le moteur idéal, il faut que la partie logicielle suive pour que l'ensemble soit redoutable.
  13. Hobym Crux 140 Traveler - Monture nomade

    Je crois que ces montures sont équipées de moteurs harmoniques et ça c'est franchement le must. C'est dommage que ce soit aussi cher, mais ces moteurs sont ultra puissants, très précis, pas de jeu. C'est ceux qui équipent les robots de chaines de montage. Si j'avais les moyens je n'hésiterais pas une seconde.
  14. Taka CN 212 : avis et retour ?

    @FRANKASTRO64, alors ? Tu as récupéré ton CN212 ? On veut des photos !
  15. Test optique

    Oui mais le prix du test passe a 1000€
  16. Image stellaire pleine de piquant

    C'est la première fois que tu constates ce problème ou c'est systématique ? Parce qu'à mon avis, un problème de mise en température aurait d'autres effets sur l'image.
  17. Starbase 80 (et origines)

    A première vue, la starbase (monture et tube) fait plus qualitative que cette Vixen. Et je pense ne pas me tromper en disant que cette Vixen est 100% chinoise. Ce qui n'est pas une insulte en soi, mais le coût de la main d'oeuvre n'est pas le même, ni le contrôle qualité.
  18. Starbase 80 (et origines)

    C'est dommage à plus d'un titre. D'une part, ça n'est pas très élogieux pour une marque comme Takahashi et d'autre part, ça veut dire que pour ce genre de gamme, point de salut en dehors de la Chine (et là ça me fait mal).
  19. Starbase 80 (et origines)

    Oui, on va regarder ailleurs, surtout a ce prix !
  20. La beta test est enfin terminée, je suis libéré de mes engagements contractuels et je peux donc vous parler librement de mon expérience avec l'eVScope et vous faire part de mes impressions. Pour la partie observation je vous ferai plusieurs retours avec quelques photos à l'appui, mais j'ai besoin d'un peu de recul car le telescope a fait l'objet d'une mise à jour récente qui a vraiment bouleversé positivement la qualité. Mais je vais quand même vous en toucher deux mots. Petit rappel : Le principe de l''eVScope est né de ses deux fondateurs, Arnaud Malvache et Laurent Marfisi (tous deux chercheurs), rejoints peu après par Franck Marchis (chercheur au SETI) et Antonin Borot (également chercheur). Ils avaient lancé un genre d'oculaire électronique reposant sur un capteur CMOS qui amplifiait la lumière pour accéder aux objets faiblement lumineux du ciel. Cet oculaire a été petit à petit amélioré, j'imagine en parallèle de leurs activités scientiques, jusqu'à l'idée de sortir un produit grand publique reposant sur ce système (peut être suite à l'accueil enthousiaste du public lors des manifestations). Ce projet est passé par la plateforme de Crowfunding KickStarter fin 2017 et le buzz a été tel, que l'objectif de sortir quelques eVScope en mode artisanal, s'est traduit par un succès phénoménal et a recueilli plus de 2M€... Il a donc fallu gérer tout de suite un process industrialisé de fabrication. Ce qui évidemment n'est pas du tout la même chose que sortir artisanalement un produit... D'où un petit retard d'un peu plus d'un an par rapport à la date de livraison initiale. Enfin bref, fin septembre dernier, me voilà embarqué pour mon plus grand bonheur, dans la beta test. Première partie, sur le matériel : L'eVScope ressemble à un Newton, disons que c'est une base de Newton, sauf que le secondaire a été remplacé par un capteur Sony couleur IMX224. Il a un diamètre de 115mm et un rapport F/D de 4. On retrouve un système monobras bien rigide, un peu comme chez Celestron, motorisé en Alt/Az. Le trépied est très compact, léger et possède deux rallonges qui permettent de lever l'oculaire à environ 1m60 du sol. Ce trépied est équipé d'un niveau à bulle et de deux vis de serrage pour fixer le tube via un socle circulaire. Le trépied malgré l'absence d'entretoise est solide et rigide. L'ensemble pèse environ 7kg, ce qui le rend facilement transportable par une personne en un seul voyage. Une photo de l'intérieur du tube où on voit dans le reflet du primaire, le capteur à la place du secondaire. Une photo de l'avant du tube où on voit une araignée, assez volumineuse, qui permet sans doute de faire passer le cablage du capteur CMOS avec toute la partie 'intelligente' de l'eVScope qui doit se situer dans le bras. Le tube est doté d'un cache bien conçu qui incorpore un masque de Bathinov, extrêmement pratique lors de la mise au point. Il se clipse aisément à l'avant du tube. La mise au point se fait par une grosse molette située à l'arrière du tube, derrière le miroir primaire. Sa taille rend très facile la mise au point fine, elle est un peu lâche, mais ça fait très bien le job. Avec le masque de bathinov, en pointant une étoile brillante, impossible de se tromper. Autour du disque gradué, il y a également deux vis qui servent à la collimation. Enfin l'observation se fait via un oculaire 'électronique' situé en partie basse du tube et très confortable pour l'observation, je vais y revenir un peu plus bas. Cet oculaire est doté d'une mise au point, ce qui permet aux porteurs de lunettes de s'en passer. Caractéristiques techniques : L'eVScope embarque sa batterie, rechargeable via un port mini usb 2.0. Comme dit précédemment, le telescope est motorisé en Alt/Az et est doté d'un module Wifi pour pouvoir connecter un smartphone et manoeuvrer le telescope via l'application Unistellar. Il n'y a pas de raquette, seul l'application smartphone peut manoeuvrer le telescope. Il y a également un second port USB, qui permet éventuellement de connecter un appareil (par exemple le smartphone) pour le recharger. L'oculaire électronique est en fait un écran oled d'excellente définition, très contrasté situé au fond de l'oculaire. Comme dit précédemment le principe de l'eVScope repose sur ce qu'on appelle la vision amplifiée, en clair on utilise les capacités d'un capteur CMOS réputé (Sony IMX224) pour accéder à des objets faiblement lumineux et difficile, voire impossible d'accès avec du visuel simple. L'observation : Comme pour tout telescope, une bonne mise en température est importante. Le tube étant ouvert, le miroir relativement modeste, en une demi heure l'affaire est entendue. Pour démarrer l'observation on met le trépied à niveau, on installe le tube dessus, on démarre l'eVScope, on lance l'application Unistellar sur le smartphone et on se connecte au telescope comme à une borne wifi. L'eVScope utilise les données GPS du smartphone pour vous localiser. Une fois la connexion établie, on retire évidemment le cache avant, on pointe une zone du ciel quelconque et on demande à l'eVscope de se mettre en station. C'est là le premier point intéressant de l'eVScope, car il n'utilise aucune des méthodes classiques de nos montures. L'eVScope compare ce qu'il observe avec sa carte du ciel interne et reconnaît au bout de quelques secondes où il se situe et lance le suivi. L'observation peut alors commencer. Via l'application il est possible de choisir des objets proposés ou de demander d'autres objets via la base interne d'objets très étoffée (je ne connais pas le nombre exact d'objets contenus dans cette base). Une fois l'objet sélectionné on demande à l'eVScope de le pointer. Une fois sur l'objet, l'eVScope réactive son système de reconnaissance automatique du champ observé, ce qui a tendance à le rendre moins rapide que les systèmes goto de nos montures classiques. Mais une chose est sure, c'est que ce système assure de toujours avoir l'objet dans le champ et ce, même si il n'est pas visible dans l'oculaire. L'observation propose deux modes, un mode dit LiveView et un autre mode dit Enhanced Vision. Le premier mode permet d'avoir une image en directe non retraitée, sur laquelle il est possible de paramétrer le temps d'exposition et le bruit. Le temps d'exposition peut aller jusqu'à 4 secondes. Mais ce n'est pas la force de l'eVScope. C'est le second mode qui nous intéresse. Une fois l'objet souhaité dans le champ (même si invisible en LiveView), on lance le mode EnhancedVision. Celui-ci va s'appuyer sur l'empilement d'images et utilisé des algorithmes 'maisons' pour chercher à extraire l'objets observés. Les algos jonglent entre augmenter l'exposition, la réduction du bruit, la maîtrise de la pollution lumineuse,... On voit au fur et à mesure l'objet apparaître et devenir de plus en plus évident, coloré (pour certaines nébuleuses), jusqu'à arriver à un optimum. Ensuite les algos oscillent autour de cet optimum. Tout le savoir faire d'Unistellar est alors mis à contribution, car c'est cet optimum qui nous intéresse. Je ne vais pas dans ce post vous détailler mes observations, j'attends encore un peu, car la toute dernière version du logiciel a apporté une fulgurante amélioration (la beta sert à ça). Autant mes premières impressions ont été mitigées, autant sur les dernières soirées j'ai été enthousiasmé, j'ai trouvé une image fine et piquée, qui exploitait vraiment à l'excellente qualité de l'oculaire électronique. D'ailleurs parlons rapidement de cet oculaire que certains ont qualifié de gadget. Je peux vous assurer qu'il n'en est rien et que l'image dans l'oculaire est nettement plus belle que sur un smartphone. Sur mes dernières observations, j'ai retrouvé la sensation d'observer le ciel en direct. Je reste prudent et j'attends d'autres observations pour vous confirmer cette impression. J'ai principalement observé sur un site particulièrement sujet à la pollution lumineuse. Je ne doute pas que sous un ciel noir, les résultats seraient encore meilleurs. Voilà pour l'instant. Si vous avez des questions n'hésitez pas !
  21. CROA eVScope Unistellar

    Dans la prochaine version ils ont prévu de pouvoir refaire des darks afin d'éliminer ces pixels chauds. Ça devrait aider.
  22. CROA eVScope Unistellar

    Oh "exaspéré' c'est un bien grand mot, disons qu'on a beaucoup échangé sur ces différentes comparaisons. Je ne suis pas en désaccord total avec @heXa83, on fait des choses très bien avec le setup qu'il a évoqué, j'en ai déjà vu un en fonctionnement. Mais les "petits" plus qu'offrent l'eVscope lui donne à mes yeux un avantage décisif (oculaire électronique, nomade et autonome, pas besoin de sortir tous le matos du setup évoqué par heXa83). Encore une fois je le répète, l''oculaire électronique est pour moi un gros plus, ça donne l'impression (certes fausse) d'observer dans un vrai telescope et un vrai oculaire.
  23. Taka CN 212 : avis et retour ?

    Alors finalement tu l'as pris où tu hésites encore ?
  24. CROA eVScope Unistellar

    Oh non... Ça va pas recommencer... On en a parlé 100 fois !
  25. CROA eVScope Unistellar

    Oui c'est très modulaire. Une carte Raspberry Pi avec toute la partie logicielle sur une carte SD, branchée avec une seconde carte maison. Même le module caméra peut être remplacé très facilement. Ce qui me fait dire que le passage a un capteur de meilleure qualité a été pensé et pourrait un jour se faire (si opportun).