Contacter l'auteur / Contact the author

Recherche dans ce site / Search in this site

 

 

 

 

 

En hommage à Orion

Orion photographiée par Akira Fujii.

A travers le temps et l'espace (I)

Toute personne vivant aux latitudes moyennes dans l'hémisphère Nord et aimant observer la voûte céleste sait que la constellation d'Orion domine le ciel hivernal. Elle apparaît déjà en octobre en même temps que Sirius qui brille à ses pieds, culmine au méridien le 13 décembre et disparaît du ciel au mois d'avril, lui permettant d'observer durant plusieurs mois l'une des plus belles constellations d'hiver.

Il sait aussi que cette constellation renferme l'une des plus belles nébuleuses du ciel, la Grande Nébuleuse d'Orion, Messier 42, et un sujet plus difficile à percevoir mais qui se révèle par la photographie, la nébuleuse obscure de la Tête de cheval, sans oublier plusieurs dizaines de galaxies et la Boucle de Barnard.

Mais ainsi que nous allons le découvrir, Orion c'est également une constellation d'étoiles plus merveilleuses les unes que les autres, regroupant une population stellaire très variée, des nurseries d'étoiles et des astres vieillissants, des étoiles géantes bleues et supergéantes rouges, des étoiles naines et des dizaines d'étoiles doubles et variables.

Le ciel boréal de janvier vers 22 h. Document S&T

Par la gloire qui l'entoure depuis plus de deux mille ans, le nom d'Orion est associé au célèbre chasseur grec, à de nombreuses marques et désignations, ce site Internet porte également son nom en son hommage ainsi que le club que j'avais fondé dans les années 1970. Moralement je ne pouvais donc passer sous silence et ignorer la plus belle constellation du ciel hivernal.

Nous allons décrire les légendes qui lui sont associées et les faits scientifiques relatifs aux objets du ciel profond visibles dans cette constellation. A travers ces descriptions et ces illustrations ce dossier nous conduira à travers le temps et l'espace, du temps de Nicholas Peiresc et de William Herschel au troisième millénaire. Ce périple nous conduira dans les bras de la Voie Lactée, là où le rayonnement ultraviolet intense des étoiles bleues interagit violemment avec les nuages denses d'hydrogène pour dessiner en lettres de feux et aux couleurs plus réelles que de nature l'histoire d'une région isolée de l'univers.

Dans cet endroit silencieux, ci et là torride ou glacial, se déroule l'aventure extraordinaire d'une multitude de systèmes stellaires et planétaires en gestation, des mondes forgés à partir d'électrons libres, d'atomes et de poussières qui, un jour futur s'uniront peut-être pour donner naissance à la vie.

La Voie Lactée est une galaxie ayant de nombreux bras spiralés. Le bras d'Orion doit son nom au fait qu'il abrite la constellation du même nom. Bételgeuse qui est représentée par le point jaune et les étoiles que nous observons dans cette constellation se situent entre 500 et 1000 années-lumière du système solaire. La célèbre nébuleuse d'Orion, M42 se trouve à 1600 a.l. Dessin de Pour la Science adapté par l'auteur.

Nous sommes aujourd'hui des observateurs privilégiés car avec les techniques d'observation dont nous disposons nous avons la chance de pouvoir embrasser d'un seul regard des mondes en gestation, d'autres dans la fleur de l'âge ou agonisant au seuil de leur vie, accompagnés de tous les effets secondaires qu'entraînent ces événements.

La constellation d'Orion abrite tous ces objets et recèle bien d'autres entités que nous allons à présent découvrir. Mais faisons tout d'abord un détour par l'histoire et la mythologie.

Nomenclature

Nom

Orion

Traduction

Le chasseur

Abréviation

Ori

Etendue (degrés carrés)

26

Ascension Droite (2000.0)

4h40m à 6h20m

Déclinaison (2000.0)

+23°N à - 9°30' S

Culmination au méridien Sud

13 décembre

Catalogue des objets les plus spectaculaires :

Plus de 200 étoiles visibles à l'oeil nu

7 étoiles variables dont a Ori et U Orionis

49 étoiles doubles dont b, h, q, et i Ori

23 nébuleuses d'émission dont M42, M78, IC 434

3 nébuleuses de réflexion dont NGC 2064 et NGC 2068

4 nébuleuses obscures dont B33 et B35

2 nébuleuses planétaires, NGC 2022 et PK190-17.1

1 résidu multiple de supernovae, la Boucle de Barnard

20 amas ouverts dont NGC 1981 et NGC 2301

30 galaxies pâles de magnitude <12

2 essaims de météores, les Orionides et Chi Orionides

Pour l'homme moderne, une constellation n'est rien d'autre qu'un regroupement arbiraire d'étoiles visibles à l'oeil nu suggérant la forme d'un objet ou d'un animal. Mais c'est oublier que jadis, à l'aube de la civilisation, des hommes ont catalogué les étoiles, cherché dans le ciel des traces de la vie terrestre et leur ont donné un nom afin de mieux gérer les affaires du ciel et préciser le cours des événements.

Dans certains civilisations, Orion est associé à un robuste chasseur près à conquérir le monde. D'autres civilisations y voient une tortue, une pieuvre, un cayman ou simplement des étoiles individuelles. Les plus vieilles légendes remontent à l'époque où florissaient les civilisations méditerranéennes en Anatolie (Syrie), en Egypte et en Grèce.

La mythologie Hittites

Les Hittites vivaient le long de la rive septentrionale de la Méditerranée, c'est-à-dire en Asie Mineure, entre la Syrie et la Turquie actuelle. Leur civilisation se développa à l'époque où règna Ramsès II en Egypte.

La cosmogonie Hittites remonte au milieu du IIeme millénaire avant Jésus-Christ. Cette civilisation inventa sa propre écriture hiéroglyphique mais employait la graphie cunéiforme des Mésopotamiens dans la vie courante.

Chez les Hittites Orion s'appellait Aqhat. C'était un homme généreux et un grand chasseur sous le regard duquel la déesse de la guerre Anat tomba amoureuse. Mais leurs sentiments n'étaient pas réciproques. Un jour, alors qu'Aquat avait refusé qu'elle tende son arc, Anat envoya un homme de main lui voler son arme. La légende rapporte que le truand blessa Aqhat à mort et jetta son arc dans la mer. C'est pourquoi Orion et son arc descendent sous l'horizon au printemps.

La mythologie Egyptienne

Horus (Sirius)

Pour les Egyptiens Orion était la demeure d'Osiris, le dieu de la lumière, le pharaon qui fut assassiné par son frère Set, le dieu à face de chacal. Osiris vaincquit la mort et après être ressucité il résida dans la région d'Orion. Non loin de là Isis demeura auprès de Sirius. Les étoiles d'Orion brillent ainsi à l'image du tribut à Osiris.

Il y a plus de 3000 ans les Egyptiens avaient observé que Sirius se levait juste avant le Soleil une seule fois par an. Cet événement suivait une période d'invisibilité totale de Sirius qui durait environ 70 jours. Nous savons aujourd'hui que durant cette période Sirius ne disparait pas. Il circule en fait durant la journée, son éclat étant noyé dans celui du Soleil.

Pour les Egyptiens les pharaons commençaient leur journée dans les royaumes du firmament et rendaient visite à Osiris et Isis dans les régions d'Orion et de Sirius. Le dernier lever de Sirius correspondait à sa mort. Le jour il était invisible. Il se purifiait dans la maison des embaumeurs située dans les bas-mondes et n'en sortait ressuscité qu'avec l'apparition du Soleil. Le cycle de momification suivait ainsi le cycle sidéral et durait exactement 70 jours.

La mythologie Grecque

Le récit de la mythologie grecque est plus savoureux et fait intervenir de nombreuses acteurs célèbres dans notre culture qui ont pour certains vu leurs noms s'inscrire en lettres de feu sur le velours du ciel pour citer Hélios (Soleil), Zeus (Jupiter), Poséidon (Neptune), Mérope ou Apollon (Apollo).

Tête d'Apollon du IIeme siècle avant notre ère. Cette sculpture du dieu de la lumière façonnée dans le marbre est l'étalon du profil grec. Coll.Lombry.

Chez les Grecs, Orion était connu comme "l'habitant de la montagne". C'était le fils d'Euryale et de Poséidon (Neptune chez les Romains). Son père lui donna le pouvoir de marcher sur les eaux, mais on rapporte qu'il fut si grand qu'il pouvait marcher au fond de la mer alors que sa tête demeurait au-dessus des vagues.

Orion était célèbre tant par ses actes de chasse que par ses passions amoureuses. Mais quand il se vanta de pouvoir débarrasser la Terre de tous les animaux sauvages, son destin fut scellé.

La légende rapporte qu'un jour, alors qu'Orion se rendit à Chios, il tomba amoureux de Mérope, l'une des sept Pléïades et fille du Roi Enope. Le Roi lui promis la main de sa fille s'il pouvait débarrasser l'île de tous les animaux dangereux. Alors qu'Orion ramenait des peaux de bête à sa bien-aimée, Enope s'inquiéta de savoir si Orion réussirait sa mission car il était lui même tombé amoureux de sa fille Mérope.

Lorsqu'Orion ramena la dernière peau de bête et déclara au roi qu'il avait terminé sa tâche, Enope refusa de lui donner la main de sa fille. Ecoeuré, Orion bût le vin du roi et fut si saoûl qu'il n'hésita pas à kidnapper Mérope. Ce fut une grande insulte pour le roi et Enope pressa son père Dionysos de punir son invité. Le dieu du vin envoya un groupe de Satyres enivrer encore un peu plus Orion. Durant la nuit, lorsque l'homme fut endormi Enope lui creva les yeux et le jetta sur le rivage.

La colère d'Orion ne fit que grandir. Il visita un oracle qui lui annonça qu'il pourrait recouvrer la vue s'il se dirigeait vers l'Est là où Hélios se levait sur l'océan.

Artémis. Extrait d'un tableau de Kagaya.

En suivant le son émis par le marteau du Cyclope, Orion parvint à rejoindre l'île de Lemnos. Arrivé sur place il captura l'apprenti d'Hephaestos dénommé Cedale, qui accepta de lui servir de guide.

Quand finalement Orion atteignit l'extrémité Est de la mer, Eos tomba amoureuse d'Orion et son frère Hélios lui rendit la vue.

Après avoir passé quelques temps avec Eos sur l'île de Delos, Orion revint à Chios pour se venger du Roi Enope. Mais le roi s'enfuit par une chambre souterraine qu'Hephaestos, le dieu des forges et du feu lui avait construite. Déterminé, Orion partit en Crête rejoindre le grand père d'Enope, le Roi Minos.

Durant le voyage Orion rencontra la soeur d'Apollon, la belle Artémis, déesse de la chasse et de la Lune. Artémis et Orion partageant la même passion pour la chasse, elle le persuada d'abandonner son amertume et son désir de vengeance pour se joindre à elle et chasser les animaux.

Apollon, le dieu de la lumière, des prophéties et de la musique apprit la nouvelle et ayant par jalousie prit peur qu'Orion fasse à Artémis la même cour qu'il fit à Eos, il rapporta à Gaïa, la déesse de la Terre, la vantardise d'Orion à propos des animaux.

Apollon et Artémis

Pour se venger de l'orgueil d'Orion, Gaïa envoya un scorpion mortel le tuer en le piquant au talon. Durant le combat Orion se rendit rapidement compte que son épée ne parviendrait jamais à percer l'armure du scorpion qui était impénétrable à tous ses coups mortels et qu'il ne pourrait jamais le tuer. Orion prit la fuite, plongea dans la mer et nagea jusqu'à Delos où il espérait trouver de l'aide auprès d'Eos.

Apollon qui fut témoin de la lutte refusa de laisser Orion s'échapper si facilement. Il lança un défi à sa soeur Artémis, lui demandant si elle était capable d'atteindre ce petit objet noir qui était au loin dans la mer, "la tête, lui dit-il, de l'abominable traître Candaon", celui qui avait séduit Opos, l'une des prêtresses Hyperboréennes.

Artémis ignorant que Candaon était le surnom boétien d'Orion, elle tendit son arc, frappant au but du premier coup. Elle nagea ensuite pour récupérer le corps de sa victime et découvrit la réelle identité de cet inconnu; elle avait tué son amoureux, Orion.

Artémis implora les dieux pour qu'ils lui redonnent vie mais Zeus refusa. En son souvenir Artémis plaça l'image d'Orion et de ses deux chiens, Canis Major et Canis Minor dans le ciel parmi les étoiles. Plus tard Apollon épousera Artémis.

On dit que dans sa chasse éternelle Orion se place prudemment loin devant le scorpion. Une autre interprétation dit que le scorpion poursuit Orion pour l'éternité. Mais en réalité Orion a déjà disparu sous l'horizon septentrional des Tropiques quand son ennemi juré se lève pour dominer à son tour le ciel nocturne. Orion n'a plus à craindre la blessure du scorpion.

Orion au quotidien

La constellation d'Orion aurait reçu son nom vers 425 avant notre ère. Aujourd'hui Orion n'est plus chassé par le scorpion vénimeux. Dans la version arabe du "Catalogue des Etoiles fixes" d'Al-Sûfî publié en 1267, l'image d'Orion est celle d'un chasseur fier, portant épée et bouclier. Dans l'atlas "Geography of the heaven" d'Elijah Burritt publié en 1835, Orion porte une massue et un bouclier en peau de lion pour s'attaquer au Taureau.

Cette référence à la mythologie sera conservée durant plus d'un demi-siècle. Malheureusement la poésie qui entoure cette épopée a disparu de nos atlas modernes. En contrepartie, société capitaliste oblige, les reproductions des illustrations de Burritt en quadrichromie se vendent aujourd'hui plusieurs centaines de dollars.

Les images des constellations telles que les imaginaient les Grecs ont toutefois été reprises dans les logiciels dits de planetarium simulant la voûte céleste tel "Stellarium", "The Sky" ou "Starry Night" ainsi qu'on peut le voir ci-dessous.

A gauche, la constellation d'Orion dessinée par l'astronome perse Abd al-Rahmân al-Sûfî dans sa version arabe du "Catalogue des Etoiles Fixes" en 1266-67. Au centre, représentation d'Orion dans le logiciel Starry Night. A droite, lorsque vient la saison des vendanges, Orion se lève à minuit. Documents BNF, Starry Night et T.Lombry.

Plus concrètement, pour les Grecs les étoiles d'Orion servaient à marquer le temps des moissons. Pour un obervateur se levant tôt, Orion est visible tout l'été. Le poète Hésiode exigea par exemple de son neveu fermier qu'il observa la première apparition d'Orion en été : "N'oublie pas, lorsqu'Orion se lèvera pour la première fois, de faire battre les épis sacrés par tes servantes...".

A la fin de l'été, lorsque vient la saison des vendanges, Orion se lève à minuit. Et lorsqu'Orion se lève au coucher du Soleil en automne, les marins savent qu'il est temps de ramener leur bâteau au port pour l'abriter des tempêtes.

Prochain chapitre

La constellation d'Orion

Page 1 - 2 - 3 - 4 - 5 - 6 - 7 - 8 -


Back to:

HOME

Copyright & FAQ