jmr

Member
  • Content count

    2055
  • Joined

  • Last visited

  • Country

    France

Community Reputation

113 Good

2 Followers

About jmr

  • Rank
    Very active member

Personal Information

  • Hobbies
    Photométrie, astéroides, techniques astro...
  • Adress
    jm.rayon@wanadoo.fr
  • Instruments
    C6 / Vixen R200SS 200/800 sur monture Celestron Evolution
    SkyWatcher Stargate 450P
    Sony A6000

Recent Profile Visitors

4876 profile views
  1. Configuration Servocat

    Bon je vais répondre : Encore une galère Windows Une fois le cable relié entre le ServoCat et le PC, il faut appeler le gestionnaire de périphériques afin de vérifier si il existe un USB serial port (com...) sinon Il faut déjà créer un port com USB avec : https://www.usb-drivers.org/ft232r-usb-uart-driver.html Pour lire la configuration il existe le logiciel SCU.EXE http://www.unm.edu/~eschman/SCU.htm Pour écrire la configuration : ServoCAT.EXE (voir la doc de StellarCat car la procédure d'écriture est surprenante !!!)
  2. Bonjour Existe-t-il un logiciel digne de ce nom afin de configurer le Servocat ? Le logiciel ServoCAT-Sky est surprenant pour ne pas dire autre chose.... A première vue il ne sait pas lire la configuration envoyée et je n'ai pas bien compris quand est-ce qu'il écrivait la configuration !!!! Merci
  3. Vitesse de la lumière

    Merci pour les réponses J'ai pensé aux céphéides car elles sont utilisées comme balises afin de déterminer les distances...pourquoi pas pour déterminer la vitesse !!! Donc on construit les cosmologies avec ces contraintes...
  4. Vitesse de la lumière

    Peux-tu détailler les expériences qui permettent de confirmer ce postulat ?
  5. Petites questions de fond : - Comment prouve-t-on que la vitesse de la lumière est la même dans tout l'univers ou est-ce un postulat ? - Serait-il possible de mesurer cette vitesse à partir des Céphéides par exemple ? Merci
  6. Moi de même Etant donné que l'univers "officiel" est trop compliqué pour moi , je me suis fait un petit univers perso : Déjà il est infini comme ça plus besoin de s'interroger sur sa forme, sur le BigBang, sur son expansion, plus de problème d'âge, de temps, etc....La constante de Hubble on va s'en servir pour décaler la fréquence de la lumière, le rayonnement du fond du ciel c'est l'agitation des scories des ruines des étoiles, amas, galaxies,... qui vont servir pour en refaire et d'ailleurs la dedans c'est aussi du rayonnement quantique .... D'ailleurs avec les copains, c'est sympa de refaire l'univers faute de pouvoir refaire le monde
  7. Je n'aime pas cette phrase car elle révèle bien l'arrogance des mathématiques. Les mathématiques sont seulement une grille qui nous permet de quantifier le monde et ce n'est déjà pas si mal. Il est vrai qu'en cosmologie on peut se faire plaisir avec les modèles, maintenant dans les procédés industriels c'est un peu plus délicat...
  8. Oui je connais bien ces 2 aspects, mais étant donné que plus le diamètre est grand et plus on voit des détails, ces détails doivent être systématiquement intégrées dans la lumière et lls ne sont visibles qu'en fonction du diamètre. Une idée en l'air comme ça : " Il faudrait concevoir un microscope électronique pour observer la lumière comme on observe un virus"
  9. moi de même... Pour moi les mathématiques servent à quantifier la physique et non à construire une autre physique, car cette autre physique peut emmener à des "délires". La complexité de certains modèles mathématiques est telle que seule une poignée d'individus peuvent l'appréhender construisant de ce fait un langage de chapelle, un délire de chapelle !!! mais aussi des mensonges... L'observation des phénomènes est fondamental, mais la mathématisation de ces phénomènes n'est peut-être pas obligatoire pour être crédible... Une chose qui serait bien utile à nos jeunes physiciens : Épistémologie. D'ailleurs lors de mes études de physique, je n'ai jamais reçu un enseignement en épistémologie, par contre les mathématiques étaient adulées, encensées, vénérées, etc... et bien sûr la physique expliquée uniquement au travers des équations !!!! Dans ce contexte et pour revenir sur le sujet de ce fil : l'univers est pour moi infini et de ce fait sa forme n'a plus de sens... Maintenant le travail effectué par GAIA est fondamental pour le balisage de notre univers proche, au delà c'est une autre histoire... En passant une petite question : Quelle propriété cachée possède la lumière qui nous permet en augmentant le diamètre du miroir de récupérer plus de "détails" ? Pour le plaisir sur le BigBang : https://www.afis.org/La-maladie-infantile-de-la-cosmologie-le-Big-Bang-chaud la réponse : https://www.afis.org/La-theorie-du-Big-Bang-rend-bien-compte-des-decalages-observes
  10. Quand les mathématiques se substituent à la nature : le piège de Galilée « la nature parle essentiellement le langage mathématique » Un extrait du livre de Jules Vuillemin : « La logique du monde sensible –Flammarion) On pourrait dire avec Aristote précisément que l’engagement ontologique, dont on reconnait la nécessité en biologie et en physique, n’a pas lieu d’être en mathématique, que les objets mathématiques sont des abstraits et non des substances et que si le mathématicien a le droit de parler et de faire comme si le cercle ou le carré étaient des universels existants, parce qu’il ne parle pas sur le cercle ou le carré en tant que tels, c’est-à-dire en tant qu’objets ou que formes sensibles, mais seulement sur les attributs particuliers de la grandeur spatiale ( et en arithmétique, des nombres), ce langage ne lui permet nullement d’inférer que le cercle ou les sphères existent en dehors des roues ou des boules sensibles que nous fabriquons ou que la nature fabrique devant nous. De ce point de vue, tous les énoncés mathématiques se situent en dehors des énoncés d’existence. Pour rendre possible une science des abstraits (telle que les mathématiques), il faut que la relation de prédication essentielle n’ait pas pour unique champ les substances concrètes. Aristote distingue donc une prédication essentielle primordiale, qui a lieu entre substances, et une prédication essentielle dérivée, qui a lieu entre abstraits et permet d’en donner une définition. Les deux types de prédications, celui de l’universel et celui de l’abstrait, sont liés à l’existence de la matière, ingrédient indispensables avec la forme dans tous les êtres sensibles. C’est parce que la substance sensible comporte de la matière…qu’elle se révèle à la sensation par les accidents qui lui adviennent. La distinction entre ces deux types de prédication conduire à pouvoir définir un cercle sans pour autant reconnaitre que ce cercle existe. Ainsi, parce qu’ils portent sur des substances, la physique et la théologie (pour Aristote) sont ontologiques. Au contraire parce qu’elle porte sur des abstraits, la mathématique ne l’est pas. En conséquence, il ne peut y avoir de physique mathématique. Certes, si on étudie les propriétés ou les relations abstraites des corps, purement extérieurs à ceux-ci, une géométrie et une arithmétique sont possibles. Mais l’attribut le plus caractéristique des substances sensibles, le mouvement, reste en dehors de la méthode mathématique. En effet, il est défini comme ontologiquement comme acte d’un moteur et d’un mobile et se trouve donc rapporté à des substances. C’est en brisant cette opposition radicale entre substance et abstrait que la science moderne pourra se constituer…C’est Galilée qui conçoit abstraitement l’objet de la physique en affirmant que tous les corps sont pesants et que le mouvement est possible dans le vide – le vide étant une sorte de condition de simplicité idéale pour le déroulement de phénomènes entièrement géométrisés. Du même coup il abolit le lien millénaire entre le mouvement local et la nature des corps mus, le mouvement devient un phénomène, qu’il sera possible d’étudier pour lui-même en le soumettant à l’analyse. Ainsi pourra-t-on introduire dans la science les notions de vitesse instantanée et d’accélération, desquelles toute idée de puissance – et donc toute liaison avec les substances porteuses de mouvement – a été éliminée. Jules Vuillemin
  11. En altAz, pour la dérotation logiciel , Astroart fonctionne très bien... de plus il récupère même les petites défauts mécaniques. C'est magique Il est payant, mais il existe une version d'essai...
  12. La même, avec un Sony A6000 sur un Vixen R200SS avec correcteur de champ Baader MPCC MKIII sur monture Nexstar Evolution en AltAz... Photo prise à Meylan (coté de Grenoble) le 03/05/2021 à 22h15 HL 10x20s 800iso 5°C sans traitement particulier si ce n'est la dérotation et l'empilement. La mg limite est de 15.5 pour 200s de pose L'original format APS-C
  13. Est-ce que quelqu'un a déjà fait fonctionner en Windows 10 le Nexus DSC en Wifi ? Ma question : Existe-t-il un paramétrage de Windows 10 particulier. J'ai essayé en direct Wifi et en émulation port série . Je récupère bien les coordonnées Alt et Az mais impossible d'envoyer les coordonnées pour le GOTO apparition d'un Timeout. (J'utilise AstroPlanner). Par contre je n'ai aucun problème avec SkySafari 6 Plus sur Android (Tablette ou smartphone) en Wifi... Je n'ai également aucun problème avec Astroplanner en liaison serie... Merci Traces de Astroplanner... 1777,444 0,025 Get R.A. and Dec (T) {14} 5.50915 +11.0340{0} 20 20 35 2E 35 30 39 31 35 20 2B 31 31 2E 30 33 34 30 7B 30 7D 05:30:33, +11°02'02" 1779,632 0,201 Get R.A. and Dec (T) {14} 5.50926 +11.0412{0} 20 20 35 2E 35 30 39 32 36 20 2B 31 31 2E 30 34 31 32 7B 30 7D 05:30:33, +11°02'28" 1781,660 0,015 Get R.A. and Dec (T) {14} 5.50947 +11.0398{0} 20 20 35 2E 35 30 39 34 37 20 2B 31 31 2E 30 33 39 38 7B 30 7D 05:30:34, +11°02'23" 1783,368 Set Slew To RA/Dec (05:34:32,+22°00'52") G05.57555 +22.01459 Timeout! 1783,852 0,041 Get R.A. and Dec (T) {14} 5.50939 +11.0370{0} 20 20 35 2E 35 30 39 33 39 20 2B 31 31 2E 30 33 37 30 7B 30 7D 05:30:34, +11°02'13" 1784,453 0,102 Get R.A. and Dec (T) {14} 5.50956 +11.0370{0} 20 20 35 2E 35 30 39 35 36 20 2B 31 31 2E 30 33 37 30 7B 30 7D 05:30:34, +11°02'13"
  14. Ca doit sûrement être le confinement , mais je n'arrive à comprendre comment peut-on recevoir les images du BigBang alors nous n'existions pas ???
  15. Justement il semble plus simple de parler du bigbang, des multivers,... que de la nature de la "Lumière" alors que toutes les extrapolations cosmologiques sont faites à partir de cette dernière...