Pierre-Marie

Member
  • Content count

    1341
  • Joined

  • Last visited

  • Country

    France

Community Reputation

69 Neutral

About Pierre-Marie

  • Rank
    Very active member
  1. Comme une nova d'une durée de quinze secondes

    En effet, c'était tellement faiblard, ce soir, que je n'ai rien vu mais c'était un peu au travers de nuages, peut-être pour cela. Je me serais ridiculisé si, devant témoins, j'avais imploré le ciel de m'envoyer un signe, depuis le Cygne. Tiens, l'ami Bob-san, oriental extrême, que je croyais momifié depuis longtemps. On commençait à se faire du sushi. Ben oui, radiopilotée, pourquoi ?
  2. Comme une nova d'une durée de quinze secondes

    Merci beaucoup pour ce site qui est une mine. Le 29 il est prévu, ici, que le temps soit couvert ; mais dès ce soir, je vais faire l'expérience de cet éclat dans le Cygne attendu à 22h36. Dommage qu'il n'y ait aucun public, j'aurais pu faire croire à mes pouvoirs surnaturels en provoquant le phénomène, tel Tintin dans le Temple du Soleil. Quant à ma compagne, c'est fichu, il y a bien longtemps que plus rien, chez moi, ne l'impressionne. A son propos, je viens de la chronométrer en lui demandant d'estimer le temps d'apparition de l'éclat de lundi, tout en reconstituant la conversation d'alors ; elle a dit "top" pile au bout de quinze secondes. Et pour ce qui est de l'intensité de la lueur, lorsque je l'ai vue elle était de l'ordre de 0 à -1 ; soit assez loin des -3 estimé.
  3. Comme une nova d'une durée de quinze secondes

    En effet, là, je crois bien que tu brûles. Ce satellite, outre le fait qu'il passe exactement sur l'étoile en question à la minute relevée et qu'il émette un reflet juste à cet instant-là, semble avoir un cheminement dans le ciel suffisamment lent pour que si, comme ça semble être le cas, il s'est évanoui au moment de sa coïncidence avec 23 U Ma, il donne l'impression que cette dernière en est le vestige. Et la confusion avec cette étoile serait alors due probablement à ce que, tout le temps où cet éclat anormal attirait l'attention, il éclipsait l'étoile par son intensité, c'est-à-dire qu'elle, beaucoup plus faible, on ne la remarquait pas encore. Et pourtant il me semble - mais nous avons sans doute là la preuve que je me trompe - qu'une excursion de trois fois la pleine lune en déclinaison en l'espace de quinze secondes devrait rester un mouvement suffisamment sensible. Mes très sincères félicitations, ta perspicacité a eu raison de certaine nova d'un nouveau type. Le lendemain - le soir du 25 - je suis allé me poster à la même heure dans la même direction mais je n'ai rien vu d'anormal.
  4. Comme une nova d'une durée de quinze secondes

    Eh bien, le ballon-sonde ne colle pas non plus. Le site de lancement le plus proche et au vent - la direction serait alors la bonne - est Bordeaux. Mais Bordeaux est à trois cents kilomètres à vol d'oiseau et les conditions météo d'hier étaient incompatibles avec une telle vitesse de vol.
  5. Comme une nova d'une durée de quinze secondes

    @den b: C'est vu depuis quel endroit ? Méridien de Paris, dans l'Aude, 600 m d'altitude, loin de toute ville ou aéroport, très grand silence. J'insiste, une fois de plus, sur l'immobilité totale, par rapport aux étoiles, du phénomène. Peut-être l'extinction relative a-t-elle duré un peu plus, trente secondes ? Ma compagne, comme moi, disait : « Je la vois encore » quand on ne voyait que 23 U Ma.
  6. Comme une nova d'une durée de quinze secondes

    @PennL'horaire est assez proche mais en retard de quatre minutes, sous réserve que l'heure indiquée soit l'heure légale ; ma montre est radiopilotée donc exacte à la seconde près. La trajectoire ne colle pas assez, à moins que cette carte ne soit valable pour un observateur situé plus à l'ouest que je ne l'étais. La magnitude de ce satellite est aussi trop faible. La seule chose qui pourrait peut-être correspondre, puisqu'on ne connaît pas de novae ultracourtes, serait un ballon-sonde aperçu au moment où, pour lui, le soleil se couche. Quoique cela n'explique pas son apparition soudaine.
  7. Comme une nova d'une durée de quinze secondes

    Merci pour cette réponse. Mais non, l'objet était rigoureusement fixe, l'était encore une demi-heure après, comme s'il s'était fondu dans, se confondait avec, était 23 U Ma. Quelques minutes auparavant, nous avions regardé cette région du ciel sans y voir cette anomalie. Il n'y a pas de géostationnaire dans ce secteur, y en aurait-il eu qu'il n'aurait pas atteint une magnitude voisine de zéro car beaucoup trop éloigné.
  8. Bonsoir. Je suis perplexe, ne sais ce que j'ai vu. Nous étions deux, ma compagne et moi, qui avons aperçu la même chose. Nous nous promenions à pied, sur une route de campagne, et observions le ciel. Soudain, tournés vers le nord, nous avons remarqué une étoile d'une magnitude intermédiaire entre Jupiter et Saturne, un peu plus brillante que Véga, absolument fixe comme une planète mais à un endroit du ciel où il n'y en a pas et où ne se trouve aucune étoile d'un tel éclat. Il était lundi 24 août, à 22 h 55. En une quinzaine de secondes, cet objet a progressivement perdu de sa luminosité pour se confondre en position et en magnitude avec 23 H UMa, à droite de la Grande Ourse, exactement comme si 23 H UMa s'était subitement transformée en une nova, le temps de quinze secondes à peine. Je n'ai aucune idée de ce que c'était car trop bref pour une nova. Mais un géostationnaire aussi brillant et dans cette région nord du ciel, n'est pas plus vraisemblable.
  9. Discordances entre CdC & Stellarium

    J'ai trouvé ; j'ai repéré que Stellarieum mi'ndiquait UTC + 0:15 soit temps solaire local moyen, au lieu de UTC + 1:00. C'était bien trois quarts d'heure de décalage que j'avais constaté. Pourquoi Stellarium entre cette valeur par défaut, je l'ignore et il faut cliquer sur "Utiliser un fuseau horaire personnalisé" pour pouvoir changer cette valeur par défaut.
  10. Discordances entre CdC & Stellarium

    Merci pour ta réponse, Chris. Je n'ai pas l'impression que ça résolve mes données, d'autant que je ne me servais que des azimutales. Je n'y comprends rien, Stellarium me donne pratiquement trois degrés de plus que CdC à la même heure pour la hauteur du soleil et dix pour l'azimut. Une différence d'à peu près trois quarts d'heure dont je ne situe pas l'origine. Si je mesure la position du soleil moi-même, c'est CdC qui est cohérent.
  11. J'ai beau fournir les mêmes heures et dates, les mêmes coordonnées géographiques, j'obtiens des valeurs assez différentes entre Cartes du Ciel et Stellarium, par exemple pour la position du soleil à un instant donné. J'ai le sentiment que Stellarium se trompe mais je ne trouve pas pourquoi. Ce dernier m'indique une position indiquée (apparent), c'est peut-être là l'origine du problème mais je ne trouve pas où choisir un éventuel (vrai). Si quelqu'un peut m'éclaircir, je l'en remercie par avance.
  12. que vaut cet ancien setup ?

    Manifestement, il y a ceux qui connaissent le matériel dont il est question ici et ceux qui ne le connaissent pas. Lulu 1966, STF8LZOS6 et moi-même semblant être les seuls représentants de la première catégorie. Je ne juge pas du prix de cette occasion, cela ne m’intéresse pas et j’ai ce qu’il me faut ; mais le matériel Supermeade, était de grande qualité. Je comprends mal que ceux qui n’ont aucune expérience de ce dont il s’agit ici se permettent cette volée de bois vert envers Lulu qui n’a encore rien proféré d’outrancier. Et STF8LZOS6 a raison qui dit que la garantie Médas de l’époque en était une.
  13. que vaut cet ancien setup ?

    AE 2000 : AE 2500 :
  14. que vaut cet ancien setup ?

    Je suis toujours gré à Meade d’avoir permis, à l’époque, une chose que les autres fabricants n’ont pas tous faite ; on pouvait acheter, chez eux, absolument toutes les pièces séparément et “à la carte” et c’est ainsi qu’en automne 1981 je leur ai acheté, par l’intermédiaire de Médas, mon miroir de 10” et son barillet, le secondaire, son barillet, son araignée et un porte-oculaire à crémaillère en 31,75 mm ; le tout pour moins du prix d’un JPM 115/900. Restait à trouver un tube, pour moi ce fut et c’est toujours un tuyau d’assainissement en PVC, et fabriquer une monture que j’avais faite à berceau, pliable, démontable et facilement transportable, à partir de chevrons de pin et d’un cric de 2 CV. Avec un budget modeste, j’ai pu disposer, déjà, d’un très bon instrument, à base de SuperMeade. Et j'en ai conservé bien des images en tête.
  15. que vaut cet ancien setup ?

    Support de secondaire à une seul branche, sur le DS16 ; très astucieux système. Qualité optique bonne L/4 à L/8 sur les 406. Seul vrai problème, le secondaire collé qui introduisait beaucoup d'astigmatisme. Mon miroir de 409 vient d'un DS 16 repris pas Michel Bonnin. Mais c'est un miroir mince, délicat pour le barillet, avantageux pour la mise en température. Dans mon souvenir, ces Supermeade étaient optiquement bien meilleurs que les SC Celestron.