astrild

Member
  • Content count

    1212
  • Joined

  • Last visited

  • Country

    France

Community Reputation

19 Neutral

About astrild

  • Rank
    Very active member
  1. Aide Isis

    Oui, pour la mesure du fond de ciel, il faut s'efforcer de ne prendre que des zones de ciel sans autres traces de spectres et d'étoiles, ce n'est pas toujours facile avec une image de StarAnalyser.
  2. Aide Isis

    Je vois que Pierre m'a devancé, désolé mais j'étais réquisitionné pour faire les grillades.
  3. Aide Isis

    Je viens de faire un essai avec 1/ ton image brute 2/ ton image composité de ngc4319. Avec l'image brute, ISIS fonctionne et peux te tracer le profil 1D même s'il n'y a qu'une seule image, il suffit de la numéroter de cette façon : nom de l'objet, suffixe objet, 1. Le suffixe objet, tu dois le définir dans l'onglet Général, en bas à droite, par exemple dans mon cas j'ai appelé ton image brute : brute_1 le suffixe objet étant _ Après il te faut suivre le processus de traitement en partant de l'onglet image dans lequel tu charge ton image brute_1 que tu as placée dans le répertoire de travail que tu as définit dans l'onglet configuration. Temps que tu es dans cet onglet précise à ISIS que tu utilise un Star analyser dans "modèle de spectrographe". Tu profiteras ensuite d'être dans l'onglet "image" avec ton image chargée pour regarder dans "en tête" et là tu vas constater que contrairement à ton image composité, ISIS va pouvoir trouver l'heure et la date du spectre, ce qu'il ne trouve pas dans l'image composité. Je pense que c'est pour cela que l'image composité ne convient pas à ISIS. Il doit y avoir un réglage à faire pour pouvoir insérer cette date. Tu passes ensuite dans l'onglet suivant par le bouton "suivant". Te voilà dans l'onglet "général", comme tu ne va pas prétraiter tes images, que tu n'en a qu'une que tu n'as pas de fichier d'étalonnage et qu'il y a plein de traces de spectres sur ton image , le remplissage de cette page va être un peu particulier par rapport à un traitement complet. Voir la copie d'écran que je joins. On pourra y revenir après si tu as des questions. Par "suivant" tu vas dans l'onglet "Etalonnage", là tu dois voir s'afficher ton image. Pour simplifier, commence par choisir de faire le profil d'un trace bien définie, celle d'une étoile, tu pourras après refaire le processus sur la trace de ngc4319 qui est plus difficile à voir. Tu fais un double click sur la trace et ISIS va trouver la coordonnée Y de la trace. Tu peux en profiter pour définir la zone de bining, la valeur prédéfinie 1 fera l'affaire. Comme tes images sont bien orientées, tu peux laisser la valeur tilt et slant à 0. Normalement on mesure ces angle sur l'image (on pourra y revenir). Tu passes à l'onglet Go par ""suivant et tu clique sur GO, normalement ISIS calcule et si tout se déroule bien tu pourras cliquer sur ""Profil pour voir ton profil s'afficher, il n'est bien sûr ni normalisé ni étalonné. Voilà, c'est très rapide. A mon avis il ne te reste plus beaucoup de chemin à faire pour refaire la totalité du traitement avec ISIS ou bien à trouver le moyen de placer la date et l'heure du milieu de prise de tes spectre dans l'en tête du fichier composité.
  4. Aide Isis

    Bonjour, Ce n'est pas très facile d'obtenir un bon résultat avec un Staranalyser à partir d'une source de lumière non ponctuelle comme la coma d'une comète. La résolution du spectre qui n'est déjà pas très bonne avec un star analyser va être dégradée car l'objet étant étendu, les informations du spectre vont se mélanger. Donc quelque soit le soft que tu vas utiliser, il n'y aura pas de miracle à attendre. Si tu pouvais fournir une image 2D en .Fit on pourrait se faire une meilleure idée. Sur l'image affichée sur le forum, on ne distingue pas grand chose, il faudrait pouvoir jouer sur les niveaux. Reprendre ou non le traitement n'est pas un problème en soit, mais avec ISIS, pour traiter un spectre 2D et en tirer un profil 1D. il faut partir d'images .fit ou .fits. Pour avoir un étalonnage en longueur d'onde, même grossier, il faudrait un spectre d'une étoile dans lequel on puisse repérer une raie caractéristique, il y en a peut être une dans ton image, si les traces de spectre ne sont pas saturées, on pourrait le voir en jouant sur les niveaux. De quoi disposes-tu comme données soit brutes soit déjà prétraitées ou même empilées ? Peux-tu mettre à disposition au moins ta meilleur image brute ? Hubert
  5. Bonsoir, J'ai eu des grosses bino en 45°, c'est bien pour du terrestre, mais pas très confortable pour regarder le ciel. Depuis, j'ai eu assez souvent l'occasion d'utiliser des 90°, pour moi c'est clair, si je devais un jour revenir à ce type de bino, je ne prendrais plus des 45° mais des 90° quelque soit le tabouret utilisé.
  6. Bonjour Apricot, Pour l'airglow, je confirme ce que tu dis, j'ai remarqué qu'il varie avec l'heure et le saison, c'est d’ailleurs décrit et expliqué dans la littérature, mais je n'ai jamais fait de mesure pour quantifier ces variations. Je me demande si tous les lampadaires LED ont ce pic d'émission dans le bleu, certains sont très blanc-bleu et d'autre ont une lumière qui tire sur le doré. Je vais essayer de faire un spectre de ceux qui sont près de chez moi. Une question, ta caméra 314 est-elle en couleur ou bien les raies sont colorées par la suite en utilisant un soft ?
  7. Bonsoir, Lors de la dernière nouvelle Lune, j'ai essayé d'enregistrer les spectres des comètes C/2017 T2 PANSTARRS et C/2018 N2 ASASSN. Ces comètes sont peu lumineuses, cela m'a conduit à poser 3600s sur chaque comète. Le résultat obtenu est assez décevant car les deux comètes émettent principalement de la poussière qui reflète le spectre du soleil. C'est un résultat en soit, mais il m'a semblé intéressant de valoriser cette observation pour analyser le spectre du fond de ciel de mon lieu d'observation. Ce site situé dans le sud de Drôme en moyenne montagne (600m) a un ciel relativement préservé de la pollution lumineuse. Après 00h lorsque les deux villages de la vallée éteignent leur éclairage public.il ne subsiste plus que l'éclairage d'un village vacances appartenant à EDF qui ne s'applique pas le conseil de l'entreprise omniprésent dans toutes les annonce d'EDF :"l'énergie est notre avenir économisons la" comme quoi le "faites ce que je dis et pas ce que je fais reste de mise" Les bonnes nuits le QSM grimpe alors à un bon 21.5 qui ferait rêver bien des astronomes amateurs citadins. Le spectre du fond de ciel : J'ai identifié les raies à l'aide de publications que l'on peut trouver sur le net qui décrivent le fond de ciel des grands observatoires internationaux Par exemple : http://www.ing.iac.es/Astronomy/observing/conditions/skybr/skybr.html https://iopscience.iop.org/article/10.1088/1538-3873/128/968/105004#paspaa1dbdfn3 http://www.cfht.hawaii.edu/Instruments/ObservatoryManual/index.html On distingue deux sortes de raies d'émission. 1/ Les raies dues à la pollution lumineuse résiduelle locale qui s'ajoute à celle plus lointaine venant de la vallée du Rhône, il s'agit principalement les raies du mercure (Hg) et du sodium (Na). 2/Les raies "naturelles" du ciel de nuit, principalement l'airglow. Raies OI et OH. Ces raies peuvent aussi provenir des gaz libérés par la comète. Il est difficile de dire si dans le cas présent il n'y a en a pas une petite partie qui provient de la comète. La raie OI à 5577Å est présente dans le spectre de la comète après retrait du fond du ciel, mais il peut s'agir d'un signal résiduel dû à un retrait imparfait du fond du ciel.
  8. WASP-10b, transit du 16 septembre 2019

    Bonjour Jacques, Si tu lis un peu l'anglais, il y a ce document "Exoplanet observing for amateur" de Bruce L. Gary qui est très intéressant et surtout très orienté pratique, c'est facile à suivre et plein d'informations utiles. http://brucegary.net/book_EOA/EOA.pdf
  9. Bonjour, 2019 n'a jusqu'à ce jour pas été une année faste pour les amateurs de spectres de comètes. Seules C/2018 W2 Africano et 260P McNaught ont au mieux de leur forme atteint une magnitude de coma à la limite de ce que l'on peut espérer capter avec du matériel d'amateur. Après plusieurs tentatives ratées, voici deux spectres de ces comètes, sauvées de la poubelle du PC, car les deux comètes s'éloignant maintenant du soleil j'ai peu d'espoir de pouvoir faire mieux. Africano prise fin Août et McNaught prise fin septembre. Lorsque les spectres ont été faits, les comètes étaient à environ 1.45 UA du soleil. Par rapport à la Terre, Africano était à 1 UA et McNaught 0.56 UA. Observation faite depuis l'extrême Sud de la Drôme sous un ciel bien noir après l’extinction des lampadaires vers 00h. D'abord deux images de ces comètes tirées de la base de données des amateurs observateurs de comètes au moment des prises ( Newton de 400mm ouvert à F2.8). http://lesia.obspm.fr/comets/lib/displa ... ?Num=21113 http://lesia.obspm.fr/comets/lib/displa ... ?Num=20928 Maintenant, les spectres : Prises de vue réalisée avec un SC de 10" dont la focale avait été réduite à environ 1600mm. Spectro LISA caméra Atik 460EX 4x600s en 1x1 pour McNaught et 6x600s en 2x2 pour Africano. Guidage sur la comète avec une atik 314L. Pour McNaught faite un mois après Africano, j'ai été trop confiant en passant en 1x1 car la comète semblait plus lumineuse sur les images de guidage. Paris perdu… La trace des spectres sur les images 2D registrées ressort à peine du fond de ciel. Du coup les profils obtenus sont très bruités RSB < 10. On voit tout de même sur les images 2D que les spectres sont différents, on devine sur le spectre 2D d'Africano des raies en émission caractéristiques des émissions du C2 qui donne la couleur verte de la queue des comètes. J'ai identifié les principales raies d'émission. Sur l'image 2D de McNaught, rien ne ressort vraiment, il doit probablement s'agir de la lumière du soleil réfléchie par les poussières éjectées par la comète. Les profils 1D tirés des images semblent confirmer cette analyse. En espérant que les prochains mois amèneront près du soleil une comète bien plus démonstrative. Bon ciel
  10. Bonjour, Une animation faite à partir d'images prises dans la nuit de samedi à dimanche, la comète Iwamoto passait à proximité d'IC405. Le champ est trop faible pour voir la totalité de la nébuleuse, mais une partie apparaît en bas de l'image. Les poses unitaires sont de 120s CCD SBIG ST10 XME optique C5 à 925mm de focale.
  11. Ben oui, il y a quand même une certaine ressemblance avec le spectre de cette comète : http://www.spectro-aras.com/forum/viewtopic.php?f=6&t=2241 mais le profil est noyé dans le bruit. Il faudrait recommencer cette fois ci en posant une grosse heure ; ça tombe bien, il fait beau. Hubert
  12. Comment afficher plus de deux spectres ?

    Je vois que tu as su le faire. Évidemment, si tu ajoute des contraintes ! Pour moi ce que tu as produit répond à ta question initiale, tu n'avais pas exprimé d'autres exigences que d'afficher plus de deux profils. Le plus efficace serait de bien préciser qu’est ce qui rendrait le graphique plus désirable puis de contacter Valérie Desnoux qui est la personne qui a crée Visuelspec. Elle saura facilement te dire si Visualspec sait le faire ou non. Bons amusements avec les profils de spectre Hubert
  13. Comment afficher plus de deux spectres ?

    Bonsoir, Visualspec permet de faire cela. hubert
  14. Bonjour Gerard33, Il me semble que tu pourrait améliorer un peu la lisibilité de ton profil de spectre . 1/ Au niveau de l'affichage, tout ce qu'il y a en dessous de 3860 Å n'est pas vraiment significatif, c'est du bruit fortement amplifié par la division par la PLU et la réponse. En découpant ton profil en dessous de 3870 Å, l'échelle va se re-normaliser et tu verras mieux la plage 5000-7000 Å. 2/ Lors du traitement, coches la case "normaliser" en ayant défini une plage de normalisation dans un zone où il n'y a pas de grande raie, exemple 6650-67500 Å. cela mettra cette plage du spectre à 1 et re-normalisera tout par rapport à cette valeur. Cela ne fera pas de miracle, mais on devrait voir apparaitre les raies d'émissions à 4700 Å et 5200 Å.
  15. Tu as raison apricot, l'effet montré par Christian Buil est réel, mais les exemples qu'il montre pour mettre en évidence le phénomène sont des cas extrèmes. En principe on place la fente perpendiculairement à l'horizon, on prend les spectres quand l'objet est assez haut dans le ciel quand la turbulence n'est pas trop forte et enfin on prend soin de caler l'autoguideur sur les mêmes coordonnées x et y du capteur entre le spectre de l'étoile de référence et celui de l'objet dont fait le spectre. Je n'utilise plus beaucoup de réducteur sur mon SC avec mon LISA car je trouve que les inconvénients qu'apporte le réducteur en terme de qualité optique sont plus importants que les gains qu'il peut procurer. Enfin sur des poses multiples utilisées en spectro qui sont longues (plusieurs minutes), les petites fluctuations de positionnement de l'objet sur la fente en x et y lissent les écarts et au final une fois toutes les images additionnées cela doit quand même assez bien corriger. Mais surtout un principe de réalité, car même avec un newton, il y reste les optiques du spectro qui apportent leur lot de chromatisme donc on n'a pas pas trop le moyen de le supprimer totalement alors il faut bien faire avec :).