patry

Member
  • Content count

    3815
  • Joined

  • Last visited

  • Country

    France

Posts posted by patry


  1. fayolle> Pour la lune, la taille du capteur, et pour une DMK21 sans hésiter la PL1M. D'autant plus que la PL1M est moins chère encore (à l'heure du choix, ca compte).
    De mon coté j'ai pu (prêt ImagingSource) tester une DMK31, mais le prix est rebutant (pas trop les moyens en fait). J'ai par contre investi dans une DMK21, mais pas pour la lune (la PL1M est là pour ça), pour du planétaire plutôt ou pour un peu de CP à F3.3. La taille suffit largement dans ce cas.

    De plus, la DMK 21 sera un cran plus sensible que la PL1M pour le coup avec ses larges photosites.


    CASTOR78>
    rolf>
    penn kalet>
    PPAQU> Merci à vous tous !


  2. legalet> Oui, Bond est très particulier, et sous cet angle il a vraiment l'air d'un carré tu a raison !

    antoine 80> Effectivement, la "platitude" n'incite pas à le faire, et moi le premier. J'ai "usé" mes cameras sur le pole sud plus d'une fois alors qu'il y a de belles choses aussi de ce coté là de la lune. Qu'on se le dise !

    jcb77> Pour la luminosité, j'ai fait attention à l'exposition mais la région ne présente pas non plus trop de gradient, ca aide ! Quand à la surface de capteur, effectivement la PL1M dispose d'un "grand" capteur d'1/2 pouce (1280x1024), et est comparable avec une DMK41 en taille (1/2" et 1280x960 je crois). Du coup, avec la barlow je sur-échantillone un peu trop mais la surface de capture me le permet ! J'équilibre sur un ton moyen et tout passe.


    Marc


  3. Pour registax j'imagine que oui, et même mieux que cela car une image sortie de registration, puis filtrée est différente si tu la sauvegarde en FIT (16 bits bien sur), juste après la registration et que tu la re-ouvre puis que tu applique le filtrage.

    Sinon, dans l'onglet Stack/Show stackgraph tu a ce genre de fenêtre

    Tu dispose (non présenté là) d'un curseur vertical (différence) et horizontal (frame list).
    En jouant sur les deux, tu peux limiter les images à registrer au final (le compteur en bas de cette fenêtre diminue). Par contre, si tu est en multipoints, je t'invite à conserver la même quantité pour toutes les zones.

    Sinon tu peux toujours venir décocher "une" image dans la framelist bien sur mais sans savoir si elle est exploitée en multipoints et pour quel(s) point(s).


    Marc


  4. C'est donc l'image qui est le reflet, au nord, de l'image du limbe sud (qu'on avait mis en commun avec jérome).

    Cette fois, c'est donc la partie nord qui a eu les honneurs. Bon c'est un peu "plat pays" comparativement au sud bien sur avec de larges plaines, parsemées ça et là de quelques cratères de taille respectable, puis d'une multitude de craterlets.

    Bon l'image (légèrement réduite) donne ça :

    C'est pris au C11 comme toujours, une barlow x2, un filtre R, plus le 'L' qui ferme à demeure la PL1M.
    L'enregistrement se fait au format SER et le traitement sous Registax (multipoints). La mosaïque sous Imerge et la retouche finale du gamma sous Iris (sur une image 16bits).

    Voila j'ai tout dit je crois !


  5. Cela rejoint mon expérience perso qui me dicte que selon la turbulence il faut en selectionner "raisonnablement" le maximum (non je ne suis pas normand).
    A moins de 100, on voit bien que les traitements (ondelettes ou autre) ont bien du mal à correctement travailler. Il y a pas mal d'artecfacts ou bien le niveau est placé tellement bas que l'effet est anecdotique.
    Autour de 200, c'est à mon avis un optimum ... informatiquement, on part d'une image 8 bits, on en additionne 256, et hop on obtient 16 bits de dynamique ... c'est mathématique et chaque image est prise "à 100%".
    Si on en conserve 512, chaque image sera exploitée à 50% de sa valeur (on a 17bits de dynamique sinon au final ... un bit de trop).

    Sur ton exemple legalet, on voit bien qu'au dela de 200, l'amélioration devient subtile, pour ne pas dire autre chose. Peut être que les aplats de "couleur" ou de "niveaux de gris" sont mieux rendus ... bon on pinaille là !
    Ensuite, augmenter le nombre d'image c'est donner le libre champ aux moins bonnes images de venir s'installer. Un noir n'est plus aussi noir ? Hum, peut être qu'une mauvaise image (plusieurs) est(sont) venue(s) se poser là ... toute pleine de diffusion et pan, une tache ! Sous Iris, sur la lune, quand on fait un add_norm, on voit très rapidement les zones claires saturer, puis les zones sombres se remplir petit à petit, à la fin le niveau moyen de l'ombre du cratère est loin d'être à zéro !

    Comme sous Iris avec l'animation, sous registax, j'ai tendance à venir piocher les images +/- pronfondément dans la selection ... quitte à limiter lors du compositage à la limite que je me suis fixé ainsi ! En tout cas, Registax peut en selectionner "moins" que les x% (qualitativement parlant) du début, mais malheureusement pas "plus".
    Là il faudra recommencer du début.


  6. jcb> je dispose du chercheur "polaire" sur mon C8 (coudé ou non qui plus est ... génial), réticulé et éclairé. Je suis passsé au C11 mais j'ai conservé le chercheur du C8 !

    Le réticule est tout con mais tellement pratique. Il y a 24 secteurs gravés et l'abaque (que je n'ai pas par contre), t'indique dans quel "secteur" mettre la polaire.
    Mieux, l'abaque présente sur l'index à la décennie près la position dans le secteur (+/- loin du pôle).

    Comme le grossissement est déjà respectable (x8) la localisation de la polaire se fait dans d'excellentes conditions si tu disposes de mouvements "lents" en H/V sur la table EQ !


  7. Sur mon C8 (ultima à fourche), je commence à chercher le centre de rotation de la monture (i.e. je calibre l'axe de dec).
    Ce point (DEC) est trouvé quand une oscillation en AD (frein d'AD desséré) montre une rotation de champ "centrée" (ou la moins décentrée possible) dans l'oculaire.
    Ensuite tu ne touche plus à la DEC (tu peux re-aligner le cercle de dec sur l'index 90 par contre), et ton AD est un invariant.

    Cette première étape peut se faire en 2 ou 3 minutes, ce qui compte c'est de voir des étoiles faire des arcs de cercles (d'autant plus grands ces arcs que tu est loin du pôle).

    Y'a plus qu'a jouer sur les axes Horizontaux et Verticaux UNIQUEMENT pour pointer :

    La polaire en première approximation,
    Le pôle si tu veux un meilleur suivi encore.

    L'idéal est d'utiliser un oculaire de 30mm de focale, pour avoir le max de champ et avoir la polaire et le pôle dans le champ.


    Pour du planétaire c'est (très) largement suffisant !

    Marc


  8. C'était du chromatisme atmosphérique ou bien lié à l'optique. Parce que tu semble avoir eu de meilleurs résultats au zénith que proche de l'horizon (juju, vénus, ...)

    Mainteant il est peu probable qu'avec même 4 lentilles on puisse avoir un champ plan ET une correction chromatique parfaite !


  9. J'utilise un bête transformateur 12V 500ma sans aucun problème (mon trépied est sur la terrasse et j'ai posé une prise electrique à l'extérieur).
    Après une chute malencontreuse, je l'ai remplacé par un truc "plus gros", de 13,4V (500ma toujours) et elle marche toujours aussi bien (même en vitesse rapide).

  10. Le ptit ? Ha oui ok j'ai compris, merci !

    Pour les brutes, effectivement je suis perso bien au dela, généralement entre 200 et 600 (452 sur un traitement actuel du pôle nord à venir). Cela permet d'augmenter et de "remplir" la dynamique. Du coup la limite du filtrage (où les artefacts apparaissent) est repoussée.

    Marc


  11. Pour un réfracteur -qui s'utilise "en bas" je veux dire, la hauteur est rarement un problème. Ou plutôt si, le porte oculaire risque de se retrouver parfois bien bas. Mais comme le trépied peut se déplier (perso j'aime pas trop mais bon c'est possible), tu retrouve une position "correcte".

    Non le plus gros risque c'est que si ta lunette est longue, elle risque de venir taper dans le trépied dans certaines positions.
    Heureusement qu'il existe alors des rallonges (qui vienne s'intercaler en tre le haut du trépied et la base) pour sur-élever la tête. Là plus aucun problème.

    voir là : http://www.galileo.cc/GALILEO-france/descriptif_accessoires.php?ref=SK-100002

    Marc


  12. Allez, encore un grain (de sel, pas une tempête) ... pour peu que le vent soit de face (souvent le cas en aéronautique, les oiseaux en la matière en savent plus que nous), le volatile peut être quasi stationnaire, et dans ce cas, point de flou de bougé et on parfois même le temps de braketer pour faire la vue qui va bien.

    Maintenant, je ne m'y connais pas en mouette, goeland et autres dérivés des dindons (ha non un dindon qui vole c'est pas possible ... enfin pas longtemps, c'est en effet, et c'est bien connu, un de ceux qui lors de la génèse du monde n'écoutaient pas le créateur parlant du vol, planqués au fond de la classe). Autres dérivés de volatiles donc, pour savoir par rapport à la courbure des ailes si la portance était en la matière suffisante pour contrer un vent de face (on peut le retrouver dans les archives de météo france pour ceux qui voudraient repartir à l'assaut de la 200e réponse).

    Je doute que mes collègues qui font des avions à Toulouse pourront nous aider en la matière (je doute de leur compétence), et puis on a jamais mis de plumes sur un airbus c'est là une raison suffisante.


    #102 c'est ça ?

    On rigole bien en tout cas !


  13. fourmi103, Christian> Effectivement, la lune est naturellement "sombre", mais je reconnais que traditionnellement elle est présentée plus claire.
    Maintenant, c'est par choix (un peu) pour ne pas cramer les flancs (les pauvres).
    En l'absence d'une gestion de gamma, je ne joue que sur l'exposition (autour de 50ms avec un filtre "R" autour de F20) avec un gain de 65%.
    Du coup, et on a déjà évoqué le sujet avec christian mes images sont "volontairement" un peu sombres. Bon l'idée c'est d'imager de larges parties sans avoir une lune "fromange blanc" non plus.

    Mais je travaille à remonter petit à petit la luminosité de mes captures ... soyez-en sur.


  14. Pourquoi ne pas oser ?
    Si tu ne le dis pas, l'auteur ne sait pas forcément ce qui ne va pas.
    Là on a été nombreux à lui indiquer le problème. Et comme Christian n'est certainement pas insensibles aux remarques constructives, on est récompensés par une image bien plus agréable.

    Tout le monde est gagnant ainsi dès lors que cela se fait dans la bonne humeur.