patry

Membre
  • Compteur de contenus

    3 454
  • Inscription

  • Dernière visite

  • Pays

    France

Réputation sur la communauté

87 Neutre

À propos de patry

  • Rang
    Membre très actif

Informations personnelles

  1. chromatisme et CCD monochrome

    Sur une 80ED ... c'est certain ! Si tu trouve que une luminance n'est pas terrible, sache que dans l'IR ce sera encore pire. Au C11, mon filtre de prédilection c'est le 23A. L'image est tout aussi lumineuse (pour la caméra) que pour une luminance (sur un ciel laiteux ~> blanc) tout en prodiguant une résolution au top. Mais avec la 80ED, l'image a certes beaucoup de flux mais la résolution est très médiocre à cause de a différence de focus entre R et IR ! Donc, en l'absence de filtre interférentiel jaune qui couperait aussi l'IR, l'association d'un jaune avec un filtre pour cet usage s'impose.
  2. chromatisme et CCD monochrome

    Le filtre minus violet ne répond de toute façon pas à la demande de notre hôte car c'est, grosso modo, un filtre luminance qui passe de 420nm à 680nm, quand on recherche quelque chose qui coupe sous les 500nm et au dela de 750nm ! C'est clairement la définition d'un filtre jaune ou orange. Voila chez edmund optics la transmission du filtre jaune (à associer à un IR cut / Luminance, c'est pas un interférentiel) : https://www.edmundoptics.fr/document/download/440234 C'est limite, on pourrait tirer un peu plus sur le vert on y perdrait pas trop. Marc
  3. chromatisme et CCD monochrome

    C'est édifiant alors que, in fine, en R,G,B la refocalisation permet d'avoir souvent des images assez belles, y compris en B. Mais le défocus est tel (quelques dixièmes de mm c'est déjà beaucoup alors des mm j'imagine avec difficulté ce que cela doit donner) que la couche bleue va empâter le résultat. Il faudrait voir ce que tu perd en flux, tu risque de le gagner en détectivité finalement ! Matt, le filtre coupe l'IR aussi ? Marc
  4. chromatisme et CCD monochrome

    Attention, la plaie des réfracteurs non APO, c'est la couche (large) bleue, d'où j'imagine le besoin de virer cette partie du spectre. En visuel la très grande majorité des lunettes sont corrigées pour du visuel ... dans le vert. La couche rouge part lentement à la dérive, mais ce n'est pas le cas de la couche bleue qui bave très vite. Le filtre CLS, tout comme l'UHC dont je dispose vise un autre objectif de masquer la pollution lumineuse tout en laissant passe un maximum du spectre visible (la dénomination CCD indique que le filtre coupe en plus l'IR, ce dont le filtre visuel se fout un peu). Je ne connais pas la lunette de alef, mais sur ma 80ED, le focus en R, V et B est très nettement décalé (sans doute plusieurs centaines de µm, c'est très net au crayford 1:10). Et quand le C11 donne le meilleur de lui-même au 23A (R+IR), ce filtre est une catastrophe au réfracteur certainement à cause de l'IR réfracté par l'objectif ! Je reste sur ma première idée d'un filtre "large" V+R, mais tu ne trouvera que du filtre teinté qui fuite dans l'IR, sauf si tu l'associe avec un IR-Cut. Marc
  5. chromatisme et CCD monochrome

    Il n'existera pas de "filtre" qui éliminerait le chromatisme comme ça. Sinon TEC et Taka ferait des lunettes avec des objectifs à une seule lentille et tu trouverais ce filtre avec l'oculaire fourni. Non on peut lutter contre le chromatisme atmosphérique (toujours vertical), il suffit de disposer d'un élément de chromatisme opposé et cela fait des miracles. Pour corriger le chromatisme d'un instrument il faudrait un correcteur avec des verres spéciaux (matière) et d'un profil particulier ... cela coûtera bien plus cher que de prendre une lunette mieux corrigée ! Il y aura toujours du chromatisme mais beaucoup moins que dans ton instrument actuel ! Pour les filtres qui ne feront que cacher la misère, tu trouveras là (http://www.astrosurf.com/patry/divers/Astronomik-LRGB.jpg) la transmission des filtres de chez Astronomik pour la série LRGB. Le R semble répondre le mieux au besoin (500nm ~ 750 nm) avec surtout < 1% dans le bleu et le vert ! Sinon peut être un filtre jaune (plus passant qu'un rouge vers les longueur d'ondes courtes). Marc
  6. Pour l'instrument de Christian, cela donne L/10 PtV et L/50 RMS, (de mémoire, Airylab retire systématiquement les coefficients de piston, tilt, defocus et coma). Mon opérateur conservait la coma tous pour me faire la mesure "réelle" obtenue sur le capteur. Mais c'est le paramètre le plus handicapant de la formule optique. Sur une autre mesure, en cochant "tout" (sauf piston, tilt et défocus qui sont des défauts de mesure) j'ai => L/4 (L/29), sans la coma principale (Z7,Z8) => L/7 (L/45) et en virant toute la coma (Z7+Z8+Z16+Z17) => L/9,4 (L/52,6). On y est, c'est très semblable au C8. Et en virant en plus les Z>22 cela devient délirant => L/10,7 (L/63,8), ces paramètres de rang élevés influencent peu le PtV mais font gagner 10 points de RMS, c'est énorme. Mais malheureusement on image avec tous les défauts (ce serait plus facile sinon). J'ai aussi croisé le C8 d'un copain dont la tache d'airy était ... parfaite. Aucun défaut sur tout le pourtour des deux ou trois premiers anneaux ce qui permettait une collimation "tip top". Marc
  7. Je réponds en passant ; sur mon C8 Ultima de 1995, non, mais sur le C11 XLT que j'ai aussi, le RMS le plus pessimiste est de L/25 sur l'instrument complet (d'autres mesures sont un peu supérieure à L/30 mais plus sujettes à caution, la vérité doit être entre les deux). Les images fournies sont plus que satisfaisante, y compris pour son diamètre même si, j'en conviens, une APO du même diamètre fera peut être un peu mieux (mais à quel prix). C'est, je crois, largement assez pour dépasser cette APO à 15k€ et on reste sous le rapport 5 en tarif (avec la différence on s'achète une petite voiture). Sinon, pour répondre à la question, le primaire seul d'un SC est en général très très bon ... souvent meilleur qu'un parabolique bien né, normal la surface sphérique est très facile à réaliser avec à la fois le bon profil est une grande douceur . De là a extrapoler une qualité de surface du primaire seul ... L/8 ? L/12 ? Mieux ? Moins bien ? J'en sais rien, mesurer l'instrument par partie n'est pas très instructif ! C'est souvent la lame qui pèche dont le placement (et l'orientation) sont à soigner en cas de refonte globale. Mais attention, un newton de 300~350mm sera encore moins cher qu'un C11, et encore bien plus performant. Pire, à 15k€, on doit pouvoir trouver un 400mm, qui même à L/3 devrait l'emporter sur la lunette dans n'importe quelle discipline sauf peut être la transportabilité et pour grossir moins de x50 ! Mais je crois qu'on s'éloigne du débat (pfff déjà 7 pages par ailleurs très amusantes, ça passe vite quand on s'amuse) de la transmission optique là !
  8. Trop génial, pour 3 à 5 fois le prix d'un réflecteur je peux me prendre une APO de moins de la moitié du diamètre qui aura l'avantage d'un TAUX de transmission meilleur. Bon on fera abstraction de la lumière collectée, de la résolution et du prix. C'est peu de chose quand on réfléchit au TAUX de transmission quand même parce que, franchement la magnitude limite c'est vachement surfait, de même que la résolution. Quelle bande d'ignorants ces dobsoneux avec leur galette de 500 à 1000mm de diamètre, il ne savent pas ce qu'ils ratent à ne pas observer dans leur chercheur ! Du coup j'échange ma 80ED contre T250~350, ou C11 (pour me faire une bino) ou à la limite C14, pour vous débarrasser et vous permettre ce connaître enfin l'extase de SAVOIR que vous ne perdrez pas un photon intergalactique. Bon vous ne le verrez pas le photon vu que vous n'e recueillerez pas assez, mais si vous l'aviez vu, quelle satisfaction de savoir que sa marche au travers de l'univers n'aura pas été vaine ! Marc
  9. C'est marrant de discuter sur la transmission des instruments, et de l'occasion (ou pas) de changer de renvoi coudé pour gagner 2 à 3% de transmission. Mais bizarrement on est pas nombreux à voir s'éteindre un grand nombre d'étoiles quand on utilise une bino (perte de plus de 50% du flux dans chaque canal). Il doit y avoir un truc que je ne pige pas ... je dois pas avoir l'option "vision bionique" ... ou alors il me manque le module additif des deux yeux (remarque je ne vois pas 2 fois plus sombre quand je ferme un œil, faut trouver un avantage). Comme dit plus haut, entre un réfracteur et un réflecteur, le taux de transmission est largement à l'avantage du réfracteur ... mais il est facile d'augmenter le diamètre du réflecteur, on s'en fout un peu du taux de transmission absolu de 5 ou 10% inférieur quand on a 300 à 400% de flux en plus ! Non ?
  10. IRIS 16bits signés/non signés

    Pour information voilà la spécification officielle du format FITS , disponible du FITS support office de la NASA. https://fits.gsfc.nasa.gov/standard40/fits_standard40aa-le.pdf On a même été "inventer" des formats d'enregistrement vidéo RAW alors que le FITS "sait" enregistrer des données dans un nombre quelconque de dimensions, 1 (format ligne), 2 ('ligne x temps ou bien image), 3 (image x temps, ou représentation en volume), .... Une vidéo c'est jamais qu'une image en 3 dimensions avec une 3e dimension avec beaucoup de plans ! Marc
  11. collimation, oui mais quand?

    Pour revenir au sujet sur le réducteur, idéalement on aurait un crayford dont la coulisse aurait la bonne longueur (celle du raccord photo), le réducteur se monterait A L'INTERIEUR du crayford, sur la coulisse coté instrument, et en sortie on visserait une bague T2 ou le raccord de la caméra. Le réducteur serait pratiquement à sa place (à proximité du barillet de l'instrument) et on conserve la capacité de mise au point fine. En vrai, c'est pas le cas, et le réducteur je le monte en sortie du crayford avec l'aide inespérée d'un renvoi coudé Celestron qui permettait le montage vissé sur la sortie du SC, ou bien en T2 en changeant l'entrée du RC. Mais du coup je dispose d'une bague 2" filetée "SC" mâle ! C'est la bague à droite de cette photo. Le tirage réducteur/caméra sera bon, mais le positionnement du réducteur ne le sera pas. Sans cet artifice, le réducteur devra se monter en amont du crayford mais c'est le tirage qui ne sera pas le bon. Marc
  12. IRIS 16bits signés/non signés

    Rappel des fonctions LOADSX LoadSX lit du 16 bits non signé, le multiplie par 0.5 et ajoute un offset pour revenir à 0..32767 en 16 bits signé. C'est identique au script de M27trognondepomme. On perd en dynamique initiale puisque une valeur sur deux est perdue LoadSX2 lit du 16 bits non signé et renvoie la "partie basse" c'est à dire l'intervalle [0..32767] dans un 16 bits signé. Les valeurs initiales de l'intervalle [32767..65535] sont tronquées à 32767. Cela fonctionne bien si la dynamique d'origine n'est pas supérieure à 50% donc. C'est exactement ton symptôme Christophe. LoadSX3 lit toujours un 16 bits non signé et soustrait 32768 pour obtenir un 16 bits signé. On conserve la relation d'ordre des valeurs et la dynamique mais les valeurs les plus petites d'origine deviennent négatives. Certains algorithmes n'apprécient pas toujours. En planétaire j'ai systématiquement utilisé la fonction LoadSX, la seconde est handicapante à la capture (pas plus de 50% de l'histogramme renseigné, à part pour la couche bleue en conservant les paramètres d'exposition des autres couches) cela reste rare), la dernière ce sont les fonctions de traitement qui génèrent des résultats parfois bizarres. Marc
  13. IRIS 16bits signés/non signés

    Sinon pour ce genre de symptômes j'utilise la commande loadsx. Marc
  14. Mise au point sur C11

    Les C11 et C14 on un adaptateur de série passant de la sortie "nominale" de 3,3" vers le 2" au standard SC. J'ai un crayford qui se visse correctement sur la sortie 2" mais j'avoue que le modèle avec une sortie 3,3" ferait le plus grand bien quand j'utilise mon Paragon 40mm ! Skywatcher> c'est bizarre que ton C8 n'accepte pas un équipement prévu pour le 2" standard. Essaie de voir avec un club, il y aura bien quelqu'un qui aura un SC. Même avec le "visual back" de base tu sera vite fixé ! Marc
  15. Une partie de la chaleur dispersée par le radiateur est aussi transmise à la fenêtre optique pour éviter la buée c'est plutôt une bonne idée. Maintenant, si l'idée sous-jacente est d'envoyer les calories loin du capteur c'est effectivement pas terrible. A moins de de faire de l'imagerie IR thermique, je pense que c'est suffisant.