patry

Member
  • Content count

    3550
  • Joined

  • Last visited

  • Country

    France

Community Reputation

161 Good

About patry

  • Rank
    Very active member

Personal Information

  1. Assez d'accord avec impla007, il est délicat de trouver le mode opératoire permettant d'obtenir des résultats proches (non égaux) à ce que l'on a avec un interféro (mais c'est possible). Une fois les grandes tendances observées, la coma est un bon indicateur de la qualité de la collimation et on cherchera à la minimiser. Marc
  2. sauvergarde pc/ restauration

    Plus vite, oui un petit peu parfois car cela dépend de l'organisation qu'utilise le fabriquant. Plus gros signifie souvent plus de composants (disons 8 au lieu de 4). Mais du coup pour obtenir un octet (de 8 bits), en schématisant, tu lis en parallèle 1 bit par composant donc dans le temps d'accès d'un bit tu a lu un octet. Si tu n'a que 4 composants, il te faudra un temps d'accès double. En vrai, cela ne se passe pas toujours comme cela et on accède à plusieurs bits (4, 8, parfois 16) en parallèle pour chaque puce. Encore faut il que l'interface (qui relie le SSD au PC) ne bride pas les performances. Car ce sera le cas en SATA (6Gbps, soit environ 500 à 600 Mo/s compte tenu des protocoles), nettement moins en NVMe (4000 Mo/s théorique). Si le constructeur utilise simplement le même nombre de puces, mais 2x plus grosses, tu ne gagnera rien en vitesse ... c'est souvent le cas. Par contre, le SSD a une durée de vie limitée en nombre de cycles d'écritures. En interne, le composant gère son espace libre comme il l'entend mais écrire 1Go/j dans un disque de 2Go "use" plus ce dernier que 1Go/j dans un disque de 10Go ! Et donc plus le disque est gros (plus il est cher évidemment) plus sa durée de vie (théorique) sera grande. En tout cas, pour faire de l'imagerie cela va de l'indispensable (lunaire, solaire ... grand champ et grande vitesse) au très confortable (planétaire ... petit champ vitesse moyenne à lente). Je te conseille un portable à double disque. J'ai un ACER avec un petit SSD pour le système (128Go) accompagné d'un HDD de 500Go pour le reste ... changé pour un SSD de 500Go depuis. Mais 500Go quand le ciel est bon, cela part vite sur la lune ... j'envisage le To maintenant. Marc
  3. sauvergarde pc/ restauration

    quand tu perds la mise en veille c'est qu'il y a un périphérique (ou plutôt son driver) qui empêche le passage en mode S1 ou S3 (de mémoire). Il y a une manipe pour savoir quel driver est la source du blocage, mais je ne la retrouve pas. Quand il n'y a plus rien qui marche, le mieux c'est de tout ré-installer quand même !
  4. sauvergarde pc/ restauration

    Comme ALAING, un ghost permet de faire une image intégrale d'un disque dur sur un autre média. C'est brutal et cela permet de restaurer TOUT à l'identique. J'avais GHOST mais je préfère utiliser maintenant la solution intégrée à windows (protection système) que je sauvegarde sur un disque dédié (2To) dans le PC. Là tu peux restaurer tout ou partie de la sauvegarde. Toutefois, c'est difficile de faire ce genre de sauvegarde quotidiennement. Tu peux aussi utiliser la restauration windows, mais c'est moins souple. https://www.mediaforma.com/windows-10-activer-restauration-systeme/ Pour un seul petit fichier, il y a beaucoup plus simple en activant la fonction sauvegarde de windows (avant la perte du fichier bien sur). Cela permet d'enregistrer quotidiennement s'il le faut, toute modification de n'importe quel élément du disque dur. Ainsi tu peux revenir en arrière d'un jour ou plus. Tout dépend de l'espace que tu réserve sur ton disque dur (5%, 7%, 10% ...). Cela fonctionne disque par disque donc penser à l'activer sur chacun d'entre eux (p.ex C: pour le système et les programmes indispensables, U: pour les utilisateurs, mais pas P: pour les programmes qui seront ré-installés). https://www.papergeek.fr/windows-10-comment-activer-historique-fichiers-sauvegarde-automatique-donnees-272415 Enfin, en cas de perte de fichier sans protection, il reste des outils comme recuva qui analysent le disque à la recherche de fichier/blocs perdus ou récemment effacés. Plus vite l'outil est lancé après accident, plus importante sera la probabilité de retrouver le fichier avant d'être re-écrit par de nouvelles écritures. Sachant que sur le disque système il y a plusieurs dizaines d'écritures de fichier en continu => d'où l'importance de séparer les données du système. Mieux encore les fichiers temporaires (TEMP ou TMP sous windows) sur un autre disque également (RAM disk chez moi c'est redoutable car environ 1000x plus rapide qu'un SSD) permet d'éviter d'engorger un disque dur. Il y a d'autres outils comme recuva mais celui ci est à la fois simple pour restaurer un fichier et puissant pour offrir des moyens complexes d'analyse. https://www.commentcamarche.net/download/telecharger-34055403-recuva Plus riche, tu installe un NAS (synology 4 disques pour moi) et tu y met les fichiers et sauvegardes. Par contre faut maîtriser un peu pour en tirer tout l'intérêt de la chose. C'est pas un outil que je conseille pour un usage domestique à part pour le stockage de fichiers (musique, vidéo ...). Mais cela sait faire tellement plus .... Marc
  5. Mesure ADC

    Ok, caméra et oculaire ne sont pas parafocaux ... j'ai compris !
  6. Mesure ADC

    Jean luc, sur le SC, la mise au point interne en faisant varier la distance M1-M2 provoque un changement de la focale et donc de la puissance de la correction de l'ADC mais pas avec un crayford qui ne joue que sur le positionnement des éléments "longitudinalement". A mon avis, comme il n'y a pas de variation de tirage entre l'ADC et la caméra quand on fait la mise au point avec un crayford on ne change pas la correction ? Marc
  7. Mesure ADC

    JLD> Pourquoi l'identité des focus car en pratique le chromatisme est une cause extérieure à l'instrument qui est corrigé par l'ADC. Du coup le fait que l'image soit (ou pas) au même point lors du réglage de l'ADC importe peu non ? Sur un réfracteur (a)chromatique pourquoi pas (et encore) mais pourquoi sur un SC muni d'un crayford (je ne change pas la distance M1-M2). dfremond> moi aussi j'ai noté que le réglage est "plus large" quand il y a un tube allonge. Mais du coup le moindre changement d'angle apporte une correction supérieure. C'est logique car la focalisation se faisant "plus loin" on profite d'une correction plus précise. C'est un peu comme de mettre la barlow AVANT (faisceau à F/20, chromatisme à corriger plus net, l'ADC travaille mieux mais a une "latitude" plus réduite), ou APRES (faisceau à F10, chromatisme à corriger plus subtil, l'ADC nécessite une correction plus fine mais une latitude plus grande). Patrick> Oui, intuitivement un défaut de surface de X nm qui a 200 cm à parcourir avant le foyer et un autre de Y nm qui n'a que 10 cm à parcourir, moi je dirais qu'il y a un rapport 20. Même si c'est probablement un peu plus complexe que cela. Du coup, le RMS de l'ADC reste globalement presque 3,5x meilleur que l'instrument utilisé ... j'ai de la marge. Marc
  8. Mesure ADC

    JLD> Bonne idée, je vais essayer cela. Collimater un peu plus haut (ce sera plus facile => moins de turbulence et la cible sera plus certainement loin de mes arbres) et compenser par un offset sur le capteur. Sinon j'ai un modèle Pierro Astro, du second batch il me semble. dfremond> Calé sur zéro (de l'arrière du C11, les deux index sont superposés à droite), l'ADC est "transparent" ; c'est à dire qu'il se fait oublier "qualitativement". Normal vu les mesures d'ailleurs. Ensuite simplement à l'oculaire je vois disparaître les franges colorées (je mémorise la position) pour les voir re-apparaître inversée ... seconde position. Je positionne les index entres ces deux positions car il est délicat de trouver le parfait emplacement avec la turbulence. Comme je suis en monochrome, et que je fais pratiquement jamais de RGB, la correction est en général suffisante pour le R+IR ou le R (IR ou le vert de temps en temps, j'ai pas plus de place dans ma RàF). Sinon, en effet, au début de l'ADC Pierro Astro, on affirmait qu'il fallait mettre les index à gauche ... sur un historique d'un ADC de chez ASH. Mais pour le mien c'est bien à droite que le montage est correct. En T2/T2 il suffit de le visser tête bêche de toute façon. C'est plus simple (et moins risqué que de le démonter). En fait je me demandais surtout si avec 30° (ou 60°) d'ouverture, on n'introduisait pas (pas même un petit peu ?) d'aberrations diverses. Les prismes sont faiblement ouverts (15° il me semble avoir lu) mais quand même. Marc
  9. Mesure ADC

    Merci à vous. Je vais revérifier avec une (re) collimation précise après réglage de l'ADC, mais la fenêtre chez moi est très étroite (cause arbres tout autour à cette altitude) et pas au méridien (a cause d'une paire de bouleaux que je ne peux pas étêter). Il faudrait, comme tu dis, d'avoir la possibilité de décaler la caméra ! Ca n'existe pas déjà ça ? J'ai trouvé du tilt mais pas du tip !!! Ca se fait bien en photo ça ... Avec de petits décalages, la taille du capteur peut éventuellement compenser, mais là c'est hors champ d'une ASI178 ! Marc
  10. Mesure ADC

    Bonjour à toutes et tous, Je suis assez mitigé sur l'utilisation de l'ADC. En effet, j'ai noté que l'ADC, quand il est réglé à zéro, n'a aucune espèce d'influence sur l'image ... qualitativement parlant je veux dire. A priori l'ADC est bon, j'avais des mesures de mon modèle à l'époque qui donnaient pour différentes tailles sur l'ADC. Sur 8mm, prismes non montés, mon ADC est mesuré à 38nm ... PtV et 5nm RMS. Rien à dire c''est tout simplement excellent. Sur 12mm, prismes montés, l'ADC fait un peu moins bien avec 117nm PtV (L/4.7) et 19nm RMS (L/29). C'est toujours très bon, certainement meilleur que la majorité des instruments de toute façon. En full size monté, une contrainte sur le bord extrême fait chuter le PtV (524nm !!!) mais le RMS reste correct (69nm) alors que la surface totale non montée reste correcte (164nm/32nm). Mais c'est vraiment une contrainte de serrage (je n'ai plus l'image de l'interféro, il faut que je la retrouve) donc cela importe peu (le prisme a été dé-contraint depuis). L'usage planétaire sur une cible comme Jupiter n'utilise certainement pas toute la surface donc pour notre usage je ne considère que les deux premières mesures (8 et 12mm). Par contre je n'ai aucune mesure dès lors que les prismes ne sont pas "à zéro". Car, dès que je quitte cette position 0°, l'image glisse verticalement (normal) mais elle devient aussi tout à fait immonde et la mise au point quasi impossible. Pour tout dire, même sur Jupiter à 15° de hauteur, l'image était bien meilleure sans ADC qu'avec (c'est tout dire). J'ai noté cela avec un filtre R Astronomik, pourtant bien adapté. Est-ce que l'un de vous à étudié la chose pour différentes positions des prismes ? Peut être que j'introduis que mon modèle introduit du tilt en tournant les prismes ? Quoi qu'il en soit, c'est peu utilisable en l'état et je n'arrive pas à investiguer la cause de ce problème. Marc
  11. Un peu pareil, j'ai toujours ma lunette de 60/900 des années 70, pas/peu de chromatisme (a F15 ce serait surprenant), elle prend x100 de grossissement sans problème, mais à x200 c'est très très sombre (on dépasse x 3D on l'excusera). Remarque, comme c'est sombre on ne voit plus le chromatisme L'APO de 80 est plus polyvalente, capable d'atteindre x200 plus facilement mais on sent qu'elle est a bout quand même. Le chromatisme pointe son nez déjà. Sur le C8, x200 c'était mon deuxième oculaire ... c'est comme qui dirait plus facile. Marc
  12. C'est logique (évident même), car la résolution évolue comme une fonction en R, alors que la luminosité comme une fonction en R². Donc pour un même changement, tu gagnera toujours plus en luminosité qu'en résolution ! Bien sur à iso grossissement, ce qui n'est pas toujours facile à mettre en oeuvre. Après, donner une différence de résolution sur la lune, c'est mettre de coté que, pour le passage de 180 à 200 mm, tu passe de 1,11 kilomètre à 1,23 kilomètre. Cela relativise vachement les 2 cm (et les milliers d'euros) dépensés. Marc
  13. cassegrain 154F12 TS

    C'est même pas "mieux" qu'un SC mais le tube n'est pas très cher et, devrait trouver son public pour la HR en petit champ, reste à assurer de faire de belles formes pour les miroirs (parabolique et hyperbolique pour le Cassegrain). Marc
  14. lyl je ne conteste pas que la qualité (de la figure de fresnel) doit être certainement "nanométrique", mais Canon a déjà plusieurs optiques de type "diffractive" à son catalogue aujourd'hui. Là un test d'un 400mm "DO" : https://www.grantatkinson.com/blog/canon-ef-400-f4-do-is-usm-field-review Ici un zoom 70-300 "DO" également : https://kenrockwell.com/canon/lenses/70-300mm-do-is.htm Ok on ne parle que de faire des photo diurne (et on sait tous combien l'astro est plus exigeante en terme de résolution) mais cela semble quand même bien fonctionner non ? La note DxO mark n'est pas tellement éloigné pour le 400mm F4, "DO" de celle du 400 F2.8 (certes) non plus. Marc
  15. C11 , bague serrage miroir Primaire

    J'ai un peu la même figure sur mon C11, je pense aussi que cela vient du serrage (central) du primaire car mes interventions sur la lame ou le secondaire n'y changent rien. Mais je ne me vois pas le corriger car il faut intervenir très près du primaire et autant la lame est assez résistante, autant si je peux, j'évite de toucher à l'aluminure du primaire. Pour autant, le C11 donne de (très) bonnes images alors ... Marc