patry

Membre
  • Compteur de contenus

    3 390
  • Inscription

  • Dernière visite

  • Pays

    France

Réputation sur la communauté

68 Neutre

À propos de patry

  • Rang
    Membre très actif

Informations personnelles

  1. Filtre IR 742 et camera couleur

    Je pensais à un IR 807 de chez Astronomik en fait, pas trop à un ir 742 qui va plus perdre dans l'histoire. Avec 807nm, capteur couleur ou monochrome, les 2 caméras -étonnement- se valent ! Marc
  2. Filtre IR 742 et camera couleur

    D'après cette page (source astroshop.de), l'efficacité dans le bleu ou le vert sera au mieux de 30% à 850nm et sinon <15%. Le rouge s'en sort évidemment mieux et comparable à ce que produit une caméra monochrome ... mais avec 4 fois plus de photosites actifs. Étonnement, un filtre IR 800nm sera bien plus efficace avec une caméra couleur car tous les photosites seront également sensibles dès 825nm. Bon c'est quand même lié à une (grosse) fuite dans l'IR mais la version monochrome donnera peu ou prou le même résultat. Pour information voila ce que passe un filtre Ir742 (le mien, mais la production est très stable) passé au spectrophotomètre : Voila un zoom sur ce qui se passe dans l'IR ... Cela fait plus de 98,5% de transmission, autant dire que c'est pas le filtre qui va bloquer ! Marc
  3. Poster votre Set favori d'oculaires Planétaires

    Sur le C11, j'utilise le plus souvent un PL10mm puis, quand les conditions sont bonnes, un Orthoscopique de 7mm. Quand c'est pas terrible, j'ai un Axiom 15mm (première génération, non "LX") ou un Ultima LX de 17mm. Si cela ne passe toujours pas, bof, un Kellner de 26 voire le Paragon 40mm peuvent faire l'affaire mais même au C11, cela restera tout riquiqui. Marc
  4. Vis de collimation

    Avec une petite règle d'écolier tu dois quand même vite mesurer la longueur qu'il y a entre la platine au dos du secondaire et "le dessus" de l'araignée. Ajoute 10mm comme préconisé et tu aura ta longueur. Autre piste, vérifier que tu a plus de 10mm de marge entre le haut de tes vis et le bouchon du tube ... ainsi tu pourra a tous les coups remettre ce dernier. Mais je pense que prendre les plus longues et y mettre un coup de scie si elles étaient trop longues c'est le plus simple. N'ayant pas cet instrument je ne peux pas plus t'aider mais franchement cela ne me semble pas difficile à mesurer. Tu n'a même pas un pied à coulisse pour faire la mesure (surtout à 10mm près) ? Marc
  5. ADC et astig

    Même question (ADC PA) au point que je pensais à une bride trop serrée. Je n'avais pas noté cela avec mon setup précédent : C11 + optique barlow + RAF + ADC + caméra QHYL2 Aujourd'hui C11 + RAF + ADC + barlow + caméra ASI178 ... tellement mauvais que je préfère virer l'ADC même sur des cibles basses (exemple Jupiter) ! Remarque,, déjà que j'étais pas fan de trichromie, là j'ai plus de doutes. Sauf qu'à mettre la barlow devant, le tirage devient vite trop important. Sur Jupiter, on a du champ donc on peut faire du binning (logiciel ... bof) sinon c'est trop gros (Jupiter et plus grand que 800x800). Mais sur la lune c'est pas terrible ! Marc
  6. planetaire

    Pour avoir le C8 et le C11 chez moi, je peux t'assurer que le C11 en montre plus. Bon actuellement, c'est à peine mieux qu'une lunette de 80~100 utilisée de façon optimale mais bon, le ciel est aussi passé de nuageux à dégagé et turbulent ... je comprend que c'est frustrant ! Nota : la présence de la lune n'a aucune espèce d'influence en planétaire, tu peux y aller franchement. Marc
  7. Canon 300mm FD f2.8L quelques surprises

    Là, la map n'est pas correcte ! Je rejoins colmic, il y a pas mal de "gloires" du passé qui ont du mal en numérique : le capteur est plus dense, plus précis même s'il est parfois plus étroit (APS-C vs FF). Si en plus tu colle un APN (ou un hybride) avec un capteur fortement pixellisé et en full frame, les bords risquent de partir à la dérive ! Sur l'axe, en général c'est plutôt pas mal, voire très bon même, mais c'est difficile d'obtenir un champ "parfait" à 15 ou 20mm du centre ! Fait un test (au point, à la loupe maximale) à P.O, puis à des ouvertures différentes (F3.5, F4, F5.6, F8, ...) et tu verra que l'optimum de couverture sera probablement autour de 4, voire 5.6. J'ai un 200/2.8 qui sur l'axe n'a pas peur des 24Mpix APS-C de mon APN, mais dans les coins c'a rame un peu (beaucoup à 2.8) mais cela progresse jusqu'à 5.6 pour se stabiliser et se dégrader à F/11 (champ d'étoiles sur une image à 100% dans les coins). Certaines optiques modernes sont capables d'avoir un champ très bon (même dans les coins) dès la P.O mais pas forcément dans ces focales. Marc
  8. Rester ou ne pas rester?

    Coté poids et porte à faux, le C8 écrase littéralement la lunette et l'HEQ5 n'aura aucun soucis à porter un tube de 5 à 6kg ! Le mak 180 est un peu plus lourd que le C8 malgré son diamètre un poil inférieur, mais il reste gagnant par rapport à la lunette en encombrement ! Après, sans rentrer dans le débat infini lunette vs reste du monde et SC/Mak versus les autres, tu gagne presque un facteur 2 en résolution ... c'est pas anecdotique ! Bien sur tu n'a pas l'image "piquée" (mais moins résolue on est d'accord) de la lunette exempte d'obstruction. En flux c'est pareil, presque un facteur 3 sur la luminosité des objets même si, dans ce dernier cas, il faut raisonner en log, c'est pas aussi flagrant. Déjà qu'on ne voit pas forcément la perte de 50% de la detectivité d'une bino, c'est pas si simple. Pour des étoiles doubles, le diamètre va "forcément" causer, j'ai vu nettement la différence quand je m’intéressait au sujet entre un C8 et un C11 ... mais il n'y a pas tant de différence. En planétaire, le SC et mak sont quand même "un peu" fait pour cela aussi. Seul le CP sera difficile si tes cibles sont étendues ... la focale doublée requiert des oculaire très longs (Paragon 40mm comme moi, ou Pano 41 sont les rois de la discipline de part le champ offert sur le ciel). Après, mak ou SC, c'est un peu pareil pour moi, tu peux aussi considérer (moins cher) un newton 200/1000 qui offrira le meilleur de tout ... pour moins cher ! Marc
  9. outil de collimation pour celestron 9

    Le Hotech est en effet redoutable mais à quel prix !!! Comme toute collimation de jour (en général), le tube est placé à l'horizontale ce qui n'est pas, et de loin, sa position de travail. Sur les instruments à miroir mobiles (il faut du jeu) et la coulisse à tendance à porter d'un coté à l'autre selon l'orientation; Tu limite le problème (y compris vers le ciel) en finissant toujours la mise au point dans le même sens. Celui ci importe peu dès lors que c'est le sens appliqué à la collimation ET à l'observation. C'est pas la panacée mais cela permet de limiter la bascule. Sinon, une étoile artificielle (ou un bille d'acier + soleil) cela permet de dégrossir rapidement mais le vrai travail de collimation ne se fera que la nuit. Marc
  10. La dérotation WINJUPOS c'est MAGIQUE !!!!!!!

    JLD> c'est un peu la limite de la dérotation pour moi qui vise deux objectifs ; améliorer le rapport S/B et améliorer le rendu du limbe. A la limite, on fait une capture d'une heure et on aura toutes les images que l'on veut autour du méridien de 0h30 et en plus une bonne qualité du limbe. Reste à bien régler tous les paramètres et en particulier celui de la date. Mais on a toujours la possibilité d'horodater les images du flux vidéo ce qui élimine tout problème de lecture et de définition du point milieu. Mais je n'ai pas noté que WJ sache les utiliser. Quand on fait une dérotation vidéo, on indique les dates début/fin et WJ suppose (à juste titre certainement) une régularité du flux. A partir de là, c'est long car il faut : 1) retrouver la cible de référence dans chaque image (image de référence qui est le fruit d'une traitement standard) via une translation + rotation (cas Alt-Az). puis grosso modo ... 2) aplanir chaque image en fonction de sa date (<=> faire une carte à plat) 3) compositer chaque image 4) à la fin, refaire une projection sphérique à la "date" souhaitée, généralement la date médiane D'où l'importance de bien soigner et l'image de référence, et le flux vidéo car WJ ne gère pas si bien la translation qu'AS ou registax. De plus il ne fait pas de sélection, et il composite tout ce qu'on lui donne. là encore, une sélection des meilleures images du flux est à faire pour reproduire un nouveau flux vidéo recentré (PIPP) et sélectionné (AS! ou Registax). Attention, il ne FAUT PAS réordonner le flux, seulement virer les mauvaises images (la relation d'ordre doit être préservée). Du coup quand on croit avoir fini le traitement traditionnel, en fait on a même pas atteint l'étape 1 ! Sur un i7 de bureau (et 16Go de RAM pour stocker les fichiers de travail), il n'est pas rare de laisser le PC bosser une grosse heure pour sortir UNE image. Marc
  11. La dérotation WINJUPOS c'est MAGIQUE !!!!!!!

    Christophe, pour améliorer la résolution cela ne passe pour moi QUE en faisant une dérotation du flux vidéo. Il n'y a qu'ainsi que tu peux te permettre d'augmenter le nombre (absolu) d'images sans perdre trop de qualité à la dérotation. Traiter 1000 images d'un flux de 10000 qui a subi une dérotation, c'est pas pareil que de traiter 10 images "dérotées" issues de 10 flux de 1000 dont on a conservé que 100 images ! Au bout, plus d'images brutes (c'est ce qui compte) pour produire une image, avec meilleur rapport S/B, et ENSUITE on fait le post-processing. C'est (beaucoup) plus long, cela ne marche pas toujours car le moindre défaut de dérotation se voit accentué de façon exponentielle au résultat. Alors évidemment, faire une animation ainsi c'est quasi pas possible ! J'avoue ne pas trop imaginer comment on peut ne pas perdre en résolution en compositant des images qui ont subi une dérotation car il est peu probable que toutes soient "excellente". Et du coup, la moindre image "moins bonne" va faire baisser rapidement le lot (surtout qu'on en a rarement plus de quelque unes). Alors que dans une vidéo, la sélection s'attachera à ne conserver que les meilleures, et tant pis si le choix n'est pas régulier sur le flux ! D'ailleurs pourquoi la sélection serait-elle car c'est la résultante d'une fonction "quasi aléatoire" qu'est la turbulence. J'ai aussi essayé de mon coté de faire la dérotation d'image finales (traitées), puis de reprendre les fichiers de mesure pour faire la dérotation d'images brutes ... et de faire le traitement du résultat mais c'est pas très concluant et je ne gagne pas non plus (de façon visible) en résolution. Marc
  12. La dérotation WINJUPOS c'est MAGIQUE !!!!!!!

    D'accord avec ce qui est dit au dessus, l'image avec dérotation a un peu moins de bruit c'est indéniable mais la résolution semble aussi en prendre un coup avec un tout moins "percurtant", moins piqué. Du coup c'est pas facile de trancher et j'avoue aussi préférer l'image sans dérotation car le bruit n'est pas trop gênant finalement. Surtout qu'avec ton 150mm , le calcul montre qu'avec 0,8" de résolution et 40" de taille de Jupiter, le temps de mouvement d'un détail au méridien est de l'ordre de 4 minutes. On prend moins pour ne pas avoir de mouvement, même inférieur à la résolution de l'instrument, donc 3 à 4 minutes pour un 150mm c'est bien. Tu a fait comment la dérotation ? Sur des images ou sur un film ? Sur un film c'est plus compliqué, il faut recentrer tout le film (PIPP) puis passer WJ, et traiter le film résultant, c'est long et cela n'aboutit pas toujours à un résultat convenable. Traiter des sous-images à partir de plusieurs films est plus rapide mais moins bon en résolution. Marc
  13. Caméra pour la Lune

    En fait Valère tu lève un point intéressant du point de vue capture. Ces caméras sont capables à peu près toutes de capturer en 1920x1080 (full HD, soit environ 2Mpixels) mais parfois beaucoup plus (6Mpixels pour une 178). L'affichage de la capture se fera sur un écran parfois de résolution < au full HD, souvent égale et rarement supérieur. Ce qui signifie qu'à moins de dé-zoomer, on ne verra jamais l'image entière et surtout pas dans sa taille 1:1 pour peaufiner la mise au point. Du coup il faut jongler avec la taille de la capture mais quand on retourne à la taille d'acquisition l'exposition a changé (c'est le cas avec mon ASI178 en tout cas). Faire des aller-retours avec les tailles ne m'amène que rarement au même point de capture aussi (toujours chez moi). Ce qui devient vite pénible. Et vu les possibilités de sorties (inférieure à une par trimestre actuellement), tout ce qui ennuie est rapidement un défaut rédhibitoire ! Finalement les 6Mpixels je les exploite rarement et je suis plus souvent autour de 1500x1500 ce qui allège le poids des captures et le temps de traitement. Du coup, je ne regrette pas d'avoir pris une 178 mais seulement que la 174 n'ai pas été au même prix. Taille de photosite, de la surface et du nombre de photosite aurait été plus "synchrone" avec mon usage ! Et perdre quelques % de sensibilté et de S/B ne m'aurait pas plus gêné que cela je pense. Marc
  14. Caméra pour la Lune

    Pas mieux, a F9 une 178mm fait très bien le job même s'il faudrait plutôt tourner autour de F12 environ. Donc sans barlow tu aura une image "pétante" (sous-échantillonnée) ou un peu plus molle (sur-ech). A moins de trouver une barlow x1,2 ~x1,3 de qualité (c'est difficile). Aujourd'hui toutes les caméras sont USB3 et débitent plus qu'un disque dur, donc l'option SSD est incontournable (par défaut) et je confirme que par rapport à une PLA-Mx je gagne bien plus qu'un facteur 2, et encore 30% par rapport à une QHY5L2, c'est remarquable (la taille de l'image et le débit en plus). Nota : même avec un SSD (Samsung chez moi) Windows ne permet pas toujours d'absorber 2 à 3Go d'écriture en continu et la RAM va servir de tampon. Marc
  15. Jupiter 7/8_06 plein le dos de la Turbu

    Moi c'est pire, les rares fois où je vois des étoiles de chez moi, c'est pour les voir scintiller à fond dès le zénith ! Je prend même pas la peine de sortir les jumelles dans ces conditions. Alors le C11 il n'est sorti qu'une fois (pas sur Jupiter) depuis Septembre ou Octobre de l'année dernière ! C'est la première fois que cela m'arrive de n''avoir pas fait UNE seule sortie "JuJu" de la saison (ma cible favorite). Donc à défaut d'image "remarquable" qui fourmille de détails, je te donne 20/20 pour la persévérance et le courage. Marc