patry

Member
  • Content count

    3660
  • Joined

  • Last visited

  • Country

    France

Everything posted by patry

  1. Tu compense en sur-échantillonnant, donc tu change les paramètres de capture. Pour moi, à iso focale et si on est pas sur-échantillonné pour la monochrome, celle ci sera devant. Mathématiquement la matrice couleur est AU MIEUX 1,414 fois moins résolue (dans le vert, x2 dans les autres couleurs). Maintenant, si on sur-échantillonne en monochrome (mais moins que x2), c'est moins facile à trancher. La version monochrome ne va plus rien gagner, alors que la couleur va progresser. Puis si on pousse encore la focale, là on ne gagner plus rien nulle part et on a 2 images identiques (l'une en couleur bien sur). Mais attention, on doit aussi considérer que le flux est alors plus étalé "en couleur" qu'en "monochrome". De plus les µfiltres vont aussi bouffer un peu de luminosité (postulat : on capture une L en monochrome). Du coup il faut poser plus longtemps et se risquer un peu plus à la turbulence. C'est pas facile de trouver le bon équilibre pour qu'une image couleur rattrape une image monochrome. Marc
  2. Test Roddier

    filtre 23A à la capture, c'est mon meilleur ratio flux/turbulence, puis plus rien, au pire je sélectionne le même nombre d'images a compositer des deux cotés. Sur le C11, le défocus est par contre très "touchy", et une fraction de tour de plus ou de moins change pas mal les résultats. Faut être vachement précis. Maintenant, dès qu'on change de moyen de mesure, les résultats bougent mais ce qui compte (pour un moyen amateur je veux dire), c'est d'identifier et de localiser les éventuels défauts. Maintenant la métrologie "absolue" n'est valable que pour celui qui veut bien y croire, et entre 2 interféros on a déjà des résultats différents, sauf que les 2 sont faux en réalité (c'était la maxime de mon prof de mesure, un gars super) ! Marc
  3. Test Roddier

    Comme mentionné, cela me paraît évident. Winroddier analyse les (subtiles) différences de luminosité entre intra et extra focale. Il FAUT donc avoir exactement la même dynamique et cela passe par le même nombre d'image compositées de part et d'autre. Ensuite l'analyse de ces images doit/peut être perturbées si on applique un filtrage quelconque, et qui dit filtrage dit généralement un rehaussement de contraste. Dit autrement, sur une coupe, on augmente les pentes entre les "creux" (sombres) et les bosses (claires). L'effet délétère va être de creuser les creux et d'élever les bosses => le différentiel intra/extra n'a alors plus aucun sens ! Alors bien sur, un même défaut sera toujours présent malgré le filtrage, donc en soit (ou plutôt pour soi) cela ne change rien. Par contre quand on commence à vouloir comparer, cela va vite se transformer en récréation d'école primaire si on ne maîtrise pas la chaîne de capture ET de traitement (nombre d'itérations, taille d'image, ...). C'est pour moi la principale cause de diatribe sur les forums parlant de mesure (après quand même le sempiternel foucault vs reste du monde, cela fait penser au post APO vs reste du monde d'ailleurs). Ce faisant, on retrouve assez bien des mesures faites sur un interféromètre (dans mon cas, un 400x400 points, soit une mesure tous les 0.56 mm2 pour une taille ~300mm, rien ne lui échappe). Le PtV est retrouvé à 0,25 près, et le RMS à 1 point près (de mémoire). Sachant qu'en plus la majeure contribution au PtV est une bordure de quelques mm au bord du disque, l'instrument a été jugé "bon pour le service" (et pas qu'un peu). Ensuite au petit jeu de décocher les défauts le résultat va vitre grimper, mais quand on utilise l'instrument, on ne décoche rien du tout attention ! Marc
  4. Test Roddier

    Pourquoi vous traitez vos intra/extra ? L'objectif n'est pas de manipuler en quoi que ce soit l'image ou le flux de la capture à mon avis. Moi, j'ai toujours fait une vidéo en intra, une autre en extra, on empile toutes (ou au moins le même nombre) les images pour chaque coté et on enfourne dans winroddier. J'ai du mal à appréhender ce que sera un PTV ou un RMS si on a triché avec les contrastes (filtrage) ou la dynamique (compositage) avant, sachant que c'est ce qu'utilise le logiciel justement pour déterminer la déformation du front d'onde ! Si vous appliquez EXACTEMENT le même filtrage cela peut avoir un sens sur le calcul mais pas sur la représentativité ; c'est à dire que le défaut sera bien détecté tant en position qu'en intensité mais il faut oublier toute forme de comparaison en valeur avec un autre moyen de test. Les deux indiqueront les même défauts ... aux mêmes endroits voila tout ! Marc
  5. Courbe transmission filtre

    En effet, c'est celui qui a le meilleur ratio transmission vs réduction de la turbulence malgré une perte sensible de la résolution. Mais bon, c'est non plus tous les jours qu'on utilise un 300 mm à sa pleine résolution. Marc
  6. Cadran solaire original

    Jijil> c'est le truc le plus génial que j'ai vu en impression 3D : un cadran solaire à projection alphanumérique. En plus l'explication du mode de fonctionnement (ca traîne sur le tube) est très bien faite. Cela fait des années que je l'ai vu mais j'ai jamais franchi le pas pour le faire faire ! Par contre un joli cadran solaire calculé pour ma maison, j'y pense depuis quelque temps maintenant. Marc
  7. Courbe transmission filtre

    14% c'est il me semble le rapport des flux par rapport à une transmission dans le visible, sans filtre. Donc sans B ni V et pas non plus la totalité du rouge. Ca laisse pas beaucoup. Mais c'est un rendu qui sera différent dans une caméra qui ne dispose pas d'un rendement "humain". Marc
  8. C'est marrant, à 7:00, le peintre il ne respire pas ou alors il a oublié de mettre son masque pour le film ? Marc
  9. Courbe transmission filtre

    C'est pour faire quoi exactement ? En son temps j'ai eu besoin de figer la turbulence (donc plutôt une longueur d'onde élevée) au C11 et tant pis pour la perte de résolution. J'avais hésité entre le 23A et le 25 mais j'ai finalement pris le 23A qui laisse passer sensiblement plus de flux (caméra monochrome, à l'époque une DMK21). La turbulence est incomparablement mieux maîtrisée qu'avec un L pour finalement une exposition identique (temps expo, gain, merci à la transmission dans l'IR) et au final les images sont bien meilleures. Avec un 25, tu figera un peu plus la turbulence (un poil plus) pour une transmission moindre (sensiblement). Par contre sur certaines planètes, le contraste est un peu inférieur avec le 23A ... tout est affaire de compromis ! Pour réellement améliorer la turbulence (indispensable pour les instruments de plus de 400mm à mon avis) il faut passe à l'IR752 ou IR806, mais l'exposition prend cher avec les caméras actuelles bien plus calées sur le vert que le rouge. Mais pour le prix (à l'époque en tout cas) de mon Lumicon 23A, le recul me donne pleine satisfaction. C'est pour monter sur quelle instrumentation ? Marc
  10. qui peut me renseigner

    Concernant la partition de recovery, pour le moment, c'est un moyen de revenir en arrière dans le cas où l'installation ne fonctionnerait pas correctement. Si tout marche bien (comprendre au bout de quelques semaines d'usage) tu pourra effacer cette partition et le mieux sera d'utiliser l'outil de nettoyage de disque de windows pour cela. Comme l'a dit sky runner, tu ne manque pas de place, donc tu n'est pas non plus pressé non ? Marc
  11. Pentax XW 40 et 30 mm, le retour?

    Tu n'est pas gêné par la distorsion du panoptique ? Je l'ai essayé sur le C11 en visant la lune et j'ai eu beaucoup de mal à la conserver ronde. En fait dès que sélène n'est plus pile poil centrée, elle devient vite patatoïde (c'est assez horrible à mes yeux). Par contre en ciel profond (comprendre là où on se fout de conserver les angles entre les étoiles) cela devient un oculaire au top avec le champ très propre presque jusqu'au bord. Très très bon. Je ne connais pas le Pentax, il a très bonne presse également. Marc
  12. Le meilleur instrument c'est celui qu'on utilise le plus. Pas celui qui est le plus gros, ou celui de la meilleure qualité, ou le moins encombrant ou que sais-je encore ! Marc
  13. C'est un bon début, mais comme dit plus haut, un mak c'est fait pour faire du planétaire, pas du grand champ (1/2° tu te rend compte !!!). Met lui une barlow et tu aura un truc comme sur ce lien :Lune au mak 127 + barlow + webcam vesta pro noir et blanc. Et c'est encore très améliorable avec de meilleures conditions. Bonne continuation. Marc
  14. C'est pas le sujet de ce fil d'ailleurs ? Marc
  15. Question pour lyl: Dans le spot diagramme, tous les spots ne sont pas inscrits dans le cercle imaginaire de la tache de diffraction (pour le diamètre, dessiné en noir) y compris "on focus". Est-ce qu'il serait juste alors de dire que cela correspondrait à un instrument parfait (en tout cas sur la plage 470~650nm) mais de diamètre inférieur (i.e. avec une tache de diffraction plus grosse) ? Et avec une tache 20% plus grosse (à la louche), cela correspond à un instrument 20% plus petit (de mémoire la tache de diffraction évolue à la même puissance que le rayon). D'où l'importance de filtrer (+focus) pour faire de la HR en RGB ? Mais en "L" ce sera compliqué. Par contre je suis impressionné par le fait que le spot diagramme évolue peu sur le champ ! Marc
  16. Monture mécanique traditionnelle

    Rassure toi, je ne l'ai pas mal pris, bien au contraire ! Comme je comprend ton ami vendéen Marc
  17. Très joli. Je serais plus attentif la prochaine fois que j'irais voir mon cousin ... il habite à venon justement. Marc
  18. Monture mécanique traditionnelle

    Tu a tout à fait raison (honte à moi). Ce sont des minutes d'angle horaire en AD. Mais cela n'enlève rien au propos sachant que les montures traditionnelles sont souvent à dix minutes (d'AD) et vu leur espacement et sans vernier on appréciera pas beaucoup mieux que la moitié en pointage (le tiers grand max) ... soit 5' minute d'AD, ou 75' d'arc. Le C8 avec le vernier, appréciera la minute d'AD en pratique, soit 15' d'arc soit encore le demi diamètre de la lune. Avec un oculaire de longue focale (Paragon 40mm pour moi), cela permet d'avoir la cible pas loin du centre du champ en toute circonstance. En pratique et compte tenu du défaut de MES, la cible a toujours été dans le champ (mais pas forcément au centre). Là un pointage différentiel à partir d'une cible connue proche (n'importe quelle étoile identifiable à 4 ou 5° de là) améliore très grandement le pointage. A l'ère du tout numérique, on a perdu cette facilité de pointer aux coordonnées je trouve, et c'est bien dommage. Désormais on appuie sur 2 ou 3 boutons pour pointer n'importe quelle cible ... même si elle n'est pas visible (paradoxe de l'ETX 70 avec x dizaine de milliers d'objets en mémoire, mais beaucoup moins que cela visibles dans l'instrument). Marc
  19. Magnifique, c'est (trop) rare de pouvoir admirer des images lunaires avec un tel niveau de détails. Comme quoi un gros Dobson, c'est avant tout un gros Newton ! Marc
  20. Disparition de Gérard THERIN

    Quelle triste nouvelle, il a été et restera longtemps un mentor virtuel tant il mettait de passion et de professionnalisme dans son travail. Condoléances a ses proches. Marc
  21. Monture mécanique traditionnelle

    Voilà en Dec le cercle au degré : Et sur un C8 orange (revendu il y a des années)
  22. Monture mécanique traditionnelle

    Les graduations sont de 5' en AD et le vernier permet de descendre à 1' d'arc sur une "simple" fourche de mon Celestron 8. C'est un C8 Ultima, mais mon C8 orange était identique en taille et en précision de lecture. Pour cette précision de lecture, pour moi il faut du diamètre (d'axe) mais c'est peu compatible avec des montures allemandes "normales".
  23. Le problème n'est pas là mais oui j'ai observé dans des lunettes de 120~130mm mais non, pas 150 mm (est-ce que les 20 mm font une telle différence ?). Ce que je veux dire c'est que, et je ne t'apprend rien, la tache de diffraction d'un instrument de 300 mm est tout bonnement deux fois plus petite que celle vue dans un instrument de 150 mm. C'est comme ça, quelque soit la formule optique ; une grosse lulu ou un petit newton (note les adjectifs différents). Il n'y a pas de bonne fée qui est venue bénir la ligne de montage d'un réfracteur et qu'un mauvais diable se serait chargé du réflecteur ! Il est donc normal (mais il semble utile de le rappeler) que les conditions acceptables pour un instrument de 150, ne le sont pas forcément pour un instrument de 300 ! Et ce qui peut passer pour une bonne nuit dans le petit, pourrait vite se transformer en calvaire pour le gros. Chez moi quand les étoiles scintillent au zénith, la 80ED y voit une ondulation à fort grossissement (x2D), le C11 y voit lui un gros blob (x2D aussi) illisible. Pour s'en convaincre, sortez votre 150 mm un jour de turbulence affreuse, et mettez-y à coté une 80ED ... la différence (hors luminosité) ne sera pas si flagrante : Dois-je en conclure qu'une APO de 150 ne vaut pas plus qu'une APO de 80 ? Evidemment non ! Mais bizarrement, dès qu'on y met une grosse lunette et un encore plus gros télescope, cela devient une guerre de religion. En tant qu'athé, je me marre et des fils comme ça il y en a pléthore, et cela fini toujours pareil : 5 à 10 pages de blabla inutile. Tu notera que je ne suis pas intervenu autrement que pour dire que le fil était drôle et que cela finirait pareillement aux autres. Donc là il y a un gusse qui a fait un article mais des observations contraires (et avec le double de diamètre c'est assez facile) on en trouve aussi des dizaines et comme on l'a signalé plus haut, un newton/SC/mak/... correctement réglé n'aura aucune difficulté à en montrer plus qu'un instrument deux fois plus petit. Désolé, les bonnes fées et les mauvais diables, ça n'existe pas ! Maintenant je ne critique pas les réfracteurs en tant que tel, mais toi comme moi on ne sera jamais convaincu de revendre notre instrument principal pour espérer/rêver faire aussi bien avec un instrument moitié plus petit. Non ? Tu fais de magnifiques images avec un 300 mm je crois. Tu fera la même chose avec une lunette de 150 ? Alors on va opposer l'imagerie et le visuel, sauf que l'imagerie, c'est jamais que traiter les meilleures images dans un flux. Le cerveau fait -partiellement- la même chose quand on dit d'observer longtemps un objet. Dans un infime trou de turbulence, on va distinguer un détail. La caméra fait la même chose, ... mais en mieux car parfaitement objectivement. Le reste c'est du réhaussement de contraste ... pas de la magie ! Allez je vous laisse débattre entre vous, je l'ai dit, je connais la fin. Marc
  24. Monture mécanique traditionnelle

    D'un autre coté, avec un C11 (plutôt taillé pour faire du planétaire), le suivi manuel c'est rapidement une galère. Et avec le Gr qui augmente vite, toucher a la molette d'AD c'est l'assurance de voir sa cible se balader dans le champ. Alors que je trouvais déjà cela très compliqué avec un mak 127 (devoir recadrer de façon incessante). Un simple moteur a pile sur l'axe AD c'est un confort infini, si en plus tu a les deux axes tu te retrouve dans ma configuration : pointage manuel freins desserrés au chercheur, freins, recentrage au chercheur a la raquette, ... observation. Marc
  25. Pour ma part j'ai pris un portable de moyenne gamme, mais pourtant déjà bien servi : ACER E5 17". mes motivations ; un écran 17" full HD (pratique pour aller avec une caméra encore plus grande). Un SSD de 128Go au format M2 pour le système Un HDD 2,5" de 500Go Un lecteur de DVD interne (il peut être remplacé pour ajouter un second disque) i5 et 4Go de RAM 2xUSB3, 2xUSB2, 1xUSB3.1, Wifi ac Le tout à ~550€ c'est une bonne affaire. Mais "ainsi" il n'est pas suffisant pour encaisser le débit de l'ASI 178 donc j'ai procédé a quelque changement, tout d'abord la RAM avec l'ajout d'une seconde barrette de 8Go (12Go au total) ce qui aide à bufferiser en mémoire avant de passer au disque dur. Cela m'a permis de temporiser le changement de disque dur. Le flux passait par la mémoire et cela permettait d'encaisser 6 à 8Go avant de bloquer la capture. Le vidage du buffer se faisait pendant le changement de cadrage/filtre/focus (quelque dizaines de secondes). Puis j'ai changé le HDD pour un SSD de 500Go (un samsung) et là, plus besoin de buffer mémoire, même si cela aide pour la régularité du débit, il y a toujours des petites variations dans les accès disques sous windows. La bufferisation est toujours disponible elle ! Attention, et j'avais ouvert un fil là dessus, il faut désactiver la compression windows pour profiter du plein débit du SSD. Pourtant c'est pas une problématique de CPU (les benchmarks ne voient pas de différences, le CPU peut encaisser la compression en temps réel) mais de régularité d'accès au média. Et du coup, cela coupe le flux et les débits chutent de manière vertigineuse. Les transferts pour traitement (sur une tour avec un i7) ou pour archivage (dans mon nas) se font ensuite via câble ethernet en gigabit (même si j'ai cassé la prise récemment, ca va devenir compliqué). Je vais voir a prendre un point d'accès wifi compatible ac, qui me donnera un débit proche de 1Gbps également. Le portable est compatible, cela tombe bien. Capturer directement sur un disque USB3 ca ne passe pas toujours. Parfois il faut que les contrôleurs soient différents pour ne pas avoir à partager les bande passantes, bref c'est pas gagné. Marc