heliescope

Member
  • Content count

    523
  • Joined

  • Last visited

  • Country

    France

Community Reputation

75 Neutral

About heliescope

  • Rank
    Active Member

Personal Information

  • Hobbies
    beaucoup !
  • Adress
    sud de Rouen
  • Instruments
    Celestron 8 XLT, Celestron 5 XLT, dobsons 14", 10", 8", 6", NA 130, FL 102 S, perl halley 70. Montures SPDX, GPDX, GP.
  1. Site d'à côté...

    J'ai déjà eu ce message. Il s'agissait d'une desynchronisation de ma livebox. Un tech est venu changer des petites pieces oxydées sur la ligne de la rue.
  2. Donc j'en conclu qu'il est mieux de prendre de la hauteur par rapport à l'horizon si possible. Merci pour vos retours d'expérience. En effet il faut savoir saisir cet évènement qui reste très furtif.
  3. J'ai eu aussi la chance de le saisir une fois, perché sur les falaises de Fécamp. D'ailleurs, à ce sujet, quels sont les éléments qui permettent de le voir au mieux d'après vous ? Doit on se placer au dessus de la mer ou au raz de l'eau ? Peut on le voir également lors d'un coucher au dessus des terres ? L'atmosphère doit elle contenir plus ou moins de vapeur d'eau ? Etc...
  4. je suis aussi d'accord avec Serge Vieillard. Chercher en se baladant dans le champ fait partie de l'observation. Je n'ai jamais regretté d'être "tombé", en cherchant un objet, sur des alignements fortuits ou autres formes dessinées par des rassemblements, étoiles doubles, multiples, colorées, petits amas, tachouilles faiblardes et j'en passe. Avec les goto, les tablettes, commandes par smartphones et affichages lumineux, on perd au moins une magnitude, voir deux. Maintenant je comprends que l'on soit pressé de trouver ses cibles pour une séance photo.
  5. Le point rouge ou la cible de type telrad : c'est bien sous un ciel pas trop pollué en zone rurale. quand les repères sont moins nombreux ou que le ciel n'est pas limpide, les points de repères peuvent rapidement manquer, surtout pour les petites pétouilles. Là le chercheur reste bien commode.
  6. La société Clavé, souvent en avance sur son temps, avait déjà la solution avec un chercheur qui pouvait se transformer en droit ou coudé à volonté. image redressée dans les deux configurations. C'est vrai qu'un chercheur redressé est tellement plus evident que je ne comprends toujours pas pourquoi on en trouve si peu en astronomie alors que l'on trouve, facilement maintenant, des paires de jumelles 8 ou 10x42 avec prismes en toit à des prix très competitifs. Un archaïsme tenace !
  7. OCULAIRE MORPHEUS BAADER

    Ce sont des oculaires qui ont été très bien pensés aussi bien optiquement que mecaniquement. Ils méritent la comparaison avec la concurence. Un seul suffit là ou il en faut 2 ou 3 pour réunir les avantages Par exemple le 17.5 à une distance à l'oeil confortable contrairement au nagler 16, mais un coulant de 1"1/4 contrairement au nagler 17, et bien plus de champ que le delos 17.3. Moins de courbure de champ que les pentax et plus de champ aussi. Cerise sur le gåteau, aucun vignetage avec une barlow courte du genre ultima ou orion contrairement aux televue. Même le nagler 13 vignette avec de tels barlows alors qu'il offre moins de champ sur le ciel. Optiquement il fait jeu égal avec le delos lors d'une comparaison sur le ciel profond et Jupiter. Vraiment des oculaires à recommander
  8. ren télescope VMC-260L Vixen

    https://www.telescope_optics.net/lens_corrector_examples/htm
  9. ren télescope VMC-260L Vixen

    non Anton et Mila; ce n'est pas une formule optique de Klevtov mais un Field maksutov cassegrain. il y a bien un miroir secondaire avec un correcteur devant. un simple menisque pour le VMC 200 et un doublet pour le VMC 260. l'inconvénient est que cette formule corrige moins bien de la coma et de la courbure de champ que le klevtov. En fait c'est quasiment identique aux SC. cependant le correcteur réducteur de focale dédié est très efficace. Voir ci ; Sub-aperture corrector for two-mirror systems (telescope-optics.net)
  10. Collimation d'un c8 et figure d'airy

    petite digression : hier soir j'ai pu apercevoir la double 72 pegase au C8 comme deux disques tangents légerement dissymetriques. Pas si mal en fait pour un C8. La collimation est restée stable depuis le remontage du porte secondaire. Seul le shifting me tracasse un peu. Je me demande si le resserrage du circlips en bout du tube de baflage, qui permet de retirer l'ensemble du primaire, n'apporterai pas une solution...
  11. Couleur de tube pour SC ?

    Pour l'anecdote je me rappelle d'une nuit aux RAP ou un collègue retourna gaiement rejoindre son petit dobson qu'il avait cru peindre judicieusement en noir. Je vois encore son miroir primaire, bien brillant lui, dans la lueur des étoiles, rouler sans fin dans l'herbe et notre ami courir rageusement derriere pour le rattraper :*) Pour le reste, il y a du pour et du contre. Un tube carbone ne subira pas ou peu de variation dimentionnelles avec les variations de temperature, mais la chaleur emprisonnée dans le tube et les optiques mettra plus de temps à se dissiper. En theorie un tube blanc rayonnera plus qu'un tube noir. Donc il sera plus vite en temperature, mais prendra la buée plus vite. Quoique dans l'infrarouge, leurs rayonnements respectifs doivent être sensiblement identiques.
  12. Renvoi coudé baader (prisme)

    J'avais lu un article de will Paolini sur les renvois coudés. Les prismes ressortaient nettement d'après lui. Surtout en planétaire. Je n'y croyais pas trop mais par curiosité j'ai acquis un prisme baader zeiss T2 et effectivement le contraste et la définition sont meilleurs qu'avec les dielectriques. Surtout à fort grossissements et faibles contrastes. Je n'utilise plus mon rc dielectrique que pour du grand champ. Hormis mes dobsons, j'utilse une lunette vixen FS102S et un C8.
  13. Les lames de schmidt n'étaient pas très transparentes en dehors du vert au millénaire dernier !
  14. Oui Christian. Je me rappelle aussi que Meade avait placé une série de baffles dans le tube du primaire de ses SC.Je ne sais pas si cette firme le fait tjrs sur ses modèles plus récents.
  15. A mon avis le feutrage du tube ne sert à rien puisque aucun rayon en provenant n'interfere dans le trajet optique. La seule partie génante est la surface interne du tube supportant le primaire. Faites donc l'essai que j'ai indiqué plus haut et vous verrez tout de suite d'ou viennent les reflets parasites. C'est évident.