Héliokronos

Member
  • Content count

    45
  • Joined

  • Last visited

  • Country

    France

Community Reputation

7 Neutral

About Héliokronos

  • Rank
    Inactive member
  1. Les méga-constellations de satellites (Starlink etc.)

    "Les promesses n'engagent que ceux qui les croient" (C.Pasqua). Trouver des "solutions" partielles à des problèmes entiers que l'on a créé c'est toujours n'être que pompier-pyromane adepte de la comm.
  2. Les méga-constellations de satellites (Starlink etc.)

    @ Oodini : Pour déterminer les températures de couleur corrélées définies dans l'arrêté, on peut tout simplement employer une charte de gris photographique que l'on "pipette" dans un logiciel idoine. Sinon, de part une certaine expérience, plus on coupe les cheveux en quatre des critères techniques plus on restreint le nombre d'interlocuteurs prêts à en appréhender l'abstraction. D'abord ne pas être isolé pour agir, ensuite il y a déjà fort à faire avec les situations les plus flagrantes.
  3. Les méga-constellations de satellites (Starlink etc.)

    Faire sa part, et le monde ira mieux. On peut remercier l'ANPCEN en prenant une adhésion et en faisant connaître ses actions. Par exemple, en relayant auprès de ses élus son concours "Villes et villages étoilés". L'échéance de participation au 30 avril a été repoussée au 30 septembre, profitons-en.
  4. Les méga-constellations de satellites (Starlink etc.)

    La seule cause que nous sommes sûr de perdre est celle que nous ne menons pas. Il y a 25 ans, la pollution lumineuse faisait sourire. Dire qu'on la prend en compte de la meilleure manière serait exagéré, mais on ne l'ignore plus grâce à la poignée de teigneux de l'ANPCEN. Concernant StarLink, il ne s'agit pas de savoir si on est optimiste ou pessimiste mais de faire au moins sa part pour ne pas se laisser faire sans exprimer de réticence. On découvre tous les jours qu'entre nos libertés et leur profit les GAFAM n'ont aucun scrupules. Nous ne sommes pas obligés d'y consentir, fût-ce passivement…
  5. Quoique peu littéraire, le "Sky Pocket Atlas" (de Sky & Telescope) existe en version francisée. "Atlas du Ciel" aux éditions Broquet, un éditeur québecois distribué en France.
  6. TRIEL 8ème méga star party

    L'Association Nationale pour la Protection du Ciel et de l'Environnement Nocturnes ( ANPCEN ) y tiendra un stand samedi 5.Une affiche format A3 "Éclairer pour rien (la) Nuit", relative à la campagne de sensibilisation concernant l'arrêté d'extinction applicable depuis le 1er juillet 2013, sera remise gracieusement à tout demandeur se réclamant du forum.
  7. Est ce vraiment la fin ?

    Le formica, c'est pratique mais ça n'a pas détrôné la table en chêne…
  8. J'y suis allé. Il s'agissait, en fait, d'une conférence très intéressante de Daniel KUNTH traitant des conditions et des recherches sur l'apparition et le développement de la Vie; sur la Terre comme ailleurs. Essentiellement d'un point de vue astronomique, mais pas que…
  9. J'ai appelé hier, André BRAHIC a annulé et est remplacé par une autre pointure: Etienne KLEIN, pour une conférence sur la vie extra-terrestre.
  10. Écrivons au syndicat de l'eclairage

    Merci M40 pour ce commentaire lucide qui contribue à souligner les enjeux, qui débordent largement du lampadaire qui nous pique les yeux et sont systémiques et transversaux. Quand je propose de rejoindre l'ANPCEN, ce n'est pas par corporatisme militant, c'est uniquement dans cet esprit de représentativité pragmatique indispensable à notre époque. Nous sommes concernés et désintéressés, soyons au moins groupés. Fuir les halos commence à faire long feu. Même si des nuances dans les motivations de chacun sont louables, il est inquiétant pour la cause du ciel noir de voir l'atomisation de la résistance au rouleau compresseur d"un système bien lancé. La lumière blafarde des LEDs qui "consomment moins" est en train de déferler, sans questionnement et expertise indépendante sur les conséquences de cette généralisation ! Qui d'autre que l'ANPCEN a pris le risque de lancer une alerte aux décideurs publics ? http://www.anpcen.fr/docs/20130920151702_najlg3_doc94.pdf De nouveaux acteurs surgissent tels des prestataires prétendument experts ou de soit-disant associations à la communication enjôleuse ( douteuse et dépendante d'intérêts privés ). Ils sont prêts à piller le travail associatif, rigoureux et bénévole en faisant les compromis qui nuiront à un vrai progrès environnemental nocturne.Elaborer les moyens du dialogue constructif et de la négociation en étant représentatif de plusieurs sensibilités et fédérant les acteurs est le seul moyen réaliste de faire plus entendre la cause du ciel nocturne, et de son environnement en général.Le patrimoine étoilé + le monde vivant nocturne et crépusculaire + la santé humaine ( la lumière artificielle se comporte comme un perturbateur endocrinien ) + la pertinence et la maîtrise des ressources et des dépenses = ça concerne chacun d'entre nous. Il existe des professionnels responsables qui voient plus loin que le chiffre d'affaire mensuel. On peut promouvoir la vraie qualité qui répond aux seuls besoins, et la sobriété si on promeut sa valeur d'avenir. Elus comme simples citoyens commencent à voir la limite d'un "toujours plus" qui est devenu le "déjà trop".
  11. Écrivons au syndicat de l'eclairage

    On rencontre régulièrement des sceptiques qui tentent de ternir l'Association Nationale pour la Protection du Ciel et de l'Environnement Nocturnes; son mode d'action ou ses représentants. Souvent ils ont une envergure d'albatros, qui les empêche de s'inscrire dans l'action commune. À plusieurs reprise j'ai fait le triste constat de leur individualisme. Au bilan, leur maladresse et leur capacité à diviser fait le jeu objectif d'équipementiers qui savent s'unir pour manœuvrer au long cours et ouvrir de nouveaux fronts. Les "mises en lumière" de plus en plus banales ou de mauvais goût, les "plans lumière" délirants, le "coefficient d'uniformité" vecteur de "densification des réseaux", les pseudo "normes" non démocratiques, la communication environnementale biaisée aboutissant à "consommer un peu moins en éclairant beaucoup plus" sauront nous gaver jusqu'à la nausée lumineuse.L'ANPCEN, comme toute assemblée humaine a une histoire et a eu ses travers. Venez contribuer à l'améliorer de l'intérieur, y compris en apportant de nouvelles idées et une nouvelle force. Qu'on le veuille, ou non, elle est incontournable. On perd simplement de l'énergie à réinventer vainement la roue pour soi seul…Je pense tout a fait pertinent de faire de la pollution lumineuse un enjeu électoral, surtout localement. Et s'y coller concrètement pour ne pas perdre de vue l'action dans la durée.
  12. Écrivons au syndicat de l'eclairage

    Je rejoins Fred 76. Agir en ordre dispersé ne mettra jamais le rapport de force en notre faveur. Pour louable que soit la démarche de Fredgoto il faut comprendre que la plupart de trop nombreuses initiatives indépendantes auprès de nos maires ou communautés de communes ne font guère avancer l'intérêt commun. Les éclairagistes, pour défendre leurs intérêts, l'ont compris et sont regroupés au sein d'un syndicat.L'ANPCEN, depuis 15 ans, agit localement et nationalement uniquement pour faire valoir la qualité de la nuit. Bénévolement, au bénéfice de tous. Il y a tant à faire, et œuvrer collectivement fédère et donne plus de poids aux démarches. L'arrêté d'extinction applicable depuis le 1er juillet est un bon exemple…
  13. De moins en moins astronomes amateurs?

    Les pratiques évoluent, pas toujours dans le bon sens. Course à la technologie que tous n'ont ni les moyens ni le goût de suivre. Le concours du plus gros quiqui n'intéresse pas ces dames, qui restent minoritaires dans notre loisir. Le combat contre la pollution lumineuse, la protection de la ressource, devrait être le fait de tous. Ce qui se constate souvent c'est l'absence d'opiniâtreté, la revendication individuelle ou l'égoïsme automobile. Je connais des clubs et des secteurs sans un seul adhérent ANPCEN !Les marchands du temple ont dénaturé l'esprit d'une astronomie populaire naturelle, sensible, concrète et accessible au point de transformer beaucoup d'amateurs en consommateurs de technologie toujours insatisfaits. Ce qui conduit inévitablement à un entre-soi stérile.Je ne mets pas en cause les apports judicieux et pondérés de la technique, je dénonce sa massification aliénante. Y compris dans l'image quelle donne de l'astronomie qui est avant tout une science de la Nature.Heureusement qu'existe le courant contemplatif dobsonnien, le retour du dessin et le combat de l'ANPCEN tentant de défendre le bien commun.