Clouzot

Member
  • Content count

    129
  • Joined

  • Last visited

  • Country

    Monaco

Everything posted by Clouzot

  1. Hélas nombreux sont ceux qui ont reçu leur SCT comme ça. Ça doit être serré en usine en prévision du transport et les revendeurs ne prennent pas forcément le temps de préparer le tube. Mon C9, neuf, avait carrément la pièce plastique (celle avec du texte style Celestron, XLT, le diamètre…) déformée quand j’ai ouvert le carton.
  2. @chinois02 Pas toutes les montures harmoniques car celles avec encodeur feront le job sans autoguidage. Mais leur prix est complètement délirant
  3. Je peux répondre sur le catalogue de référence : c’est toi qui choisis, le plus indiqué étant la base V17, contenant les magnitudes Johnson-V pour des étoiles jusqu’à la magnitude 17, avec infos également de la différence de mag entre le bleu et le rouge (GBp-GRp) le tout issu du catalogue Gaia
  4. @COM423 ok j’ai compris. A la limite la méthode actuelle qui utilise des références issues de la même capture permet de s’abstraire d’éventuelles erreurs (non linéarités, passages nuageux…) que la méthode de la constante ne gère pas. Le reproche qu’on pourrait faire a ASTAP est donc plus de ne prendre qu’une référence et un seul contrôle, et de ne pas étaler les erreurs de mesure sur plus d’étoiles. c’est un sujet sur lequel on pourrait parfaitement échanger avec l’auteur, qui est plutôt ouvert aux remarques et généralement très réactif
  5. Je pensais que si, mais on ne parle peut-être pas de la même chose (je n'ai aucune expérience du sujet et je raconte sûrement des bêtises). Un extrait de sa doc sur une mesure d'étoile variable ci-dessous :
  6. « ok monture, pointe two masse ji zéro quatre quatre un quatre quatre huit neuf plus deux trois zéro un cinq un trois » J’achète. Où est-ce qu’on signe ?
  7. Certes, il y a une raquette (plutôt un joystick d’ailleurs) Mais soyons précis : la demande initiale était une monture avec raquette goto, j’imagine style SynScan, Nexstar ou autre, et je doute qu’on puisse faire un goto vers un objet avec ceci
  8. Je l’ai payée moins cher que ça mais oui ils peuvent bien mettre une raquette à ce prix. Raquette qui est sagement rangée dans un placard d’ailleurs Concernant la ZWO pas impossible qu’ils la rendent compatible avec les apps mobile style SkySafari, ça ne doit pas être super compliqué de supporter le bon protocole via le wifi. Mais autant c’est sympa pour faire un tour du ciel en automatique, autant pour les manips fines rien ne remplace un bon vieux bouton physique
  9. @garfild les "harmoniques" c'est sympa mais cette AM5 ne coche a priori pas toutes les cases de la demande initiale : - il faut un goto, mais elle n'a pas de raquette donc nécessité de lui coller un ASIAir ou un PC. Il y aura bien une mini raquette mais apparemment uniquement pour les déplacements en manuel - 1-2 minutes sans guider, j'ai du mal à y croire vu ce que sort une RST-135 de conception à peu près équivalente. Ou alors avec très peu de focale. Ca se guide très bien, mais il faut lui ajouter un peu de matériel Par contre si on met la boîte rouge et un mini guidescope, là oui, ça fait un vrai setup goto, portable et autonome
  10. Monture ZWO ?

    Exact. Idéalement poses suffisamment courtes pour être capable de corriger les 1 ou 2 points où la courbe de PE est la plus pentue (c’est essentiellement pour ça qu’on guide à 0.5s), donc risque de guider sur le seeing qu’on compense à coup de multistar ou de guidage dans le proche IR. Tout ça peut d’ailleurs poser quelques problèmes quand on guide hors-axe… Mais sinon j’ai les mêmes stats de guidage que toi : 0.4 à 0.5 RMS sans chercher plus avant a affiner. La ZWO devrait donner le meme genre de chose
  11. SIRIL et taille pixel

    Ça dépend du logiciel de capture. Sharpcap va inscrire dans l’entête du FITS une taille de pixel de 2.315 ou 4.63um selon qu’il travaille en mode « 47 Mpix » ou « 11 Mpix ». Chaque mode pouvant également être binné 2x2. L’asiair, elle, présente les choses différemment : le pixel de base fait toujours 2.315um et il peut y avoir bin1, 2, 3 ou 4. NINA fait pareil. L’approche de Sharpcap peut se comprendre car le super-pixel de 4.63um se comporte différemment d’un simple bin2 sur des pixels de 2.315 (fullwell qui fait un bond, bruit qui chute…). Mais ça rend effectivement les choses difficiles à piger quand on est en bout de chaîne !
  12. tube SC6

    Ce sont les mêmes tubes (la monture XLT je ne connais pas, pour moi c’est le nom du traitement antireflet chez Celestron). seule la position de la queue d’aronde change : en bas pour le C6 pour monture équatoriale (type CG5), sur le côté pour les tubes prévus pour monture Nexstar Le poids d’un C6 tout nu c’est bien 4.5kg
  13. Remplacer Bob Knob sur C8

    Effectivement méfiance. Mes deux tubes (C6, C9.25) sont tous les deux en pas métrique mais ils sont récents. Dans le cas de @Jpb2b c'est plus difficile à dire car même si le secondaire est Fastar (donc pas trop vieux, minimum 1998-99) Celestron n'est passé au pas métrique que bien après, et de manière complètement bordélique en plus. Et certaines vis sur le tube (attache des queues d'aronde par exemple) peuvent rester en pas US, même sur des tubes de maintenant. Bref...
  14. Remplacer Bob Knob sur C8

    Pas simple dans les GSB, c’est pas souvent en stock. J’ai fini par les acheter sur Amzn, un comble… les tailles actuelles des vis sont listées ici pour tous les tubes : https://www.celestron.com/blogs/knowledgebase/what-are-the-sizes-of-collimation-screws-on-current-production-celestron-optical-tubes
  15. CCD Inspector : interprétation ?

    L'auteur d'ASTAP conseille effectivement de ne pas "inspecter" d'empilement mais d'ouvrir une image brute, non calibrée, si possible sans nébulosité trop importante dans le champ (donc exit M45 et ses nébulosités bien présentes) et sans étoiles saturées (là encore, M45 ayant des étoiles bien brillantes, prudence !). Sans connaître ton setup exact (probablement un Newton vu les aigrettes ?) je ne peux que faire des suppositions. Tu peux très bien avoir une superposition de plusieurs phénomènes qui vont brouiller un peu les pistes, et il faudrait les prendre dans l'ordre, de manière systématique : une collimation à checker au centre, selon ta méthode habituelle éventuellement un léger défocus qui peut donner cet effet tricolore avec des couleurs qui ne focalisent pas sur le même plan du tilt qui fait que chaque coin n'a pas la même apparence, ce qui empêche aussi de bien voir les aberrations comme dans l'exemple posté par @airbus340 du backfocus à régler, l'effet semble visible sur toutes les étoiles : le canal rouge est toujours plus éloigné du centre que le vert, lui-même plus éloigné que le bleu. Ca te fait des étoiles tricolores radialement donc ce n'est pas de la dispersion atmosphérique (qui serait toujours orientée pareil). Je serais incapable de te dire dans quel sens il faut régler...mais quelqu'un saura peut-être le dire avec certittude Une fois la collimation vérifiée, si on commence par le tilt on se facilite bien la vie : dans ASTAP, tu as un outil HFD 2D Contour Diagram qui va te donner une carte 2D de la taille moyenne des étoiles. Tu cherches à avoir le sombre le mieux centré possible, et là tu es sûr que tu n'auras pas de tilt qui va interférer avec le reste. Pour le régler, ça dépend tellement du setup que je ne saurais donner une méthode universelle (via une platine, ou bien en t'assurant que ton train d'imagerie est bien serré dans le PO...) Ensuite seulement tu fais un focus super précis au centre (masque Bahtinov, aigrettes à superposer... comme tu veux), et tu vas chercher à régler le backfocus, en y allant doucement à chaque nouveau réglage et en shootant à chaque fois une brute dans un champ d'étoiles quelconque. Là, CCDInspector peut carrément aider puisqu'il va remettre à jour tout seul ses mesures, contrairement à ASTAP où c'est manuel. Bon là c'est la méthode basique et systématique, j'espère que quelqu'un de plus expérimenté que moi aura une solution plus rapide et plus simple.
  16. CCD Inspector : interprétation ?

    ASTAP te donne aussi la courbure de champ (c’est la même mesure que te ferait CCD Inspector, sans le joli graphique en 3D). C’est la valeur d’aberration hors axe, qui est ici de quasi 30% (29% très exactement) Tu dois donc travailler un peu le backfocus pour réduire cette valeur. edit: ceci dit il semble que tu aies quand même un peu de tilt. Si tu peux le corriger avant de régler le backfocus c’est tout benef. pense aussi à tester plusieurs images car la mesure est toujours entachée d’erreurs. C’est la grande force de CCDI qui est capable de fonctionner en live et donc de te donner un retour immédiat sur tes réglages
  17. Je te propose de regarder aussi du côté d’Astap, qui calibre automatiquement la photométrie sur un catalogue d’étoiles au choix et sait ensuite mesurer le flux (étoile ou objet). Je me suis amusé à le tester sur des galaxies lointaines et ça collait très bien avec les mesures trouvées sur Aladin
  18. traitement des images LRVB

    @alp73ppt c'est bien ça, en mode Siril manuel, tu commences par traiter chaque couche indépendamment, tu finis avec 4 masters L, R, V et B non alignés. Tu crées alors une nouvelle séquence Siril dans laquelle tu mets ces 4 masters dans l'ordre des canaux. Tu lances l'alignement, ce qui va te sortir 4 fichiers alignés nommés r_masequence_0001.fits, 0002 etc. Ensuite seulement, tu peux utiliser la composition LRVB de Siril avec ces 4 fichiers r_**** dont tu sais que le 0001 est ta luminance, le 0002 le rouge, etc. C'est un peu pénible à faire et l'utilisation de Sirilic (que je ne pratique pas encore) semble pouvoir te faciliter la tâche. On peut aussi penser à créer une unique séquence avec tous les fichiers, afin que tous les fichiers soient alignés entre eux in fine, mais on perd alors le suivi de qui est qui et ça devient rapidement illisible.
  19. sharpstar 260

    C'est (en gros) un moteur qui tourne relativement rapidement, en prise directe avec un "réducteur harmonique" (en français "engrenage à onde de déformation") derrière. La page Wiki a une petite animation qui explique comment ça marche. Ce réducteur remplace les traditionnelles successions de pignons, vis sans fin et roue dentée. J'en ai une (la RST-135 que tu lies) que j'essaie d'utiliser depuis deux mois en jonglant avec la météo désastreuse du Sud de la France. Sinon, il y a les Crux qui sont distribuées en France. Avantages du système (je pense que la plupart s'appliquent aussi à la Sharpstar) : le poids et la compacité (quand on est en nomade comme moi c'est un gros plus). Ma RST-135 fait 3.3kg , le T-Pod90 4 kilos, et le tout porte les 13.5 kilos de mon C9 sans râler. Elle peut monter jusqu'à 18kg de charge utile. pas d'équilibrage à faire. Voire même, ça marche mieux totalement déséquilibré, en fait. le couple moteur redoutable qui permet de tourner sans contrepoids. Le contrepoids devient indispensable à partir d'un certain poids...mais principalement pour éviter que le trépied ne bascule sous le poids du tube. J'ai quand même essayé d'y mettre mon C9 tout équipé sans contrepoids, ça marche, mais je ne le laisserai pas tout seul comme ça. l'absence quasi complète de jeu, et donc de réglage de VSF/pignon à faire ou à adapter en fonction de la saison. C'est avec cette monture que j'ai pu enfin lancer PHD2 sans qu'il ne m'insulte à cause d'un backlash de 30 secondes. le système est robuste (les mêmes réducteurs sont utilisés dans l'industrie et tournent des dizaines de milliers d'heure avec des charges pas possible) elle est jolie (mais la nuit toutes les montures sont grises il paraît) la vitesse de déplacement max (6° par seconde je crois) permet de suivre avions, ISS et autres satellites, dont la trajectoire peut d'ailleurs être programmée dans la raquette elle peut également fonctionner en alt-az quand on fait du visuel léger pour la famille et les amis Inconvénients : le prix l'erreur périodique est très élevée et elle dépend de la charge et de l'orientation du tube, ce qui empêche à mon sens d'avoir une PEC programmable qui fonctionne réellement bien. Je l'ai mesurée au max à ±9 arcsec pic-à-pic sur une période de 420 secondes, avec des variations parfois rapides qui obligent à la guider avec fermeté et énergie. Certaines versions ont soit une PEC programmable (les Crux), soit des encodeurs haute précision (les modèles "E" chez Rainbow) pour régler le souci, mais le prix des encodeurs Renishaw fait presque doubler la facture. La mienne n'a rien de tout cela, c'était déjà assez cher comme ça. Chez Rainbow Astro en tout cas, le système de réglage alt-az pour l'alignement polaire est assez mal fichu, et l'absence éventuelle de contrepoids rend les choses assez acrobatiques par rapport à une bonne vielle équato. Au début, j'avais l'impression de régler le wedge de la Star Adventurer, pour ceux qui connaissent... le fait qu'une fois le moteur plus alimenté, l'axe AD puisse tourner tout seul sous l'effet du poids du tube. On appelle ça "backdriving" dans le jargon. La Sharpstar semble avoir des freins automatiques qui évitent ce souci. Personnellement ça m'est arrivé une fois avec une batterie 12V qui s'est vidée sous l'effet conjoint de l'ASIAir et de mes résistances chauffantes, et le C9 a alors lentement rejoint le bord du trépied puis s'est arrêté doucement sans dommage au matériel. Pour l'anecdote, le couple de ces montures peut être tellement important qu'un confrère américain a voulu rattraper son tube lors d'un backdriving, a bien fini avec le tube immobilisé dans ses bras...et le trépied qui a continué de tourner autour de lui. Bref, c'est une solution plutôt sympathique quand on a des impératifs de mobilité ou de place. Ma RST n'est pas une monture premium au sens d'un Astrophysics ou d'une 10micron, et elle a des performances inférieures à une Losmandy du même tarif style G11. Mais elle pèse aussi 25kg de moins... Si j'étais versé dans la lecture des boules de cristal, je dirais qu'on verra probablement de plus en plus de montures "harmoniques" dans les années à venir, si tant est que nos amis chinois arrivent à réduire les tarifs (je leur fais confiance). Il y a trop d'avantages par rapport aux constructions traditionnelles, même si les montures de très haute précision resteront probablement sur des conceptions plus éprouvées.
  20. On va peut-être pas exagérer non plus J'avance à petits pas dans la compréhension de mon matos, comme tout le monde. Et je sais à peu près, à mon niveau d'exigence en tout cas, ce qui fonctionne ou pas (c'est important de noter que c'est entièrement subjectif : tu trouveras toujours quelqu'un qui te dira qu'on ne peut rien faire de sérieux avec un SCT, et s'il est très très exigeant il aura probablement raison d'ailleurs...de son point de vue). Pour les bobs knobs le vrai truc est de trouver la bonne force pour visser. Quand tu lis des rapports d'usage des américains et que tu te rends compte que le gars a tellement serré qu'il a déformé le support du secondaire (faut le faire !), tu comprends qu'il faut prendre avec des pincettes ce qu'on peut lire de négatif sur ces vis de collimation. Idem pour celui qui n'a pas osé serrer et qui a un secondaire qui se balade au moindre coup de vent. Je sais, c'est pas évident, c'est au toucher qu'on trouve le bon serrage. De toute façon, l'ASIAir ne semble pas du tout utiliser le réglage de backlash lors de l'autofocus, pour une raison inconnue. Donc heureusement que la procédure ne se fait que dans un seul sens, sinon ce serait une vraie cata. A mon avis oui : déjà, elle est centrée sur l'axe optique, et tu évites tous les problèmes de balourd selon l'orientation du tube. Ensuite, la plupart du temps c'est en montage uniquement vissé (sauf avec ce p*** de Starizona SCT Corrector IV qui se met dans un PO 2 pouces, dans ce cas il faut prévoir du solide style... le visual back de Starizona, que j'ai aussi), et tu peux facilement monter en M48 donc peu de chance que ça ploie sous le poids. Heu non ça c'est le réducteur pour EdgeHD de chez Celestron, le seul qui existe pour EdgeHD d'ailleurs (hormis chez Optec). Ce qui me fait penser à un problème que certains rencontrent par intermittence : le miroir des SCT standard n'est pas bloqué et il peut arriver, par le jeu de résonances malheureuses, que le ventilateur de la caméra le fasse vibrer. Oui oui. Ca m'est arrivé récemment, avec un guidage tellement bon par ailleurs que je me réjouissais d'avance des images, tout ça pour me réveiller avec des étoiles allongées. La solution est soit le EdgeHD et son blocage miroir, soit changer de ventilo (Noctua), soit rajouter un peu de masse au niveau de la caméra pour changer la fréquence de résonnance (ce que j'ai fait : il n'a pas fallu grand chose). Désolé, je liste tous les problèmes potentiels d'un SCT et j'ai peur qu'à la lecture tu finisses par te dire que c'est vraiment à fuir. Mais je pense qu'on pourrait faire la même chose avec n'importe quelle formule optique... Aucune idée. Je sais que certains magasins en ont encore puisqu'il y a eu des achats récents sur les forums (Equinoxe à Lyon en avait, l'Astronome aussi, je les ai vus en magasin cet été...). Autant qu'un neuf, honnêtement, tu auras la même proportion de mauvais et bons tubes. Sur les modèles récents issus des usines en Chine, la production semble moins irrégulière qu'avant, avec une qualité moyenne assez stable. Peu de chance d'avoir un tube complètement foireux. Le seul souci est de se retrouver avec un tube où le proprio a démonté la lame, le secondaire, a tout remonté n'importe comment...et ça, hors essai sur une étoile, c'est impossible à dire. Et c'est vrai qu'il faut un peu connaître le matériel pour pouvoir le tester rapidement en situation avant de sortir le cash. Pour ma part je n'ai rien à redire : j'avais eu un souci avec mon Evolution, renvoyée en plein été sous garantie, changement complet de l'électronique, réglage, renvoi en moins d'une semaine. D'autres ont fait nettoyer et régler leurs C8/C9 sur place ou par correspondance (il faut insister un peu...) et en sont très contents. C'est ce que j'avais conclu aussi. Cette formule RC est excellente mais très sensible à une bonne collimation, et il faut alors une mécanique sans failles, ce que ne peut pas assurer une entrée ou moyenne gamme. Au moins, un SCT, c'est simple à fabriquer et à régler, on est un peu moins sujet à la mécanique...
  21. Très pragmatiquement, pas besoin de Barlow. Le conseil à retenir de la vidéo d'Astronote, c'est le filtre rouge (voire IR pass)... Les vis : un passage par ton quincaillier local, et tu repars avec 3 vis CHC (clé Allen) M3 de la bonne longueur. Sinon, les Bob's Knobs, qui se tournent à la main et qui (contrairement à ce qu'on peut lire) sont stables SI on les monte correctement. Airy : voilà le genre de truc qu'on peut voir en live, avec un SCT réduit à f/6.3, sans se taper le stacking dans je ne sais quel logiciel à part. Désolé pour les vibrations, j'avais une fête juste au-dessus de mon balcon instable ce soir là. Seeing autour de 2.5 arsec RMS, donc pas génial. La figure d'Airy, comme le montre cette courte vidéo, on la voit vraiment bien, si on zoome suffisamment. Et de toute façon ce n'est que pour fignoler, le dégrossissage on le fait en défocalisé, sur les ondes du "donut". Les nuits où Airy n'est pas visible... c'est qu'il n'est pas besoin d'aller plus loin que le donut ! Ben non, pas chaque nuit, la collimation tient, sauf à secouer le tube en voiture. Eh bien non justement. Si on coche bien l'option "reverse" dans l'ASIAIr, l'autofocus se fait toujours dans le bon sens (en "poussant" le miroir). Le seul mouvement qu'il fait en tirant, c'est pour revenir "en aval" (à droite) du focus quand il a déterminé sa V-Curve. Et là, il va de toute façon repartir vers la gauche pour affiner, donc toujours dans le bon sens. Si la MAP est à refaire pendant la soirée (changement d'objet en mode Plan, flip au méridien, changement de température etc, bref tu connais les options de l'ASIAIr) la procédure va reprendre comme indiqué ci-dessus. Si jamais il détecte que le point bas de la V-Curve est déjà dépassé, il s'arrête, revient largement "à droite" et reprend sa routine. Bref, ça n'a jamais loupé chez moi, sauf une fois quand j'avais omis de régler le temps d'exposition par filtre et que la pauvre ASIAir essayait de trouver à 1s d'expo des étoiles bien rabotées par un filtre SII. Ah mais si tu as le budget pour le tube et son réducteur (pas besoin de Crayford, je me répète), bien sûr que c'est mieux. Si tu n'as pas le budget, un XLT te fera plusieurs années, crois-moi. Les réducteurs-correcteurs, même le plus cher (Starizona) coutent moins cher que le simple réducteur Celestron pour EdgeHD. De toute façon, il y aura un problème de taille, Edge ou pas : la disponibilité en neuf. Aux USA, les dates de livraison d'un tube seul tournent entre fin 2022 et début 2023 ! On en trouve encore, mais en combo tube+monture. En France, Medas n'a plus rien en stock, Pierro n'a que du C8 XLT... En occasion, heureusement, comme il y a beaucoup de Celestron sur le marché, on en trouve quand même pas mal dans les PA ici ou en face. Il te reste donc l'option RC, sur laquelle je laisse les spécialistes débattre avec fougue
  22. Oui. Je m'exprime de façon assez floue, mais c'est bien ça. Un SCT a deux foyers possibles, le foyer du miroir primaire (lequel est taillé de façon à donner f/2. Il est à l'avant du télescope, c'est là qu'on place la caméra, avec un correcteur comme l'Hyperstar) et le foyer du miroir secondaire (qui fait passer à f/10, f/11, il est à l'arrière du télescope, on peut intercaler un correcteur-réducteur également). Optiquement, c'est la correction de la courbure de champ. Un SCT standard en a toujours, par construction. Ce n'est pas super gênant en visuel, mais en imagerie ça se voit direct, surtout avec des capteurs de taille moyenne comme la 294. Un Edge comporte, à l'intérieur du tube, deux lentilles qui vont corriger cette courbure, donnant un champ parfaitement plat à une distance bien précise de la sortie arrière du tube. Mécaniquement, le EdgeHD est un peu mieux fichu puisque le miroir peut être bloqué (il y a des molettes qui servent à enclencher un frein), ce qui solutionne le problème de miroir qui se balade dans les non-Edge. Il a aussi des évents qui aident à mettre le tube en température plus vite (car un SCT c'est fermé, donc ça s'égalise leeeentement avec la température ambiante). Le tube est aussi un peu plus lourd en EdgeHD. Financièrement, le Edge est plus cher ! Compter 500 à 1000€ en plus pour un tube EdgeHD par rapport à un XLT. Les accessoires tels que le réducteur de focale sont eux aussi plus chers. En fait, la vraie question, c'est "est-ce que ça vaut le coup d'acheter un EHD plutôt qu'un standard" ? Là, je n'oserais te répondre avec certitude. Pour ma part, je me contente fort bien de mon C9 non-Edge, même à f/10, sans que ladite courbure de champ ne m'empêche de dormir la nuit, et sans que le miroir baladeur ne me fasse trépigner de rage à chaque refocus ou goto. J'ai des arguments en ce sens : qui dit mini-tâchouille dit petit objet, donc utilisation de la région centrale du capteur, où la courbure de champ n'est pas spécialement gênante. Exemple avec Arp 286 au c9 à f/10 depuis mon centre-ville, en mode crado-VA bien sûr. Les étoiles commencent à tirer la tête sur les bords, mais l'essentiel est au centre. Un bémol ceci dit : un C8 a plus de courbure de champ qu'un C9, question de focale. SI je veux faire des champs plus grands en utilisant toute la surface du capteur, j'ai mes réducteurs-correcteurs qui font le job et viennent corriger la courbure. Sur le miroir baladeur par contre, pas de miracle, on peut atténuer l'effet mais jamais complètement, ce qui peut jouer sur la collimation. Il peut m'arriver de la retoucher une fois passé le méridien, quand je suis très motivé. J'explique le phénomène (et comment le gérer) juste en-dessous. D'autres seront plus exigeants, par exemple le Grand Maître incontesté des mini-tâchouilles, @christian_d qui a un C11 EdgeHD et en sort toujours des merveilles d'objets peu communs. Ce qu'il se passe exactement, c'est que sur un SCT, le focus se fait en déplaçant le miroir primaire. Ce miroir est poussé-tiré par une simple tige filetée. Or, cette tige vient pousser le miroir non pas au centre (forcément, il y a ta caméra ou ton oculaire à cet endroit) mais sur le côté. Tu vois vite le problème qui va se poser : comme on le pousse ou on le tire de manière excentrée, le miroir se met en travers. Dit comme ça, ça semble horrible, mais en fait non : un miroir primaire de SCT est sphérique, et la collimation de l'instrument se fait en orientant le miroir secondaire (3 vis). On peut donc avoir un télescope parfaitement collimaté alors même que le miroir primaire est légèrement de traviole. Sauf que... si on fait sa mise au point en tirant le miroir vers l'arrière du tube, le miroir va se mettre de travers (ça c'est bon), mais surtout va avoir tendance à redescendre sous son propre poids.... et donc se mettre en travers, mais de l'autre côté. La collimation bouge. Solution : toujours faire sa MAP en "poussant" le miroir pour le mettre de travers, certes, mais en équilibre. Sauf que (bis), quand on fait un flip au méridien, le miroir se retrouve orienté à 180° par rapport à sa position d'origine : et il se met à bouger également. C'est pour ça qu'il faudrait, théoriquement, refaire sa collim et sa MAP dès qu'on passe de l'autre côté du méridien ! Dans les faits, ce n'est réellement embêtant que sur les gros miroirs style C11 C14 qui sont suffisamment lourds pour nous jouer des tours. Avec un C8, c'est nettement moins sensible, et je pense que tu peux ignorer ce problème potentiel. Bref, rien qui ne soit à ta portée je pense Je pense qu'on peut s'en sortir sans. C'est ce que je fais, mais tu noteras que je ne suis pas du tout une référence, il y a bien plus expérimenté que moi. En planétaire, ces Crayford sont quasi systématiques car ils permettent une mise au point très fine sans faire bouger le miroir primaire. En CP, si l'on ignore les problèmes de miroir, pas indispensable à mon humble avis. Là encore, je sais que plein de gens ne sont pas de cet avis, et ils ont peut-être raison. ...et l'EAF, même si ce n'est peut-être pas le focuser le plus adapté à un SCT (sa vitesse), fonctionne très bien. Je le monte sur le C6 (cf bricolage dont j'ai posté les détails sur le forum d'en face) ou le C9 sans problème particulier. Le fanboy SCT qui sommeille en moi va te dire que oui, mais le gars honnête te dira qu'un bon RC sera plus adapté à ce genre de job, avec tout de même trois bémols : - c'est plus lourd - la collimation d'un SCT c'est facile, par contre un RC, ouah... - la qualité de fabrication des RC du commerce est parfois assez aléatoire et fait que trouver un "bon RC" à un prix correct est peut-être une entreprise vouée à l'échec . Mais 2500€, ça peut passer, je sais pas... @Nicolobrica est incollable à ce sujet, il pourra t'en dire plus que moi.
  23. Ce que tu décris c'est : - d'une part, le SCT utilisé classiquement, soit au foyer à f/10, soit avec réducteur (le plus souvent x0.63 ou x0.7 selon la technologie du tube), caméra à l'arrière du tube - d'autre part, le SCT en mode "chambre de Schmidt" avec la caméra à l'avant. C'est ce que permet le RASA chez Celestron, ou bien n'importe quel SCT à partir de 6 pouces avec l'Hyperstar de chez Starizona. Dans ce cas le tube tourne entre f/2 et f/2.2 selon les cas. La focale se balade entre 300mm (cas du C6) à 714mm (cas du C14). La combinaison focale courte et rapport f/D faible va te donner du champ et beaucoup de signal, mais tu seras la plupart du temps en sous échantillonnage car même une 183MM avec ses pixels de 2.4um l'est dans ce cas. Ta 294 te donnerait un échantillonnage trop grand, c'est très bien pour faire du VA, un peu moins pour de la photo. Si tu veux faire dans la mini-tachouille, mieux qu'avec ton 200 ou ta 76EDPH, tu vas donc quand même vouloir plus de focale que ce que donne un Hyperstar, et tu vas donc bosser au foyer f/10, f/7 ou f/6.3. Bref, oublie l'Hyperstar, en plus ça te fera des économies. Avec un C8, tu auras donc soit 2000mm de focale, soit 1400mm ou 1280mm avec réducteur, de quoi préciser les milliers de petites galaxies qu'on voit dans notre ciel du nord. A ces focales, ta 294 (qui a des pixels plutôt gros) sera pleinement adaptée. Sur le guidage : généralement on conseille de guider au DO car les SCT standard (XLT) ont un miroir qui peut bouger au fil du temps selon l'orientation du tube (mirror flop). Mais attention, à ces focales, trouver une étoile guide sur bord du champ peut rapidement devenir compliqué... Le guidage à l'OAG me semble un peu moins indispensable avec un modèle EdgeHD sur lequel le miroir peut être bloqué en position (mais la plupart des imageurs préfèrent quand même rester au diviseur optique !) Perso, je me contente du guidage parallèle, lunette de 50mm et 290 mini. Je sais que c'est mal, mais bon. Sur l'alignement polaire Avec l'ASIAir, aucun souci pour faire l'alignement polaire avec 1500mm de focale (C9 réduit à f/6.3) et une 294. Pas d'inquiétude de ce côté-là, ça va fonctionner, le champ sera suffisant avec un éventuel C8. A f/10, non, ça ne passe pas...mais dans ce cas, je fais la mise en station à la lunette guide (il faut bien qu'elle ait un avantage, celle-là) Enfin, toujours d'habitude les imageurs chevronnés, en particulier en planétaire, préfèrent ajouter un focuser externe type Crayford, bloquer le miroir et faire le focus fin avec le Crayford. C'est un coût supplémentaire et il faut faire très attention à l'espacement qu'ajoute le focuser, car un SCT (surtout les EdgeHD) doivent travailler avec une distance précise entre sortie du tube et caméra. Un peu comme les RC finalement...qui sont peut-être une bonne solution pour toi si tu n'as pas spécialement besoin de la versatilité qu'apporte un SCT.
  24. lame de fermeture

    @Bernard_Bayle merci pour cette explication complète. Deux précisions si possible : - la comparaison des donuts en intra et extrafocale, que dit-elle exactement ? faut-il en faire la différence pour obtenir ce que faisait à une époque ce logiciel dont j’ai oublié le nom et qui donnait une estimation de la qualité de l’optique ? - ce n’est pas précisé dans la procédure mais j’imagine que tout mouvement du focus doit se finir dans le « bon » sens (ie. molette tournée dans le sens anti horaire) ?
  25. balance des blancs avec caméra couleur

    Idéalement oui, dans les faits non, en témoignent les nombreuses images "à dominante" qu'on voit sortir de ces filtres. Le souci étant que le filtre ne laisse absolument pas passer le jaune ou l'orange, l'énergie transmise l'est principalement dans le bleu-vert (480-550nm) pour laisser les OIII-Hb, avec ce pic bleu autour de 425nm pour tenter d'équilibrer tant bien que mal, et le rouge/Ha pour faire joli (le rouge étant aussi le point faible des capteurs Sony qu'on utilise majoritairement désormais, autant dire qu'il n'y a pas bézef de signal sur ce canal) Bref, le fond de ciel s'en retrouve tout déséquilibré, sauf si par chance la pollution lumineuse contrebalance exactement le filtrage. Chez moi ce n'est malheureusement pas le cas, et si j'équilibre sur le FDC je me retrouve avec des balances complètement débiles, le rouge à fond, le vert atténué à bloc, sans savoir trop quoi faire du bleu d'ailleurs. C'est pour ça que je proposais un équlibrage "sélectif" sur l'objet plutôt que sur le FDC, avec un signal suffisant pour que les étoiles se retrouvent saturées (au moins elles seront plus blanches que ce joli bleu-vert typique des LPS). C'est loin d'être idéal...et si on a un réglage de balance qui fonctionne sans filtre, tu as raison, autant le conserver tel quel.