vador59

Membre
  • Compteur de contenus

    156
  • Inscription

  • Dernière visite

  • Pays

    France

Réputation sur la communauté

69 Neutre

À propos de vador59

  • Rang
    Membre

Informations personnelles

  • Centres d'intérêt
    Astronomie (of course), LDVELH et plein d'autres choses...
  • Adresse
    Harfleur (Seine Maritime)
  • Instruments
    Zeiss Telementor 2; Broadhurst Clarkson 3"; Bardou 3"1/4; Zeiss AS 100/1000; Zeiss 'Asalumen' E110/1350; Zeiss E130/1950
  1. Quelle est cette lunette ancienne?

    Oui... enfin... Il faut savoir raison garder. Ce n'est qu'une 3 pouces. Certes, signée Bardou, certes en laiton, mais juste une 3 pouces. Ce genre d'instrument n'est généralement pas bafflé, les optiques non traitées, donc en observation diurne (solaire) ou sur des objets brillants (Lune, planètes), le contraste ne vaudra pas celui d'un instrument plus modeste mais mieux pensé en terme mécanique. De plus, l'optique d'une Bardou est collé au Baume du Canada. Si tel est le cas, cela m'étonnerait fort qu'une colle de plus d'un siècle soit encore dans un état impeccable: ce qui suppose (comme dans le cas de l'instrument que je rénove) de démonter l'objectif, nettoyer le vieux baume et le remplacer si possible par une huile minérale plus stable. Faut vraiment y regarder à deux fois, mais même pour des collectionneurs, les prix que l'on voit sur le net ne se justifient que très rarement.
  2. Quelle est cette lunette ancienne?

    Y'a un champion en Italie qui vend une Bardou assez ressemblante pour près de 700€... Après, l'objectif est "légèrement" fendu en deux.
  3. Quelle est cette lunette ancienne?

    Bingo lyl. Et je dirais a priori que c'est un modèle qui était destiné à l'export (facile à vérifier: y a-t-il écrit Bardou & Fils Paris au niveau de la crémaillère? Si ce n'est pas le cas, c'est un produit qui était destiné à l'étranger.)
  4. Il y a eu un test de la 100/640 dans Ciel et Espace (un numéro de 1993 ou 1994) et un test de la 100/1000 dans l'avant-dernier Astrociel. Il faudrait que je retrouve ça dans mes archives, chez mes parents... Je me souviens assez clairement de la principale critique émise contre la 100/1000: l'absence de bafflage correct du tube, qui rendait l'appareil très moyen en observation diurne (notamment en solaire). Une Astrophysics de l'époque comptait une trentaine de baffles dans le tube, dont 10 diaphragmes rien que dans la crémaillère... Le poids important était également pointé, d'autant que la 100/1000 était souvent vendu avec la monture Zeiss 1b, un peu trop juste en terme de stabilité. Sinon d'un point de vue optique, la quasi-perfection... et d'un point de vue financier, un gouffre: de mémoire, la 100/640 montait à plus de 30 000F de l'époque...
  5. 4 à 5 pouces c'est le max pour la Lune !

    Pétard... Celle-là doit faire mal au porte-feuille...
  6. 4 à 5 pouces c'est le max pour la Lune !

    Plusieurs choses intéressantes dans ce témoignage d'un grand observateur visuel: * La résolution ne dépend pas que de l'instrument. Un oeil entrainé, sur des détails contrastés, sera capable de descendre sous le pouvoir de séparation théorique. L'expérience est indispensable, l'oeil est comme un muscle que l'astronome doit solliciter pour le rendre performant. * Comme pour son instrument, l'astronome doit connaitre son site et en tirer le meilleur parti.
  7. 4 à 5 pouces c'est le max pour la Lune !

    Pas si évident... Je cite Couteau (le ciel est mon enfant, p168)
  8. Eclipse... avec un invité surprise !

    Est-ce que la Terre et la Lune n'ont pas croisé un essaim météoritique? Je ne sais pas si vous avez remarqué, mais depuis mon lieu d'observation, l'activité était assez intense; pourtant, la pollution lumineuse est bien présente, mais durant l'éclipse, j'ai compté pas moins de trois brillants météores; le premier juste avant la totalité, le plus brillant des trois, avec une luminosité que j'ai estimée plus forte que celle de Vénus et qui a traversé le ciel pendant deux longues secondes; les deux autres pendant la totalité, une fois à gauche, une fois à droite de la Lune. Du coup, je n'ai pas remarqué d'autres étoiles filantes plus discrètes en magnitude... Certains d'entre vous ont-ils fait également ce constat?
  9. 4 à 5 pouces c'est le max pour la Lune !

    Je précise ma pensée dans ce cas: dans de petits diamètres (< 150mm), les lunettes sont souvent de très bonne qualité optique (contrairement aux miroirs, souvent sphériques), présentant un bon bafflage (chemin optique direct, là où la lumière voyage deux fois dans le tube dans un Newton, avec une obstruction quelquefois exagérée, cf. les 130/900 aux branches d'araignée délirantes d'épaisseur) et une bonne collimation. Donc, dans des conditions normales, une lunette donnera souvent de meilleurs résultats qu'un télescope. En revanche, dans de bonnes conditions atmosphériques (turbulence <1"... je sais c'est rare, mais statistiquement... ), le moindre télescope de 250-300mm (bien collimaté et mis en température, avec une obstruction la plus faible possible) parviendra à battre une lunette de diamètre standard (150mm max. soit une résolution théorique de 0,8"; en pratique, c'est souvent le double). Evidemment, cela suppose de ne pas s'arrêter au constat d'une image épouvantable, de prendre la patience d'attendre parfois plus d'une heure, l'oeil collé à l'oculaire, ce moment où, d'un coup, l'image se fige et devient quasi photographique.... ce qui ne représente pas les "conditions normales" ou "habituelles" de bien des observateurs. Regardez les dessins de Nicolas Biver ou ceux de Serge Vieillard: ils sont réalisés avec, bien sûr un oeil aguerri, mais avec des télescopes puissants et une longue attente de ces instants de faible turbulence.
  10. bonnes chances pour demain ;)

    Superbe photo! Ca commence à s'éclaircir sur le limbe nord-ouest, ça sent la fin de la totalité... A l'oeil nu, la Lune a des airs martiens... Et 2ème météore, qui passe cette fois-ci à une dizaine de degrés à gauche de la Lune.
  11. bonnes chances pour demain ;)

    Ciel superbe en Haute Normandie, éclipse parfaitement visible. En prime, en début de totalité, un très brillant météore traverse le ciel pendant près de deux secondes. Petite image sans prétention (c'est pris au smartphone). EDIT: à mesure qu'elle s'enfonce dans le cône d'ombre, on constate que la Lune devient très sombre.
  12. 4 à 5 pouces c'est le max pour la Lune !

    Je me permets d'apporter un éclairage très modeste, n'étant (pour l'instant !) pas encore possesseur d'un gros diamètre. J'ai réalisé quelques belles observations sur Mars cet été avec une toute petite lunette Zeiss de seulement 63mm avec un filtre rouge. Ce que j'ai observé avec cette lulu apparaissait nettement plus évident avec un objectif centenaire de 102mm, en dépit d'un chromatisme plus prononcé et d'une aberration de sphéricité (causée par une distance non optimale entre les lentilles). Dans les deux cas, il fallait attendre que la turbulence se calme, que l'image soit "sage" et s'astreindre à ne noter que les détails que je pouvais repérer à trois reprises (si si y'a des masos!). Un soir, j'ai sorti la 102 que j'ai mis en parallèle d'un newton de 110mm (un TAL-1 russe, connu pour sa bonne qualité optique). Eh bien, y'avait pas photo: là où la lulu me montrait des choses, le newton me montrait que-TAL ... Et pourtant j'avais peaufiné la collimation et la mise au point! En défocalisant, le newton me montrait comme une espèce de fleuve bouillonnant (un courant jet stream, d'après un expert de ce fofo). Mais la lunette s'en accommodait assez bien. Donc sur des diamètres supérieurs, un Newton va forcément mettre la patée à une lunette de diamètre inférieure: il faut juste peaufiner la mise en température (la lunette, c'est un bafflage super efficace avec un seul trajet optique, là où il y en a deux pour un Newton ou trois pour un SC ou un Mak/gregorien), la collimation (surtout sur les SC, où 1/8e de tour sur une vis de secondaire fait la différence entre un instrument fabuleux et un cul de bouteille), la maîtrise des vibrations (plus compliquée à atténuer avec 50-100kg qu'avec 5...). Ca fait beaucoup de contraintes, et c'est ça qui fait sans doute la différence entre un petit et un gros diamètre. Et de toute façon, l'oeil de l'observateur fera la différence, selon qu'il est aguerri ou pas.
  13. bonnes chances pour demain ;)

    Temps clair pour l'instant ici, à Harfleur en Haute-Normandie. Je croise les doigts pour que le ciel soit clément demain matin: en juillet dernier, il a fallu que le ciel se découvre... 10 minutes après la fin de la totalité.
  14. Grand rapport sur la pollution lumineuse

    Un rapport parlementaire, c'est une chose... Passer à des actes concrets en est une autres, et malheureusement c'est là que le bât blesse... Or, quand on connait la puissance des lobbys (et notamment ceux liés à la sécurité), qui peuvent nous faire avaler des couleuvres du genre "c'est indispensable de bien éclairer la nuit, sinon la criminalité va exploser", j'ai un gros doute sur l'application concrète des propositions avancées. Un temps, au début des années 2010, avec l'augmentation du coût de l'énergie électrique, j'ai cru qu'on avait une fenêtre de tir pour imposer enfin des coupures d'éclairage durant la nuit, afin de diminuer la facture. Eh bien, même là, ça ne s'est pas produit... J'espère me tromper, mais je crains que ce soit encore des tonnes de papier (et donc un morceau d'Amazonie...) qui vont partir en fumée...
  15. 4 à 5 pouces c'est le max pour la Lune !

    Disons qu'on pourra exploiter plus souvent à fond (sur la Lune comme sur les planètes) des objectifs de 4 ou 5 pouces, mais dès qu'il y a des trous de turbulence, les gros diamètres font parler la poudre... Tout est une affaire de patience à l'oculaire.