atmosomta

Member
  • Content count

    7
  • Joined

  • Last visited

  • Country

    France

Community Reputation

8 Neutral

About atmosomta

  • Rank
    Inactive member
  1. Opaline et finitions

    Bonsoir à toutes et tous, eh bien merci pour ces informations. Je vais donc continuer sans exotisme et me tenir à ce que F.Grière m'avait conseillé quand je lui avais commandé le kit : outil bien chargé du cerox du polissage, fin de la mise en forme à l'opaline en pressant bien. En sachant que je n'ai pas de zirconium. Le miroir est sous l'outil, sans poids, 18h/24. Je verrai bien ce que ça donne sur le ciel dès les nuages partis ... donc pas tout de suite semblerait-il.
  2. Opaline et finitions

    Bonjour bonjour, Je termine un miroir en pyrex destiné au ciel profond visuel, un 200 f/3.5, et arrive aux ultimes retouches. Je bosse à l'opaline sur des outils assez épais (pas trop le choix vu la forte apsphéricité, enfin je ne suis pas assez expérimenté pour faire autrement) bien chargés en cerox. J'ai lu sur l'opaline tout et son contraire sur internet, comme : - utiliser avec du vinaigre pour être autour d'un PH de 5 - ne surtout pas utiliser avec du vinaigre - utiliser avec de la silice colloïdale (en quelle quantité ?) trouvable en pharmacie - la silice colloïdale trouvée en pharmacie ne convient pas - utiliser une solution épaisse en début de travail et lubrifier à l'eau - utiliser la solution la plus diluée possible Et j'en passe, puisqu'il est aisé de trouver sur internet quelqu'un qui recommanderait d'attaquer un bord rabattu à l'éponge grattante... Ma question est donc, pour un état de surface final acceptable, comment par votre expérience pratique avez-vous utilisé l'opaline ? Si cela relève du coin à champignons, je m'en accomoderai ;-) ! Beau ciel, Lucas
  3. Bonjour, Ça semble cohérent, de mon côté je vise -1.31 avec le mpcc3 pour f/3.5. Des personnes sur CN m'ont aidé en faisant le calcul (dans ce même fil d'ailleurs). J'en suis à -1 et vais faire une étape de raffinement de cette parabole avant de continuer vers -1.31 car je n'ai jamais observé avec un correcteur de coma, ce serait bête de ne pas être en mesure d'estimer le gain du miroir hyperbolique. Bonne chance et bon courage ! Lucas
  4. L'existence de cet objet et de l'entreprise qui le vend ne nous retire rien et ma prochaine sortie sous les étoiles n'en sera pas affectée :-). S'il y a des inquiétudes sur des débutants qui achèteraient du Stellina ou Hyperia sans savoir, je pense que dans cette gamme de prix ces personnes ne sont pas trop à plaindre ou veulent vraiment du plug & play. S'il y a des marques à tacler, pour moi, ce serait plutôt les entrées de gamme indécentes de Celestron & co, miroirs sphériques pseudo-corrigés par des barlows, montures tremblantes sous-dimensionnées, oculaires dont on doute qu'il y ait du verre dedans, & des tonnes de marketing pour faire passer tout ça. Et contrairement aux hyperias & stellinas, on voit plein de nouveaux arriver avec. Eux auraient pu, dans la recherche d'un setup classique, avoir beaucoup mieux pour le prix. (Et puisqu'ils les ont, on évite de leur gâcher la fête et on les encourage à en tirer le max.. non?) Lucas
  5. Mon amie m’a offert il y a deux ans un petit réflecteur, un 76/700 sur une fourche azimuthale du diable. Ni elle ni moi ne savions que c’était un jouet ^^. Un soir, j’ai pointé une étoile beige/marron après quelques soirées à regarder la lune, et tester toutes les combinaisons des oculaires en plastique fournis.. et bim, c’était Saturne. Immense frisson. J’ai fait quelques jours plus tard ma découverte de Jupiter par le même biais. À partir de ce moment, je trouve très rapidement un 114/900 Paralux des années 80 sur leboncoin pour une cinquantaine d’euros, quelques oculaires chinois bien plus performants, et je découvre le ciel, apprends à lire les cartes, réalise de superbes observations des planètes avec cet instrument. J’avale des bouquins et des forums d’optique à la pelle, me trouve une lunette 80/400 pour partir en vélo hors de la ville, et c’est merveilleux. Ensuite, je commande un kit a Fr.G, et démarre un 200/700 de voyage. Entre-temps je démarre un 150/1500 avec des blanks schott, puis trouve une cave à louer pas cher pour me faire un atelier : construction de testeurs, stands, étagères, etc, polissage de plans pour être plus en mesure de tester.. Un ami photographe rêve de polir une lentille depuis 30 ans, je l’embarque et on s’y met.. Ce n’est que le début d’une belle aventure qui je l’espère me conduira vers de belles observations et relevés dessinés ! Rien de ces optiques démarrées n’est terminé, mais je ne suis pas inquiet, c’est mon fonctionnement général... commencer plusieurs choses et tout finir d’un coup. Beaux ciels à vous
  6. comment faire un diaporama sur un site html ?

    Bonjour Serge, En lisant entre les lignes j’ai l’impression que vous cherchez une solution vous permettant de mettre à jour une galerie d’images à votre guise sans retourner éditer le html à chaque manipulation, donc avec une interface vous permettant de créer ces ensembles d’images ? Lucas
  7. Support secondaire 3D

    Bonjour, concernant la fiabilité du matériau, on peut lire beaucoup d’inquiétudes sur le PLA sur internet : en pratique, énormément de personnes ayant l’expérience de quelques années d’impression vous diront qu’hors contrainte mécanique en torsion ou exposition non-stop aux UV des années durant, cela ne pose aucun problème. J’ai eu comme beaucoup des objets de jardin, salle de bain, etc en PLA, certains devant porter de petits objets, et jamais rien n’a craqué. Certains ont supporté mon poids sur 3 ou 4 points pendant quelques mois quand j’ai voulu surélever une chaise par exemple :-).