Alexandre_Itic

Le croissant et la bulle en HOO

Recommended Posts

Salut à tous,

Voilà la deuxième image que j'ai pu réaliser ce mois-ci (enfin, entre fin août et début septembre). Encore un classique qu'on ne présente plus  ;)
Beaucoup de difficulté pour faire cette image, pour une raison que je n'ai pas trouvé, impossible de guider la monture après le méridien  
Pour changer du SHO, j'ai fait un mixage Ha-OIII-OIII.

Pour les données d'acquisitions :
Objet : NGC6888 / PN G75.5+1.7
Date images : du 20 août au 2 septembre 2019
Optique : Mirrosphere Stronglight  12"F4
Monture : Paramount MX+
Ccd : Moravian G4-16000
filtres : Astrodon Ha, SII, OIII 5nm
Focuser :Atlas
Guidage : Atik 314L - DO Skymeca 3"
Temp ccd : -10°
Total exposure : 9h 45'
Ha 21 x 900"
OIII 18 x 900"

Prétraitement Pixinsight, passage en non linéaire, mixage et finitions avec Photoshop

 

La full est ici


Bon ciel à tous ;)

 

NGC6888-HOO-s.jpg

Edited by Alexandre_Itic
  • Like 7
  • Love 2

Share this post


Link to post
Share on other sites
Publicité
En vous inscrivant sur Astrosurf,
ce type d'annonce ne sera plus affiché.
Photographier la Lune
Guide complet pour la photographier de la Lune.
Information et commande sur www.photographierlalune.com

Très beau champ, de la résolution et de la profondeur avec des couleurs équilibrées,

Bravo

Olivier

Share this post


Link to post
Share on other sites

Magnifique :) Très belle image du Croissant et de sa bulle :)

Sur ces nébuleuses j'adore le mix HOO ;)

Bonne soirée,

AG

Share this post


Link to post
Share on other sites

Bravo Alexandre, c'est magnifique :)

 

XavS

Share this post


Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now



  • Similar Content

    • By T450
      Bonjour,
      Enfin une belle nuit, ce n'était pas arrivé depuis longtemps par ici!
      J'en ai profité pour tirer le portrait en SHO aux têtards, avec une ST10XME montée sur le T250/934 (asa0.73x). Il a fallu adapter une roue à filtre avec diviseur pour ne pas s'astreindre à utiliser le capteur d'autoguidage, bien planqué derrière les filtres!
      Du coup, un maximum de lumière à 1.5"/p . Sans grande surprise, la fwhm augmente avec un tel échantillonnage mais ça reste raisonnable. Mais l'avantage d'un tel setup, c'est que 7h40 suffisent, pas même eu besoin de diminuer le bruit!
      Voici donc ic410 par image unitaire de 10mn, 8 en SII bin2 , 9 en OIII bin2  et 29 en Ha bin1 qui m'ont servi de luminance. Je me suis fait avoir par l'échantillonnage important au niveau du dithering insuffisant. J'ai donc quelques patés sur le bin2 ce qui laisse sur l'image des points de couleur pas terribles (j'ai enlevé le plus gros au tampon).
      Traitement iris et psc2.
      Nathanaël
       
      clic-clic pour la full

       
       
    • By CB7751
      Bonsoir tout le monde.
      Enfin un ciel exploitable.. ça faisait 2 mois que j'étais frustré de ne pas avoir une belle nuit complète, et l'idée de passer à côté des belles cibles hivernales me faisait vraiment peur.
      Alors voici ma M42, au téléobjectif Sigma 500mm F4 Sport, caméra ZWO ASI 294MC gain 120 prises de 30s et 3 minutes total ~4h40 de pose avant qu'elle ne se pose dans un arbre.. j'ai vraiment pas un dégagement au top vers le Sud...
      Premier essai d'empilement avec Astro Pixel Processor, vraiment pas mal ça mouline bien longtemps par rapport à DSS mais ça vaut la peine.. j'y suis allé un peu au pif sur les réglages pour l'instant. Puis export en tif et traitement Photoshop et plugins, réduction résolution 4K UHD je crois que j'ai un nouveau fond d'écran.
       
      Content du résultat, content de la caméra qui n'avait été utilisée que vite fait sur M45 avant, content de tout pour ce coup là. La dynamique est impressionnante sur ce capteur, et le résultat sans bruit jusqu'aux bouts des nébulosités, un plaisir en ouvrant le fichier.
      J'espère qu'elle vous plaira aussi... 

    • By Gabm12
      Mes premiers essais de panorama avec un petit assemblage de 4 images
      ça commence a prendre forme

       
      avec un 200/1000 de skywatcher, monture EQ5 avec juste un moteur de suivi
      le setting de la cam
      [ZWO ASI224MC]
      Debayer Preview=On
      Pan=2
      Tilt=0
      Output Format=SER file (*.ser)
      Binning=2
      Capture Area=1304x976
      Colour Space=RAW16
      Temperature=7,6
      Hardware Binning=Off
      High Speed Mode=Off
      Turbo USB=100(Auto)
      Flip=None
      Frame Rate Limit=Maximum
      Gain=350
      Exposure=0,2
      Timestamp Frames=Off
      White Bal (B)=95
      White Bal (R)=58
      Brightness=0
      Auto Exp Max Gain=300
      Auto Exp Max Exp M S=30000
      Auto Exp Target Brightness=100
      Mono Bin=Off
      Banding Threshold=35
      Banding Suppression=0
      Apply Flat=None
      Subtract Dark=None
      #Black Point
      Display Black Point=0
      #MidTone Point
      Display MidTone Point=0,5
      #White Point
      Display White Point=1
      TimeStamp=2019-12-02T23:46:09.7222041Z
      SharpCapVersion=3.2.6137.0
       
      Traitement avec Siril
      Assemblage pano avec cs5
    • By Pulsar59
      Hello,
       
      encore une zone de draperies dans le Cygne assez subtiles à faire ressortir dans leurs nuances de couleurs.
      Prises début septembre, 5 heures de Ha et autant en RVB par unitaires de 300s, T250 f/4 et Atik One sur AZEQ6:
       

       
      Full : https://www.astrobin.com/full/72mmz3/0/?real=&mod=
    • By BobSaintClar
      Après la merveilleuse nuit de la star-party d'Aichi du WE dernier, j'avais quelques appréhensions à l'idée d'employer mes jumelles géantes sous le ciel médiocre de ma campagne urbanisée. C'est donc avec un enthousiasme modéré, surtout motivé par l'idée de réaliser un comparatif (c'est excitant), que j'ai installé tranquillement mon engin dans le jardin ce Samedi.
       
      Le ciel a été dégagé toute la journée et ce soir, il affiche un bleu profond qui promet une transparence nocturne correcte et peut-être, un halo de pollution relativement contenu. Une heure plus tard, lorsque la nuit astronomique est bien installée, je dois déchanter : le fond de ciel est crémeux jusqu'au zénith. Il n'a pas la "qualité hivernale" attendue : pas de voie lactée, alors que le Cygne est encore assez haut. A l’œil nu, je ne vois pas le double amas de Persée. Je cherche les Pléiades et quand je les trouve, on ne peut pas dire qu'elles me sautent aux yeux ! Si l'équipement n'était pas déjà prêt, franchement, je ne le sortirais pas. Mais bon, après tout, la séance sera instructive : voir quelque chose de sympathique, dans ces conditions, serait une excellente nouvelle ! Je m'attends au pire, qu'est-ce que je risque ?
       
      Je m'installe, c'est parti ! J'équipe les jumelles de leurs filtres Fujinon et commence par le Cygne, avant qu'il ne s'esquive. Ayant bien en tête la récente et superbe observation menée sur North America, je navigue autour de Deneb. Le fond de ciel est atténué par les filtres, mais... les nébuleuses sont invisibles. C'est une blague ? Qu'elles soient ténues ou moches, passe encore, mais rien ? Je prends mon temps, peine perdue. Oh purée, ça commence mal !
       
      Douché, je pars vers les Dentelles. Même constat : je ne les vois pas. Au contact de l'étoile brillante de l'arc le plus fin, je note une vague excroissance... et encore, j'ai un doute ! L'arc le plus étendu, celui qui m'évoquait une grande plume festonnée quelques jours plus tôt, est noyé dans la fadeur ambiante. Cette misère !
       
      Poursuivons le jeu de massacre. Je retire les filtres et retourne l'instrument vers le sud-est, direction les Pléiades. Je les trouve, c'est déjà ça ! La réalité n'a pas grand-chose à voir avec mon souvenir : il n'y a pas de luminosité globale tranchée, qui distingue l'amas de son environnement plus sombre. Ce n'est qu'une collection d'étoiles individuellement lumineuses, pas vraiment un objet en soi. Plus grave : il n'y a pas de gaz ! Même en vision indirecte, il n'y a strictement rien à voir aux alentours de Merope (les autres, n'en parlons pas). Dans le quadrilatère, je compte neuf étoiles (14 en montagne), mais peu importe : ce n'est pas moche, c'est pire que ça... c'est triste.
       
      Je pointe le double amas de Persée : finalement, c'est l'objet le moins décevant du moment. Il perd beaucoup en contraste et donc, en beauté, mais la foultitude d'étoiles - même moins serrées - détourne l'attention du fond de ciel blafard. Les couleurs sont perceptibles mais l'effet 3D est très atténué, au détriment du plaisir d'observation.
       
      Puisque je traîne dans le coin, allons voir Andromède. Elle est très haute, c'est plutôt bon signe, la voil... doux Jésus ! Ce n'est qu'une tache asymétrique, un nuage pâle sans forme ni structure qui se perd dans le fond de ciel ! M110 est loin (!) et misérable... quant à M32, je la cherche encore...
       
      Il est 20h30, je décide de rentrer au chaud (température extérieure 2°) et de m'occuper une paire d'heures, le temps qu'Orion émerge de la vase. Ce serait dommage de ne pas conclure sur l'albatros (je n'ai pas pointé la Rosette, vous ne m'en voudrez pas)...
       
      A 23h, je ressors. Le ciel s'est amélioré : plus sombre, avec une zone zénithale presque propre. Du coup, je revisite les Pléiades, maintenant à ma verticale : c'est mieux ! La patate globale de l'amas est perceptible (mais sans plus), la nébulosité près de Merope est devinée en vision indirecte. Je compte désormais 11 étoiles dans le quadrilatère principal. Si je n'avais pas récemment vu le même amas sous un ciel de rêve, j'aurais trouvé l'image jolie...
       
      Je remets les filtres et vise enfin M42, la reine des nuits d'hiver. Houuu là là, elle a pris cher, Sa Majesté ! Au sud-sud est, elle est assez haute - 10° de plus qu'en France métropolitaine - mais ne s'extraie pas du halo lumineux de l'agglomération tokyoïte et de ses extensions ferroviaires : elle étend peu ses ailes, sa tête d'oiseau n'est vue qu'en vision indirecte, aucune boucle ne vient la refermer, "l'homme qui court" est à la limite de la perception... ça craint ! Autour du trapèze, les nodosités complexes du cœur se laissent voir, quand même. Avec les filtres, la nébuleuse s'étend un peu plus mais paradoxalement, je perds en détails dans la partie centrale ; au final, c'est décevant ! Quand je repense au même objet, vu d'Aichi...
       
      Je ne reste dehors qu'une grosse demi-heure : le ciel ne s'améliorera plus et j'ai vu ce que je voulais voir (ou pas). La rosée de début de nuit se change progressivement en givre... Il est temps de venir témoigner, ici même
       
      Le bilan est déprimant, mais je tire quelques enseignements de cette demi-nuit d'observation :
       
      - Ma monture me donne satisfaction : je l'ai améliorée en dotant l'axe de la bascule d'un frein. La visée est confortable, surtout au-delà de 60° d'élévation.
      - Avec mon instrument, sous un ciel médiocre à moyen, les amas ouverts sont la cible à privilégier. Les galaxies, on oublie (cette M31 de cauchemar...) et les nébuleuses gazeuses, on les filtre à bande étroite : mes Fujinon à bande large, ça va bien sous un bon ciel... sinon, ils sont trop permissifs.
      - En-dessous de 70-75° d'élévation, la pollution lumineuse ruine tout !
       
      Sur ce, bonne nuit !
       
  • Images