Kristen

Besoin d'aide pour identifier une variable étrange dans M16 ?!

Recommended Posts

Posted (edited)

Bonjour ! J'ai besoin d'aide pour identifier une variable étrange puisque qu'elle monte de plusieurs magnitudes en 2 jours. Et cela de manière régulière puisque l'année dernière à la même date elle avait la même luminosité.
Voici une vidéo pour comprendre de quoi je veux parler.
piliers_étoile_variable.mov

dates des images :

21/04/13

21/07/06

22/05/25

22/06/29

22/07/01

 

Je m'en suis rendu compte en faisant une compo coloré sur les piliers. Une étoile était coloré et faisait comme si elle venait d'apparaître. En temps normal, en comparant la luminosité avec d'autres étoiles dans Siril et Stellarium, elle est de magnitude 17. Après sa variation, elle atteint 12 !

 

Regardez vos photos pour voir si elle y est et donc en déduire sa période.

 

J'aurais donc besoin de votre aide pour savoir quelle est cette étoile et si elle n'est pas répertorié comment alerter son existence. Merci !

 

image.png.afd34a3b5df5f9ce5bd93c35fe82a758.png

Edited by Kristen
  • Like 3

Share this post


Link to post
Share on other sites
Advertising
By registering on Astrosurf,
this type of ad will no longer be displayed.
Planetary Astronomy
Observing, imaging and studying the planets
A comprehensive book about observing, imaging, and studying planets. It has been written by seven authors, all being skillful amateur observers in their respective domains.
More information on www.planetary-astronomy.com

Posted (edited)

J'ai regardé dans GCVS, elle y est, elle varie entre 15.9 et plus de 19, identifiant NSV 24382. Ca a l'air un peu plus lumineux que ça en effet.

 

Edited by Vincent-FA
  • Thanks 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now



  • Similar Content

    • By LucaR
      Voici la nébuleuse de l’aigle – une des rares bien nommée, tant sa forme peut facilement évoquer un aigle qui déploie son envergure pour prendre son envol !
       

       
      En soit cette cible n’a rien de particulier par rapport aux nombreuses nébuleuses qui parsèment notre ciel. Il s’agit d’un gigantesque nuage de gaz et poussières qui, secoués par des courants gravitationnels, s’effondrent parfois localement sur eux-mêmes pour former une boule de matière tellement dense que des réactions de fusion nucléaires s’y déclenchent : une nouvelle étoile s’allume ! C’est donc une véritable pouponnière d’étoiles qui, une fois allumées, éclairent et font luire les gaz et poussières de la nébuleuse, mais aussi les sculptent en les dardant de particules énergétiques qu’on nomme les vents stellaires, nous offrant in fine ce beau spectacle.
       
      Pourtant cette nébuleuse tient une place toute particulière dans l’histoire contemporaine :  c’est son cœur que Hubble a photographié en avril 1995 pour produire une photographie célèbre, restée iconique, et qui a changé la donne : les fameux « piliers de la création ».
       

       
      Si vous zoomez dans le cœur de ma photo, vous les verrez… évidemment, pas avec la même qualité :-D
       

       
      Hubble et la Nasa sortaient alors de quelques années bien chaotiques, notamment une erreur de conception qui avait rendu myope le télescope spatial lors de son lancement en 1990. Trois ans plus tard, une couteuse mission de maintenance avait enfin permis de le chausser de lunettes pour lui rendre sa vue. Hubble était alors la risée du grand public, cible d’attaques récurrentes : les gens ne comprenaient pourquoi de telles fortunes étaient dilapidées dans des projets qui ne semblaient servir à rien !
       
      Bien sûr ce n’était pas vrai. La communauté scientifique profitait de résultats fantastiques du télescope, malgré ses défauts, et des découvertes importantes étaient déjà faites grâce à lui. Mais rien de très vendeur pour le grand public… Il fallait trouver un moyen de réconcilier les gens avec le processus, surtout si on voulait à l’avenir obtenir d’autres financements pour d’autres projets (tel que le James Webb !). C’est surtout pour ça – une opération de séduction/communication – que cette image à été produite. Et elle a largement dépassé cet objectif !
       
      Les techniques pour la réaliser n’étaient pas nouvelles (bien que rendues un peu compliquée du fait que tout se passait à distance en orbite :-D) pourtant le soin donné à sa prise et son traitement, et les choix de colorisation à la foi scientifiques et esthétiques, en ont fait une image tel qu’on n’en n’avait jamais vraiment vu auparavant.
       
      L’impact culturel de cette photo à été particulièrement fort (voir cet article si vous voulez en savoir plus). Non seulement elle a fait taire la plupart des critiques à l’égard de Hubble, mais plus profondément elle nous a fait découvrir une nouvelle façon de voir l’univers. Plus que jamais auparavant, cette photo nous a fait prendre conscience de l’immensité de ce qui nous entoure en dehors de ce minuscule caillou sur lequel nous évoluons.
       
      Et bien sûr elle a fait naître des vocations, dont sans doute la mienne - même si j’ai mis un peu de temps derrière à la concrétiser 😊 Elle a créé un nouvel étalon standard pour la photographie astronomique, donnant des orientations pour les caméras, filtres, etc… que les astrophotographes amateurs utilisent de plus en plus aujourd’hui. Et comme justement je viens d’acquérir cet été du matériel me permettant de faire des photos « à la Hubble » comme dit – à mon échelle, évidement, qui n’est largement pas la même !), c’est tout naturellement que j’ai voulu pointer cette cible dès qu’elle a pointé le bout de son nez !
       
      Quant aux « piliers de la création », on pense qu’ils n’existent probablement plus, soufflés il y à 6000 ans par l’explosion catastrophique d’une supernova à proximité. Mais comme ils sont situés à 7000 années lumières de nous, on ne sera fixé sur leur sort que dans 1000 ans… Si on est encore là !
       
      EXIFS (données techniques) :
      Fait pendant 12 nuits de canicule la première moitié d'aout :-) Au début sans lune, à la fin à la pleine lune. Environs 15h de pose, 2/3 Ha, 1/6 Oiii, 1/6 Sii, filtres Antlia 3nm (Ha et Oiii) et 4.5nm (Sii). + Couleurs d’étoiles : 20x20s chaque couche R/G/B en bin2x2 avec les filtres Baader CCD Zwo 2600mm pro (-10°C/Gain 100/Offset 50) Lunette APO TS Photoline 102mm f/5 (avec réducteur) + focuseur Baader Steeldrive Monture AZEQ6 Guidage au chercheur + zwo 178mm Logiciels : Kstar/Ekos sur Stellarmate RPI4, PHD2, Siril, Photoshop Ciel Bortle 4
    • By Florian_Vn
      Bonjour à tous,
       
      Vacances terminées (j'ai fait mon pèlerinage au pic du Midi), profitant d'une rare occasion de pouvoir faire la grasse mat sans contrainte le lendemain, j'ai donc rentabilisé la nuit au maximum.
       
      Début des hostilités à 21h30 avant que la Lune n'arrive, je suis monté dans un champ dégagé pour faire la Lagune et la Trifide que je ne peux avoir depuis chez moi :

       
      TS61EDPH sur Star-Adventurer, ASI533MC, filtre Optolong L-Pro, 30x 2min de poses empilées et traitées avec Siril (j'ai un peu foiré ma mise en station et vu que la SA n'est pas motorisée en DEC...), version jpg compressée avec une cinquantaine de darks uniquement :
       

       
       
      Retour à 1h chez moi, je monte le C8 dans le jardin le temps que la batterie se recharge et commence Jupiter vers 3h, que de la bouillie. Je rentre pour aller voir ce que je peux en tirer (==> pas grand chose) et ressort un peu dépité un peu avant 4h. Et là miracle, le seeing est meilleur, enfin une nuit potable 
      Voici donc la planche résultat avec la palette classique :

       
      La palette de couleur reconstituée par Winjupos en (L)RGB est un peu pâle.
       
      Je termine la session sur Mars qui est encore un peu petite (avec un reste du mois de juillet) :

       
      Pas possible de faire Saturne ce soir pour boucler la série, la pluie arrive (mais on s'en plaindra pas)...
       
      Bon ciel
    • By lefredo
      Bonjour à toutes et tous,
       
      Je vous présente deux versions de la nébuleuse de la trompe réalisées avec un vénérable pentax 135 mm à F4 et un K3-II non défiltré, le tout sur une vixen photo guider gp2 sans autoguidage.
       
      Mon intention première était d'avoir sur la même image la nébuleuse de la trompe d'éléphant et la nébuleuse du sorcier.
       
      Première tentative : entre une visée approximative au live view et une rotule photo récalcitrante mon premier essai a échoué. Le sorcier n'était pas là ... Ajouté à ça des passages nuageux et il ne me restait que 70 poses de 180s à empiler. Des bandes colorées en bordure de l'image m'ont de plus obligé à recadrer pour arriver finalement à ce résultat
       

       
      Ca manque de poses pour faire ressortir les couleurs de l'objet.
       
      Seconde tentative : j'ai enfin la nébuleuse du sorcier mais ... j'ai tronqué la nébuleuse de la trompe d'éléphant. Cette fois j'ai pu empilé une centaine de poses de 180 s. C'est un peu mieux à mes yeux.
       

       
       Traitement SIRIL + GIMP + starnet + Darktable.
       
      D'avance merci pour vos critiques et conseils
       
    • By Philippoïde
      Bonjour,
      Une petite Messier 27 prise sous la pleine Lune (il vaut mieux choisir un truc brillant) au foyer du TN192 et avec filtre UHC
      Environ 45mn (cumulées) d'expo.
       

       
      Glob
    • By Bohns
      Si la chèvre avait la queue plus longue, elle pourrait balayer les étoiles...
       
      (Heureusement que sa queue n'est pas trop longue)
       
       
       
      Re-bonjour à toutes et tous 
       
      Je continue à rattraper mon retard de juillet.
       
      Voici donc une version du Balai de Sorcière (NGC 6960), dans le Cygne, petite partie du résidu de supernova qui forme les fameuses Dentelles, captée dans la nuit du 17 au 18 juillet dernier.
      C'est certes un peu "étriqué", mais - outre la possibilité de monter plus petit avec ma 76EDPH - je trouve ce cadrage assez sympa. Sans doute la referai-je aussi en champ large, si la météo le permet.
       
      Config : lunette APO 130 f/7 (réduite à f/5.5), caméra ZWO ASI533MC Pro à -10°C, filtre L-eXtreme, guidage OAG + mini ASI290MM, monture EQ6-R Pro.
      Acquisition : ZWO ASIAIR Pro, 50 x 300s, 45 darks, 60 offsets, 60 flats.
      Traitement : SIRIL (script OSC, sorti tif 16 bit), Photoshop (flou gaussien 0,7) puis Lightroom Classic (Jpeg en traitement final).
       

       
      Cordialement,
      Stef.
       
  • Upcoming Events