Sign in to follow this  
apricot

Prismatique Crabe (spectro inside)

Recommended Posts

Bonjour !

Pour changer des boules de neige sale, je vous propose une grande classique... Messier en le découvrant en 1758 a failli le prendre pour une comète et a commencé son catalogue, merci à lui !

Au 150/750 et ccd 314L+ sur heq5, guidage au chercheur. Avec la météo chaotique de janvier, juste 28x90" en L et 7-11x90" bin2 pour les RGB.

Le dernier filtre dans la roue est un star analyzer SA 100, ça permet de s'essayer à la spectro Pour rappel le SA 100 est un réseau, qui agit comme un prisme et décompose la lumière en la dispersant plus ou moins en fonction de la longueur d'onde/couleur.

Deux étoiles sympa dans le champ pour calibrer, et cette planche pour illustrer...

La bleue cousine de Vega (A2), montre la "série de Balmer" : des bandes d'absorption qui signent la présence d'hydrogène dans la chromosphère de l'étoile. C'est commode car ça permet de calibrer le binz. Comme les longueurs d'ondes H-alpha, beta et caetera sont connues, ça permet de déterminer que ici on a une dispersion de 21.5 pixel par Amstrong. Bon c'est de la très basse résolution, juste pour rigoler hein !

L'autre étoile de référence est une géante orange (K7), plus tiède, semblable à celles des Hyades pas loin - tient, font elles partie du même groupe ? Les larges bandes d'adsorption en montagnes russe correspondent à l'absorption des molécules simples (CN, CH...) qui résistent dans la chromosphère froide.

J'ai corrigé les deux spectre pour la réponse de la caméra, qui varie en fonction de la longueur d'onde. Du coup en regardant les courbes (continuum) qui penchent vers le bleu (chaud) ou froid (rouge), ça permet de mesurer la température "de corps noir" des étoiles. Ma mesure n'est pas trop bidon, elle correspond à ce qu'on trouve pour ces types A et K.

Bon, et pour le crabe et son pulsar ??

Faut pas déconner, on a pas le spectre du pulsar ! C'est déjà bien de le voir, il ne fait même pas 30 km de diamètre ! Va savoir quelle tronche il a son spectre, c'est un objet dantesque ce pulsar. Chauffé à 10 millions de degrés, qui émet des gammas, X, jusqu'au radio... Un monstre magnétique en rotation rapide, qui envoi balader des électrons à des vitesses proches de la lumière ce qui génère un vent équatorial et des jets polaires + des ondes de choc. Christian à fait récemment une super image documentée ( http://www.webastro.net/forum/showthread.php?t=101879 ). Ces électrons qui tournent dans le champ magnétique émettent un rayonnement synchrotron, visible sous la forme d'un halo bleuté au cœur de la nébuleuse.

Dans la nébuleuse aussi c'est un sacré boxon, avec les filaments de matière éparpillée façon puzzle, entrecroisés dans les trois dimensions, tout ça en expansion rapide (1500 km/s, a comparer aux 20 km/sec des nébuleuses planétaires). Avec l'effet Doppler qui va avec, qui rougit la lumière qui s'éloigne et bleuie celle qui se rapproche, a prendre en compte pour l'analyse spectro (dans ce cas, 30 A de décalage environ). Là on regarde la fluorescence des atomes de la nébuleuse excités par la lumière du pulsar.

Pour essayer d'identifier les éléments, juste pour s'amuser... En regardant de manière sommaire un filament proéminent, on pourrait deviner ici l'émission OIII (les fameuses "raies interdites") de l'oxygène, un peu de H-alpha correspondant à l'hydrogène, avec probablement aussi de l'azote (deux bandes proches du H-alpha... pensez-y quand vous imagez avec un filtre H-alpha, on y voit aussi l'azote!), et la bande la plus marquée du souffre qui fluoresce dans un rouge plus profond. Ca colle avec les images narrowband qu'on trouve un peu partout (par exemple http://www.astrogeeks.com/Bliss/MetaGuide/images/M1.html ). Voilà ce que font les pros pendant ce temps ( http://adsabs.harvard.edu/abs/2010AJ....139.2083C )

On le sait, façon puzzle, la supernova a éparpillé du H, He, C, O, N, Ne, S, et tout ces éléments plus lourds qui ensemencent la galaxie et serviront peut être à des civilisations futures à se fabriquer des télescopes et des pluviomètres .

Désolé pour le mal de tête, je retourne sous mon lampadaire boule. Bon ciel à tous !
Jean-Phi

Share this post


Link to post
Share on other sites
Advertising
By registering on Astrosurf,
this type of ad will no longer be displayed.
Planetary Astronomy
Observing, imaging and studying the planets
A comprehensive book about observing, imaging, and studying planets. It has been written by seven authors, all being skillful amateur observers in their respective domains.
More information on www.planetary-astronomy.com


bravo pour ce post hyper intéressant qui donne envie de se mettre à la spectro!!
polo

Share this post


Link to post
Share on other sites

ça m'intéresse c'est vrai ,il me faudrait un ciel meilleur pour me lancer ...
polo

Share this post


Link to post
Share on other sites
Enfin quelqu'un qui photographie pour comprendre !
Bravo pour ce très intéressant article.
Depuis le temps que la spectro me démange...

Lucien

Share this post


Link to post
Share on other sites
Polo c'est tout le contraire, on peut faire de la spectro sous un ciel très pollué, justement ! La PL affecte surtout des longueurs d'ondes spécifiques (Hg Na) et de plus, par traitement, tu peux soustraire le fond de ciel. Voir les sites de Christian Buil et Valérie Desnoux, sous le couvercle de Toulouse et Paris, ce qui ne les empêche pas de sortir des spectres tip top :-)
Les images ci-dessus sont faite à 10km de la place du capitole, je ne voit pas le dessin de la petite ourse, pas besoin de frontale pour installer le bouzin.

Lucien, il n'y a plus qu'à !

Jp

[Ce message a été modifié par apricot (Édité le 18-03-2013).]

[Ce message a été modifié par apricot (Édité le 18-03-2013).]

Share this post


Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
Sign in to follow this