• entries
    89
  • comments
    24
  • views
    12717

Nébuleuse de la rosette dans la nuit 21 au 22 novembre à arles-sur-tech au 300mm avec le 6D astrodon

devoniak

303 views

Bonjour,

 

Je savais qu’hier soir, la lune ne serait plus gênante à partir de 23h30 environ. La météo était, à priori, au moins aussi bonne que la veille. Par ailleurs l’éclairage public à Arles-sur-tech est éteint, pendant la durée du confinement, de 22h jusqu'à 4 h du matin. J’ai donc décidé de profiter du créneau allant de 23h30 à 04h00 pour prendre en photo la nébuleuse de la rosette.

 

J’avais en outre décidé de tester l’influence du niveau de la monture sur mon problème de perte d’alignement. Contrairement aux fois précédentes, j’ai commencé par mettre la monture à niveau. Puis comme la veille, j’ai placé une cale très lourde (un pied de parasol en métal qui doit peser environ 20 kilos) au niveau du pied de la jambe se trouvant dans le sens de la pente de la terrasse.

 

J’ai ensuite monté tout le matériel, fait l’alignement polaire avec le Polemaster, effectué la mise au point sur une étoile avec la fonction du logiciel APT permettant d’utiliser les moteurs de l’autofocus de l’objectif  (fonction LENSCONTROL), puis pointé la nébuleuse de la rosette avec la fonction d’astrométrie (fonction POINTCRAFT).

 

Lors de la mise au point, la FWHM mesurée, à 300mm de focale, était comprise entre 2,5 et 3. Le SQM dans la zone du ciel où se trouve la nébuleuse de la rosette était de l’ordre de 20,7 à 20,8 (la transparence était donc un peu moins bonne que la veille). À la fin de la soirée, lorsque l’éclairage public s’est rallumé le SQM mesuré a chuté, dans la même zone, à 20,5 environ. Ce qui confirme que l'éclairage public de la commune, fait perdre de 0,2 à 0,3 point de SQM.

 

Après le pointage de la nébuleuse, j’ai testé la mise en station : elle s’était décalée, tout comme la veille. Je l’ai donc corrigée, puis j’ai recentré l’objet avant de lancer ma session de prise de vues. Ensuite, je suis revenu chaque heure contrôler si la mise en station s'était dégradée ou la survenue d’un éventuel problème.

 

Lors de mon premier contrôle, j’ai dû de nouveau faire une correction de mise en station puis recentrer l’objet. Lors des contrôles suivants, aucune correction de ce type n'a été nécessaire. Il semblerait donc que dans le cas de la terrasse, le niveau de la monture ne soit pas le facteur unique permettant d’expliquer mon problème. Je changerai donc le trépied.

 

À la fin de la session, j’ai réalisé mes flats avec mon écran à flat, puis j’ai plié le matériel. Il était 5 h du matin quand je suis rentré dans mon appartement.

 

Lorsque j’ai analysé mes images brutes en vue de préparer leur pré-traitement et traitement, j’ai constaté que la température du capteur était comprise entre 5 et 8 degrés, alors que la veille elle était comprise entre 11 et 14 degrés. N’ayant pas de darks à cette température j’ai dû compléter ma bibliothèque de darks en reproduisant les conditions de la nuit.

 

J’ai donc placé mon appareil photo brièvement au congélateur puis dans le frigo, j’ai ainsi pu avoir des darks qui conviennent pour une plage de températures allant de 1 à 11 degrés.

 

Voici le résultat de ma soirée :

· Empilement de 328 images de 30 secondes à 3200 ISO, l’objectif était ouvert à 5,6.

· L’image a été prétraitée puis traitée intégralement avec le logiciel SIRIL en utilisant 20 flats à 100 iso calibrés avec des offsets adaptés 34 darks et 50 offsets à 3200 iso.

 

Lien vers la full : nebuleuse de la rosette au 300mm avec le 6D astrodon

 

Vincent

ngc2237_336x30sec_6d__3200iso_300mm_5-6_1080p.JPG



0 Comments


Recommended Comments

There are no comments to display.

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now