Denis Bergeron: Mon CV

Par Denis Bergeron

Né à Repentigny à l'est de Montréal, le 09 février 1956

Profession :

Agent de protection de la faune pour le gouvernement du Québec depuis 1976

1964 : (8 ANS)

Début de mes intérêts en astronomie grâce à une émission de télévision de science fiction de l'époque AU-DELA DU RÉEL (THE OUTER LIMITS). Cette émission parlait d'êtres extra-terrestres et de voyages spatiaux. Le générique de la fin montrait des images saisissantes d'objets célestes (galaxies, nébuleuses, amas, etc). Cela avait stimulé mon intérêt sur l'univers. Je me suis mis à lire de nombreux volumes sur l'univers et plus j'en apprenais, plus je devenais passionné. C'était aussi une époque très prolifique en observations d'OVNIS par le public. On voyait plein de reportages sur ce sujet dans les journaux.

1966 : (10 ANS)

Ouverture du PLANÉTARIUM DOW de Montréal à l'automne 1966. Les spectacles et la vue du ciel étoilé sur le dôme m'avait énormément impressionné. Les téléséries STAR TREK et les ENVAHISSEURS stimulaient également mon intérêt sur l'univers. Mon père m'avait acheté un petit cherche étoile et un livre d'initiation à l'astronomie. J'ai commencé à apprendre mes constellations et ma connaissance sur les objets célestes s'amélioraient grandement. À cette époque, nous faisions beaucoup de camping avec mes parents et j'avais la chance de découvrir des endroits où le ciel était d'une beauté incroyable.

Je découvrais ce qu'était le passage de satellites artificiels, je voyais des étoiles filantes, je découvrais visuellement la beauté du ciel et la splendeur de la voie lactée.

1969 : (13 ans)

C'était l'époque de la conquête spatiale avec les sondes spatiales envoyées vers les planètes, le projet Apollo, le premier alunissage de l'homme sur la Lune. C'était très stimulant. J'avais à cette époque un petit télescope réflecteur de 5cm et je m'amusais à fabriquer avec des lentilles de "puissants oculaires" afin d'augmenter le grossissement pour voir toujours plus gros. Avec ce petit instrument, j'avais observé la lune et la planète Jupiter. J'avais aussi découvert certains objets célestes brillants avec une paire de jumelle 7 X 50 empruntée à un ami. À cette époque la qualité du ciel de Repentigny permettait de reconnaître la plupart des constellations et on pouvait facilement distinguer la Voie Lactée au zénith.

1970 : (14 ans)

Acquisition de mon premier télescope soit une lunette 60mm (FL :700mm) avec une monture azimutale très branlante. J'avais accumulé mon argent en passant les journaux et cela m'avait pris presque un an. Malgré la grande déception de cette lunette au niveau performance optique et mécanique, j'ai pu repérer et observer la plupart des objets célestes brillants comme M13, M45, M42, la Lune, les principales planètes brillantes et pour la première fois une comète (Bennett). Au mois de Septembre 1970, grâce à un ami de mon père (M. Fernand Grenier), j'ai participé à une soirée populaire d'astronomie organisée par la Société d'astronomie de Montréal (SAM) au jardin botanique de Montréal. Une quarantaine de télescopes fabriqués par les membres étaient installés sur le terrain et on pouvait voir les anneaux de Saturne, les cratères lunaires, certaines étoiles doubles colorées et autres objets intéressants. M. Grenier m'avait donné deux disques de pyrex de 15cm avec des abrasifs et il m'avait amené à cette soirée populaire afin que je puisse voir les activités du club et rencontrer certains moniteurs susceptibles de m'aider à fabriquer mon miroir de télescope. C'était tout un défi pour moi car j'étais très renfermé et très timide à cette  époque. Comme l'astronomie devenait de plus en plus une passion pour moi et comme je voulais construire un VRAI télescope, il me fallait faire l'effort de me rendre à la SAM à tous les mardis et vaincre ma timidité.

C'est là que j'ai fait la connaissance des PROS de l'astronomie comme Thomas Collin, Maurice Provencher, Jean Vallières, Michel Rebetez et bien d'autres.

Je me suis lié d'amitié particulièrement avec Thomas Collin qui avait à peu près mon âge et qui demeurait également à Repentigny à l'époque. Grâce à ses précieux conseils, il m'a appris à fabriquer un miroir de télescope de qualité, les bases de l'astrophotographie et bien d'autres choses.

1972 : (16 ans)

Ayant acquis beaucoup d'expérience en fabrication de miroirs de télescope, j'étais devenu moi-même moniteur en optique à la SAM. J'avais fabriqué une douzaine de miroirs dont les diamètres variaient de 75mm à 300mm. C'est à cette époque que j'ai construit mon premier télescope de 15cm F4.3 Newton qui m'a valu un prix d'excellence à la SAM (prix NAUBERT) pour sa qualité optique.

1971-1973: Epoque de fabrication de miroirs et télescopes
Mon premier télescope 15cm F4 Polissage de miroirs de télescopes Test de Foucault pour vérifier la précision des miroirs

C'est ce télescope que l'on voit dans ma section INSTRUMENTS. Avec Maurice Provencher et Thomas Collin, nous allions souvent observer ensemble à la campagne (camp Marcel à Ste-Béatrix au nord de Joliette) et nous sommes allés observer l'éclipse totale de Soleil à Cap-Chat en Gaspésie au mois de Juillet 1972. J'avais apporté mon télescope 15cm F4 pour l'occasion. C'est à cette époque que j'ai observé le plus et que j'ai approfondi l'utilisation de cartes précises et d'atlas du ciel. J'avais observé une multitude d'objets célestes. C'était mes années d'observation du ciel avec une paire de jumelles 7 X 50 et mon télescope 15cm que je m'étais construit. La construction de miroirs et de télescopes était devenu une véritable industrie chez moi au grand détriment de mes parents qui devaient supporter la senteur de la poix noire fondu, le rouge à polir qui tachait partout et mon père qui cherchait constamment ses outils. J'ai énormément appris les rudiments de la construction d'instruments, soudure, électricité, menuiserie qui me profitent grandement aujourd'hui. J'ai aussi fait mes premières expérimentations en photographie astronomique de la Lune et du Soleil (avec des filtres) par la méthode afocale avec un appareil photo muni d'une lentille de plastique.

1973 : (17 ans)

Perfectionnement de mes techniques d'observation astronomiques et participation à plusieurs séances d'observation en campagne avec Maurice Provencher et Thomas Collin. Maurice possédait une automobile. Moi et Thomas le sollicitions constamment pour aller observer. Nous avons aussi effectué plusieurs voyages à caractère astronomique dont un en Abitibi où le ciel était très noir. C'est à cette époque que j'ai commencer à faire de la photo astronomique avec une caméra 35mm Zénith E et à développer mes premiers négatifs en noir et blanc grâce aux connaissances de mon ami Thomas Collin.

C'était toute un monde de découverte qui s'offrait à moi de développer mes premiers négatifs des cratères lunaires pris à travers un télescope que j'avais entièrement construit et de les agrandir sur papier.

1974 : (18 ans)

Pour compléter mes études pour devenir agent de protection de la faune, j'ai du m'expatrier à Mont-Laurier pour deux années. J'ai du abandonner mes activités à la SAM et la plupart de mes amis astronomes. Je m'étais fabriqué de petits instruments faciles à transporter dans un havresac et qui me permettait de compenser la rotation de la Terre pour photographier les constellations sans moteur.

Cela me permettait de profiter du ciel très noir à l'extérieur de Mt-Laurier. Je me déplaçais seul en vélo avec mes instruments dans mon havresac et j'allais observer le ciel.

1975: (19 ans)

Repérage, observation et photographie d'une étoile qui venait d'exploser dans le ciel au nord de Deneb (alpha Cygni). Mes recherches m'ont permis d'apprendre qu'il s'agissait d'une NOVA qui fut appelé NOVA CYGNI 1975.

1976 : (20 ans)

Affectation dans le Bas St-Laurent (Causapscal, vallée de la Matapédia) pour mon travail. Le ciel étant d'une beauté extraordinaire, j'en profitais pour observer le ciel avec mes jumelles et lorsque j'ai eu ma première automobile, j'y ai apporté mon télescope 15cm F4.

1978 : (22 ans)

Nouvelle affectation à Sept-Îles dans l'Est du Québec pour mon travail. À cette époque, j'ai décidé de m'acheter un nouveau télescope motorisé (Dynamax 8) 20cm F10 Schmidt-Cassegrain que j'ai utilisé pendant plus de 10 ans. En plus d'observer le ciel dans un véritable ciel exempt de pollution lumineuse, j'ai pu apprécier de multiples splendeurs du ciel ce qui m'a donné le goût d'expérimenter la photographie du ciel en "piggyback" avec des objectifs et téléphotos. J'ai passé beaucoup de temps à aller observer le ciel seul en banlieue de Sept-Iles et j'ai passé de merveilleux moments à découvrir les beautés du ciel dans un environnement naturel. À l'automne 1978, j'ai eu une nouvelle affectation à Val-des-Bois dans l'Outaouais où je demeure depuis.

 

1979: (23 ans)

Le 26 Février 1979, accompagné d'une quinzaine d'astronomes amateurs du Québec, j'ai participé à une expédition d'observation et de photographie de la dernière éclipse totale de Soleil visible au Canada. La bande de la totalité passait seulement au Sud-Ouest du Manitoba. Nous avons vécu une formidable aventure avec plein de surprises. Nous avons été très chanceux car notre expédition a été couronnée de succès malgré les sombres pronostics de la météo.

1980 : (24 ans)

Etant plus près de Montréal, je me suis impliqué plus à fond en astronomie. J'écrivais plusieurs articles sur l'observation du ciel et la photographie astronomique dans les revues astronomiques de l'époque (Magnitude Zéro, Québec astronomique, Astronomie Québec) et je participais à tous les congrès d'astronomie du Québec. Nous avons, moi et Maurice Provencher, organisé le premier colloque d'astrophotographie au planétarium de Montréal et j'ai organisé le premier camp d'astronomie au Québec qui a eu lieu au camp Marcel à Ste-Béatrix au nord de Joliette. A cette occasion, j'avais sollicité quelques astronomes que je connaissais et le premier camp fut un énorme succès. J'ai a nouveau récidivé en 1981 et depuis, l'organisation des camps d'astronomie s'est poursuivie et plusieurs clubs organisent maintenant des camps d'astronomie dans leurs activités à différentes saisons.

Congrès d'astronomie, colloques, causeries dans divers clubs d'astronomie au Québec

       

1981 : (25 ans)

Nombreuses participations aux activités astronomiques organisées par les différents clubs au Québec et j'ai participé aux congrès, colloques d'astrophotographies, camps d'astros, etc. À ces occasions, j'ai connu d'autres astronomes actifs au Québec et nous échangions beaucoup de connaissances. J'ai appris grâce aux précieux conseils de André Paul à développer les négatifs couleurs et les diapositives couleurs et à ressortir les images sur papier couleur. Le transfert et l'échange de ces connaissances se faisaient lors des congrès et camps d'astro. J'ai également donné de nombreuses présentations dans les clubs d'astronomie au Québec et lors des congrès. J'ai aussi participé bénévolement durant mes vacances d'été à des camps de jeunes scientifiques à Port-au-Saumon dans la région de Charlevoix.

1981-1986: Epoque des camps d'astronomie à Port-au-Saumon près de Tadoussac (Charlevoix)

J'étais un des moniteurs et le but de ces camps était d'initier les jeunes à la recherche scientifique reliée à l'astronomie. Certains des participants sont devenus des astronomes professionnels depuis. J'ai aussi participé à un projet de surveillance photographique du ciel pour repérer des objets célestes comme des astéroïdes, comètes, novae en comparant des images photographiques du ciel. L'instigateur du projet (PROBLICOM) était l'américain Ben Mayer.

Camps d'astronomie, projet de surveillance du ciel avec comparateur Problicom

1984 : (28 ans)

J'ai reçu le fameux prix MERITAS grâce à mes nombreuses implications en astronomie au Québec. Ce prix provincial a été fabriqué par l'astronome et artisan Réal Manseau alors président du club d'astronomie de Drummondville. Ce prix est décerné lors du congrès provincial d'astronomie à un astronome qui s'est le plus dévoué à la promotion et à la vulgarisation de cette science au cours de l'année.

C'est aussi à cette époque que je fais mes premières images d'objets célestes au foyer primaire de mon télescope Dynamax 8. J'ai expérimenté de nouvelles techniques d'hypersensibilisation de films noir et blanc et couleur et je m'étais équipé d'un agrandisseur à tête couleur. Je développais moi-même mes négatifs noir et blanc et couleur et je les agrandissais sur papier couleur. J'ai expérimenté de nombreuses techniques d'astrophotographie et de traitement d'images en chambre noire durant plus de 10 ans. J'ai suivi plusieurs cours par correspondance de l'institut Teccart en électronique et j'ai acquis un attestation d'étude à cet effet.

1984: Prix méritas provincial

 

1986 : (30 ans)

L'événement majeur de cette année là fut le retour tant attendu de la fameuse comète de Halley après un long voyage de 76 ans aux confins de notre système solaire. J'ai été le premier québécois à l'avoir retrouvé dans le ciel et je l'ai suivi de Septembre 1985 jusqu'au mois de Juin 1986.

Avec Maurice Provencher et une dizaine d'astronomes québécois, nous avons participé à un voyage scientifique et photographique pour aller observer la comète de Halley et le ciel du sud au Chili et au Pérou. La partie astronomique se faisait au Chili et nous avons visité les ruines des Incas et la cité sacrée des Incas à Machu Pichu au Pérou. En plus de visiter ces pays extraordinaires, nous avons visité des observatoires professionnels en sommet de montagnes qui nous faisaient voir un paysage d'une beauté incroyable. Ce fut un voyage extraordinaire et nous en sommes revenu pleinement satisfait.

1987 : (31 ans)

Acquisition d'un nouveau télescope Meade SCT 25cm F10 (série Premier). Prises d'images au foyer primaire avec du film 35mm hypersensibilisé en noir et blanc et couleur. Le guidage se faisait uniquement avec la manette de contrôle du télescope. Les expositions duraient parfois 90 minutes et même en hiver sous des températures glaciales de -25 degrés C. Je prenais parfois deux images de 90 minutes par soir en plein hiver. En appliquant plusieurs techniques en photographie (unsharp masking, dodging, burning, etc), j'essayais de faire ressortir les détails des objets célestes.

1990 : (34 ans)

Acquisition d'un nouveau télescope (Meade 25cm F10 LX5) et d'une caméra CCD SBIG ST4 pour autoguider. Ce fut aussi mes premières expérimentations en imagerie CCD car je faisais aussi mes débuts en informatique. Vers le milieu des années 1980, j'avais acquis un ordinateur de poche et je programmais de nombreux programmes astronomiques en langage BASIC. Je ne connaissais rien à l'informatique. À cette époque, j'ai tout appris par moi-même et j'ai acquis de nouvelles connaissances en informatique, optique, électronique, etc en lisant beaucoup de livres sur le sujet.

1992 : (36 ans)

Acquisition d'un nouveau télescope entièrement informatisé Meade 25cm F10 SCT LX-200 que j'utilise encore aujourd'hui et acquisition d'une caméra performante CCD SBIG ST6. Gilbert St-Onge m'avait initié à l'acquisition d'images CCD avec une caméra CCD ST4 et ayant moi-même fait mes propres expérimentations en imagerie CCD, je me suis immédiatement plongé dans cette nouvelle technologie. J'ai dû tout apprendre autant au niveau de l'informatique que des CCD. Les résultats obtenus m'ont permis de découvrir l'extraordinaire potentiel de la technologie des CCD. J'ai fait de nombreuses présentations dans de nombreux clubs d'astronomie et congrès. Découverte du réseau Internet.

1993 : (37 ans)

Seconde expédition astronomique au Chili organisée par Pedro Bòrquez. Nous avons passé trois semaines à découvrir les richesses culturelles et naturelles du Chili et nous avons passé de nombreuses heures à observer le ciel du sud dans les Andes Chiliennes. Nous avons rencontré des astronomes amateurs du Chili qui nous avaient reçus comme des rois et nous avons visité les observatoires professionnels de La Silla et Cerro Tololo dont le nouveau télescope New Technological Telescope dont le miroir principal se déformait pour compenser l'effet de la turbulence atmosphérique. J'avais apporté ma caméra vidéo 8mm et mon télescope Newton 15cm F4.3 que j'avais construit à l'âge de 16 ans. Ce fut un voyage extraordinaire sur plusieurs aspects.

Expérimentations avec une caméra vidéo à travers un télescope. J'ai développé au niveau de mon travail d'agent de protection de la faune au gouvernement du Québec plusieurs nouvelles techniques d'observation et de surveillance empruntées de l'astronomie. J'ai mis au point des télescopes installés sur des plate-formes et branchés sur des caméras vidéos qui nous permettais de filmer à de grandes distances (1km) les actions de nos braconniers et cela d'une manière sécuritaire et efficace. Grâce aux preuves vidéos recueillies, cela nous évitais les nombreuses pertes de temps et les coûts reliés à de longs procès devant les tribunaux. J'ai développé aussi grâce à mes connaissances acquises en informatique la capture d'images à partir de séquence vidéo que je traitais avec Photoshop et qui servaient à documenter mes dossiers d'enquête. Ces nouvelles techniques m'ont permis de réaliser de splendides enquêtes et démanteler des groupes de braconniers. Jj'ai été partout dans les régions du Québec former de nouveaux agents sur ces nouvelles techniques modernes. Pas besoin de vous dire aussi qu'il m'a fallu que je me batte au plus profond de mes convictions pour tenir tête aux nombreux dinosaures de l'organisation qui se complaisaient dans leur petite routine.

1994 : (38 ans)

Poursuite des mes recherches et expérimentations en imagerie CCD. J'ai pu suivre grâce à la puissance des caméras CCD l'extraordinaire phénomène des impacts des fragments de la comète Shoemaker-Levy 9 sur Jupiter. Ce fut l'événement le plus extraordinaire qu'il m'ait été donné d'observer en astronomie amateur.

Participation à l'écriture de nombreux articles dans la défunte revue CCD QUÉBEC.

1995 : (39 ans)

Participation à un projet scientifique international par Internet consistant à photographier la plus grande comète connue (2060 Chiron) et tenter de détecter toutes émissions de gaz. Mes images étaient envoyées à des astronomes professionnels qui les examinaient et les analysaient. Ceux-ci m'avaient signalé la présence d'un nouvel astéroïde dans mes images. Ce fut ma première découverte d'astéroïde qui fut baptisé 1995 FC21. Suite à cet événement, je me suis mis à lire sur le sujet et j'ai acquis de nouvelles connaissances en astrométrie (mesure ultra-précise de positions d'objets célestes errants) et en recherche de nouveaux astéroïdes. J'ai acquis un numéro d'observatoire (#819) au Minor Planet Center (MPC) et je me suis mis à mesurer les positions des astéroïdes demandant des suivis afin de raffiner leurs orbites. Au cours de l'automne 1995, j'ai découvert un second astéroïde nommé 1995 SB5.

1996: (40 ans)

L'événement majeur de 1996 fut l'observation et le suivi de la comète Hyakutake qui fut parmi les plus belles comètes du siècle dernier.

1997 (41 ans)

Encore cette année là, une autre splendide comète nous fit partager son fabuleux spectacle. J'ai pu suivre et photographier la comète Hale-Bopp qui fut pour moi la plus belle des comètes depuis que je fais de l'astronomie.

1999 : (43 ans)

Découverte d'un troisième astéroïde nommé 1999 DN4. Poursuite de mes activités de recherche et suivis d'astéroïdes. J'ai écrit plusieurs dossiers concernant la photographie des objets célestes avec appareils photos ordinaires et CCD et sur d'autres sujets sur le site web de notre groupe ASTRO & CCD. Participation à l'activité astronomique de vulgarisation "TREMBLANT SOUS LES ÉTOILES" sur le sommet du Mont-Tremblant au mois d'août où il y a eu plus de 2500 visiteurs. Participation en tant que conférencier au premier colloque sur les technologies CCD au Cosmodome de Laval organisé par le Club des astronomes amateurs de Laval.

2000 : (44 ans)

Découverte d'un quatrième astéroïde nommé 2000 CB81. Poursuite de mes activités de recherche et suivi d'astéroïdes.

2001 : (45 ans)

Acquisition d'une nouvelle caméra CCD SBIG ST7E. Poursuite de mes recherches d'astéroïdes et envoi de mesures astrométriques d'astéroïdes au MPC. Amélioration des techniques de traitement informatique des images CCD. Expérimentations en imagerie planétaire. Participation au troisième colloque sur les technologies CCD au Cosmodome de Laval organisé par le club d'astronomie de Laval. Construction d'un abri pour mon télescope afin de le laisser installé en permanence à l'extérieur. Possibilité de le commander à distance avec un ordinateur à partir de l'intérieur de mon garage.

2002 : (46 ans)

Acquisition d'une roue à filtre couleur RGB (SBIG Filter Wheel CFW-8) pour caméra SBIG dans le but de produire des images d'objets célestes à haute résolution et en couleur avec divers instruments optiques. Acquisition d'une nouvelle caméra CCD SBIG ST10XME à plus grand champ et à plus grande résolution. Apprentissage de nouvelles techniques d'acquisition d'images CCD en couleur et à très haute définition. Observation de la comète Ikeya-Zhang  le 13 Mars 2002.

Le Minor Planet Center (MPC) a numéroté deux de mes astéroïdes que j'ai découvert en 1999 ((74503) 1999 DN4 ) et le 10 février 2000 ((45580) 2000 CB81). Ainsi, l'astéroïde 2000 CB81 vient d'être numéroté 45580 et l'astéroïde 1999 DN4 vient d'être numéroté 74503 et la paternité de ces deux découvertes m'est attribué. Ainsi, si vous faites une recherche en entrant le numéro de chacun de ces astéroïdes sur le site du MINOR PLANET EPHEMERIS SERVICE, vous verrez l'inscription comme découvreur Bergeron, D., Val-des-Bois et les dates des découvertes. Entre autres, on m'a décerné a cet effet un prix spécial lors du congrès d'astronomie 2002 à l'université Laval à Québec.

Participation au colloque sur les technologies CCD au cosmodome de Laval au mois de novembre 2002. A cette occasion, on m'a décerné le prix provincial pour mes nombreuses implications dans le développement et la vulgarisation de ces nouvelles technologies.

Mise à jour de ma section FTP de notre site Web (Groupe Astro & CCD).

Poursuite de ma participation aux nombreuses activités astronomiques au Québec (présentations dans les clubs, congrès, colloques CCD, camps d'astro, etc). Au cours du congrès 2002, nous avons présenté un kiosque expliquant les activités de notre site Web ASTRO & CCD. J'ai eu aussi l'immense honneur de côtoyer l'illustre astro-physicien Hubert Reeves qui possède aussi son associé à un astéroïde (9631) HUBERTREEVES.

2003: (47 ans)

Création de mon site web astronomique personnel. Poursuite de mes recherches et expérimentations avec les technologies CCD. J'ai accepté un poste de secrétaire dans le conseil d'administration pour le groupe ASTRO & CCD et de directeur dans le conseil d'administration à la Fédération des Astronomes Amateurs du Québec (FAAQ) afin d'aider à la réorganisation de cet organisme dont le but est d'offrir des services au clubs et astronomes du Québec et de faire la promotion de cette science au niveau des écoles et du public. Durant l'été 2003, j'ai organisé une première activité d'astronomie au lac Echo dans la réserve faunique Papineau-Labelle qui consistait à inviter des astronomes à venir camper et à observer le ciel avec leurs instruments. Le public campeur était invité à nos soirées sous les étoiles. Plus d'une centaine de personnes ont participer à l'événement qui fut couronné de succès.

2004: 48 ans

Création avec quelques astronomes amateurs de la région de l'Outaouais d'un regroupement d'astronomes. J'ai conçu un site web décrivant nos activités et depuis plusieurs astronomes de la région se sont contactés. Un nouveau groupe d'astronomes amateurs a vu le jour dans lOutaouais sous le nom du RAAOQ (Regroupement des Astronomes Amateurs de l'Outaouais Québécois). La liste des membres du RAAOQ est en constante progression. Parmi nos activités, nous avons la fabrication de miroirs et télescopes, l'observation du ciel, l'astrophotographie, etc. J'ai créé une nouvelle activité de CAMPING ASTRONOMIQUE AU LAC ECHO dans la réserve faunique Papineau-Labelle près de Val-des-Bois (Outaouais). Cette activité regroupe des astronomes provenant de partout au Québec afin de profiter de la qualité du ciel très noir et de partager notre passion avec le public campeur.

Vers la fin de l'année, je me suis mis à la fabrication d'un nouveau miroir de 35cm F5. Mon objectif est de me construire un télescope plus puissant sur monture Dobson afin de pouvoir observer le ciel pendant que je fais du CCD.

2006: (50 ans)

Mise de mon télescope 25cm Meade LX-200 en réseau sans fil afin de le contrôler à distance de partout dans la maison. Participation aux nombreuses activités astronomiques organisés un peu partout au Québec. Beaucoup d'implication aussi dans notre groupe RAAOQ au niveau des présentations astronomique dans les écoles, scouts, louveteaux, etc à titre bénévole.

Au mois de décembre 2006, grâce aux efforts de Yvan Dutil et moi-même, nous avons réussi à faire nommer officiellement par l'UAI une de mes deux astéroïdes que j'ai découvert au nom du Dr René Racine. Ainsi, l'astéroïde (45580) 2000 CB81 porte maintenant le nom RENERACINE.


2007: (51 ans)

L'année 2007 fut l'année de l'acquisition de deux nouveaux télescopes. Au cours de l'hiver 2007, j'ai complètement terminé mon miroir 12,5'' (305mm) F4.7 avec une excellente précision optique. Ce miroir a été fabriqué entièrement à la main et ça faisait deux ans que j'y travaillais. Au printemps, j'ai construit le télescope et je l'ai présenté à la CAFTA (Concours Annudes Fabricants de Télescopes Amateurs) en juillet 2007 où j'ai remporté le premier prix en optique. Ce télescope sera utilisé uniquement pour l'observation des objets célestes. Il est monté sur une monture Dobson.

Du même coup, en mai 2007, je me suis acheté un autre télescope dédié entièrement à l'astrophotographie soit le nouveau modèle Meade RCX 12'' Advanced Ritchey-Chretien. Au cours de l'automne 2007, j'ai installé ce nouveau télescope dans l'abri  où était installé mon vénérable Meade 10'' (25cm) F10 SCT LX-200. J'ai prêté ce dernier à Jean Vallières afin qu'il puisse l'utiliser pour améliorer son logiciel Coelix pour le contrôle des télescopes.

2008: (52 ans)

L'année 2008 est caractérisée par beaucoup de présentations dans les clubs d'astronomie, les écoles primaires, des présentations dans les bibliothèques de plusieurs municipalités et autres organismes. C'est donc une année axé sur la promotion de l'astronomie et des dernières découvertes en cette matière.

Toutes ces années passées à observer et découvrir l'immensité et les richesses de l'univers me ramène constamment à penser que notre petite planète est vraiment insignifiante dans cette immensité mais elle est aussi unique. C'est NOTRE PLANÈTE. Si on vient un jour à éliminer toute vie intelligente de notre planète, cela ne changera rien à l'univers. Rien ne se crée et rien ne se perd. Tout se transforme constamment. Une étoile naît à partir d'une nébuleuse dont la matière elle-même est le produit d'anciennes étoiles qui ont vécues, transformées leurs matières et énergies puis disparues en laissant en héritage leurs matières transformées qui serviront à la naissance de futures étoiles et ainsi de suite. Les galaxies contiennent des milliards d'étoiles et de planètes en constante évolution et il y a des milliards de galaxies. Les nouvelles technologies nous amènent de plus en plus loin dans l'univers et par le fait même... dans le passé. Que voit-on? Encore des milliards de galaxies. Est-ce que l'univers à une fin? Y-a-t-il eu un début? Sommes-nous seuls dans tout cet univers? D'où venons-nous? Où allons-nous?

Voilà les vraies questions auxquelles les scientifiques essaient de répondre et c'est ce qui fait de l'astronomie LA PLUS PASSIONNANTE DES SCIENCES.

À suivre...

Denis Bergeron

 

Retour à l'index