Contacter l'auteur / Contact the author

Recherche dans ce site / Search in this site

 

Aux origines d'Internet et de la micro-informatique

CompuServe sur le PC XT d'IBM en 1982. Il s'agit d'un rendering car il n'existe aucun document d'époque. Document T.Lombry

L'Histoire de CompuServe

En 1969, à une époque où ARPANET était encore un réseau universitaire embryonnaire, la plupart des informaticiens communiquaient par terminal interposé, par FTP et modem quand ils avaient la chance de disposer d'un mini-ordinateur ou simplement par courrier postal.

En 1969, des employés d'une filiale de la compagnie d'assurance Golden United Life Insurance fondèrent Compu-Serv Network Inc., avec l'intention de fournir un support informatique interne aux employés de la compagnie d'assurance et de développer en parallèle une activité de "time-sharing" informatique en louant leur mini-ordinateur NEC PDP-10 durant les heures de bureau. La compagnie deviendra une startup côté au NASDAQ en 1975.

Peu après, le service de time-sharing fut refondu dans un nouveau Business case et une nouvelle organisation plus ambitieuse. La direction, installa des mini-ordinateurs NEC PDP-11 à travers les Etats-Unis et par la suite dans d'autres pays, et la société pris le nom de CompuServe.

Il est intéressant d'examiner l'histoire de cette célèbre société pour comprendre comment une organisation performante pendant 20 ans peut soudainement quasiment disparaître pour ne pas avoir anticipé l'impact d'Internet et s'être trop reposée sur la stratégie de ses directeurs historiques.

CompuServe inaugura son BBS en 1978 à travers le réseau de Radio Shack de Tandy Corp. (constructeur du TRS-80 notamment) et un service qui débuta timidement sous le nom de Customer Information Service ou CIS.

A voir : CompuServe Nostalgia, G.S. Brown

Publicité pour le TRS-80 Modèle I (CPU Zylog Z80, 1.77 MHz, RAM de 4 à 48 KB et plus tard avec floppy) vendu par Tandy Corp à travers son réseau Radio Shack et pour CompuServe dans le magazine "Today" de septembre-octobre 1982. A droite, l'un des premiers écrans grahiques de CompuServe sur Mac. Document Flickr.

Customer Information Services, CIS

Grâce à CompuServe et la mise à disposition des membres d'un protocole de transfert baptisé "B protocol" en 1981, beaucoup d'amateurs disposant d'un modem ont commencé à partager leur propres informations avec des amis et à développer de véritables réseaux internationaux. Les utilisateurs les plus concernés ont déplacé leur base de données sur CompuServe où d'autres pouvaient télécharger ce qu'ils avaient besoin, soit librement soit moyennant le paiment d'une licence.

Bientôt, des constructeurs comme HP, IBM et Microsoft signèrent des accords avec CompuServe pour partager ou vendre des services aux utilisateurs, y compris des informations et des logiciels. Par la suite, des institutions gouvernementales et scientifiques ont proposé leurs services par ce biais (NOAA, centres de recherches, universités, etc).

Avec le temps les BBS subirent également une mutation. Avec l'évolution du matériel  et des logiciels informatiques, du mode texte en 40 caractères monochromes et 20 lignes, les BBS sont passés au mode graphique en haute résolution tandis que les ordinateurs sont devenus de véritables serveurs accessibles 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7 partout dans le monde moyennant une simple inscription sur le serveur.

Si pour un amateur individuel, l'abonnement à CompuServe était cher, il était indispensable pour le département informatique des entreprises et des institutions internationales. Avec le temps CompServe attira des centaines de milliers de personnes, on y trouva des actualités, des forums, des conseils en investissement, du sport et même un press kit dédié au cinéma à partir de 1992.  

Entourant le célèbre menu de CompuServe, la page d'accueil de CompuServe v3.0 en anglais et en français.

Dans les années 1980 et 1990, il n'y avait pas un expert en micro-informatique qui n'était pas entré au moins une fois en relation avec CompuServe, IBM ou Microsoft pour y télécharger un driver, un patch ou pour interroger leur support à propos d'un problème technique.

En l'espace de 10 ans, CIS généra 50% du chiffre d'affaire de CompuServe.

CompuServe Network Services, CNS

La seconde activité de CompuServe concernait son service de time-sharing réseau ou de location de lignes packet qu'il baptisa CompuServe Network Services ou CNS en 1982.

CNS était organisé autour d'un NEC PDP-11 connecté au réseau extérieur par un protocole X.25 fait maison, du hardware et un logiciel propriétaires capables de se connecter de voisinage en voisinage grâce à des lignes téléphoniques louées. En cas de surcharge ou de mauvaise qualité d'une ligne, le système était capable de dévier automatiquement le trafic vers d'autres lignes.

Ce réseau CNS, très complexe mais performant, fut le premier réseau privé de communication (VPN) capable de se connecter en X.25 avec le monde extérieur et d'établir des connexions entre machines, formant une alliance avec les réseaux VPN de Tymnet et Telenet parmi d'autres. A la fin des années 1980, le réseau dial up de CNS était relié à de nombreux réseaux internationaux dont celui de Hong Kong, Londres et Munich, étendant ainsi son influence marketing à travers toute la planète. Une solution similaire existait notamment chez Belgacom en Belgique auxquels les particuliers pouvaient souscrire.

A gauche, publicité de CompuServe publiée dans le magazine "Today" en mai 1983. A droite, la version 3.0.1 de CompuServe.

Grâce à cette technologie, CompuServe était capable d'offrir des communications téléphoniques à longue distance moins chères que celle des entreprises publiques. Il offrait également un support idéal d'authentification des cartes de crédit lors des achats, un service qu'il rendit durant plus de 20 ans grâce à ses relations privilégiées avec la société VISA International. 

Le réseau CNS de CompuServe transportait chaque mois des millions d'autorisations de transactions pour une valeur de plusieurs milliards de dollars. Il était normal à l'époque de payer jusqu'à 30$ pour une heure de connexion à CompuServe soit 5 à 6 fois le prix d'une connexion non surtaxée, ce qui valut à CompuServe d'être surnommée CompuSpend, Compu$erve ou encore CI$.

CompuServe conquit l'Europe en 1989. Au début des années 1990, sa politique devint plus agressive. Le prix de la connexion passa de 10$ par heure à 1.95$ et en 1995, CompuServe enregistra un record de 3 millions de membres et est encore aujourd'hui le plus grand fournisseur de service en ligne (en dehors d'Internet).

La déferlante WWW

CompuServe proposa un accès au web en 1995 ainsi qu'un navigateur baptisé "Spry Mosaic". La réponse de son concurrent AOL fut à la hauteur de son rival. AOL cassa les prix des communications, proposa des forfaits illimités et des services d'annonces bien meilleur marché que ceux de CompuServe, supportés par une longue campagne marketing.

CompuServe finit par proposer un forfait à 24.95$ par mois fin 1997. Mais il était déjà trop tard pour retenir les clients attirés par son concurrent.

La page d'accueil de CompuServe sous le navigateur NSCA Mosaic en 1995 (gauche) et la page de CompuServe en 2000 (droite).

Face à la déferlante d'Internet, les unes après les autres, les sociétés membres du réseau CompuServe clôturèrent leur compte et leur service support pour trouver un nouveau public en développant leur propre site web indépendamment de leur ancien partenaire qui était incapable de leur proposer cette solution à travers son réseau privé car elle n'avait pas encore introduit de demande d'URL. Ce n'est qu'en 1997 que CompuServe commença à convertir en hâte les pages de ses forums au format HTML.

Pourtant, en 1995, le service CIS local de CompuServe UK avait déjà testé un premier site de vente en ligne par Internet avec un système de paiment sécurisé, proposant les produits des enseignes WH Smith, Tesco, Virgin, Interflora, Jaguar Cars, etc. Quelque 100000 clients y avaient adhéré. 

Mais le réseau privé de CompuServe réagit trop tard, englué dans son architecture héritée du NEC PDP-11 qui finit par être une source de problèmes. Ainsi en 1996, CompuServe fut obligé de créer des alias pour les adresses émails pour résoudre un problème de point et de virgules et ne proposa l'accès POP3 qu'en 1998. Leurs milliers de modems U.S.Robotics se crashaient également sous le volume des données, si bien que pendant plusieurs années CompuServe perdit de l'argent à un débit bien plus rapide que celui de ses modems !

Finalement, CompuServe fut contraint de remplacer ses technologies basées sur le NEC PDP-10 par des serveurs basés sur des processeurs x86 et tournant sous Windows NT.

Le départ à la retraite de son CEO historique et les changements organisationnels qui suivirent finirent par faire disparaître l'âme de ce qu'il restait de CompuServe.

La vente de CompuServe

Fin 1997, AOL annonça son désir d'acheter CompuServe et ses 2.6 millions d'utilisateurs qui iraient s'ajouter à ses 9 millions de souscripteurs, faisant d'AOL la plus grande communauté d'internautes et la plus grande industrie en ligne des Etats-Unis

La page web de CompuServe en 2016.

En février 1998, WorldCom racheta CompuServe pour 1.2 milliards de dollars et revendit littéralement le lendemain le service CIS à AOL pour ne conserver que le réseau CNS. En contrepartie AOL vendit sa division réseau et le service associé à WorldCom, ainsi les deux métiers étaient bien séparés.

Après de nouvelles transactions et péripéties et la quasi faillite de WorldCom, celle-ci réapparut sous le nom de MCI et fut vendue à l'opérateur Verizon en 2006 qui pour ainsi dire détient la partie réseau de ce que ce qui fut CompuServe.

AOL et WorldCom désirant tout deux à l'époque conserver le nom de CompuServe et les marques déposées, une holding fut constituée dans le seul but de gérer les marques, les brevets et autres droits patrimoniaux ou intellectuels et de proposer ces licences sans frais à AOL et Verizon.

En 2003, CIS est devenu une division d'AOL qui ajouta le produit "CompuServe Basic" à la ligne de produits qu'elle vendait via Netscape.com. Le marché était toutefois très compétitif en raison de l'existence de concurrents low costs.

AOL fournit ensuite la version "CompuServe Classic" mais elle s'avéra incompatible avec les fonctions d'accès à Internet par DSL sous Windows Vista (sauf en "compatibility mode") si bien qu'elle sera retirée en 2009. Entre-temps, face à cet échec, en 2007 AOL annonça la fermeture de CompuServe Pacific puis de CompuServe Fance, suivi en 2008 de CompuServe Germany.

Après la fermeture du portail de Nescape, aujourd'hui il ne reste que le Web Center de CompuServe et CompuServe Forum Center, les forums de CompuServe, les fantômes d'un glorieux passé (ils n'attirent plus grand monde).

Depuis 1991, Internet a conquis la planète et s'est imprégné durablement dans la culture même de la société.

Retour Aux origines d'Internet et de la micro-informatique

Retour aux Technologies


Back to:

HOME

Copyright & FAQ